La partition de Flintham – BD Adulte

Partition

La partition de Flintham
Barbara Baldi

Ici Même (2018)

*****

Angleterre, fin du 19ème siècle. Deux sœurs, Lady Clara et Lady Olivia, vivent à Flintham Hall Manor, chez leur grand-mère, Lady Sutherland. Celle-ci, très âgée, meure en laissant un testament très clair. Clara aura le manoir et Olivia la valeur du manoir en livres sterling. Un testament qui amène une brouille entre les deux sœurs… Et tandis qu’Olivia part mener une vie mondaine à Londres, Clara essaie coûte que coûte et par tous les moyens de sauver Flintham Hall Manor.Partition

*****

La couverture avec sa végétation luxuriante m’attirait déjà pas mal, le titre un peu mystérieux et qui évoque la musique aussi. L’avis enthousiaste de Nathalie d’Un amour de BD avait achevé de me convaincre.

Mais Wow ! Je ne m’attendais pas à ça en ouvrant ce livre… Que cette « partition de Flintham » est belle… J’ai été fascinée par certaines planches et par la beauté de l’ensemble.

Indubitablement, si vous aimez la peinture, les magnifiques planches de cette bande dessinée vont vous interpeller et sans doute vous rappeler tel ou tel peintre. Nathalie d’un Amour de Bd parle de Jean-Baptiste Corot ou John Constable, des peintres « romantiques », moi j’ai pensé par moment à Jean-François Millet, peintre réaliste, très connu pour ses scènes paysannes ou champêtres (les glaneuses). Voir planche de droite.

C’est le premier roman graphique de cette illustratrice italienne (elle en a fait un autre « Ada » qu’il me tarde de lire !)

Il y a relativement peu de texte, mais les illustrations suffisent de toute façon à notre bonheur. La tristesse de Clara est palpable et l’ambiance, quand la pluie tombe est parfois bien pesante. Mais que c’est beau !!

Que vous dire d’autre ? Ouvrez, feuilletez et appréciez ! Moi, j’ai adoré.

*****La Partition de Flintham Barbara Baldi Ici Même éditions

Cette semaine, nous sommes accueillis par Stephie et ses Mille et une frasques

Nous suivre et partager :
error0

AMOUR MINUSCULE – Roman graphique adulte

Minuscule

Une histoire d’amour et de tolérance

Roman graphique ado/adulte

AMOUR minuscule
T. Radice – S. Turconi

Coll. Treize Étrange
Glénat (2018)

*****

Un amour minuscule commence en Italie en avril 2013. Iris et Ismaïl s’installent dans la maison de famille d’Iris pour commencer une nouvelle vie. Ils se sont rencontrés quelques années auparavant en Syrie. Iris effectuait un visite touristique et Ismaïl était son guide. Ils sont heureux et amoureux. Mais Ismaïl repart en Syrie pour régler quelques affaires. Malheureusement, là-bas, tout ne va pas se passer comme prévu… Iris s’aperçoit peu après son départ qu’elle attend un bébé, un amour minuscule. On va suivre leurs deux histoires en parallèle : Iris qui est dans l’attente, à la fois du bébé qui grandit dans son ventre et d’Ismaïl dont elle n’a aucune nouvelle. Et Ismaïl, qui a été enlevé, s’est enfuit et essaie désespérément de retourner en Italie.

*****

Un roman graphique dense, touchant, poignant, plein d’humanité, de tendresse… Qui contient beaucoup de citations : poétiques, musicales, philosophiques et de réflexions. Je suis certainement passée à côté de beaucoup de choses, il va falloir que je le relise !

De nombreux sujets sont abordés : l’amour, la maternité, les secrets de famille, la transmission, la guerre, les migrants, les religions, l’art, la beauté ou encore la poésie… La vie quoi ! Quand je vous dis que c’est dense…

Les illustrations, très belles et différentes selon le pays ou la période évoquée, permettent de suivre les nombreux retours dans le passé et d’appréhender toute l’histoire familiale d’Iris.

Mon unique (et minuscule) bémol : Le format (assez petit) de ce roman graphique… qui fait que l’écriture des bulles est trop petite pour mes yeux fatigués !

Un gros coup de ♥

*****

Des mêmes auteurs : Le port des marins perdus , Violette autour du monde (BD jeunesse pleine de pep’s !)

Découvrir quelques pages sur le site de l’éditeur

D’autres avis : Mes petites Madeleines, Noukette

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Nous suivre et partager :
error0

En attendant Bojangles – Roman adulte

BojanglesDélicieuse folie douce…

En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut

Éditions Finitude (2015)

*****

Dans « En attendant Bojangles », le narrateur, c’est l’enfant. L’enfant qui regarde ses parents vivre, tour à tour émerveillé ou embarrassé. Un enfant qui comprend vite que ses parents ne vivent pas dans le même monde que les autres et qui fait avec… Il apprend très tôt à mentir, parce sa réalité est si éloignée de celle des autres, que quand il dit la vérité, on ne le croit pas.

