Dans le silence de ton coeur

Hier et aujourd’hui, deux romans autour de l’adolescence, avec deux jeunes héros qui vont mal… Un garçon, une fille. Un anglais, une italienne. Deux orphelins. Des thèmes universels. Deux romans qui se font écho.

dans le silence de ton coeurDans le silence de ton coeur

Alice Ranucci

traduit de l’italien par Camille Paul
Hachette, 2016
9782012040915, 16€

Claudia a 16 ans, et c’est une adolescente arrogante, qui ne vit que pour exister aux yeux des autres, et surtout de Rodrigo. Les relations avec sa mère sont très difficiles, surtout quand celle-ci tente de lui imposer de travailler dans un centre d’accueil pour jeunes immigrés. Pourtant un drame va obliger Claudia à changer.

Dans le silence de ton coeur est le récit de ce changement. Le lecteur va suivre Claudia et la voir grandir peu à peu. Elle va apprendre, bien malgré elle tout d’abord, que l’important n’est pas toujours là où l’on croit, et qu’il ne suffit pas de briller devant les autres et de les faire rire. Elle va surtout apprendre à penser par elle-même.

Le thème qui me parait réellement intéressant dans ce récit est celui de l’immigration en Italie, et surtout du racisme. Cette thématique est bien abordée, intéressante, et l’auteur ne tente pas de donner de leçons, juste de montrer des individus. Les autres thèmes, comme les relations familiales, amicales, amoureuses, sont plus basiques.

L’auteur n’a que 17 ans, mais ce roman sur l’adolescence, n’est pas mièvre pour autant. L’écriture est précise, manquant un peu de poésie (ou bien est-ce la traduction qui fait cet effet ?), mais l’ensemble est agréable à lire. La jeunesse de l’auteur se ressent plus dans le suspense qui n’en est pas un et ne surprend pas le lecteur. La multitude de thèmes abordées s’explique aussi peut-être ainsi.

Dans le silence de ton coeur et Nick’s Blues sont deux récits totalement différents, mais j’ai souhaité rapproché les deux car je trouve que les héros s’y ressemblent beaucoup, dans leurs pertes, mais surtout dans leur apprentissage, progressif, de la maturité, et de la liberté de pensée et d’expression ! Deux héros atypiques, meurtris, servis par des histoires noires, à découvrir.

+ Sur Lecture Academy

+ Challenge YA#5

Moi, Gulwali

Moi, GulwaliGulwali

Réfugié à 12 ans

Gulwali Passarlay & Nadene Ghouri

Hachette Livres (2016)

*****

L’histoire : Il s’agit d’un témoignage. Celui de Gulwali Passarlay, jeune afghan de 12 ans, que sa mère, qui a peur pour ses enfants, envoie se réfugier en Europe avec son frère. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que les deux frères seront séparés et qu’ils risqueront plusieurs fois leur vie avant d’arriver, au terme d’un dangereux et long voyage, en Grande Bretagne.

Même si le résultat paraît idyllique, – Gulwali a fait des études, il est en dernière année d’études en Sciences Politiques, il est encarté au Parti Travailliste, il fait des conférences (il n’a que 21 ans !)-, il ne faut pas oublier qu’il a vécu un enfer pendant plus d’un an, et, selon ses dires, qu’il en paye encore le prix dans ses cauchemars aujourd’hui.

Comment ne pas avoir le cœur serré en lisant cette phrase (une mère qui parle à ses deux garçons de 12 et 14 ans) : “Aussi mal que les choses tournent, ne revenez jamais“… On se dit qu’il faut être complètement désespéré pour envoyer ainsi ses enfants loin de soi, seuls, si jeunes, sans savoir avec qui ils vont voyager et comment… Leur mère a pourtant fait ce qu’elle croyait être le moins dangereux pour eux à priori.

Un livre que j’ai trouvé très intéressant, car il permet de comprendre certaines choses : Les différences de point de vues dues à l’éducation, la force des traditions dans certains endroits du monde, comment fonctionne le trafic d’immigrants par les passeurs…

Sa foi a beaucoup soutenu Gulwali Passarlay. Si je ne suis pas croyante, j’ai malgré tout foi en l’être humain, en sa capacité “d’être” humain justement. Et pourtant, quand on lit ce livre, on doute…

*****

D’autres livres présentés sur le blog avec des thèmes plus ou moins similaires :

Et d’autres livres sur ce thème sur d’autres blogs :

Et une vidéo pour voir et entendre Gulwali Passarlay ici

Paranoïa – Melissa Bellevigne

paranoiaRoman YA Jeunes Adultes

PARANOÏA

Melissa Bellevigne

Édition Hachette – Collection Black Moon
Sortie le 30 mars 2016
17€ ­ ISBN : 201397423X

Melissa Bellevigne est plus connue sur internet sous le pseudo de Golden Wendy puisque c’est une youtubeuse beauté. Je ne la connaissais pas du tout avant le lire son premier roman (puisque c’est un milieu qui ne m’intéresse pas du tout), et même si le fait qu’elle soit une youtubeuse ne me donnait pas particulièrement envie de lire Paranoïa, je me suis laissée tenter par le résumé de l’éditeur.

Ce roman s’intéresse à l’histoire de deux femmes, Judy et Lisa, qui sont très différentes, mais qui vont rapidement tisser un lien fort. Lisa est une psychiatre spécialisée dans les cas complexes qui va être appelée dans un institut pour rencontrer Judy. Celle­-ci, internée pour paranoïa et hallucinations, refuse de s’alimenter alors qu’elle est enceinte de cinq mois. Lisa va alors essayer d’apprendre à connaître sa nouvelle patiente et la confiance va finalement s’installer entre les deux femmes.

paranoia

La narration est faite à deux voix : Lisa va mener les séances en parallèle de sa vie de couple et Judy va raconter son histoire et comment elle a fini dans cet institut. Elle est persuadée de ne pas être folle, et qu’Alwynn, qu’elle est la seule à voir, existe réellement. Entre fantômes et phénomènes explicables, le récit de ses aventures à la recherche d’explications nous plonge dans le doute. Alwynn existe­t­il vraiment ou l’a­t­elle inventée pour échapper à la réalité ? Ce doute s’installe en nous bien avant d’atteindre Lisa. La fin ouverte du roman nous laisse dans le doute, ce qui nous permet d’imaginer ce que l’on veut pour la suite et c’est quelque chose que j’ai trouvé très agréable.

Si l’écriture est assez simple, la lecture est fluide et prenante. J’ai dévoré très rapidement ce roman, car je voulais toujours savoir la suite des aventures de ces deux femmes. J’ai beaucoup aimé la façon dont la psychologie des personnages est travaillée, même si le côté psychiatrie et hôpital est rapidement laissé de côté. Les personnages vivent des aventures qui s’entrecroisent, sans avoir de réels liens, mais qui font avancer l’histoire parallèlement au fil de la grossesse de Judy. J’ai seulement trouvé un peu dommage que l’histoire de Lisa soit relayée au second plan et donc pas assez détaillée à mon goût.

paranoia

Dans l’ensemble, un bon premier roman qui me donne envie de découvrir ce que Melissa Bellevigne va écrire d’autre !

En plus de découvrir ce livre en avant­-première, j’ai également eu la chance de rencontrer l’auteur lors du lancement presse de son roman et je te tiens à remercier Hachette Black Moon pour cette invitation. Cette soirée a été l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Melissa Bellevigne et son roman et de rencontrer d’autres blogueuses ayant lu son livre. Nous avons également pu apprendre que même si rien n’est encore sûr, une suite pour Paranoïa est en réflexion ce qui réjouira ceux qui n’aiment pas les fins ouvertes.

+ le blog de l’auteure : http://www.goldenwendy.com/
+ son compte instagram : https://www.instagram.com/goldenwendyleblog/

+ Le livre sur Lecture Academy

** Un article de Lilou, la parisienne **

L’affaire Caïus

L Affaire CaiusL’affaire CaïusLAffaire Caius Récent

Henry Winterfeld

Livre de poche jeunesse (2014)

Δ

Roman policier historique

(Rome antique)

Δ

CAÏUS EST UN ÂNE.

La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l’insulter, lui, le fils d’un richissime sénateur ?

Suite à une banale dispute d’enfants, un jeune garçon est accusé d’un crime très grave : il aurait profané un temple en écrivant à la peinture rouge dessus. Ses amis tentent de l’aider de différentes façons, mais sans succès : leur ami est arrêté et mis en prison.

Mais les jeunes gens ne s’arrêtent pas là, car ils ont trouvé plusieurs choses qui laissent à penser que leur ami n’aurait pas pu faire ce dont on l’accuse ! On suit avec anxiété l’enquête des jeunes garçons. Vont-ils réussir à trouver le vrai coupable pour sauver leur ami ?

Δ

Ce roman, qui a été réédité de nombreuses fois, a été écrit en 1953 et publié pour la première fois en France par Hachette (collection Idéal-Bibliothèque) en 1955… Autant dire que ce n’est pas une nouveauté !

Mais il n’a pas pris une ride et se lit avec plaisir. C’est une enquête faite par des enfants (style club des 5 ou clan des 7) mais qui a la particularité de se dérouler dans la Rome antique, ce qui permet d’apprendre quelques trucs sur cette époque !

Δ

L’auteur : Henry Winterfeld, ça ne vous parle peut-être pas beaucoup. Si je vous dis qu’il a également écrit sous le pseudo de Manfred Michael et que c’est un auteur allemand, vous ne serez probablement pas plus avancés.

Mais si je vous dis qu’il a écrit “Les enfants de Timpelbach” (en 1937), ça vous dit quelque chose ? Ce roman a été adapté au cinéma par Nicolas Bary en 2008, avec Carole Bouquet et Gérard Depardieu.

Δ

SignatureNat