A propos Nathalie

Passionnée de lecture depuis plus de… 40 ans !!
Est très heureuse actuellement d’effectuer un remplacement en médiathèque !

Archie Greene, le futur « Harry Potter » ?

Archie GreeneArchie Greene

et le secret du magicien

D. D. Everest

Bayard Jeunesse (mars 2015)

L’auteur : Il est journaliste et auteur de plusieurs livres documentaires. Archie Greene est son premier livre pour la jeunesse.

L’histoire : Orphelin, Archie Greene vit chez sa grand-mère Gardénia. Le jour de son 12ème anniversaire, il reçoit un mystérieux grimoire écrit dans une langue indéchiffrable. Ce colis est accompagné d’un parchemin qui l’invite à se rendre à la librairie « La page blanche » à Oxford. Le jeune garçon part sur le champ ! Archie devient apprenti relieur au Musée des Collections Magiques où les livres battent des pages pour voler, où les grimoires prédisent l’avenir et révèlent le passé, où les pop-ups font jaillir des chevaliers… Il découvre bientôt qu’il a un don très particulier. Désormais, son devoir est de protéger les Terribles Tomes, ces livres de magie noire convoités par des magiciens maléfiques…

Mon avis : Au départ, je me suis dit : « allons bon, l’auteur ne s’est pas cassé la tête, il a prit Harry Potter, changé quelques petits trucs et hop ! le tour est joué… »

Il faut dire qu’il y a des coïncidences assez troublantes : C’est un jeune garçon orphelin qui se retrouve le jour de son 12ème anniversaire propulsé dans le monde de la Magie. Il devient apprenti-relieur et se retrouve rapidement en train de mener une enquête en compagnie de deux cousins dont il ignorait jusque là l’existence, Ronce (la fille) et Chardon (le gars). Bref, c’est vrai, il y a des similitudes.

Mais cela n’empêche pas que l’on se laisse emporter par cette histoire, bien écrite, amusante, pleine de trouvailles (magiques, bien sûr !). Les 3 jeunes héros sont très sympathiques ainsi que l’oncle et la tante d’Archie (Sauf que les recettes de Loretta Foxe, heu, comment dire ? Non, sans façon, merci !)

Quand au livre en lui-même, la couverture est jolie, glacée et un peu en relief. Les chapitres sont courts, la police de caractères assez grosse (donc bien pour les jeunes lecteurs !) et l’en tête et le pied de page sont joliment décorés.

Et puis un livre jeunesse qui se passe au milieu des livres (même magiques !), dans une librairie et un musée, franchement, moi je craque !!

Pour un public plus jeune peut-être qu’Harry Potter, car un peu moins effrayant.

 SignatureNat

Les extraordinaires aventures de tous les jours

Les extraordinaires aventures de tous les jours

 LesExtraodinairesAventures

Claude Gutman

Ronan Badel (ill.)

Castor Poche Benjamin

Flammarion (2015)

L’auteur : Claude Gutman fut d’abord professeur de lettres. Il se consacre maintenant (et cela depuis quelques années) à l’écriture et à l’édition (il dirige des collections jeunesse chez Syros, Gallimard et le Seuil). Il a écrit plus de 40 ouvrages dont certains sont devenus des références en littérature jeunesse (cherchez bien, vous en connaissez sûrement un ou deux !!)

L’illustrateur : Ronan Badel est né et vit dans le Morbihan (comme moi !!). Il a suivi les cours de l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg. Il a illustré de nombreux albums.

L’histoire : Bastien est en CE2. Il vit avec ses parents et sa grande sœur Julie. Pour ce garçon de 8 ans, chaque jour apporte son lot de découvertes et d’expériences, grâce auxquelles Bastien apprend à devenir grand. Depuis la question du mensonge à la première soirée seul chez lui, en passant par le désir d’un animal de compagnie, la peur de faire pipi dans les cabinets de l’école, celle de se perdre dans un parc d’attractions, ou encore la question des croyances religieuses, ces 6 courtes histoires permettent de répondre avec humour et justesse aux interrogations que se posent les enfants.

Six petites histoires pleines d’humour !

