Voyage, voyage… #Nathalie

Alors, avec, il est vrai, quelques semaines (mois !) de retard, voici enfin ma sélection d’albums « voyage » !

Il y a les « vrais » voyages, ceux qui nous font nous déplacer physiquement, pour aller voir d’autres lieux, de nouveaux paysages… Et puis il y a les voyages imaginaires. J’ai mis un peu des deux, profitant de ce thème  pour vous présenter plusieurs albums que j’aime beaucoup. 4 albums = 4 coups de cœur — Petit mot de Hérisson : article programmé pour aujourd’hui 4 octobre, puisque le rendez-vous albums du mois porte sur les coups de coeur ! —

Pêcheur de couleurs

Eric Battut – Michel Piquemal

Didier Jeunesse (2011)

coll. Les p’tits Didier

pecheurs-de-couleurs

« Dandine est heureuse dans son pré, car l’herbe y est si douce et sucrée… et puis si fraîche, si belle , si verte, qu’elle ne pourrait plus s’en priver.
Mais quand elle voit passer le train, elle voudrait bien partir au loin. »

Elle appelle donc son ami Martin, l’oiseau qui pêche les couleurs, et ensemble, la vache Dandine et lui vont découvrir d’autres pays…

Un texte et des illustrations qui se répondent pour une découverte des couleurs toute en subtilité.

Sur un texte de Michel Piquemal, le premier album d’Éric Battut publié en France !

Iericbattut
(à partir de 4/5 ans)

Thèmes : Amitié, Couleurs, Poésie, Voyage

La couverture est peu tristounette, mais les illustrations à l’intérieur sont belles ! Colorées, lumineuses, un vrai régal pour les yeux…

Et puis il y a le texte : Des rimes deci-delà (j’adore ça !), une histoire poétique et sympathique, et une typographie qui facilite la lecture à voix haute :

« Ils sont allés jusqu’à la mer, là où le bleu est à la fête, le bleu turquoise, bleu outremer, le bleu pervenche et de ciel clair…Là-bas, au loin, passe un bateau, et notre amie rêve à nouveau. Adieu le bleu, voici le jaune, le jaune du sable du désert qui est comme une grande mer. Dandine est un peu fatiguée d’avoir tellement marché. Mais brillante au-delà des dunes, la tache rouge du soleil lui donne envie d’aller plus loin… »

Un très bel album.

___________________________________________

Epik au pays des hautes herbes

Textes et sculptures : Alain Burban

Photos : Marc Loyon et Paskal Martin

Ateliers Art Terre (2002)

epik-au-pays-des-hautes-herbes-4217213

A partir de 5 ans

Thèmes : Conte, Amitié, Poésie, Voyage

« Epik est un hérisson qui aimerait bien être un peu plus grand pour voir au-dessus des hautes herbes.

Envoyé dans l’étrange atelier de Maître Farsouk, il va être successivement transformé en coucoucloc, monté sur un vélo sans freins, puis lancé dans les airs… Epik redescendra-t-il un jour sur terre ?

L’histoire est amusante et prenante, les personnages incongrus et sympathiques, mais ce qui m’a le plus marqué dans cet album, ce sont les illustrations : C’est un sculpteur, Alain Burban, qui a fabriqué les personnages et les décors à partir de bric et de broc (vis, boulons, clous, plaques de métal…) et deux photographes ont pris les décors en photo. J’avais découvert cet album au Salon du livre jeunesse de Fougères, où il y avait une exposition présentant les maquettes ayant servi pour faire l’album, c’était très chouette ! (le site de l’éditeur )

Un album très original.

___________________________________________

Celui-ci ferait plutôt parti des « voyages imaginaires »

Pas-du-tout-un-carton !

Antoinette Portis

Kaléïdoscope (2008)

pas-du-tout-un-carton---631582-250-400

(à partir de 3/4 ans)

Thèmes : Voyage imaginaire, carton

Qui a dit qu’un carton d’emballage ne servait qu’à emballer ?
Les grandes personnes, bien sûr !
Et qui serait capable de transformer
ce même carton en de multiples jeux, plus amusants les uns que les autres ?
Un enfant (sous la forme d’un lapin)…
Évidemment.

