Nos grand-mères savaient de Jean Palaiseul

Nos grand-mères savaient : petit dictionnaire des plantes qui
guérissent


nosgrandmeres.gif
Auteur : Jean Palaiseau

Editeur : Point
Date : 02/2010
Pages : 440 p.
Prix : 12€
ISBN
9782757817148

 
 
Documentaire (guide)

Thèmes : Plantes

Présentation de l’éditeur :
“Comment utiliser les plantes au quotidien pour en tirer le meilleur parti? Nos grand-mères le savaient, mais se sont parfois gardées de partager leurs secrets.
Jean Palaiseul remédie à cette lacune et prouve que la Nature, plus que n’importe quelle chimie, peut tout soigner, du sommeil à la digestion, en passant par l’humeur. Un dictionnaire ludique,
instructif et plus que jamais indispensable. BASILIC (Ocymum basilicum): Il a une action calmante et antispasmodique indéniable qui s’ajoute à ses propriétés digestives, d’où son indication en
cas de nervosisme, de troubles de l’estomac et d’insomnie d’origine nerveuse, de vertiges, de migraines, d’angoisses, bref une sorte de ” tranquillisant ” naturel et non toxique.”

Avis :

Un petit dictionnaire intéresant à feuilleter de temps en temps pour apprendre de nouvelles recettes de grand
mères… Je ne suis pas sûre que tout fasse du bien, mais en tout cas cela ne fait pas de mal ! Des petits médicaments simples, des plantes qu’on croise tous les jours sans connaitre vraiment
:)

A chaque fois la plante est présentée, avec un rappel historique, et souvent littéraire :)

Un petit guide très agréable, après à vous de tester… :)


Extraits :
“Le coquelicot facilite la transpiration, apaise la toux, et calme l’agitation, cela grâce à ses propriétés adoucissantes et à son pouvoir légèrement narcotique
(il appartient à la famille des pavots dont on tire l’opium), ce qui explique qu’on mélangeait jadis son suc à la bouillie des enfants pour les faire dormir (c’est tout de même mieux que de leur
donner des biberons au cavaldos comme cela s’est fait en Normandie !).”


Nous suivre et partager :

C’est décidé, je pars d’Assia Rabinowitz

C’est décidé je pars

cestdecidejepars.gif
Auteur : Assia Rabinowitz

Editeur Carnets de l’info
Date 28/01/2010
Prix 14 €
ISBN 978-2-916628-64-6

Documentaire / Guide

Présentation de l’éditeur :
Partir à l’étranger, un rêve pour nombre d’entre nous Mais passer de l’imagination à la concrétisation, c’est une autre histoire…
Etudiant Erasmus, stagiaire Leonardo, volontaire européen, au pair, expat’, bénévole humanitaire, traveller, etc., toutes les formules sont possibles, il suffit de trouver la sienne. Ce livre,
truffé de conseils pratiques, d’adresses utiles, d’astuces et de témoignages concrets, détaille les formalités, les programmes ou les bourses permettant de réussir cette expérience. Comment choisir
sa destination et préparer le départ ? Comment s’intégrer une fois sur place ? Comment valoriser son expérience au retour ? Autant de réponses apportées pour que votre chemin évite les principaux
écueils, comme les plus infimes, et vous pousse à la découverte des autres et de vous-même !

Mon avis :
Un petit guide bien conçu pour les aspirants expat’ qui veulent connaitre les possibilités et les démarches.
Comment lacher son job pour partir à l’étranger ? Partir pour quelques mois, plus ?
C’est assez difficile d’organiser un tel séjour, non pas touristique mais vraiment pour habiter un pays étranger. J’avoue que souvent cela me traverse l’esprit… travailler dans un lycée français
à l’étranger…
Le livre offre des solutions aux lycéens, aux étudiants, mais aussi aux adultes, qu’ils partent pour travailler, faire du bénévolat, ou carrément à l’aventure.
Finalement chaque parcours a une solution… et une fois qu’on sait comment partir, le livre nous aide encore avec les lieux, les durées, une check liste très complète avant le départ, la
réalisation sur place (avec même des explication comme le mariage, la naissance d’un enfant à l’étranger…) et le retour (si nécessaire ;)
De nombreuses adresses, des conseils précieux. Mon seul reproche sera celui que l’on peut faire de plus en plus aux livres, pas d’actualisation, donc une péremption plus ou moins rapide, au moins
concernant les organismes, aide de l’état… ces choses là bougeant régulièrement. Pourtant grâce à toute sa deuxième partie, je pense que ce livre peut être un bon complément d’Internet pour tout
ceux qui souhaitent partir (attention ce n’est pas un guide de vacances à l’étranger)

Ma seule déception, on ne traite pas des lycées français à l’étranger… mais tout le reste peut m’être utile
quand même… de toute façon le plus dur sera de trainer Zhomme, car lui il va avoir du mal à trouver du boulot à perpètzouille… :)
Nous suivre et partager :

La mathématique : les lieux et les temps CNRS

La mathématique : 1. les lieux et les tempsla_mathematique_tome_1_01.j_1.jpg

Sous la direction de Claudio Bartocci et Piergiorgio Odifreddi

Editeur : CNRS Editions
Date : 10/09/2009
Pages : 845 p.
Prix : 89€
ISBN
978-2-271-06817-0

Documentaire, en 4 volumes.


Thèmes : Mathématique

Présentation de l’éditeur :
“Toute l’histoire des mathématiques, de l’aube de l’humanité au XXIe siècle. Un livre attendu, de référence, qui faisait défaut. Premier volume d’un projet qui en comporte quatre, Les lieux et
les temps nous présente le récit des centres historiques à partir desquels a rayonné la science des nombres, de Babylone à Oxford, en passant par Princeton et Athènes, et des scientifiques qui en ont été les héros, de Pythagore à Bourbaki. Sa réputation d’une science par trop adepte des abstractions a longtemps fait oublier son ancrage bien réel dans l’histoire des civilisations. Ce premier ouvrage vient nous rappeler que l’aventure des mathématiques est aussi celles de lieux géographiques et d’écoles culturelles aux prises avec les grands problèmes de leurs temps.”

Plan du livre :

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifIntroduction : génie individuel ou environnement culturel?

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLes origines

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLes mathématiques classiques et hellénistiques

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifUne école mathématique alexandrine ?

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifMathématiques et culture. Une approche appuyée sur les sources chinoises les plus anciennes
connues

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’inde ancienne et médiévale

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’Amérique précolombienne

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifPanorama des mathématiques arabes

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifMathématiques au XIVe siècle à Oxford et à Paris

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLa renaissance italienne

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifCalcul et invention dans les mathématiques françaises du XVIIe siècle

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’émergence du calcul infinitésimal en Grande Bretagne

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifInfini et mathématisation du mouvement au XVIIe siècle

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifMathématiciens à la Cour et à l’Académie

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLe Japon de l’époque d’Edo

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’Ecole polytechnique, 1794-1914

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifGöttingen et Berlin au XIXe siècle

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifDes Liberal Arts College aux universités de recherches aus Etats Unis ; Harvard, Yale et
Princeton

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’évolution de la recherche universitaire au Etats Unis ; Johns Hopkins, Chicago et
Berkeley

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’Italie de l’Unité à la Première Guerre mondiale

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLa géométrie à Cambridge, 1863-1940

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifSaint Pétersbourg et Moscou, deux capitales

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLa France au XXe siècle : le phénomène Bourbaki

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLe Japon moderne

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifDe la guerre à la guerre froide aux Etats-Unis, les nouveaux hauts-lieux des mathématiques

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifL’Ecole normale supérieure de Pise : un témoignage

http://www.databasteknik.se/webbkursen/relalg-lecture/huge-pi.gifLa géométrie d’Oxford, 1960-1990


Avis :

Un livre entre documentaire et aventure, au coeur des mathématiques. Bien sur ce livre n’est pas un ouvrage de
vulgarisation, il ne faut donc pas chercher là des réponses sur vos exercices de mathématiques, ou les futurs sujet du bac S… Pourtant toute personne à l’esprit un peu scientifique (ou historique) ne devrait pas hésiter à jeter un oeil à ce livre qui regorge de références, et nous permet de vivre les mathématiques de façon à la fois historique et géographique.

Certains passages pourront paraître ardu, mais l’ouvrage brille par sa qualité tant sur le fond que sur la forme.
Cet ouvrage n’est que le tome 1 c’est donc une oeuvre d’envergure qui est en cours. A suivre donc !


Extraits (début de la préface)
“Selon une longue tradition qui prend racine dans la pensée grecque, que Leibniz relance et qui trouve son expression moderne dans la concetption de Bourbaki, la marque distinctive de la mathématique, par rapport à toutes les autres activités intellectuelles, c’est sont caractère profondément unitaire. Dans ce temple de jaspes dures, érigé pierre après pierre sur les fondements des élèments d’Euclide, avec une tenacité millénaire, ni l’incertitude, ni l’imprecision, ni l’ambiguïté n’ont de place. Ses pilliers sont le principe de non contradiction et la méthode aciomatique : à partir de quelques propositions élémentaires, admises comme vraies (les axiomes), en enchaînant les démonstrations pour tisser un filet aux mailles serrées de lemmes, de corollaires et de théorêmes, on parvient à de nouvelles propositions, qui sont nécessairement vraies. Les grandes innovations […] n’annulent pas les connaissances déjà acquises, elles les enrichissent tout au contraire. Le grand édifice de la mathématique […] s’est développé par ajouts architectoniques : les ailes les plus vieilles, bien qu’abandonnées à la poussière de l’érudition, ne seront jamais démolies.”

 

La collection (source : Gilles Paris)

Réunis autour d’un comité scientifique comptant pas moins de quatre médailles Fields (le « prix Nobel » des
mathématiciens), les plus grands spécialistes internationaux nous livrent une collection qui s’impose dès à présent comme l’encyclopédie de référence sur les mathématiques.
Projet de coédition avec Einaudi, la plus prestigieuse maison d’édition scientifique italienne, La Mathématique associe plus d’une centaine de collaborateurs et les plus grandes universités
mondiales. La collection fait revivre, au fil de ses quatre volumes, trente siècles d’histoire mathématique. De l’invention du boulier à la théorie des jeux, du nombre d’or à la résolution du
théorème de Fermat, en passant par les hommes qui en ont été les héros, les auteurs brossent une histoire totale et vivante d’une science aujourd’hui indispensable : sans outils mathématiques,
pas de physique, de biologie, de chimie, d’informatique.


Et tous les auteurs (idem)

Introduction de Michel Blay

Michel Blay est docteur en histoire et philosophie de sciences. Directeur de recherche au CNRS, il a publié,
entre autres le Grand dictionnaire de la philosophie (Larousse-CNRS Editions), Les Clôtures de la modernité (Armand Colin), La Science du mouvement : de Galilée à Lagrange (Belin), Le Dictionnaire
critique de la science classique (Flammarion) et les Principia de Newton (PUF).

 

Le comité scientifique

Sir Michael F. Atiyah, professeur de mathématiques à l’université d’Edimbourg. Médaille Fields 1966.
Alain Connes, professeur de mathématiques au Collège de France. Médaille Fields 1982.
Freeman J. Dyson, professeur de physique théorique à l’Institute for Advanced Studies, Princeton.
Yuri I. Manin, professeur de mathématiques à la Northewestern University, Evanston.
David B. Mumford, professeur de mathématiques à la Brown University, Providence. Médaille Fields 1974.

 

Avec les universités et les centres les plus prestigieux :

CNRS • Collège de France • École normale supérieure • Chicago • Edimbourg • Harvard • Kyoto • Londres • Moscou
• Oxford • Princeton • Turin • Yokkaichi • Brown University • l’Imperial College • le MIT • la Roskilde University du Danemark • etc.

 

Par les meilleurs spécialistes mondiaux

Fabio Acerbi • Marcia Ascher • Michael F. Atiyah • June Barrow-Green • Giorgio Bolondi • Umberto Bottazzini
•Michel Blay • Claudio Bartocci • Karine Chemla • Alain Connes • Serafi na Cuomo • Amy Dahan Dalmedico • Joseph Dauben • Sergej S. Demidov • Jean Dhombres • Ahmed Djebbar • Freeman J. Dyson • Jeremy J. Gray • Ivor Grattan-Guinness • Nigel  Hitchin • Jens Hoyrup • Antoni Malet • Mario Miranda • David B. Mumford • Pier Daniele Napolitani • Piergiorgio Odifreddi • Tsukane Ogawa • Karen Parshall • Jeanne Peiff er • Kim Plofker • Hilary W. Putnam.

Merci à Gilles Paris

Nous suivre et partager :

Paroles de Poilus

Paroles de Poilus : lettres et carnets du front 1914 – 1918

Sous la direction de Jean-Pierre Guéno

 Librio / France Bleu, 1998

Collection : Documents
 186 p.
9782290335345,  3€


Documentaire / Oeuvre épistolaire

Thèmes : Première Guerre Mondiale, Lettres, Poilus

Présentation de l’éditeur :
Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans. Se prénommaient Gaston, Louis, René. Ils étaient palefreniers, boulangers, colporteurs, bourgeois ou ouvriers. Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins, brancardiers…

Voyageurs sans bagage, ils durent quitter leurs femmes et leurs enfants et revêtir l’uniforme mal coupé, chausser les godillots cloutés… Sur huit millions de mobilisés entre 1914 et 1918, plus de deux millions de jeunes hommes ne revirent jamais le clocher de leur village natal. Plus de quatre millions subirent de graves blessures..

Huit mille personnes ont répondu à l’appel de Radio France visant à collecter les lettres, jusqu’ici éparpillées, de ces Poilus. Cet ouvrage en présente une centaine.

Des mots écrits dans la boue et qui n’ont pas vieilli d’un jour. Des mots déchirants, qui devraient inciter les générations futures au devoir de mémoire, au devoir de vigilance comme au devoir d’humanité…

Résumé / Avis

Rangées en fonction des saisons, les dates se mélangent, mais les mots sont tendres et durs à la fois, parfois trompeurs, souvent  ravageurs. Quelle puissance dans ces mots, de ces inconnus, qui ne sont pas écrivains. Ce sont des gens comme tout le monde, témoins bien contre eux de leur temps, de cette guerre. Par leurs lettres, leurs carnets, ils ont écrit le monde, le monde du sang et de la guerre, des tranchées, des poux, des rats… Mais c’est aussi toute la tendresse, l’amour qui se dégage de ces mots qui font de ce recueil une petite perle d’humanité. Avant beaucoup de ces lettres, quelques lignes italiques nous narrent la vie du poilu qui écrit, son âge, son origine, sa position dans l’armée et sur le front, et puis malheureusement, bien souvent, la date à laquelle il a été tué au combat.


Extraits :
Mercredi 5 mai
1915.

Chérie,Voila le baptême du feu, c’est chose tout à fait agréable, tu peux le croire, mais je préférerais être bien loin d’ici plutôt que de vivre dans un vacarme pareil. C’est un véritable enfer. L’air est sillonné d’obus, on n’en a pas peur pourtant:nous arrivons dans un petit village, ou se fait le ravitaillement; là, on trouve dans des casemates enfoncés dans la terre les gros canons de 155 ; il faudrait que tu les entendes cracher,  ceux-la; ils sont à cinq kilomètres des lignes, ils tirent à 115 sur l’artillerie “boche”.On sort du village à l’abri d’une petite crête, là commencent les boyaux de communication; ce sont de grands fossés de 1 mètres de large et de deux mètres de profondeur; nous faisons trois kilomètres dans ces fossés, après on arrive aux tranchées qui sont assez confortables.De temps en temps, on entend siffler quelques balles, les “boches” nous envoient quelques bombes peu redoutables; nous sommes à deux cents mètres des “boches”, ils ne sont pas trop méchants. Je me suis promené à huit cents mètres sur une route, à peine si j’en ai entendu deux siffler; nous avons affaire à des Bavarois qui doivent en avoir assez de la guerre, ça va changer d’ici quelques jours.Nous faisons des préparatifs formidables en vue des prochaines attaques. Que se passera-t-il alors, je n’en sais rien, mais ce sera terrible car à tout ce que nous faisons nous prévoyons une chaude affaire. J’ai le coeur gros mais j’attends toujours confiant ; nous prévoyons le coup prévu avant dimanche.Si tu n’avait pas de mes nouvelles après ce  jour,c’est qu’il me sera arrivé quelque chose, d’ailleurs tu en seras avertie par un de mes camarades.Il ne faut pas se le dissimuler, nous sommes en danger et on peut prévoir la catastrophe; sois toujours confiante malgré cela parce que tous n’y restent pas.
Alphonse.

Neuf jours après avoir écrit cette lettre ,Alphonse a été tué par un obus.

                   * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** * * * * * * * * * * * * * * * * * * ** * * * * * * * * * * * * * * * * * * **

13 novembre
1916

Chers
parents,

[…] Il y a beaucoup de poilus qui se font encore évacuer aujourd’hui pour pieds gelés. Quant aux miens, ils ne veulent pas geler, malheureusement car je voudrais bien une évacuation aussi. Il n’y fait pas bon ici en arrière : ce sont les avions qui font des ravages terribles et en avant c’est loin de marcher comme les journaux vous annoncent. Ceux-ci sont des bourreurs de crâne pour encourager le civil, n’y croyez rien, comme je vous ai déjà dit, c’est la guerre d’usure en bonshommes, en tout. Je termine pour aujourd’hui en vous embrassant de grand coeur.

Votre fils
dévoué,

Auxence

Auxence avait 21 ans, il est mort en avril 1918, dans la Somme.”

 

Je vous conseille vraiment de lire ce livre… Il est à la fois très peu cher et vraiment facile à lire, puisqu’il est tout à fait possible de ne lire qu’une ou deux lettres…

 Ce livre existe aussi en version BD, mais je n’ai pas eu l’occasion de le lire.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :