Café 0405 d’Yu Hyeon

Café 0405

d’Yi Hyeon

roman jeunesse coréen

Chan-Ok (Flammarion), novembre 2011
Matins Calmes, 209 pages
9782916899602, 10,90€

Thèmes : Corée, Internet, Rumeur, Mère célibataire, Collège/Lycée

 

Présentation de l’éditeur :
Bora n’aime pas se faire remarquer. Pas de chance : sa tante débarque dans sa classe de 4e en tant que professeur stagiaire… Très vite, une rumeur scandaleuse court via Café 0405, le blog créé par les élèves : la jeune femme serait mère célibataire ! Quelle honte pour Bora ! Mais elle est loin de se douter que sa tante sera leur meilleure alliée pour dénoncer la brutalité de certains professeurs…

Mon avis :
J’aime beaucoup la collection matins calmes, qui nous propose une découverte de la littérature jeunesse coréenne. Toujours des découvertes intéressantes, pleines de cette note d’exotisme tout en restant tout à fait ouvert aux adolescents d’aujourd’hui.

Café 0405 est un roman contemporain, paru en 2007 en Corée. Bora, est élève au collège et quand sa tante devient professeur stagiaire justement dans sa classe, sa vie se complique!

Les thèmes abordés ici sont à la fois propre à la Corée et internationaux. La tante de Bora est mère célibataire, si cela ne me choque pas, comme je pense la majorité des français, en Corée cela semble être vraiment très très mal vu. A tel point que sa tante doit le cacher, au risque de perdre son emploi. Ce thème, s’il m’a beaucoup intéressé, sera le plus difficile à appréhender par un adolescent français. Les autres thèmes sont vraiment universels : rumeur, internet, collège, amour, amitié… et c’est pour ça que cela fonctionne aussi bien! Montrer la honte, la peur, la violence, cela permet aussi de montrer des évènements qui pourrait arriver chez nous.

Tout commence par un forum de classe, peu alimenté, où une photographie déclenche le buzz, sur le forum, dans la classe, puis plus largement encore. De nombreux personnages sont présents, et le roman sonne vraiment juste. On ne sait pas vraiment qui sont les bons ou les méchants, on est nous aussi suspendu aux informations, on tourne les pages en s’attachant à Bora. Entre honte, acceptation, colère, incompréhension, pas évident pour une jeune adolescente de se construire dans cet univers.

Un roman très intéressant qui permet une découverte du système scolaire coréen, avec ses cours particuliers, ses professeurs stagiaires et ses élèves, avec leurs différences… mais aussi leurs points communs avec les adolescents français! A découvrir!

Logo1.JPG  Challenge Littérature d’hier et d’aujourd’hui par Nota Bene

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Lundi découverte 9 – Chan-Ok –

Pour cette Neuvième des Lundi découverte, je souhaite vous faire découvrir Chan-Ok!


chanok 

 

Chan-Ok

 

 

 

Chan-Ok est une maison d’édition crée en 2006 par Hélène Charbonnier. Aujourd’hui Chan-Ok est un label de
Flammarion. La ligne directrice est simple : faire découvrir des oeuvres pour la jeunesse autour de la Corée du Sud.

 

« La volonté du label Chan-ok est d’amener la jeunesse à penser le monde, à découvrir de nouveaux univers et de nouvelles
références.
Pour cela, elle s’appuie sur leur insatiable curiosité à l’égard de toute forme de célébration de l’image et
du texte.

Véritable passeur de sens et d’imaginaire entre la création artistique sud-coréenne et la jeunesse francophone, le label
Chan-ok a pour vocation d’être acteur d’une société française multiculturelle, curieuse et déjà ouverte sur la Corée du Sud. »

http://coree.files.wordpress.com/2009/03/cropped-doc3-copie.jpg

 

Le nom :

Chan-Ok signifie Perle du ciel, un magnifique nom donc pour une maison d’édition destinée à
la jeunesse, de 4 à 12 ans, mais que je trouve personnellement très bien aussi pour les adultes !