Celui-ci, c’est à la fois la découverte d’un album très amusant et à la fois les souvenirs inoubliables d’une maman ! Mon fils ne pouvait pas voir un carton sans le mettre sur sa tête ou sans rentrer dedans… Le must : j’ai récupéré un jour un carton de réfrigérateur : il était fou !! Il pouvait nager dedans, il était super content… (comme quoi, hein, ça coute pas toujours forcement cher de faire plaisir à ses gamins !! Bon ok, surtout quand ils sont petits…)

___________________________________________

Pour le dernier, je triche un peu : ce n’est pas vraiment un voyage (quoi que ?),  juste une balade en voiture…

A fond la caisse avec Steve Mac Kouïn

Taï-Marc Le Thanh

Christophe Merlin

Seuil (2009)

a-fond-la-caisse-avec-steve-mac-kouin-632902-250-400

Un album grand format à partir de  5  ans

Thèmes : Voiture, vitesse, désert américain, humour

Steve Mc Kouïn rêve de vitesse au volant de la grosse voiture de son père.

« Si j’emprunte la voiture de papa et que je lui rends ce soir, il ne s’en apercevra probablement pas. »

Un petit garçon passionné de vitesse (et légèrement hyperactif !!) emprunte la voiture de son père pour une folle balade à travers la ville puis le désert, poursuivi par les hommes du shérif… Et bien d’autres encore ! «mais Steve Mac Kouïn s’en moquait. Lui, ce qui l’intéressait, c’était la vitesse» Un hommage à l’acteur passionné de voiture (Steve McQueen) et aux grands espaces américains. Un très bel album (grand format, de très belles illustrations avec des cadrages façon cinéma) avec un texte rythmé et dynamique qui plaira à beaucoup d’enfants (et pourquoi pas, aux parents aussi !)

Bref, un album dépaysant !

 

Nous suivre et partager :
error0

Albums Pop Up

BLANC de David Pelham aux éditions Milan (2008)

Présentation de l’éditeur :

Attention, ouvrage hors norme ! Plus qu’un livre, Blanc est une invitation à une expérience visuelle unique. Cinq doubles pages où d’extraordinaires pop-up se déploient pour illustrer une nature tout en volume. Quand le papier devient poésie et le livre animé une œuvre d’art.
Dans cette épopée animée, le lecteur est invité à suivre la trace brillante d’un escargot sur des paysages entièrement réalisés en pop-up. Une piste à suivre, prétexte à une promenade graphique, visuelle et contemplative. Où est passé l’escargot dans ces décors d’une blancheur absolue ? À la fin, le lecteur retrouvera ce drôle d’animal, se reflétant dans une mare-miroir… en couleurs.
Dans cet ouvrage, tout est poésie et jeux de regard : sauterelle cachée dans un tronc d’arbre, libellule aux ailes irisées, nénuphar façon origami… Sublimée par la blancheur du papier, chaque double page offre aux lecteurs une vision féerique de la nature.
Ouvrage exceptionnel par sa fabrication et la complexité de ses animations, Blanc s’impose comme un nouveau « classique» du livre animé. Il vient prouver l’extrême dynamisme de la nouvelle génération d’ingénieurs papier américains et accompagner le développement d’un nouveau secteur éditorial : le livre animé d’art.
Un livre inclassable – un livre cadeau – qui est autant pour les enfants que les adultes. Ses animations et sa multitude de détails raviront les tout-petits, tandis que les collectionneurs des plus beaux pop-up trouveront là nouvelle matière à s’émerveiller.
David Pelham est un auteur-ingénieur papier à succès aux États-Unis. Aux côtés des David Carter et Sabuda, il a révolutionné le domaine du pop-up, en développant de nouvelles techniques et en faisant du livre animé un support artistique.

J’ai trouvé cet album superbe, les découpages sont magnifiques, le texte poétique, on suit la trace (de bave !) de l’escargot page après page…

Fragile, comme la plupart des pop up, il n’est pas à mettre dans de trop petites mains ! Mais on pourra s’amuser -même avec les plus petits- à chercher les insectes présents (blanc sur blanc, pas évident !!) et à suivre la trace de cet escargot.