Dans « le mensonge« , tout le monde se vante de savoir faire des trucs pas possible et Bastien, lui, se vante de savoir faire du vélo sans les mains. Bien sûr, tout le monde demande à voir… Aïe ! Je ne vous raconte pas la chute… de l’histoire.

Dans « Tout seul, le soir » Bastien est trop petit pour sortir avec ses parents, mais assez grand pour rester tout seul. Les premières minutes sont extraordinaires (je peux faire ce que je veux !) mais avec un peu d’imagination, il peut être difficile de s’endormir tout seul dans la maison…

Dans « Mon animal » (Grrr… elle m’a rappelé des souvenirs cette histoire-là !! Ils étaient 3 à nous tanner régulièrement pour avoir un chien !!! Non, non et non ! Je suis assez fière de ce coup-là, je n’ai pas cédé – je savais trop qui allait hériter de la bête, une fois l’attrait de la nouveauté passé) Bref, c’est exactement ça, la bagarre entre les parents (qui n’en veulent pas, pas fous !) et les enfants (qui en veulent un à tout prix !)

Dans « Perdu« , Bastien se retrouve… perdu à Disneyland © ! et comme on lui a toujours dit de ne pas parler aux étrangers, il ne veut rien dire à personne ! Tout finira par s’arranger, mais la peur est beaucoup moins amusante quand elle est réelle (que sur les manèges !)

Dans « La discussion« , la question est de savoir si le Père Noël existe ou non…

Et dans « Une folle envie » on suit le calvaire de Bastien qui aimerait tant réussir à se retenir quand il a envie de faire pipi !

Ces petites histoires m’ont fait un peu penser aux histoires du petit Nicolas… C’est frais, léger et amusant. Facile à lire, les histoires sont courtes (6 à 8 pages), l’âge indiqué est à partir de 8 ans (soit le CE2) mais je pense qu’un bon lecteur arrivera à les lire dès le CE1.

SignatureNat

Le livre brûlé – série en 2 tomes

Le livre brûlé

T.1 : Le cri de l’arbre

Françoise Grard

Gulf Stream Éditeur (2014)

LivreBrule1

L’auteure : Professeure de lettres en région parisienne, mère de 3 enfants, elle aime lire et bien sûr, écrire ! Ce qui ne l’empêche pas, parfois, de massacrer son piano…

L’histoire : Chris est heureux. C’est enfin les vacances et avec elles, la promesse de longues baignades et de promenades dans ses chers sous-bois. Mais à peine a t-il entamé sa première balade sous les arbres qu’une grosse voiture lancée à toute allure balance un paquet à ses pieds… Le paquet mystérieux s’avère être un livre, livre qui s’enflamme dès qu’on essaie de l’ouvrir ! Chris se retrouve à mener une drôle d’enquête, un peu malgré lui…

Mon avis : A la fois roman policier et fantastique (avec une pincée d’Histoire), le cri de l’arbre est un court roman (186 p.) qui se lit rapidement et avec plaisir. J’ai particulièrement aimé que le personnage principal, Chris, soit un ado amoureux de la nature (ça change des jeux vidéos !) et des animaux (qui le lui rendent bien). Beaucoup de mystères dans ce premier tome qui ne fait que mettre l’histoire en place…

Un seul bémol : j’ai vu ici et là qu’il est conseillé à partir de 11 ans. Les chapitres sont courts (10-15 pages), la mise en page aérée et la police de caractères assez grosse, ce qui facilite la lecture, il est vrai. Malgré tout, vu le vocabulaire employé, je doute un peu… Ou alors, pour les très bons lecteurs !

Et j’avoue également que je n’aime pas du tout l’illustration de couverture… Je la trouve vraiment tristounette et cette couleur caca d’oie ne m’aurait pas attirée du tout si j’avais vu ce livre en vitrine !

LivreBrule2 Comme vous êtes des petits veinards, le tome 2, « Dans les eaux noires du lac » (suite et fin) vient de sortir ! Ne faites pas la fine bouche, achetez les deux en même temps, ça vous évitera de ressortir…

SignatureNat

Romans historiques – Le moyen-âge

Au temps noir des fléauxNuitLoupVert

Viviane Moore

Flammarion

dès 11 ans

.