*****

Pour apprécier « En attendant Bojangles« ,

je crois qu’il faut ne pas être tout à fait adulte. Ne surtout pas se prendre au sérieux (et encore moins l’histoire racontée !), avoir conservé son âme d’enfant, une capacité d’émerveillement, une joie innocente devant les surprises, les déguisements ou les feux d’artifice.

Car cette histoire, pour moi, c’est ça. Un feu d’artifice tourbillonnant ! C’est une histoire pétaradante, bruyante, colorée, folle, merveilleuse, festive, passionnée, illuminée, avec une certaine violence parfois… Et aussi de la tristesse.

Si vous êtes un adulte sérieux et responsable (comme la plupart des adultes) vous trouverez sans doute cette histoire complètement loufoque et extravagante. Et les parents de cette histoire to-ta-le-ment ir-res-pon-sables !!

Mais si, dans un petit coin de votre tête, il y a encore un enfant attiré par la fête, laissez-vous emporter par la douce folie de cette famille pas tout à fait comme les autres, mais dont on ne peut s’empêcher d’envier, par moments, le côté farfelu et tellement pétillant !

*****

Et j’adore la citation de Bukowski au début du livre : « Certains ne deviennent jamais fous… Leurs vies doivent être bien ennuyeuses. »

*****

J’adore Nina Simone depuis bien longtemps et j’aime beaucoup beaucoup cette chanson : Mr Bojangles

C’est un livre qu’un ancien collègue, Christian, m’avait chaudement recommandé lors de sa sortie. Et puis, le temps passant et les livres s’accumulant… Je n’ai pris le temps de le lire que cette semaine, à l’occasion d’un challenge.

Il a reçu plusieurs prix : le prix France Télévisions, le Grand prix RTL-Lire et le prix du roman des étudiants France Culture-Télérama. (Merci Wiki !)

Comme il est dans ma PAL depuis un bon moment, il participe au challenge Objectif PAL d’Antigone.

Nous suivre et partager :
error0

SAGA – Comics de Space Fantasy

Saga

Naissance d’une famille dans un monde en guerre

Saga
Brian K. Vaughan & Fiona Staples

Urban Comics

*****

Alana (ma mère) vient de Continent, la plus grande planète de la galaxie. Marko (mon père) est né sur Couronne, une lune satellite de Continent. Moi, Hazel (leur fille), je suis née sur la planète Clivage, là où se sont rencontrés mes parents (soldats de 2 armées ennemies).

Le truc, c’est que mes parents sont de deux « espèces » différentes (l’un a des cornes, l’autre des ailes et moi… Vous verrez bien !) et qu’ils ne combattaient pas dans le même camp. Du coup, ils sont pourchassés à travers toute la galaxie, non seulement par leurs deux camps, mais également par tout un tas de mercenaires plus vilains les uns que les autres… Une vraie Saga, quoi !

*****

Raconté comme ça bien sûr, ça ne doit pas vous faire rêver. Encore une histoire d’amour impossible entre deux « espèces », pensez-vous. Mais c’est que vous n’avez pas vu (et lu) l’inventivité dont font preuve les deux auteurs !

Que ce soit pour les personnages (et il y a un paquet d’espèces extra-terrestres), les planètes, la faune très étonnante ou la flore variée…

Et vous n’imaginez sûrement pas non plus comment être un couple de jeunes parents peut parfois être épuisant. Il faut dire que ces deux-là sont en fuite, pourchassés par tous à travers un univers en perpétuelle guerre. Heureusement, pour les aider, ils ont trouvé une étrange mais très efficace Baby-sitter !! Un personnage que j’adore ? Le CM, le Chat Mensonge… Comme son nom l’indique, il détecte les « mensoooonges » ! Pratique, non ?

Une histoire aux multiples rebondissements et surprises, avec de l’humour, de l’amour, des valeurs (pacifisme, humanité, tolérance…) et une inventivité sans limites !

J’aime beaucoup les illustrations également, les différentes espèces sont très expressives.

Bref, je ne sais pas si ça vous plaira, mais moi, j’ai adoré Saga !

Ah, une dernière chose… C’est clairement une série pour adultes ! Il y a des gens nus, du sexe, de la violence… A partir de 15 ans, quoi !

Pour un résumé plus « sérieux » et surtout pour voir les jolies couvertures des 9 tomes parus, la page de l’éditeur.

De Brian K. Vaughan, nous vous avons déjà présenté « Paper girls« .

Une intéressante interview des deux auteurs sur ActuaBD

Cette semaine, ça se passe chez Moka, Au milieu des livres

Nous suivre et partager :
error0