Premier chagrin d’Eva Kavian

Premier Chagrin

d’Eva Kavian

roman pour adolescent

Mijade, 2011
9782874230752, 6€
188 pages

Sophie s’apprête à faire son premier baby-sitting.
Quelle surprise lorsqu’elle découvre que c’est une grand-mère et non une jeune maman qui a posé l’annonce. A partir de ce moment, rien ne se passe comme prévu, et la vie de Sophie va en être bouleversée.

En premier lieu il faut savoir que ce roman est belge. Je n’ai rien contre les belges mais cela induit ici quelques difficultés de compréhension, à prendre en compte dans le cadre d’un roman jeunesse. Je n’ai pas tout relevé à mesure mais j’ai tiqué quelques fois : « septante » bien sûr, mais aussi quelques expressions ou tournures de phrases, ains que des détails sur le fonctionnement du système scolaire – il m’a fallu longtemps pour comprendre que la mère de l’héroïne est professeur. Une longue introduction excusez moi, mais ce ne sont que des détails, d’autant plus qu’une collègue l’a lu et n’a pas relevé ça du tout… et l’intérêt du livre n’est pas là.

Si j’ai eu un peu de mal avec l’écriture mais je me suis par contre tout de suite attachée à Sophie, l’héroïne. Bon j’avoue c’est facile quand on porte le même prénom, mais il n’y a pas que cela. C’est une jeune fille vive, intéressante, qui se beaucoup de questions sur la vie, la famille et la mort.

En effet en répondant à une petite annonce pour du baby sitting Sophie se retrouve à aller deux fois par semaine chez une grand-mère un peu particulière, Mouche, qui la fait venir officiellement pour s’occuper de ses petits enfants… sauf qu’ils ne sont jamais là…

Sophie va peu à peu nous faire part de ses réflexions, à la maison, à l’école mais aussi chez Mouche. Une expérience qui va la faire grandir, évoluer, et comprendre beaucoup de choses. Sur l’amitié, l’amour, ses parents, les secrets de famille…

Même si certaines situations sont un peu grosses tant elles sont toutes accumulées dans le livre, ce livre aborde des thèmes difficile de façon vraiment percutante sans pour autant nous faire trop pleurer! Un récit touchant qui éclaire sur la vie et donne encore plus envie de profiter de sa famille…

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Partagez

About Herisson

Passionnée de littérature jeunesse, dévoreuse de livres, jeune maman !
Bookmark the permalink.

29 Comments

  1. Je l’avais vu, je ne sais plus où, sans m’attarder dessus et ton avis m’a donné envie de le lire :)

  2. Un auteur que j’aime bien, je retiens pour le sujet !

  3. oh ben moi j’aimerais bien retrouver des mots belges dans un livre (normal, c’est quand même là d’où je viens)

  4. Il a l’air pas mal… en plus, je suis belge. :) Peut-être que je le trouverai à la biblio d’ici quelques temps.

  5. Pas sûre que mes élèves accrochent moi…

    • Ben j’en ai parlé avec ma collègue bibliothécaire qui elle a beaucoup aimé, et avec une collègue qui elle l’a abandonné à cause du thème… difficile de dire!

  6. Je sens que ça me tirerait quelques larmes, ou me collerait le bourdon…

  7. Il a l’air bien, j’imagine que la grand-mère doit se sentir seule et la solitude des personnes âgées est un sujet qui me touche énormément.

  8. C’est marrant que tu aies tiqué sur le septante et d’autres mots du genre. Si il y a bien un truc qui m’embête dans beaucoup de livres c’est quand quatre-vingt dix-neuf par exemple est écrit en toutes lettres. Ça arrangerait tout le monde d’indiquer 99, au moins on peut le lire comme on veut ^^

    Sinon pour le livre en lui même je ne sais pas. Je ne suis pas trop roman d’ado (même si je ne suis fais l’intégral Harry Potter en moins de deux mois il y a 2 ou 3 ans seulement) mais ton résumé donne envie quand même… Dilemme dilemme… ;)

    • Il est vrai que parfois écrire en chiffre ça simplifierait! Pour ce qui est du livre, je ne sais pas pour celui ci mais quelque chose comme Hunger Games te plairait bien je pense, et le film sort bientôt!

      • Hunger Games je connaissais pas, je viens d’aller voir le résumé, ça me fait un peut penser à Battle Royale… Pourquoi pas ;) En tout cas je l’ajoute dans ma liste des « pourquoi ne pas se laisser tenter » pour être sur de ne pas l’oublier.
        Merci =)

  9. Un très beau roman, profond et sensible.
    Dommage que quelques expressions t’ait ainsi perturbée. Que doivent dire les Belges ou les Québécois qui lisent les romans français alors ??

    • J’ai souvent le même sentiment avec les romans Québécois ! Les Belges et les Québécois ont surement aussi des expressions qu’ils ont du mal à comprendre !

  10. oui moi je doit le lire pour lundi 12 novembre la rentrée du college et franchement moi qui suit pas trop livre j’ai bien accrochée

  11. Je voudrais savoir si quelqu’un pourais me faire un résumer complet du livre en 20 ligne minimun
    merci

    • Bonjour Nino, je t’invite à lire ce livre, tu pourras alors sans problème faire un résumé correct, en 20 lignes! Bon courage… et bonne lecture!

  12. je lai lu a moitie (au chapitre 3) mais je suis très en retard si quelqu’un de sympa pourait il me faire ce résumer complet je le remercirait beuacoup
    Merci

    • Bonsoir Nino, malheureusement ce n’est pas possible. Si vous passiez moins de temps sur internet à chercher un résumé, vous auriez le temps de lire ce livre, vraiment simple et rapide lire. C’est aussi un peu le but du jeu du Prix des INcos!

  13. Pingback: Une carte postale de Belgique de Frank Andriat, Monsieur Bonheur ! |

  14. Pingback: A l’ombre du grand arbre – 5 août 2013

  15. Pingback: Lecture commune autour de deux titres d’Eva Kavian, une auteure belge qui n’a pas sa langue dans sa poche… |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *