Haïda – Bd jeunesse

     Haïda Haïda

L’immortelle baleine (2015)

Frères Ours (2016)

Séverine Gauthier & Yann Dégruel

Delcourt Jeunesse

O-O-O-O-O

Les Haïdas sont un peuple amérindien de la côte Ouest du Canada et du Nord des États-Unis, ainsi qu’une partie Sud-Est de l’Alaska, le long de la côte du Pacifique, et dans l’archipel Haida Gwaii en particulier. (Merci Wiki)

O-O-O-O-O

Haïda  Il y a bien bien longtemps, rien ne séparait le monde des hommes de celui des animaux et des esprits. L’air et l’eau étaient connectés et toutes les créatures passaient librement de l’un à l’autre. Mais un jour, le corbeau vola le soleil à celui qui règne sur le ciel et s’en servit pour créer la lune et les étoiles. Il sépara ainsi le jour de la nuit. Il n’y avait alors qu’un gigantesque océan, et Corbeau flottait sur le dos de Kün, l’immortelle baleine. Ainsi parle le vieux Ts’ang, qui raconte toujours un tas d’histoires sur les esprits, les baleines et les corbeaux…Haïda

O-O-O-O-O

Dans ce  tome, nous faisons la connaissance de Nizhoni et Tâan, deux jeunes enfants qui habite un village près de l’eau. Tout le monde est inquiet au village, parce que l’eau monte et que personne ne sait pourquoi… Les deux enfants, grâce à leur curiosité, leur courage, leur esprit d’aventure et avec l’aide de grand-père Ts’ang vont essayer de comprendre, puis résoudre, le problème…

O -O-O-O- O

  La 2ème histoire, “Frères ours” nous raconte la triste histoire de Kindawuss, fille de Chef et de Quissan. En grandissant leur amitié se transforma en un amour très fort. Mais ils appartenaient tous deux au clan du Corbeau et deux personnes du même clan ne peuvent se marier ensemble. Pour échapper à leurs parents respectifs qui voulaient les séparer, ils s’enfuirent dans la forêt…

O-O –O– O-O

Nizhoni et Tâan veulent trouver le village des ours. Ils partent donc ensemble dans la forêt et finissent par se perdre… Mais en chemin, ils rencontreront les ours et pourront dénouer les fils d’une vieille histoire.

Les deux histoires sont originales et intéressantes. Quand aux dessins, je les aime beaucoup ! Les couleurs sont douces et “profondes” à la fois, les deux enfants ont des visages doux et expressifs (ils sont adorables !)

J’ai eu un vrai coup de cœur pour ces jolies bd aux histoires tirées de légendes amérindiennes ! ♥

O-O-O-O-O

Pour en savoir comment est née cette histoire, une interview de Séverine Gauthier sur Culturebd

Si vous voulez en savoir un peu plus, le site alloprof

O-O-O-O-O

De Séverine Gauthier nous vous avons déjà présenté :

Aristide broie du noir, Garance, Aliénor Mandragore et Cœur de pierre

La bd de la semaine

Cette semaine, nous nous retrouvons chez Stephie

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Adam et le grand secret

AdamAdam et le grand secret

Belya D. Dogan – Philippe Bringel (ill.)

Collection “A pas de chat”

Éd. Philya (2015)

^^^^^

Adam, petit homme pas plus haut que 3 pommes, part à la recherche de la Magie, noyée au fond des mers, avalée par un géant… Ou la grande aventure d’un petit marin !

^^^^^

Un joli petit conte, au vocabulaire pas si simple pour des petits (il est conseillé à partir de 4 ans), mais il y a un lexique pour les mots difficiles à la fin. J’aime beaucoup la façon dont le texte est présenté. En plus, il est écrit sur fond blanc, avec une police de caractère simple et assez grosse, des interlignes importants, bref, c’est très lisible.

L’histoire est mignonne, une sorte de conte initiatique, avec des beaucoup de rimes et donc de rythme ! Encore une histoire qu’il doit être agréable de lire à haute voix.

Les illustrations ont des couleurs vives et lumineuses (j’aime beaucoup celle où l’on voit la baleine et le bateau vus de haut !)

Bref, un petit album très sympathique que je vais proposer aux enfants dyslexiques comme aux autres !

Article donnant plusieurs liens vers des collections adaptées aux dyslexiques.

