Le poisson qui me souriait de Jimmy Liao

Le poisson qui me souriait est une très belle histoire d’amitié, hors du commun

Album pour la jeunesse dès 7 ans

Le poisson qui me souriait

de Jimmy Liao

Editions HongFei, mars 2021,
hors collection,
texte et illustrations de Jimmy Liao,
104 pages- 14,90 euros

 

Thèmes: poisson, mer, liberté, amitié

 

Après le magnifique Nuit étoilée, c’est sans aucune hésitation que je me suis plongée dans cette nouvelle histoire de Jimmy Liao. Dans Le poisson qui me souriait, il y a un côté délicieusement absurde que j’ai adoré. Rêve et réalité s’entrelacent savamment afin de faire vivre au lecteur une aventure hors du commun.

 

On sent que l’auteur a un lien étroit avec la nature. En effet,  le message véhiculé par Le poisson qui me souriait est un véritable appel à la liberté. Et la liberté, ce n’est pas tourner en rond dans un aquarium simulant un environnement aquatique…

 

Le poisson qui me souriait raconte l’histoire d’un homme attiré par un poisson qui, comme le titre l’indique, sourit constamment. Ce poisson semble heureux de sa condition. Mais au fur et à mesure, cette cohabitation singulière va permettre à l’homme d’ouvrir les yeux sur une situation affligeante.  Cette fois je n’ai pas mis le résumé de l’éditeur car il raconte comment l’histoire se termine. Et ce serait dommage de gâcher le plaisir d’une si belle lecture!

À l’instar de Nuit étoilée, le texte et les illustrations sont l’oeuvre de Jimmy Liao. Pour Le poisson qui me souriait, Jimmy Liao a principalement utilisé une palette de tons froids au début du récit. Par la suite, grâce à l’introduction de notes de jaune et de vert fluorescent, les bleus dominants font place à des couleurs plus lumineuses. Les décors sont assez minimalistes; seul le dessin de la ville est plus détaillé. Cette sobriété met parfaitement en valeur les personnages.

 

J’apprécie beaucoup l’illustration  de couverture. On y voit parfaitement le contraste entre la ville synonyme d’entrave à la liberté et l’immensité de la mer. C’est un album qui invite le lecteur à réfléchir sur diverses notions. Les sentiments de l’homme sont légitimes mais n’est-ce pas une forme d’égoïsme au final?

 

À lire!

 

~Melissande~

 

+ Sur le même sujet: Amélie et le poisson de Helga Bansch, présenté par Nathalie

+ Un album humoristique présenté par Nathalie: Totoche et le poisson malheureux de Catharina Valckx

L’Amie en bois d’érablede Delphine Roux et Pascale Moteki

L’amie en bois d’érable est un beau conte sur la continuité des énergies

Album pour la jeunesse dès 7 ans

L’amie en bois d’érable

de Delphine Roux

et Pascale Moteki

 

Editions HongFei, Hors-collection, juin 2020, 44 pages- 15,50 euros

 

Thèmes: absence, émotion, rencontre, transmission, enfance, Japon

 

Présentation de l’éditeur: “Tomoko, petite fille sensible et curieuse, reçoit de sa tante une poupée Kokeshi en bois d’érable. Elle l’adore et en fait son amie pour chaque moment de sa vie. Mais un matin d’orage, elle la perd (…)”

 

Ce très bel album conte le lien entre une enfant et un objet. Symbolique de l’enfance, la petite poupée en bois présentée dans L’amie en bois d’érable est presque magique.

Comme dans de nombreuses philosophies asiatiques, la kokeshi est un objet sacré dont on doit prendre soin. Ainsi elle veillera avec amour sur les personnes qui la chérissent.

Du côté des illustrations, les couleurs vives sont mises en valeur grâce aux fonds blancs. Ce procédé subtil permet de mettre en avant la finesse des dessins de L’amie en bois d’érable.

A travers ce récit, on apprend que ce qui est perdu réapparaît au moment opportun. La notion de patience est aussi évoquée par le biais de la Tomoko adulte qui tient un atelier de poterie.

J’ai beaucoup aimé L’amie en bois d’érable pour son originalité et aussi car je suis passionnée par la culture japonaise depuis l’enfance.

 

 

Un titre à découvrir absolument!

~Melissande ~

Les petits plus :

+ L’avis de Sophie Hérisson : Quelle douceur que cet album japonisant L’amie en bois d’érable ! J’aime beaucoup les Kokeshi et le voyage de celle de cette histoire est vraiment touchant, il permet une transmission sur les années, et voir grandir la petite héroïne est toujours quelque chose que j’apprécie dans les albums, qui ont souvent une temporalité plus courte. 
Ma fille de 6 ans a apprécié cette lecture malgré certaines complexités culturelles.

+ Sélectionné pour le prix des Incorruptibles 2021 2022 niveau CE1
+ Mois Japon chez Lou et Hilde

 

+ L’avis de Marine Landrot pour Telerama

+ L’avis de Michel Driol sur Li&Je

+ Un autre conte inspiré de la culture japonaise,  présenté par Nathalie: Le kami de la lune de Nathalie Dargent et Sandrine Thommen

 

 

Malgré tout – BD d’amour et de tendresse ♥

MalgréLe temps qui passe efface t-il les sentiments ?

BD ado/adulte

Malgré tout

Jordi Lafebre

Dargaud (2020)

*****

Dès les premières cases, à leurs regards plein de tendresse, à leurs sourires radieux, on le sait, ces deux là sont amoureux. Un amour qui attend de s’épanouir depuis 37 ans. Du chapitre 20 au chapitre 1, on va remonter avec eux le fil de leur histoire, comprendre comment elle a commencé et comment elle en est arrivée là…

Ana a 60 ans, elle est mariée à Giuseppe, mère d’une fille, Claudia et vient de prendre sa retraite de Maire. Zeno est libraire et voyageur. Célibataire endurci aussi. Depuis des années, par téléphone, par courrier, ils s’aiment d’un amour fort et platonique.

*****

La couverture, déjà, m’avait attirée. Ce couple en reflet, qui a l’air tellement heureux, serein. Et puis les avis ravis des copines de La BD de la semaine ont achevé de me décider. Comme d’habitude, je n’ai pas regretté de les avoir écoutées.

Quelle belle histoire d’amour !

Une histoire vécue à distance et de façon platonique pendant près de 40 ans, mais une histoire d’amour très forte malgré tout (malgré le temps, la séparation, l’éloignement, d’autres rencontres…) Bref, une histoire qui m’a tellement plu, qu’arrivée à la fin, je l’ai relu en sens inverse !

Et nulle question de “tromperie” ici, juste des gens qui s’aiment, de la vie, de la tendresse et du respect. J’adore les passages où ils écoutent le même disque en dansant chacun de leur côté… Les illustrations sont gaies, vives et dynamiques. Une jolie réussite !

*****

Pour lire les premières pages (et sûrement craquer comme tout le monde !!) C’est par ici

Jordi Lafebre a illustré une nouvelle du recueil : La vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis ainsi que Lydie et les beaux étés

Petite bio sur le site de l’éditeur

D’autres avis : AliceKarineMokaNouketteSabine

Cette semaine, nous sommes réunis dans la bibliothèque de Noukette !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Dis au pigeon d’aller se coucher! de Mo Willems

Un pigeon têtu qui n’en fait qu’à sa tête… une histoire courte drôle et pétillante de malice!

Album pour les petits dès 3 ans

Dis au pigeon d’aller se coucher!

de Mo Willems

Editions Kaléidoscope,
texte et illustrations de Mo Willems,
août 2020, 40 pages- 13,50 euros

 

Thèmes: vie quotidienne, heure du coucher, enfance, pigeon

 

Présentation de l’éditeur: “Le pigeon baille à s’en décrocher le bec mais il refuse d’aller dormir! Arriveras-tu à le mettre au lit?”

 

Une bonne dose d’humour pour cet album décalé. C’est sûr, votre  bout de chou va s’en donner à coeur joie! Et honnêtement, j’ai moi-même beaucoup ri. Dis au pigeon d’aller se coucher! est en quelque sorte un album interactif. En effet, à chaque page, l’enfant doit essayer de convaincre le pigeon qu’il est temps d’aller au lit. C’est simple mais très efficace et le rusé volatile n’a pas dit son dernier mot!

 

Les illustrations de Mo Willems sont sobres. Les tons, plutôt froids, reflètent à merveille l’ambiance nocturne. Le pigeon est vraiment très expressif, c’est très drôle! La mise en scène tirée de la vie quotidienne permet au petit lecteur de rentrer directement dans l’histoire. Sur la  première double page intérieure, les nuages évoluent à travers la lueur du soleil couchant. Ensuite, un personnage nous interpelle afin de nous demander de mettre le pigeon au lit. Sur la dernière double page, les nuages flottent dans le ciel nocturne. C’est très ingénieux et original.

 

Dis au pigeon d’aller se coucher! crée donc une atmosphère propice au rituel du coucher des petits. De quoi aborder avec humour un moment parfois difficile pour nos chères têtes blondes.

 

Mo Willems est un auteur prolifique et reconnu depuis de nombreuses années. Il a été récompensé six fois aux Emmy Awards et a été trois fois lauréat du Caldecott Honor. Dis au pigeon d’aller se coucher! fait partie d”une série dans laquelle nous retrouvons notre protagoniste ailé. Toujours aussi têtu qu’une mule…

 

J’ai adoré cet album et je compte bien lire d’autres publications de Mo Willems. À découvrir absolument!

 

~Melissande~

 

+Un album pour les bébés sur le rituel du coucher présenté par Nathalie: L’ours et la nuit de Marie-Noëlle Horvat

+Un autre album pour préparer l’enfant au coucher, présenté par Hérisson: Au lit, petit lapin! de Jörg Mühle