 

Les auteurs :

Les auteurs et illustrateurs sont tantôt coréens du sud, tantôt français, mais dans leur oeuvre on lit toujours leur amour pour
ce pays coupé en deux, pour ses traditions, tout en restant des plus contemporains dans leurs ouvrages.

 

Les collections :

Collection d’Ici et d’ailleurs
1eletigrecouv.jpg

des histoires qui mèlent des auteurs de cultures différentes  


Collection Perles du ciel

des contes traditionnels de Corée, comme le superbe Le tigre aux sourcils blancs de Lee Jin-suk et illustré par Baik
Dae-Seoung.

Un conte aux illustrations magnifiques, qui plonge au coeur d’un conte traditionnel.


Collection Longue vie

des histoires douces et intemporelles, comme

Le chant du ruisseau de Chae In-sun et
illustré par Kim Dong-seong.

Cet album est très mystérieux, après plusieurs lectures, nous n’avons pas réussi (au comité lecture) à être d’accord sur
l’histoire, entre rêve et réalité, entre aujourd’hui et hier… mais il ne laisse pas indifférent.

 

 

Collection Petits matins

des albums pour les plus petits, pour apprendre et découvrir le quotidien. Deux nouveaux titres viennent de paraître, les
aventures de Jinju, petite coréenne qui arrive tout juste en France. Des albums qui mettent en avant les différences entre France et Corée. Des illustrations et des thèmes très enfantins, pour
des albums inter-culturels.

Jinju ma nouvelle école et Jinju j’aime pas la cantine, de Lim Yeong-hee, illustrés par Amélie
Graux.


Collection Matins calmes 

Une nouvelle collection de roman pour les enfants et adolescents. Une autre façon de parler de la Corée du Sud, mais aussi de la
vie, tout simplement.

Je viens de lire

murmure-lune-L-1.jpegMurmure à la lune de Kim Hyang-yi

Présentation de l’éditeur :

Song-hwa est une petite fille solitaire de douze ans.  Elle n’a jamais connu ses parents et vit seule avec sa grand-mère
chamanesse dans un village au bord de la rivière Imjin, non loin de la frontière avec la Corée du Nord.  Dans l’innocence de son coeur, Song-hwa confie à la lune ses chagrins et ses espoirs
secrets.

Mon avis :

Au début du roman, j’aurais bien été incapable de situer à quelle époque se passe ce roman. Song-hwa est une petite fille qui
vit dans un village, avec sa grand-mère, une chamanesse. Je ne connais rien à l’histoire de la Corée et la vie de cette petite fille me semblait assez vieillotte… Pourtant c’est aujourd’hui que
cette histoire se passe.

Cette petite fille est très attachante, et c’est un véritable plaisir que de lire son quotidien, et de découvrir ainsi, entre
famille et amis, la vie, en Corée du Sud. Ce roman sans s’appesantir ou être difficile à lire, nous retrace les grandes lignes de l’histoire de la Corée, dans ce qu’elle a de plus humain, dans ce
qu’elle a aussi de plus terrible. Tant de familles déchirées.

Mais c’est aussi l’histoire de la vie, des déménagements, de la violence conjugale, des fuites, des réussites… Des histoires
d’amitié, fortes, des histoires de famille, tout aussi fortes. Une ode à la nature, à la lune, à laquelle se confie cette jeune fille triste, et souvent seule.


Une peinture sociale très poétique, dont j’ai réellement apprécié la lecture !

 

Ce roman a reçu le Prix littéraire Samseong ( 530 000 exemplaires vendus en Corée)

 

Deux autres titres viennent de paraitre dans cette collection Les lettres du secret de Bae Yoo-an et Rêves de
liberté
par Kim So-yeon.

 


 

« Lisez ! Lisez ! Car il n’y a pas de frontière dès lors qu’il s’agit de puiser dans l’essence d’un livre pour penser le
monde. »

seolbim-garcon-vignette-2.jpg

 

Les liens :

Le site

Téléchargez le catalogue Premier
semestre 2010

 


Les lundis découvertes, c’est aussi chez Delphine, Isleene… Toutes les infos ici!

Aujourd’hui Delphine nous fait découvrir les éditions Transboréal

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k