Il me rend chèvre – Album

chèvreAlbum
A partir de 5/6 ans

IL ME REND CHÈVRE

Jeanne Willis & Tony Ross

Milan Jeunesse (2010)

*****

Bêlla la chèvre voulait un enfant plus que tout au monde. Mais elle ne pouvait pas en avoir. Elle pensait pourtant qu’elle serait la meilleure Maman du Monde. Pourquoi les autres chèvres avaient-elles un petit et même parfois deux alors qu’elle n’arrivait pas à en avoir ? Pour la consoler, ses sœurs lui disait “un bébé, c’est casse-pieds, ça pleure, ça crie et ça fait pipi au lit !”.

Mais rien n’y faisait, Bêlla voulait un bébé. Comme elle ne pouvait pas en avoir, elle décida d’en adopter un. Et tant pis s’il était différend, s’il ne lui ressemblait pas. Mais son petit n’était jamais content, il rugissait du matin au soir et empêchait tout le monde de dormir ! Elle lui donna du lait, puis de l’herbe, mais il n’en voulait pas… Pas plus que du trèfle, du foin ou du maïs. Bêlla essaya tout et fini par découvrir ce qui lui plaisait.

*****

Un album plein d’humour pour parler d’un sujet pas toujours facile : l’adoption.

Quand on ne peut pas avoir d’enfant “naturellement” et qu’on se tourne vers l’adoption, est-ce qu’on est sûr d’aimer cet enfant comme “le sien” ?

Bêlla la chèvre, elle, sait que même s’il est différent, c’est son enfant ! Et elle le protègera quoi qu’il arrive.

Une très jolie histoire, pleine d’amour et d’humour pour confirmer, s’il en était besoin, qu’il n’est nul besoin d’être le parent “biologique” pour aimer son enfant.

*****

De ces deux auteurs, nous vous avons déjà présenté : La différence et L’anniversaire du paresseux

Et de Jeanne Willis, une série de romans humoristiques : Pingouins en pagaille

Quand à Tony Ross, il a illustré Fantastique Maître Renard de Roald Dahl

*****

Un album qui participe au Challenge d’Antigone Objectif Pal

Ainsi qu’au Challenge Petit Bac d’Enna

1ère ligne – Catégorie Animal

Montagnes Russes – BD sur le désir d’enfant

MontagnesUn si grand désir d’enfant…
BD Adulte (pour le thème)

Montagnes Russes

Gwénola Morizur & Camille Benyamina

Grand Angle

Éd. Bamboo (2021)

*****

Aimée travaille dans une crèche. Elle adore les enfants, mais elle n’en a pas. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. D’avoir fait des FIV. Mais rien n’a fonctionné. Alors son moral joue un peu aux montagnes russes.

Un jour, elle rencontre Charlie. Une jeune femme lumineuse qui rêve d’être maquilleuse de théâtre. Elle est en formation et c’est un peu la galère avec ses 3 enfants dont elle s’occupe comme elle peut. Aimée, entre cauchemars et résultats de prise de sang, va s’attacher à Charlie et à sa petite famille.

*****

Je savais bien que le nom de ces deux autrices ne m’était pas inconnu…

De Gwénola Morizur, je vous ai déjà présenté deux BD totalement différentes Bleu pétrole et Nos embellies mais que j’ai beaucoup aimé toutes les deux. Et j’avais déjà adoré le dessin plein de douceur et joliment coloré de Camille Benyamina dans le très bel album : Les petites distances.

C’est un sujet difficile qui est traité avec beaucoup de délicatesse et de pudeur. Ce parcours du combattant qu’on n’ose imaginer, pour ceux qui, pour une raison ou une autre, ont du mal à concevoir un enfant “naturellement”.

Le côté “médical” est abordé bien évidemment, mais ce n’est pas ce qui prime. C’est avant tout l’attente, les déceptions, les émotions partagées par ce couple qui s’aime. Avec une belle histoire d’amitié en prime.

Une bien jolie découverte !

*****

Lire les premières pages sur le site de l’éditeur

Et l’avis d’Antigone qui a beaucoup aimé également !

Cette semaine nous nous retrouvons chez Noukette

La remplaçante – BD adulte

remplaçanteÊtre mère n’est pas une évidence
Bande dessinée adulte*

La REMPLAÇANTE

Sophie Adriansen & Mathou

La vie en bulles

First éditions (2021)

*****

* Je pense en effet pour la survie de l’humanité qu’il vaut mieux éviter de trop détailler certaines choses aux trop jeunes filles… ;)

*****

Avant de rencontrer Clovis, Marketa ne croyait pas au coup de foudre. Et pourtant, il a bien fallu se rendre à l’évidence. Ils ne se quittaient plus, aménagèrent ensemble. Et un beau jour, décidèrent de faire un bébé… Et c’est là que les choses commencent à se gâter pour Marketa. En fin de grossesse, elle a des fausses contractions (mais qui font vraiment mal !) Puis elle en a des vraies (qui font encore beaucoup plus mal !)