^^^^^

“Les interlignes et les espacements entre les mots sont plus grands qu’à l’ordinaire, une syllabe sur 2 est écrite soit en noir, soit en gris, pour pouvoir différencier chaque phonème, la police de caractère est simple et sans élément parasite, et enfin, le fond de page est clair et uni pour faire ressortir le texte.” Livre-Acces

^^^^^

Adam et le grand secret est le premier album de la collection “à pas de chat”. Cette collection souhaite encourager et favoriser l’acquisition de la lecture dès 4 ans. Ce sont des livres qui s’adaptent à tous les enfants, et cela qu’ils soient : dyslexiques, dyspraxiques ou normo-lecteurs. Éd. Philya

^^^^^

Les éditions Philya

Le blog de l’illustrateur, Philippe Bringel

Une interview des deux auteurs, qui ont collaboré sur plusieurs projets et monté ensemble cette maison d’édition.

Juin : l’estime de soi, le harcèlement

logoalbums2016.jpg

Challenge AlbumsMois de Juin Estime de soi – Harcèlement

♣♣♣

Dans une collection qui s’intitule “Je suis comme ça“, Mango Jeunesse propose plusieurs titres avec des personnages qui ne s’aiment pas ou qui sont différents des autres :

Gaston est mollasson – Jonas ne tient pas en place – Chloé ne fait que loucher – Ophélie est étourdie – Eliot zozote – Astrid est trop timide – Bénédicte se trouve trop petite – Timothée a les oreilles décollées – Gaëtan se trouve trop grand – Juliette n’aime pas ses lunettes et pour finir, celui que je vais vous présenter : Roberto se trouve trop gros.

Estime de soi Roberto

Roberto est un baleineau. Alors forcement, il est gros. Et tous ses copains se moquent de lui. On l’appelle “Bouboule”, on le traite de “monstre marin” ou de “balourd de mer”, bref tous les jours Roberto prend des kilos et tous les jours on se moque de lui. Il finit par s’éloigner de tous. Jusqu’au jour où ses “amis” on besoin de lui et de sa force…

Un petit album très mignon pour parler de la différence, du respect, de l’estime de soi. Les illustrations au trait simple et tout rond, très colorées sont très jolies.

Une collection que je découvre, un peu tard à priori, la plupart des albums ont l’air d’être épuisés (vive les bibliothèques et les boutiques d’occasion !) et c’est bien dommage car les autres titres ont l’air intéressant aussi.

♣♣♣

estime de soi ClaraClara est trop gourmande ! De Cécile Lavocat chez Magnard Jeunesse (2001)

Clara la vache se trouve un peu serrée dans sa robe. Et puis, quand elle regarde les autres dames, ou encore les magazines, elle trouve qu’elle est vraiment très grosse ! Elle décide donc de se mettre au régime… Mais ça la mine et tout le monde croit qu’elle est malade !

Les images sont rigolotes avec des couleurs vives bien pétantes et un dessin simple mais expressif. Un album complètement amoral qui dédouane totalement les gourmands !! Pourquoi j’ai lu ça, moi ? Une tablette de chocolat ? Ou ça ???

♣♣♣

estime de soi hérisson

Georges cherche un ami de Yoko Yamazaki et Yoko Imoto – Mango Jeunesse (2001)

 Georges, le petit hérisson est triste. A cause de ses épines, les autres ont peur de l’approcher et il n’a pas d’ami. Il n’est pas toujours facile de se faire accepter quand on est différent… Georges en deviendrait presque méchant tellement il est triste ! Une histoire très mignonne, bien servie par des illustrations douces aux couleurs pastels… Si douces que nous aussi on aimerait caresser Georges le hérisson !

Place du marché – Le muscadier

Le Muscadier est un éditeur indépendant. Né en 2011, il publie des ouvrages s’adressant à tous publics, son objectif étant de donner des clés pour comprendre le monde qui nous entoure.

Place du marché, c’est une collection  de nouvelles et de romans, qui s’adresse plus particulièrement aux ados (collège et lycée) afin de les aider à développer leur sens critique.

Bêtes de penséeBêtes de pensée

Christophe Léon

Le Muscadier (2015)

L’auteur : Ancien étudiant des Beaux-Arts, ancien joueur professionnel de tennis, il a publié à ce jour plus de 30 romans en littérature jeunesse – notamment à L’école des loisirs, chez Thierry Magnier ou au Seuil –, et une dizaine en littérature vieillesse (dite générale).