 

 Tome 1 : Le seigneur sans visage (2010)

Michel arrive comme jeune écuyer au château de La Roche-Guyon. Le seigneur, atteint de la lèpre depuis un voyage à Jérusalem, vit caché et laisse son jeune frère Thibaud régner à sa place. Mais, un jour des crimes mystérieux sont commis, les soupçons se portent sur le seigneur. Obligé de se montrer à son épouse et à son peuple, il est reconnu innocent. Son frère Thibaud est le coupable.

Tome 2 : La nuit du loup vert (2012)

Michel de Gallardon, écuyer au service du chevalier Guillaume, découvre à son arrivée à Jumièges que les villageois et les moines brûlent les restes du troupeau de l’abbaye, massacré.

bouquinTome 3 : Le château du diable rouge (2015)

La peur rôde autour du château de Coucy. Paysans et serviteurs meurent, frappés d’un mal étrange. Le feu qui les dévore est-il une punition divine ou bien une manifestation du diable lui-même ? Il faudra à l’écuyer Michel de Gallardon bien plus que son courage pour affronter ce terrible adversaire, contre lequel ni les épées ni les plus hautes murailles ne peuvent rien !

Mon avis : Je n’ai pas lu les deux premiers tomes de cette trilogie, mais à priori, les 3 tomes peuvent se lire séparément (ce sont les mêmes lieux et les mêmes personnages, mais de nouvelles enquêtes à chaque fois). Je confirme : on peut tout à fait lire ce tome-ci sans avoir lu les précédents, ce n’est absolument pas gênant. J’ai vraiment apprécié ce court roman (167 p. pour le roman seul + quelques pages d’annexes) ; l’ambiance est bien rendue, on imagine très bien la vie quotidienne des gens, qu’ils soient paysans, serviteurs ou nobles. Les chapitres sont de taille variable mais jamais trop long (10-12 pages max). Le vocabulaire n’est probablement pas évident pour des jeunes de 5ème (Classe qui a le Moyen-âge au programme) mais il y a un lexique à la fin du roman, ainsi que quelques explications sur « le mal des Ardents » ou ergotisme (empoisonnement à l’ergot de seigle) ou encore sur le Château de Coucy. Un roman qui peut sans doute aider à l’apprentissage de l’histoire au collège, en rendant plus « vivante » l’Histoire en question. C’est une enquête, il y a un côté mystérieux, des rebondissements, bref, un roman très agréable !

La couverture est un vrai plus, on sent les deux cavaliers fatigués après une longue journée passée à chevaucher, l’humidité du soir qui tombe, la brume toujours un peu inquiétante…. (bon j’arrête mon délire, mais je la trouve vraiment belle ! De près, on distingue comme une trame de toile ou de tapisserie)

*****

CinqEcusBretagneLes cinq écus de Bretagne

Evelyne Brisou-Pellen

Hachette (1993)

Au début de l’été 1469, Guillemette, qui vient de perdre son père, rejoint son grand-père à Rennes. Celui-ci ignore son existence et lui réserve un étrange accueil. Il lui demande de ne révéler à personne son identité. Guillemette doit alors se faire appeler Philippa et supporter bien des médisances.

Un roman qui nous plonge au cœur du quotidien de la ville de Rennes, en plein Moyen-âge : une ville avec tous ses problèmes de circulation (déjà !), d’hygiène, d’inondation, ses métiers (regrattier, miseur, tripière, ça vous dit quelque chose ?). Rien que pour ça, ce livre vaut le détour. On s’y croirait ! Mais il y a, en plus, l’intrigue bâtie autour de la filiation de Guillemette/Philippa : est-elle ou n’est-elle pas la petite fille de Jamet Boisguérin, le miseur ?  Qui a tué son père ? Et pourquoi ? Autant de questions qui ne trouveront réponse qu’une fois le roman terminé ! Des personnages attachants et complexes, une vie bouillonnante et des descriptions très vivantes font de ce roman une très agréable lecture.

*****

Encore un ? Une série sur le moyen-âge que j’ai beaucoup aimé également : Les revenants de Jean Molla (en 4 tomes)

SignatureNat