Allez voir ce diaporama, il vous donnera une petite idée de la beauté de cet album… http://ohpopup.canalblog.com/albums/david_pelham___blanc/index.html

Au passage, si vous ne connaissez pas ce blog (ohpopup), vous allez vous régaler !

Blanc                  blanc-631552           blanc-631542

———————————————-

Il était une fois…

Benjamin Lacombe

aux éditions du Seuil (2010)

Lacombe

Celui-ci est très particulier également mais pas pour la même raison : à mon humble avis, il s’adresse plus aux adultes qu’aux enfants…

C’est un album qui nous permet de replonger dans les contes de notre enfance, ces grands classiques que nos petits ne connaissent pas toujours. L’occasion, peut-être, de réparer cet oubli !

Pas d’histoire, mais de belles illustrations en 3D !

———————————–

Un dernier mot, pour vous parler d’un auteur que je n’ai pas eu l’occasion de lire « en vrai » mais qui m’a l’air très talentueux (j’ai croisé plusieurs fois son chemin, ou plutôt celui de ses albums, sur le net, et les critiques sont toujours très élogieuses ! En plus, les illustrations me plaisent beaucoup).

Il s’agit de Philippe Ug et tout particulièrement de son album « Drôle d’oiseau » qui a de superbes couleurs !!

UG_348ug-couv-drole

cadeaumaestro

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Un peu de musique pour les tout-petits #Concours

3 albums avec CD pour proposer des chansons aux tout-petits 

Mes plus belles chansons du monde

Elsa Fouquier

Après une petite carte du monde où les chansons sont placées, chaque double page nous propose de découvrir une chanson en Version originale et traduction en français ce qui nous permet de découvrir d’autres versions de nos comptines, comme Il était un petit navire, mais aussi des chansons totalement nouvelles. Chaque double page s’accompagne de la version musicale, ainsi que d’une illustration simple et vive, bien adaptée à cet univers.

Un joli tour du monde musical, Colombie, Grèce, Chine, Bénin, Vietnam, Algérie, Congo… 16 destinations pour 16 découvertes exotiques.

La version française n’étant qu’une traduction, elle ne se trouve pas sur les CD, pas toujours évident alors de chanter en langue étrangère, même si tout es adapté à notre alphabet. Sympathique aussi pour ouvrir l’oreille des enfants aux différentes langues et intonations.

Album cartonné CD, Gallimard jeunesse éveil musical, 2012 – 9782070645466, 16,90€

Mon comptinier 

de Stéphane Bataillon

et Eric Gasté

Plus de 170 comptines pour enfants, très connues ou moins entendues sont présentées et illustrées dans cet album. Regroupées par thème, on découvre donc des comptines :
– De la tête… aux pieds
– Turlututu chapeau pointu
– Portraits de famille
– Bon appétit !
– 1, 2, 3…
– Loup… y es-tu ?
– Bonjour messieurs dame !
– Prout prout cadet
– Chuuut

Un comptinier à partager au jour le jour, entre enfants, parents et grands parents pour retrouver les comptines d’antan avec toujours autant de plaisir. Chaque texte est illustré avec des dessins simples mais colorés, très parlants pour mieux comprendre le sens des chansons.

Un CD accompagne ce livre, malheureusement impossible d’avoir toutes les comptines et ce sont donc (que) 37 chansons que l’on peut trouver en version musicale. Un peu frustrant d’autant plus que ce ne sont que les comptines les plus connues et qu’on ne peut donc pas chanter celles que l’on ne connait pas.