Mais là où ça se gâte vraiment, c’est après l’accouchement (douloureux, bien évidemment…) L’allaitement est douloureux aussi (ça arrive malheureusement !), Marketa à l’impression que son corps est une “zone de guerre”.

Mais le plus terrible, c’est qu’elle ne se sent pas “mère”. Elle n’est pas prête à être responsable d’un être aussi fragile et vulnérable, ne sait pas s’en occuper, ne s’en sent pas capable. Résultat, elle culpabilise et déprime… Et se dit que ce serait bien d’avoir une ” remplaçante “, quelqu’un qui ferait “tout bien comme il faut, à sa place.

*****

Je ne vais pas vous raconter ma propre expérience. Mais elle est assez similaire à celle de Marketa (sauf que mon mari de l’époque ne s’occupait absolument pas du bébé). Et je dois dire que tout cela est très bien rendu. Les douleurs, les angoisses, la culpabilité, la fatigue, l’envie d’être ailleurs parfois… La maternité n’est pas une évidence pour tout le monde, même si on aime les enfants ! On ne nous apprend pas à devenir mère (parent) on doit se débrouiller sur le tas et ce n’est pas toujours facile !

Une BD très bien faite (texte et illustrations) pour mieux comprendre ce qui se passe dans la tête et le corps des femmes.

*****

D’autres livres de Sophie Adriansen : J’ai passé l’âge de la colo, Je vous emmène au bout de la ligne (témoignage) et Quart de frère – Quart de sœur

Le  site de Sophie AdriansenSon blog – Sa page Facebook – Son Instagram

***

Le nouveau blog de Mathou – L’ancien blog de Mathou – Sa page Facebook – Son Instagram

***

Et je suis tout à fait d’accord avec Stephie ! : “La remplaçante devrait être offert dans les maternités après les accouchements ! Ou remboursé par la Sécurité Sociale !”

est en congé pour la période estivale !

Mais je continuerai à vous présenter mes lectures de BD tous les mercredis (ou presque…)

RDL Mai 2020

Une ronde des livres par mois, pour tenter de garder une trace de mes lectures, celles que je n’ai pas pris le temps de présenter, et celles dont j’ai seulement parlé sur Instagram !

En mai j’ai donc lu (aussi)…

Les roches rouges d’Olivier Adam
Voir mon article complet sur ce coup de coeur qui m’a relancé dans la lecture…

*

L’arrêt du coeur d’Agnès Debacker


Depuis que Simone n’est plus là, Simon vient chaque jour dans la minuscule loge de Françoise, la concierge de son immeuble, pour boire un petit jus et, surtout, pour entendre l’histoire de Simone. Trois coups de sonnette, le murmure de la radio dans la cuisine, la tête de Simone dans son café au lait. Le cri de Françoise. Simone est morte d’un arrêt du cœur, et Simon, lui, a beaucoup de mal depuis avec son cœur en peine.

Simon est un jeune garçon attachant qui n’arrive pas à oublier sa voisine Simone. Après avoir lu quelque chose chez elle, il décide de mener l’enquête pour apprendre à mieux connaitre cette vieille femme qu’il adorait. L’arrêt du coeur est un roman étonnant de par son rapport à la mort, mais c’est surtout un récit lumineux. Avec Simon le lecteur apprend que l’on peut être triste, même pour quelqu’un qui n’est pas de notre famille, que l’on peut avoir peur de la mort, que l’on ne sait jamais tout sur les personnes âgées qui nous entourent. Avec Simon on apprend le deuil, et on veut croire en l’amour et l’amitié…
Difficile de parler de L’arrêt du coeur car c’est un récit illustré atypique -ce qui est rare mais bienvenue pour cette tranche d’âge- tout en douceur. Vite lu, trop vite lu, on aimerait passer plus de temps dans cet immeuble avec Simon et le souvenir de Simone. C’est beau, subtile dans le choix des mots, magnifié par des illustrations, on est presque dans un long album, et on sort grandit de ce récit.
Prix Sorcières 2020
Illustrations d’Anaïs Brunet, MeMo, Collection Polynie, 108 pages. 2019 – 11 €
Et tout plein d’albums avec mes enfants… Il faut que j’arrive à en garder une trace, c’est l’objectif de juin !
*

Et sur Instagram :

Taï et Mamie Sue – manga autour des chats pour enfants de Konami Kanata

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🇹​🇦​🇮​🐈 Taï c’est ce petit chaton noir présenté l’autre jour en story et qui vous a massivement fait penser à Chi, la petite chatte des mangas… Et vous aviez bien raison puisque Taï est le nouveau héros de Konami Kanata! Les chaventures de Taï et Mamie Sue est un manga qui reprend tout ce qu’on aime dans Chi : sens français de lecture, couleur, humour et surtout un chaton comme personnage principal ! Ici l’apprentissage ne se fera pas avec un petit garçon mais avec une mamie chat qui va avoir bien du mal à suivre ce fougueux chaton 🙀 Les mêmes codes mais du renouveau et aucune lassitude pour le lecteur ! Nul doute que les fans de Chi vont adorer aussi Taï ! 😻Chi comme Taï sont une entrée idéale dans le monde des mangas, même pour de jeunes lecteurs ! Bonne chance à tous !

