J’aime Noël de Minne et Merlin

J’aime Noël

de Minne et Merlin

Album pour enfants

Albin Michel, novembre 2011
13,90€ – 48 pages

 

Présentation de l’éditeur :

24 petits textes enfantins, sensibles, amusants pour attendre Noël, la fête et les cadeaux ! Toute la thématique de Noël, vue au travers des yeux d’un enfant : plaisirs, questions, excitation, impatience, jeux … C’est le délicieux temps de l’attente et des petits frissons d’avant Noël.

Mon avis :
Des petites paillettes sur la couverture et hop je suis fan ! La neige argentée qui brille, ça met vraiment dans l’esprit de Noël et j’aime vraiment ça quand approche la fin d’année. Voici un livre qu’il ne FAUT PAS offrir pour Noël… Non je vous jure, car il faut absolument L’OFFRIR AVANT ! En effet cet album fonctionne exactement comme un calendrier de l’avant. Le petit héros, animal personnalisé, nous entraine dans son quotidien d’avant noël.

On passe en revue tout ce qui sent Noël au mois de décembre : décoration, spectacle, toute l’attente et l’excitation des enfants… C’est adorable, et ça rendra encore plus agréable l’attente !

Niveau illustration j’aime beaucoup, même si j’ai trouvé qu’il manquait parfois de couleurs vives, pour renforcer l’effet noël! Les petits pandas héros sont vraiment adorables et attachants!

Les textes sont très enfantins, avec une façon particulière de raconter, mais ils coulent bien et plairont sans doute. Extraits :

 » J’ai aimé quand tu as dit  » je vais mettre mes poupées de l’année dernière au pied du sapin, pour que le Père Noël voit comme je m’en suis bien occupée. »
Alors j’ai dit : » Oui mais s’il croit qu’un autre Père Noël est passé, et qu’il oublie nos cadeaux de cette année. »
Et tu as dit : » Tu penses qu’ils sont plusieurs ? »

Un très joli album qui pourrait remplacer le calendrier de l’avant… mais ça va manquer de chocolat tout ça :)

Logo - Mercredi journée des enfants - Les lectures de Liyah

Un autre calendrier de l’avant à découvrir chez Liyah !

 

 

Je me souviens, Rebecca de Nathalie Somers

Je me souviens, Rebecca

de Nathalie Somers

Roman historique pour adolescents

Nathan, août 2011
(Poche Histoire), 222 pages
9782092532287 , 5€50

Thèmes : Seconde Guerre Mondiale, Résistance, Chambon-sur-Lignon, adolescence, amour

Présentation de l’éditeur :

André vit au Chambon-sur-Lignon, village du Massif central où, en pleine Seconde Guerre mondiale, la population cache des réfugiés juifs.
Un jour, une jeune fille à l’étincelante chevelure rousse arrive dans sa classe. Elle dit s’appeler Simone, mais André devine vite que c’est un faux prénom, qui dissimule son origine juive. Dans l’espoir de la voir plus souvent, il décide alors de devenir messager pour un chef local de la résistance, chez qui la jolie nouvelle est logée…

Mon avis :

Le Chambon-Sur-Lignon, centre de ce roman, se situe à quelques kilomètres de chez moi, autant dire que j’étais séduite d’avance !

En pleine Seconde Guerre Mondiale nous suivons André, adolescent d’un famille nombreuse que la guerre ne touche pas vraiment. En zone libre, ils étaient pauvres, ils sont pauvres. Pourtant il n’ignore rien de ce que le pasteur organise dans leur village. Ces gens et enfants qui vont et viennent… ces juifs…

Un jour pourtant, grâce à une tignasse rousse, André va s’impliquer dans la résistance. Il connaît le plateau, sait où se cacher, comment aller plus vite que par les routes… L’histoire d’un adolescent qui se construit, d’un village qui résiste, de l’amour aussi.