Tourbillon, 2013 – 9782848019345, 15,95€

Mes premières berceuses (avec un CD)

28 berceuses illustrées par Cécile Gambini

mises en musique par Laurent Pradeau

          Ce dernier album est un savant mélange, avec uniquement le coté berceuses, de  tout ce qui m’a séduit dans les deux premiers. De belles illustrations, colorées, qui racontent de vraies histoires. On y trouve bien sûr le texte des différentes berceuses et surtout  des berceuses très variées. Si quelques unes sont les classiques françaises telles que Meunier tu dors ou Colas mon p’tit frère on découvre aussi des berseuses moins connues telles que C’est la cloche du vieux manoir ou Bonsoir, bonsoir les loups mais encore des berceuses étrangères : The Itsy Bitsy Spider (anglaise), A ni cou ni (indienne), Ma voix te dira des contes (russe), Nini ya Bobo (marocaine)…

      Les berceuses sur le CD sont accompagnées de musique et les voix des quatre chanteurs sont très douces. Les chansons traduites dans l’album sont présentées dans les deux langues sur le CD.

Les illustrations de Cécile Gambini sont fines et intéressantes car elles racontent de véritables histoires. On plonge dans un monde de douceur, celui des berceuses, et l’amour n’est jamais loin.

Cet album est très beau à l’intérieur mais c’est d’abord l’extérieur qui séduit car cet album cartonné offre de magnifiques tranches brillantes, de belles pages dorées en rouge!

Seuil jeunesse, 2013, 9782021113099, 16,90€

concours

En partenariat avec Seuil jeunesse je vous offre ce troisième album Mes premières berceuses.

A gagner : 2 x Mes premières Berceuses

Pour participer :
 Répondre  en commentaire à ces deux questions :

1- Quelle est votre berceuse préférée, ou celle de vos enfants ?

2- Dans la collection « Mes premiers » au Seuil, il existe deux autres titres, sortis le 17 octobre, lesquels ? Indice

+ Vous pouvez aussi suivre l’actualité de Seuil Jeunesse sur facebook et gagner une chance supplémentaire (donner votre nom),
et comme toujours une autre chance supplémentaire si vous partagez le concours et laissez le lien!

Ouvert du 24 octobre au 3 novembre. France Métropolitaine. Règlement.

edit :
Le gagnant est Ninio

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Idiopathie de Sam Byers {RL2013}

 Premier Roman
Rentrée Littéraire 2013

Idiopathie

de Sam Byers

traduit de l’anglais
par Nicolas Richard

Seuil, août 2013
9782021099867, 21,50€

 

Katherine n’aime personne. Même pas elle même. Elle a tiré un trait sur le bonheur. Daniel lui semble heureux, avec sa jolie compagne. Pourtant il a bien du mal à y croire. Quand Nathan revient après plus d’un an d’absence, Katherine et Daniel, ses anciens amis, sont bien obligés de se parler de nouveau.
Une comédie anglaise sur fond d’épidémie bovine étrange. Si même les vaches se mettent à déprimer, cela en dit long sur la société.

Ces personnages et notamment Katherine sont enfermés dans un narcissisme qui les pousse à ne croire en personne, à ne supporter personne. Un aperçu de la société nombriliste dans laquelle nous vivons. Les personnages sont finalement détestables aussi pour le lecteur, bien qu’on finisse par plaindre Katherine. Ils s’enferment eux même dans leur malheur et ne cherche pas de portes de sorties. Seul Nathan semble avoir grandi, être prêt à devenir adulte. Le brin d’humour distillé par Sam Byers semble constant pourtant, peut être est-ce le fait de la traduction ou de la différence de culture, on sourit peu dans ce roman, s’enfonçant plutôt dans une noirceur assez prenante qui n’est finalement relevée que par les coups de gueule de Katherine.

L’utilisation de la vache comme symbole de la chute d’une société est particulièrement bien vu étant donné les multiples scandales alimentaires qui rythment les informations. L’idiopathie, cette étrange maladie qui apparaît spontanément ou dont la cause est inconnue, devient ici le signe de la déchéance.

Malheureusement si les idées sont là le roman se traîne en longueur sans grande surprise et le grand final, la réunion des trois amis, arrive un peu trop tard dans l’intrigue pour relever le sentiment général.

Un roman intéressant par certains aspects mais avec un sentiment de déjà-vu et un négativisme trop constant.

Lu en juin dans le cadre de l’opération On vous lit tout !

Nous suivre et partager :
error0