Une publication partagée par Sophie Herisson 📚 Bookstagram (@herisson08) le

Le jour où je suis devenue grande soeur de Martina Aranda chez Pastel, sur l’arrivée d’un petit frère

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le jour où je suis devenue grande soeur Ce petit album aborde l’arrivée d’un petit frère, avec de très belles illustrations et les réflections de cette grande soeur qui ne sait pas trop à quoi s’attendre et n’est pas sûre d’être aussi contente que les gens qui l’entourent… Un très bel album pour les enfants déjà un peu grands qui voient arriver un bébé dans leur famille ! Quelle douceur dans ces illustrations, dès les pages de garde… Et comme la couverture est littéralement toute douce, c’est un livre emprunt de tendresse ! Nous l’avons lu avant l’arrivée de ma toute petite hérissonne, mais il était trop compliqué pour micro, 2 ans, et un peu décalé pour mini, 5 ans, qui a déjà un petit frère. Ça fait tout de même du bien de pouvoir en parler, explorer leur sentiments… Étrangement ici tout allait bien avant la naissance et au début, mais là avec le confinement, ça commence à se compliquer un peu… ❓Et chez vous, l’arrivée d’un nouvel enfant ça donne / a donné quoi ❓ #herissonbook #illustrationjeunesse #illustration #bookstagram #book #lecture#livrestagram #livre #albumjeunesse #litteraturejeunesse #bookstagrammer #instabook #soeur #frère #mumof3 #mum2020 #mamancomblée PS : accessoirement un rayon de soleil pour faire les photos, ça serait bien 😜

Une publication partagée par Sophie Herisson 📚 Bookstagram (@herisson08) le

La naissance en BD de Lucile Gomez sur les supers pouvoirs des femmes, où comment s’écouter pour accoucher plus naturellement

 

Voir cette publication sur Instagram

 

La Naissance en Bd est une vraie publication d’utilité publique pour remettre l’accouchement à la bonne place dans la société ! Ce ne doit plus être un tabou ultra médicalisé…. ️L’auteur utilise l’humour et un agréable trait de crayon pour expliquer de nombreuses choses sur l’accouchement de façon claire. Humour, dessins mais tout de même de vraies informations, scientifiques, expliquées, schématisées… Parce que vouloir accoucher plus naturellement n’est pas une idée folle, parce qu’on a aussi le droit de vouloir la péridurale, parce qu’on ne choisit pas toujours… J’ai eu trois accouchements tellement différents, tous à l’hôpital, tous médicalisés à leur façon, mais que j’étais chaque fois un peu mieux préparée et surtout plus sûre de moi pour demander ce que je voulais, choisir mes positions… Mon premier accouchement est le plus mauvais souvenir car justement je n’ai pas su dire, demander, et qu’etre couchée sur le dos sur cette table pendant 8h, même avec une péridurale m’a semblé interminable ! Si j’avais lu ce livre avant j’aurais peut-être pu être actrice de mon accouchement, comme pour les suivants, me passent même finalement de péridurale et accouchant debout pour ma toute petite hérissonne… Une belle bande dessinée documentaire et témoignage à offrir aux femmes enceintes mais aussi aux pères qui se révèlent de supers accompagnants si on leur laisse la place !

Une publication partagée par Sophie Herisson Bookstagram (@herisson08) le


Bizarre Bizarre, vous avez dit Bizarre : un album qui présente 21 animaux étranges de Marilyn Singer et Paul Daviz chez Grenouille Editions

 

Voir cette publication sur Instagram

 

vous avez dit bizarre ? 21 animaux étranges se sont invités chez nous ces derniers temps… Un narval, un crabe boxeur, une taupe à nez étoilée… Dans cet album documentaire, le texte s’adresse aux lecteurs pour leur faire découvrir 21 animaux vraiment bizarres… Bien qu’on en connaisse déjà certains en tant qu’adulte, j’ai été bluffé par toutes les caractéristiques inconnues de ces drôles d’animaux, pourtant bien réels ! La taupe, qui arrive à sentir sous l’eau m’a bluffé, tandis que la page préférée de la fille est celle de l’oiseau qui pue De grandes illustrations accompagnent chaque description, et bien que je préfère les photos, celles ci apportent un côté plus enfantin à l’ouvrage, et sans doute moins effrayant même pour certains animaux ! Le texte est assez clair, malgré quelques tournures compliquées et une pour deux petites erreurs. Ma mini de 5 ans n’a pas forcément compris tout le vocabulaire, mais elle comprends l’ensemble et retiens plein de petits détails amusants ! Un livre à mi chemin entre album et documentaire, intéressant pour découvrir la nature décidément pleine de surprises qui nous entoure ! C’était aussi pour nous l’occasion de découvrir une nouvelle petite maison d’édition @editionsgrenouille ! On va poursuivre notre découverte !

Une publication partagée par Sophie Herisson Bookstagram (@herisson08) le