Challenge album de Juillet

Jungle

Ð Ð Ð

Quand on met ensemble “jungle” et “littérature jeunesse”, je pense instantanément au “livre de la jungle” de Rudyard Kipling  dans sa version dessin animé avec Mowgli, Baloo et Bagheera… (Celui de Disney). Il faut dire que c’est un de mes dessins animés préférés… Il faudra d’ailleurs que je lise un jour le roman (ebook libre et gratuit ici) !

Visiblement, c’est un thème à la mode cette année, car je viens de voir qu’une adaptation de ce roman en album vient d’être réalisée par Véronique Ovaldé et Laurent Moreau… Chez Gallimard (2016) (il m’a l’air très sympathique), et que Disney a également sorti le film au mois d’avril… Télérama n’a pas aimé !

Ð Ð Ð

Bal  Tangapico  Jungle  Lectures vrac-Mars  jungle

 Sur ce thème, nous vous avons présenté :

Le bal des échassiers de Sébastien Pérez et Paul Echegoyen

Tangapico d’Alexandra Huard

Ma jungle d’Antoine Guilloppé

Les dents de la jungle de Jarvis

Au secours ! J’ai perdu mon slip ! de Christophe Loupy

Ð Ð Ð

Et juste pour le plaisir (avec un clin d’oeil à Laurette) pour défier le mauvais temps et se mettre de bonne humeur :

Le bal des échassiers

BalLe bal des échassiers

Sébastien Pérez & Paul Echegoyen

Seuil Jeunesse (2011)

* * * *

De Paul Echegoyen, j’avais découvert quelques belles illustrations ici et là sur internet. Mais c’est le 1er album de lui que je lis… Par contre, de Sébastien Pérez, nous vous avons déjà présenté le très beau “Félicien et son orchestre” et aussi “Les super-héros détestent les artichauts” (avec Benjamin Lacombe : ils ont également fait ensemble “l’herbier des fées” que vous croiserez par-ci par-là sur le blog et dont Sophie vous parlera un jour !!)

* * * *

L’histoire : Dans une jungle profonde et verdoyante, vivent de petits êtres. Chaque année, leur vie est rythmée par l’arrivée des “échassiers” de très grands êtres qui dansent et écrasent tout sur leur passage sans se douter des dégâts qu’ils occasionnent… Chaque année donc, les petits êtres se cachent sous terre et  vivent au ralenti, en attendant le départ des échassiers. Mais cette année, ces grands êtres restent plus longtemps. Que faire ? Partir ? Certains le souhaitent. Attaquer ? D’autres opteraient pour cette solution mais avec quelles armes ? Ou alors…

* * * *

En lisant cet album, je me suis promenée et perdue dans cette forêt profonde, en compagnie de ces petits êtres. D’une façon un peu détournée et poétique, on parle ici de respect de l’autre, de respect de l’environnement et de l’intérêt qu’il y a à communiquer.

J’ai trouvé les illustrations magnifiques, j’adore les “échassiers” ils sont superbes (par contre sur internet, les illustrations sont très lumineuses, elles le sont beaucoup moins sur le papier). Mais, car il y a un “mais”, j’ai été un peu déçue par la fin de l’histoire (que je ne vais pas vous raconter…) Pour moi, il n’y avait finalement pas de fin et je suis restée sur la mienne (de faim !)

Bref. Comme il m’arrive parfois (bon ok, souvent !) de le faire, je vais montrer l’album en question à Mr MonHomme, qui, ayant à peine regardé les illustrations, me dit : “j’aime pas du tout le dessin”. Ok, ça commence mal.

Moi, faisant comme si je n’avais rien entendu, commence à lui raconter l’histoire tout en continuant à lui montrer les dessins. Et, oh surprise, Mr MonHomme a bien aimé l’histoire ! Et quand je lui ai dit “tu ne trouves pas qu’il manque quelque chose ? Qu’il n’y a pas de fin ?” Il me répond : “Il n’y en a pas besoin. C’est une parabole, elle se suffit à elle-même.” Ok. Et vous savez quoi ? Le pire, c’est qu’il a raison !

MonHomme 1 – Nat 0

* * * *

Le site de l’illustrateur Paul Echegoyen

Ceux de Sébatien Pérez, l’ancien et le nouveau.

La très belle critique (avec plein d’illustrations) de la Soupe de l’Espace

Tangapico

Tangapico

Sélection du Prix des Incorruptibles 2016-2017 * Ce2 – Cm1 *

  Tangapico 

Didier Lévy & Alexandra Huard

éditions Sarbacane (2015)

*****

Tangapico, c’est l’histoire d’un jeune garçon de 9 ans, Marcus, qui quitte son monde et sa mère pour aller rejoindre son père le temps des grandes vacances. Mais pour le rejoindre, il doit effectuer un voyage de plus de 400 kms sur le fleuve, un voyage de 9 jours ! Marcus n’a pas l’âme d’un aventurier, il se sent seul et craint les petites bêtes (les moustiques) comme les grosses (les crocodiles) !

Tangapico1

*****

On fait un très beau voyage avec Marcus, ce jeune garçon qui apprend au fil des jours et du fleuve, que certaines choses sont plus importantes, plus utiles que d’autres…

Ce que j’ai aimé dans cet album : Tout !

Le format : il est grand (plus de 30 cm de haut) ce qui permet de s’immerger totalement dans les images (j’ai eu envie de faire comme les petits : m’allonger par terre, le nez au-dessus du bouquin pour pouvoir regarder tous les détails !)

Les illustrations : très colorées et pleines de détails, on peut passer un long moment sur chaque page, j’adore !

L’histoire : C’est une sorte de conte ou récit initiatique. Ce jeune garçon, grognon, renfermé et malheureux au départ du bateau, va lentement mûrir, s’ouvrir aux autres et découvrir qu’on peut être heureux sans rien posséder…

J’ai beaucoup aimé l’histoire des “échanges” : à chaque escale du bateau, chacun doit donner une chose à laquelle il tient et il reçoit autre chose en échange…

Tangapico2

 

Pour vous faire une idée plus précise encore, allez voir cette vidéo de présentation sur viméo (avec une musique très sympa).

Une page dédiée à Tangapico sur le site de l’auteur : allez voir ses dessins au crayon avant la mise en couleur, c’est chouette ! Toujours sur son site, ne manquez pas cette page, où elle montre ses recherches, ses croquis…

De cette illustratrice, dont j’aime vraiment beaucoup le travail, on vous a présenté :

La chose et  La drôle d’idée de mon papa

logoalbums2016.jpg