La bête – Chabouté

***
Bande dessinée adulte

La bête

de Christophe Chabouté

Vents d’Ouest, 2002
148 pages
9782749300054, 18,25€

***

Thèmes : bête, neige, montagne, enquête, secrets

***

Un mort étrange perdu dans les bois. Beaucoup de neige, un tout petit village et un inspecteur, venu de la ville pour enquêter. Bloqué par la neige le village va être le théâtre de nouveaux crimes. Quelle est la bête qui peut laisser de telles marques ?

Une enquête donc, mais surtout la découverte d’un petit village montagnard où tout le monde se connaît. Passant des uns aux autres l’inspecteur tente de comprendre.

Si l’histoire est intéressante et l’intrigue bien menée ce sont réellement les illustrations de Chabouté qui sont saisissantes. Le contraste du noir et du blanc, les visages plein d’expressions, les angles de vues… Un ensemble graphique parfait qui m’a marqué dès les premières pages. On y découvre une scène toute simple, celle d’un lapin dans la neige. A la page suivante c’est un homme qui se retrouve seul dans la neige et traqué…

Chabouté joue sur le contraste et son inversion mais aussi sur le parallèle des situations pour nous offrir un album magnifique sans se limiter pour autant à l’illustration puisque l’histoire promet elle aussi quelques surprises!

+ Les avis de Mango, Canel, Sandrine

 

RDL #Lilou 3 Romans pour Ados : Unique, Quand j’étais soldate et les Carcérales

Alison Allen-Gray - Unique.Unique
Alison ALLEN-GRAY
Bayard Jeunesse

« Dominic, 15 ans, ne s’entend pas avec ses parents. Le seul membre de sa famille avec qui le garçon se sent bien, c’est Pops, son grand-père, qui perd un peu la boule. Un jour, dans le grenier de Pops. Dominic découvre un album photo que personne ne lui a jamais montré. Il est pourtant rempli d’images de son enfance. Plus il le feuillette, plus le malaise s’empare du garçon : ces anniversaires, il n’en a aucun souvenir ; ces enfants qui l’entourent et semblent être ses copains, il ne se les rappelle pas ; ces lieux où il pose, il ne les reconnaît pas. La dernière photo de l’album fait à Dominic l’effet d’une décharge électrique : c’est lui… en plus vieux ! Qui est ce jeune homme dont Dominic n’a jamais entendu parler et qui lui ressemble trait pour trait ? »

Dominic, 15 ans, découvre des photos de lui dont il n’a aucun souvenir Mais est-ce vraiment lui ? Il décide alors de mener discrètement son enquête. Mais quels secrets va-t-il déterrer ?

Ce livre est très intéressant, il s’intéresse au clonage humain et à ses retombés mais aussi à l’unicité de chaque être humain, ce que va revendiquer Dominic face à son père qui le déteste à cause de son manque de réussite en sciences et en art.

Thème : Sciences, adolescence, SF

***

Valérie Zenatti - .Quand j’étais soldate
Valérie ZENATTI
L’école des loisirs

« Avoir dix-huit ans en France, ça signifie passer son bac, son permis de conduire, avoir le droit de vote, travailler enfin ou entreprendre des études. Dix-huit ans est synonyme de majorité, de maturité et de liberté. Mais avoir dix-huit ans en Israël, ça signifie donner les deux prochaines années de sa vie au pays, à sa défense, à sa survie. Devenir un matricule. Porter l’uniforme. Se réveiller à quatre heures et demie. Faire la vaisselle pour soixante-dix. Obéir aux consignes. Apprendre le maniement des armes. L’histoire et la géographie des pays voisins et ennemis. Les langages codés des pilotes adverses. Et risquer sa peau. Qu’on soit un garçon ou une fille. Même quand on est si petite et si menue que les autres vous traient de promotion  » tomates cerises « … Quand on s’appelle Valérie Zenatti et qu’on rêve de devenir écrivain, ça signifie aussi réfléchir. Et douter. Et rire. Et espérer la paix, maintenant ou bientôt. Ça signifie témoigner. »

En Israël, quand on a 18 ans, on ne peut pas profiter tout de suite de sa nouvelle vie d’adulte, on doit d’abord offrir 2 années à l’armée. Valérie nous raconte, dans la limite du secret bien sûr, ces deux ans qui lui ont fait découvrir l’âge adulte et les responsabilités qui vont avec.

Cette autobiographie est vraiment passionnante. On se sent dans la peau du personnage principale et le fait que ce soit une histoire vraie nous fait aussi réfléchir sur le service militaire et les femmes dans l’armée.

Thème : guerre, femme, armée

***

Magali Wiéner - Les carcérales.Les Carcérales
Magalie WIENER

Macadam Milan

« Un adolescent se retrouve en prison pour un viol qu’il est convaincu de ne pas avoir commis. Pour lui, la jeune fille était consentante. Une plongée saisissante dans les rouages de la justice et l’univers carcéral, sa violence, ses abus et son isolement. Et une réflexion sur le sens de la responsabilité. »

La soirée s’annonce plutôt bien pour Rodrigues, il va voir Aurélie chanter avec son groupe pour la fête de la musique. Puis ils se baladent dans un parc et Rodrigues fait l’amour avec elle. Mais le lendemain matin, la police vient le chercher, Aurélie l’accuse de viol.


C’est un roman vraiment très bien écrit dans lequel on va suivre minutieusement toutes les étapes du procès mais aussi de la vie d’un adolescent en prison. Rodrigues se pense innocent mais le lecteur ne sait que croire. On s’attache à ce personnage qui subit la prison mais on ne sait pas s’il est réellement innocent et on le hait aussi en même temps…

 Thèmes : prison, adolescence, viol

— Lilou —

Défense de lire ce livre de Pat Moon

Défense de lire ce livre de Pat Moon.- Flammarion (Tribal), 2002

defensedelirecelivre.gifGenre : Récit de vie

Ce roman jeunesse est l’histoire d’Olive Penny (Finch), une jeune fille âgée de 13 ans. Sous forme d’un journal intime, Olive nous raconte sa vie, entre sa mère Debbie et sa grand-mère Nolly. Elle
n’a jamais connu son père car il est mort dans un tragique accident juste avant sa naissance.
Son meilleur ami, Graeme, est un petit lapin blanc. Mais elle a aussi Cassie, sa meilleure amie depuis la maternelle.

Le 21 juin elle commence son journal dans un cahier offert par Nolly. Tout va très bien dans sa vie… sauf que voilà les « tragédies » se succèdent : sa mère trouve un nouvel ami, sa grand mère a
une santé vacillante, et Cassie obtient l’autorisation de sa mère  d’aller au collège Sainte-Monica, une école pour filles très haute gamme, où Olive ne pourra pas aller…

C’est l’histoire quotidienne de cette jeune fille que l’on suit, entre journal et discours narratif, une histoire sans grandes surprises… et sans grand intêret à mon goût.
Je l’ai lu rapidement, mais ça ne m’a pas inspiré plus que ça… Une histoire typiquement adolescente, qui plait peut être à certaines d’entre elle…. mais pas toutes, puisque ma soeur (16 ans)
n’a pas plus apprécié que moi!

Un petit mot pour finir sur le titre du livre, qui est une bonne action marketing, puisque c’est ce qui m’a fait emprunter ce livre. « Défense de lire ce livre » il n’y a pas à dire, il n’y a pas
mieux pour donner envie de le lire…

Biographie

Pat Moon est née à Bromley dans le Kent en Angleterre, mais elle habite actuellement à Norwich avec son époux et ses trois enfants. Enseignante pendant de nombreuses années, elle abandonne ce
métier pour se consacrer à l’écriture en 1991 et à des ateliers d’écriture pour la jeunesse. Elle a écrit son premier ouvrage « Double Image » en 1993. Ses deux premiers ouvrages ont obtenu des
nominations pour des prix de littérature jeunesse. Elle écrit à la fois pour les jeunes enfants et pour les lecteurs plus âgés. (source : livres à gogo)

Mots clés : journal intime, adolescence.

Le songe de la forêt

Le songe de la forêt
de Kenneth Steven,
illustré par Lily Moon
adaptation française de Sophie Leger

Gründ, 2002

« Il y a bien longtemps, avant l’arrivée du premier homme blanc sur le nouveau continent, Lalita, une jeune indienne, se réveilla un matin en tremblant : elle venait de faire un cauchemar. Elle avait rêvé que de majestueux oiseaux blancs traversaient l’océan, accompagnés d’un vent si fort que les arbres se courbaient sous son passage.
Elle avait même entendu la forêt pleurer. »

Ainsi commence ce conte, qui retrace l’histoire de l’arrivée de l’homme blanc en Amérique, et des dégats qu’il cause sur la nature. Mais loin de s’arrêter sur ce triste épisode, l’album n’y consacre que quelques pages avant de continuer… vers une bien heureuse fin.

« Depuis ce jour les Indiens affirment que si un amour est fidèle, tout ce qui a été détruit renaîtra de ses cendres et que l’amour l’emportera toujours sur la haine. »

L’histoire est mignonette, mais elle ne m’a pas émue ou bouleversée… Quand aux illustrations elles sont forts jolies et servent très bien ce petit conte.

Comme toujours j’ai « testé » cet album à haute voix sur mon homme (une vieille habitude de mon travail en bibliothèque et en crèche)… Il a trouvé lui aussi l’histoire sympathique… mais sans plus!

L’auteur :
STEVEN, Kenneth (Glasgow, Écosse, 1968).
Enfance dans le Perthshire. Après des études de littérature anglo-saxonne à l’université de Glasgow, il a passé deux ans dans le nord de la Norvège, où il a étudié l’histoire et la culture
lapone. Il vit aujourd’hui à Dunkeld dans le Perthshire où il anime des ateliers de lecture et d’écriture. Il a publié des poèmes, des nouvelles, des livres pour enfants et des traductions du
lapon et du norvégien (Lars Saabye Christensen). (source http://www.librairie-compagnie.fr)

L’illustratrice :
Lily Moon

Son Blog

 Toutes les illustrations de l’article sont de Lily Moon, et lui appartiennent.