C’est bien écrit car on ne s’appesantit pas sur les situations difficiles ni sur la guerre. Elle est là, toujours, il faut la combattre, mais nous ne sommes pas sur le front. Une histoire d’ado, pour les ado, touchante, qui nous entraine dans la froideur de l’hiver du plateau.
Un texte intéressant pour le devoir de mémoire, car il y apporte la légerté brisée de l’adolescence. Seul le dernier chapitre m’a paru superflu, mais finalement avec le recul, connaître la fin, c’est bien aussi.

Ce texte a un écho particulier ici, dans la Montagne. Parce qu’André et Simone aurait pu exister. Parce que le Chambon-Sur-Lignon a vraiment résisté ainsi. Parce que j’ai rencontré des résistants altiligériens marqués par cette guerre. Parce que même notre collège porte le nom d’un de ces résistants. Que la plaque commémorative existe vraiment aussi… A noter que la famille de l’auteur a vécu cette histoire, c’est sans doute pour cela que le Plateau est si bien décrit, jusque dans son climat…

Extraits (pour que vous compreniez mieux le temps qu’il fait chez moi, et la beauté des paysages)
« Tout en fermant un bouton de sa veste, André Durand se dit que cette matinée de juin n’avait rien d’estival. Cela ne le surprenait guère cependant. Pour un natif du Chambon-Sur-Lignon comme lui, le climat du Plateau n’était plus un mystère. Il savait depuis longtemps qu’il ne fallait jamais se fier au calendrier pour choisir sa tenue vestimentaire. « En avril ne te découvre pas d’un fil. En mai fait ce qui te plaît » Eh bien, non ! Par ici, même en mai il ne vous était pas permis de faire ce qui vous plaisait ! Pas plus d’ailleurs en juin, juillet ou août, car la météo était capricieuse, et la nature avait toujours le dernier mot. »
« Il aimait ce pays, cette région du Plateau située à la limite du Velay et du Haut-Vivarais, que les gens d’ici appelaient « la Montagne ». Il aimait sa nature encore sauvage, le parfum de sa terre fraichement labourée et le gargouillement des ruisseaux qui venaient grossir le Lignon. Même si parfois la vie y était dure, il trouvait sa récompense dans le sentiment d’intense liberté que le Plateau lui offrait. […]
André aussi aimait la Montagne, mais […] il devait bien l’admettre il rêvait d’une vie moins rude et d’une nature moins indomptable. Le froid qui vous gelait les orteils d’octobre à avril […] et que dire des congères de neige qui atteignaient parfois deux mètres de haut ? »

+ pour en savoir plus sur cette histoire, et ce que l’on en fait aujourd’hui…

+ L’avis d’Argali

+ Sur la seconde guerre mondiale : L’envolée sauvage, La mouette, et Etranger à Berlin (non exhaustif, juste quelques livres jeunesse sur mon blog…) mais je vous conseille aussi l’album Otto de Tomi Ungerer, et les romans de Yael Hassan, dont le garçon qui détestait le chocolat, c’est un crime de ne pas vous en avoir déjà parlé, je le garde pour un jeudi de Ronde des Livres Ces livres dont je n’ai pas parlé!

+ Des challenges :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Un nouveau Challenge – Littérature jeunesse d’hier et d’aujourd’hui

LOui encore, mais ce n’est pas le mien, alors pour vous plaindre vous voyez ça chez Nota Bene!

Encore un challenge jeunesse, rien ne peut me faire plus plaisir et je ne résiste pas à participer!

Challenge littérature jeunesse d’hier et d’aujourd’hui

Logo2

Le but est de découvrir ou redécouvrir la littérature jeunesse (albums, romans, BD…) avec deux axes :
Littérature d’hier, les livres parus avant 1985
Littérature d’aujourd’hui, après 1985 donc.

Nous avons jusqu’au 1er décembre 2012 !

Il existe 3 niveaux :

Niveau 1 « Télémaque » :

  • Lire au moins un livre jeunesse d’hier
  • Lire au moins un livre jeunesse d’aujourd’hui

 

Niveau 2 « Le Petit chaperon rouge » :

  • Lire au moins 2 livres jeunesse d’hier
  • Lire au moins 2 livres jeunesse d’aujourd’hui dont un paru en 2012
  • Lire au moins un livre qui traite de la littérature jeunesse

 

Niveau 3 « Harry Potter » :

  • Lire au moins 5 livres jeunesse d’hier
  • Lire au moins 5 livres jeunesse d’aujourd’hui dont au moins un paru en 2012
  • Lire au moins 2 livres qui traite de la littérature jeunesse
  • Et parce que ça fait toujours du bien de retomber en enfance, faire le récit (pourquoi pas illustré) d’un moment « retour aux sources » (visionnage d’un dessin animé, bricolage digne d’un élève d’une classe de maternelle, confection d’un goûter digne d’un mercredi d’anniversaire…)

Sans surprise je choisis le 3ème niveau, parce que j’aime Harry Potter et que j’aime la littérature jeunesse!

Logo1.JPGDès demain je met à jour cet article avec ma première participation : Le retour au source, mais je n’ai pas de photos sous la main de ce que je veux vous montrer :)

La malédiction de Jérusalem 1 d’Alain Absire

La malédiction de Jérusalem

1 Le chevalier à l’armure d’argent

d’Alain Absire

roman historique jeunesse

Éditions Éveil et Découvertes, 2010
9782353660148, 8€90
123 pages

Thèmes : Moyen-Age, Croisades, Jérusalem, Chevalerie, Sorcellerie, Musulman, Lèpre

Présentation de l’éditeur :
Un redoutable chevalier croisé, dont le visage est dissimulé par un masque d’argent inamovible, et le corps recouvert par une armure de mailles du même métal dont il est prisonnier, est sous le coup d’une malédiction en réparation d’un meurtre abominable qu’il a commis.
Durant la prise de Jérusalem, en 1099, un écuyer, Guillaume de Crèvecoeur (13 ans), dont le seigneur vient d’être tué, s’attache à ses pas, ainsi qu’une toute jeune Musulmane du nom de Zakia. Batailles, magie, sorcellerie, mais aussi attachement d’un jeune garçon pour le maître qu’il veut délivrer du sortilège dont il est victime…, Le chevalier à l’armure d’argent, dont  » La malédiction de Jérusalem  » est le premier épisode, est un récit d’aventures palpitant construit autour de la première croisade.
Il te permettra de percer les mystères d’une époque lointaine, et d’imaginer la vie d’un garçon courageux et d’une petite Musulmane emportés dans le tourbillon de la plus grande expédition armée du moyen âge.

Mon avis :

Au coeur des Croisades, un roman historique pour adolescent entre bataille, mystère et amitié.

On suit Guillaume de Crèvecoeur au beau milieu des combats de la prise de Jérusalem. Batailles sanglantes et meurtrières se mèlent ici à la sorcellerie quand il rencontre Le chevalier d’argent. Enfermé par magie dans son armure, il doit expier se péchés pour espérer en sortir. Ajoutons à cette petite bande une musulmane, Zakia, qu’ils sauvent de la mort, et on obtient un trio intéressant, bien équilibré.

Le vocabulaire d’époque, les détails historiques, les descriptions… c’est très bien pour qui cherche à découvrir la vie et l’histoire de l’époque, mais cela m’a paru assez lourd, surtout au début de l’histoire. Malgré les batailles j’ai ressenti un manque d’action, le page turner est assez faible… Cela manque en fait de punch je trouve, et j’ai commencé à me sentir à l’aise dans le roman et a apprécié les personnages qu’à quelques pages de la fin de ce roman, me donnant envie de lire la suite, notamment pour connaître un peu l’histoire de ce Chevalier énigmatique…

Toute la partie avec les lépreux est surprenante, car il est rare d’avoir autant de détails dans un roman jeunesse, mais c’est bien mené, tout en respect et cela apporte une vraie touche originale au roman. De même les quelques pages documentaires de la fin apporte un réel plus à l’ouvrage, mais renforce son aspect très documentaire, moins plaisir peut-être ?

Au final un roman très intéressant, mais peut-être un peu trop historique pour accrocher vraiment le jeune lecteur ? En tout cas un roman qui peut être conseillé aux garçons qui apprécieront les détails sanglants je pense!

 

Merci à Lire pour le plaisir  et Éveil et Découvertes pour ce partenariat!

+ Des challenges :