Verte – roman jeunesse

verteSorcière ? Vous avez dit sorcière ?
A partir de 8 ans

Verte

Marie Desplechin

Collection Neuf

L’École des loisirs (1996)

*****

Éditeur : À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte, puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être.

*****

Verte est le premier tome d’une trilogie. Le deuxième tome s’intitule “Pome” et le troisième “Mauve“.

Je connais ces romans et j’ai envie de les lire depuis très longtemps. Mais, je ne sais pas pourquoi (le manque de temps peut-être ?) je ne l’avais toujours pas fait (alors que les deux premiers sont dans ma bibliothèque depuis belle lurette). Jusqu’à hier soir. Et je dois dire que ça aurait été vraiment dommage de passer à côté, parce que j’ai bien rigolé !

Malgré la date de parution, pas d’inquiétude, ce n’est pas du tout “daté”. Les thèmes sont toujours d’actualité  (relations mère-fille, relations fille-garçon) et puis les sorcières, ça ne se démode pas ! Même si j’aime beaucoup cette illustration de Gaudelette (dessinateur de Fluide Glacial !) sur mon exemplaire, l’école des loisirs a changé les couvertures au fil des années, pour en faire de plus “attirantes” pour les enfants d’aujourd’hui.

Et si votre enfant n’aime décidément pas lire, offrez-lui la bande dessinée adaptée par Magali Le Huche ! Quand il aura bien rigolé avec Verte, il aura peut-être envie de lire le roman ? Moi je dis que ça se tente…

*****

Ce livre a obtenu plusieurs récompenses :

  • Prix « Tam-Tam/J’aime lire » décerné par le Salon de Montreuil en 1997
  •  le Prix du « Livre le plus drôle de l’année » décerné par la ville de Beaugency en 1997
  • et le Prix « Graines de Lecteurs » décerné par la ville de Billière en 1998

D’autres avis : Jojo, Blandine

Sophie vous a déjà présenté “Mauve” ainsi que d’autres romans de Marie Desplechin : Le journal d’Aurore T3, danbé, Mon petit théâtre de Peau d’Âne, Ne change jamais

*****

Pour écouter le début

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Chaman – Roman ado/adulte ?

ChamanChaman

Maxence Fermine

Michel Lafon (2017)

*****

Richard Adam est charpentier du ciel. Comme il est à moitié indien -et que, soit-disant, les indiens n’ont pas le vertige- il a été embauché par une entreprise qui construit de très hauts bâtiments. Au moment où commence cette histoire, il vient de perdre sa mère. Et comme il n’a jamais vraiment connu son père, à 45 ans, il se retrouve orphelin. Sur le point de se suicider, il se souvient qu’il a fait une promesse à sa mère : emmener ses cendres et les disperser sur les terres de ses ancêtres. Pour réaliser les dernières volontés de sa mère, Richard va pénétrer dans un monde dont il ne soupçonnait pas l’existence…

*****

C’est un roman qui, par certains côtés, m’a fait penser à un conte. Mais pas un conte de fées, non, il faut plutôt aller chercher du côté des contes et légendes amérindiennes. Il très court et se lit très rapidement et très facilement, mais il m’a laissé un goût de trop peu.

J’ai bien aimé le côté “historique” avec le rappel des guerres indiennes, des traités non respectés par les blancs (encore à notre époque apparemment, Trump vient de faire passer un oléoduc sur les terres sacrées des sioux…*) ainsi que le retour aux sources, la quête d’identité de cet homme mi-blanc mi-indien qui ne sait pas trop où est sa place.

Intéressant aussi le rappel de la vie dans les réserves, avec les ravages de la maladie, de la drogue ou encore de l’alcool. Mais j’ai vraiment trouvé dommage que tout cela ne soit pas un peu plus approfondit, que ce soit juste survolé.

*****

Un extrait :

Le jour où Richard Adam comprit qu’il n’avait qu’une vie, il n’avait jamais été si proche du ciel. Et pour cause. Il se tenait en équilibre sur une poutrelle d’acier, à près de soixante mètres de hauteur. Et il avançait, pas à pas, vers le vide. Tout doucement, en retenant son souffle, calme et serein. Résolu à faire le grand saut dans l’inconnu. (…) Parvenu au bout de son perchoir, il s’arrêta, retint son souffle, et contempla une dernière fois le paysage qui s’offrait à lui, telle une flaque d’or blanc. Il pensa que la vue était sublime, et la vie, terriblement fragile. Un souffle de vent, un faux pas, et il disparaîtrait à jamais. Il s’envolerait tel un oiseau dans les nuées.

*****

*Voir l’article de Francetvinfo (fév 2017)

Ma 2ème (?) participation au challenge 1% Rentrée littéraire 2017

challenge rentrée littéraire 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer