Hollywood – BD – Mois Américain 10

Hollywood Hollywood Hollywood

Bande dessinée Adulte

Série terminée

HOLLYWOOD

Jack Manini & Marc Malès

Glénat

*****

T1 : Flash-Back (2010)

T2 : Ce que je suis et ce que j’aurais pu être (2012)

T3 : L’ange gardien (2013)

*****

Cette trilogie débute en 1891 à New-York. Max Lexter, un jeune savant dont la femme et la fille souffrent de tuberculose, part montrer sa nouvelle invention à Thomas Edison inventeur connu et respecté, dans l’espoir que celui-ci la commercialise. Hélas, il va se faire dépouiller de sa création par ledit Edison, qui va, de plus, lui faire passer plusieurs mois en prison. Quand il sort, sa femme et sa fille sont mortes. Seul, sans logement ni argent, il va se laisser aller au désespoir. Dans un état pitoyable, il est recueilli par Janet la contorsionniste et Tom le cow-boy, deux jeunes saltimbanques. Une nouvelle vie va alors commencer pour eux trois. Hollywood, ou les débuts du cinéma !

*****

J’ai eu un petit peu de mal avec les changements d’époque au départ…

Mais en fait, si j’avais regardé un peu mieux, quand les dates changent c’est indiqué ! Mais ça aurait pu être plus clair, il faut bien avouer.

Bref. L’histoire raconte les innovations techniques qu’il a fallu réunir pour créer une nouvelle invention : le cinéma (la caméra, la pellicule…) Et également les guerres que se menèrent les différents intéressés et futurs patrons de studios Hollywoodiens. Mais c’est aussi une histoire d’amitié, d’amour, de vengeance… Un peu d’aventure, un peu de technologie et un peu de western.

Un drôle de mélange, mais qui fonctionne bien !

Le dessin est assez classique, mais il m’a bien plu, bien que je l’ai trouvé parfois assez sombre. Dans le 3ème et dernier tome on croise des acteurs très connus à l’époque (dans les années 1900, tels “Fatty” Arbuckle, Douglas Fairbanks ou encore Rudolf Valentino) mais sans doute un peu oubliés aujourd’hui…

Jack Manini et Marc Malès sont deux auteurs que je connaissais pas du tout. Ils n’en sont pourtant pas à leur première bd, ni l’un ni l’autre ! Comme quoi, il me reste encore bien des découvertes à faire et c’est tant mieux !!

*****

Lire quelques pages sur le site de l’éditeur.

D’autres BD qui parlent d’Hollywood ou de cinéma : Fondu au noirUne vie à écrire

*****

Cette semaine nous sommes chez Stephie pour Mille et une frasques

C’est aussi ma 10ème (et dernière) participation au Mois Américain

Merci à Irene Cannibal Lecteur pour ce Logo du Mois Américain !

Scarface – BD – Mois Américain 3

ScarfaceSCARFACE ♥
Christian de Metter
D’après le roman d’Armitage Trail

Coll. Rivages / Casterman / Noir*

Casterman/Payot & Rivages (2011)

*****
*La collection Rivages / Casterman / Noir était une collection de bd adaptant des romans noirs ou des polars entre 2008 et 2013. Durant ce laps de temps, plus de 25 romans furent adaptés. (infos Wikipédia)

*****

Chicago, années 20 à 30. Sur le point de mourir, abattu par son propre frère Ben, policier, Tony Guarino, alias “Scarface” se remémore sa vie agitée de gangster. Tony, c’est un malin. Au lieu d’organiser des braquages ou des cambriolages, il a l’idée de faire payer les commerçants tous les mois pour les “protéger”. Puis la prohibition va lui offrir de nouvelles perspectives et lui permettre de gagner beaucoup d’argent grâce aux bars clandestins.

*****

Scarface, c’est d’abord un polar écrit par Armitage Trail (inspiré par la vie d’Al Capone célèbre gangster) et publié en 1930 aux États-Unis. Il faudra attendre 1992 pour qu’il paraisse en France. Entre temps, Howard Hawks a déjà réalisé en 1932 la première adaptation du roman au cinéma. Un remake de ce film sera réalisé par Brian de Palma en 1983 avec Al Pacino dans le rôle principal.

*****

Au premier abord, les couleurs ne m’attiraient guère.

Elles sont assez sombres, verdâtres. Mais en fait, cela donne une ambiance très particulière. On a presque l’impression de regarder un film en noir et blanc dans une vieille salle de cinéma du Quartier Latin. Le dessin a un côté très doux (je ne sais pas comment c’est fait, on dirait de la peinture) alors que l’histoire est très violente (Chicago / prohibition / guerres entre gangsters…).

En bref : une bd qui m’a beaucoup plu et m’a donné envie de regarder ce que De Metter a fait d’autre !!

*****

Pour voir quelques planches (BDGest)

Une autre bande dessinée (très différente, mais également très chouette !) sur la prohibition : Broadway

Une bd qui participe à la BD de la semaine, au Mois Américain, à l’Objectif PAL

Avec un clin d’œil au challenge première guerre mondiale (3 pages sur 108 se déroule en France pendant la 1ère guerre mondiale)

     

Merci à Irene Cannibal Lecteur pour le Logo du Mois Américain !

Les soeurs Mitford enquêtent

MitfordLes sœurs Mitford enquêtent
T1 : L’assassin du train

Jessica Fellowes

Éditions du Masque (2018)

*****

1919 à Londres. Louisa vit avec sa mère. Son père est décédé récemment et sa mère fait ce qu’elle peut comme blanchisseuse pour payer le logement et la nourriture. L’oncle Stephen (le frère du père décédé et un homme dangereux) s’est invité dans leur petit logement. Il compte tirer profit du fait que sa nièce soit une jeune femme agréable à regarder pour payer ses dettes de jeu. Louisa ne voulait pas laisser sa mère seule, mais ne sachant comment échapper à son oncle Stephen, elle se fait engager comme nounou à la campagne, par la famille Mitford… Avec Nancy, l’aîné des filles, elle va mener l’enquête sur le meurtre d’une infirmière.

*****

Je sais que je vais m’attirer les foudres de certaines de mes collègues du Mois Anglais, mais j’avoue que je ne suis pas fan de tout ce qui concerne la royauté ou l’aristocratie anglaise (ou autre d’ailleurs !) Ceci dit, si nous sommes bien dans la “haute société” avec la famille Mitford, l’héroïne principale de ce roman, c’est la jeune Louisa Cannon, qui, elle, sortirai plutôt d’un roman de Dickens ! J’ai bien aimé le personnage de cette jeune fille, qui se débrouille comme elle peut pour survivre et échapper à la condition de blanchisseuse. Le personnage du policier, Guy Sullivan est intéressant aussi par son obstination à vouloir résoudre l’enquête. Et aussi pour son manque d’obéissance à sa hiérarchie !

La première guerre mondiale

Même si l’intrigue se déroule après la guerre (en 1919 et 1920), et que ce n’est pas le sujet principal, celle-ci est encore très présente. Avec le policier par exemple, qui souffre d’avoir été réformé à cause de sa mauvaise vue. Avec l’infirmière tuée, Florence Nightingale Shore (nièce de la fameuse Florence Nightingale) qui servait à Ypres, ville tristement célèbre pour ses batailles durant la première guerre mondiale. Ou encore avec le personnage de Roland Lucknor, officier à Ypres. On y entend parler de soldats qui font des cauchemars, de Trouble de Stress Post-Traumatique

Lu pour le mois anglais, c’est un roman policier que j’ai lu avec beaucoup de plaisir, notamment pour l’ambiance “so british” !

*****

L’auteur, Jessica Fellowes, est la nièce de Julian Fellowes, le créateur de Downton Abbey, la célèbre série !

Même si ce livre parle d’une famille qui a réellement existé, les Mitford et d’un meurtre jamais élucidé (celui de Florence Nightingale Shore), c’est avant tout un roman !

Un article de Wikipédia sur la famille Mitford

L’avis d’Eva

*****

Ce roman participe au Mois Anglais, organisé par Lou et Titine.

https://thecanniballecteur.files.wordpress.com/2019/05/union_jack-9.jpg?w=584&h=365

Merci à Belette pour les logos !

Les lectures prévues de Sophie pour ce mois anglais

Il participe également au Challenge Première guerre mondiale chez Blandine

Little Lou de Jean Claverie

Little

Little Lou ♥
Jean Claverie

Gallimard (1990)

***

Préface du musicien Memphis Slim

***

États-unis, années 20.

Le père de Little Lou aime bricoler. Comme il n’a pas beaucoup de travail dans le sud, il rafistole un camion et part dans le nord avec quelques copains. En chemin, il rencontre… Ma’, qui va les suivre, devenir sa femme et la maman du futur Little Lou. A la naissance de Little Lou, Pa’ travaille dans un garage, tout à côté d’un bar, le “Bird Nest” où il y a tous les soirs de la musique grâce à Slim, le pianiste. Little Lou et ses parents habitent juste au-dessus, alors il est parfois difficile de s’endormir… Mais tant pis ! La musique est tellement belle que tout le monde fait la fête…

*****

L’histoire m’a beaucoup plu. Elle est assez courte, simple et amusante (la plupart du temps). Mais ce que j’ai vraiment aimé, ce sont les illustrations ! Le dessin est non seulement très doux, mais il “vibreau rythme de la musique, on “voit” littéralement les doigts du pianiste voleter de touche en touche… Les couleurs, aux tons chauds (sauf dans les moments tristes ou “dangereux”) sont pleines de douceur également.

Une très belle histoire, pleine de musique et de joie de vivre !

*****

Ça commence comme ça : Tout a commencé dans le vieux Sud. Onc’ Sonny se baladait de ferme en ferme. Avec sa vieille guitare il chantait le blues comme personne et il aurait bien aimé que Papa fasse la même chose que lui. Mais Papa était doué pour la bricole. Et c’est tant mieux puisque c’est ce qui lui a permis, quand le travail s’est fait rare, de rafistoler et de conduire quelque chose qui avait dû être autrefois un camion…

*****

Également présenté par Blandine (Vivrelivre) et Isabelle (Une ribambelle d’histoires)

Sur le blog de Jean Claverie, vous comprendrez qu’il aime beaucoup la musique !

*****

au Challenge African American History Month chez Enna – 6ème participation

*****