L’histoire : Un père et son fils luttant contre les mauvaises herbes et les blattes. Une classe visitant une ferme pédagogique à la pointe du modernisme. Un jeune cadre dynamique découvrant les rites initiatiques de la haute finance… Jusque-là, tout est normal. Mais attention : ici, rien ne se passe comme prévu. Les héros, qu’ils aient deux, quatre ou six pattes, n’agissent pas exactement comme l’on pourrait s’y attendre. Trois fables contemporaines savamment épicées, où l’on retrouve l’esprit malicieux de Pense bêtes, publié précédemment aux éditions du Muscadier.

 Mon avis : La première nouvelle intitulée “Blattaria” est plutôt triste et j’ai, du coup, été assez désagréablement surprise par la maxime qui clôt la fable sur un ton humoristique. J’aime l’humour, mais je l’ai trouvé ici “déplacé”. J’avais bien aimé cette nouvelle, mais cette maxime finale m’a déplu. (Mais je n’ai peut-être pas tout compris !)

Les végétariens apprécieront grandement la deuxième nouvelle, intitulée “de père en fils”. Je n’en dis pas plus, si ce n’est que cette fois, j’ai trouvé la maxime finale tout à fait appropriée. Et je crois que je ne mangerai pas de viande aujourd’hui !

La troisième nouvelle est tout bonnement abominable, mais effectivement, le message passe et ça fait réfléchir !! (bizutage / doit-on faire ou non “comme tout le monde”…)

Il est difficile d’en dire plus sans dévoiler les intrigues, ce qui serait dommage, mais vous n’oublierez pas de sitôt ces trois histoires ! J’en ai pris “plein la tête” !!

Une collection très intéressante à avoir en CDI pour instaurer des débats avec les élèves (“petit” format -70 pages en tout- qui ne rebutera pas les “petits” lecteurs et “petit” prix -6,90 euros- qui ne rebutera pas l’acheteur, le tout pour une grande claque, ça vaut le coup, non ?).

A avoir aussi en bibliothèque, pour faire par exemple une lecture à voix haute suivi d’un débat avec des ados… Et puis tant qu’à faire, à avoir dans la vôtre, de bibliothèque !

*****

BadalonaBadalona

Patrick Joquel

 Le Muscadier (2015)

L’auteur : Patrick Joquel est né à Cannes. Il a enseigné en Angleterre et au Sénégal, puis est revenu dans son département d’origine. Il est Instituteur, auteur de romans, d’albums, poète…

L’histoire : Un grand nuage a enveloppé la Terre. Un drôle d’hiver a nettoyé la planète de la plupart de ses habitants. Seules quelques espèces ont survécu. Parmi celles-ci, les animaux marins coulent des jours paisibles.

Mais un jour, Badalona, la baleine phosphorescente, aperçoit un feu sur le rivage. Les humains sont de retour. Les deux anciens ennemis vont-ils reprendre le combat ? ou vont-ils tenter de vivre en harmonie et s’apprivoiser ?

Mon avis : L’homme a détruit son environnement et a disparu. C’est du moins ce que croyait les baleines qui, elles, ont survécu. Celle qui nous raconte cette histoire ne connait pas l’homme. Il a disparu bien avant qu’elle ne naisse. Mais la mémoire collective des baleines dit que l’homme est dangereux, qu’il a failli éliminer les baleines des océans avec ses harpons et qu’il faut s’en méfier…

Cet homme que l’on rencontre ensuite est revenu à l’époque des cavernes, des huttes et du feu (que tout le monde ne sait pas faire). Il est déjà méfiant envers celui qui n’a pas la même couleur de peau ou de cheveux et prompt à éliminer celui qui se met en travers de son chemin. Bref, peut-il vraiment changer ?

Sur un fond post-apocalyptique, et sous la forme d’une belle légende “cétacéenne”, une très jolie histoire de rencontre entre un homme et une baleine. L’homme est-il capable d’apprendre de ses erreurs ? Peut-il partager sans attendre quelque chose en retour ? Peut-il, en un mot, être “bon” pour son environnement et les êtres vivants qui l’entourent ? Doit-on systématiquement avoir peur de l’inconnu ? Un seul homme peut-il changer les choses ?

Ce très court roman (77 pages) permet de se poser plein de questions, et, pourquoi pas, d’essayer d’y répondre !

 

SignatureNat