Eona et le collier des Dieux – Alison Goodman

Roman fantastique pour adolescents

Eona et le collier des Dieux

(Eon tome 2)

Alison Goodman

Traduit par Philippe Giraudon

Gallimard Jeunesse, 2011
9782070623068, 21,30€
Poche 2012, 11,50€
Numérique : 14,99€
540 pages 


Après la mort de l’empereur, Sethon a pris le pouvoir et a fait emprisonner Lord Ido, son ancien allié. Eon, aujourd’hui Eona, est certaine que Kygo, l’empereur légitime, est toujours en vie et, avec ses amis fidèles, Ryko, Dela, Vida, elle part à sa recherche. Devenue l’oeil du Dragon Miroir, Eona porte un secret sans doute plus dangereux qu’autrefois : elle ne peut maîtriser son nouveau pouvoir.

 

Le premier tome était un véritable coup de coeur, je l’avais lu lors de sa sortie en 2009 mais je n’avais jamais pris le temps de lire le tome 2 suite à sa sortie, et il traînait donc dans ma PAL numérique depuis l’an dernier! Bon bien sûr en numérique ça ne prend pas de place, mais du coup j’ai encore moins tendance à les lire rapidement…

J’ai donc lu ce livre en numérique, en grande partie sur mon téléphone (donc petits écrans par petits écrans et il est long ce livre, je vous jure…) et si je dis tout cela c’est que je pense que pour une fois cela a eu un véritable effet sur mon avis. J’ai en effet trouvé ce deuxième tome moins bon que le premier. Oh j’ai beaucoup aimé tout de même,  seulement j’ai trouvé l’ensemble souvent lent, avec des répétitions lassantes et des questions existentielles un peu trop niaises (surtout à force de répétitions il faut aussi le dire.) L’intrigue pourtant continue bien sur sa lancée, avec Eona en personnage principal, de l’action, des combats, des pouvoirs… et certains personnages se rapprochent !

 Je ne veux pas trop en dire sur l’histoire pour ne pas spoiler ceux qui n’auraient pas lu le premier tome, mais il faut savoir que le fantastique est toujours au rendez-vous, ainsi que les batailles. Si le premier tome nous offrait une découverte de ce monde, le deuxième tome qui promettait de nombreuses batailles nous permet d’abord de découvrir les pouvoirs d’Eona et de son dragon. Un chemin initiatique qui se poursuit, des rencontres, des relations humaines très intéressantes, mais tout de même aussi de l’action.

Au final ce deuxième tome avait tout pour me plaire mais j’ai moins apprécié que le premier, sans doute en partie à cause d’un manque de rythme renforcé par ma lecture numérique sur toute petite page, et l’impression de ne pas avancer… C’est dommage car je garde malgré un souvenir très positif de cette série courte et bien imaginée!

Vraiment je vous conseille de découvrir cette série si vous aimez les romans épiques et fantastiques -mais pas en numérique ?-

 

+ Une lecture commune pour vider un peu notre PAL avec Karine:) 

+ L’avis de Lucie, 12 ans sur le tome 1 : « J’ai adoré Eon, l’héroïne est attachante et avec les dragons c’est super bien. »

+ Demain mon avis sur Mortelle Adèle t. 4 (en LC avec Liyah, initialement prévu pour aujourd’hui – mon organisation légendaire…)

+ L’avis de Céline

+ Challenge  Jeunesse et Ya#2.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

La bannie de Florence Mullot (et expérience de lecture numérique)

La BannieLa Bannie

de Florence Mullot

mars 2010
372 pages
16€ (papier)
5€ (numérique)

Présentation :
Nous sommes tous différents les uns des autres. Nous avons notre propre histoire, notre propre existence et un destin auquel nous ne pouvons échapper… C’est une règle immuable qui s’applique à tous. Mon nom est Mani et pour des raisons que je ne connais pas, j’ai été bannie par les peuples qui vivent dans mon monde. J’arrivais à faire face, jusqu’au jour où mon univers s’est écroulé à cause d’une ancienne prophétie…

La découverte de la lecture numérique :
Voici mon premier roman lu 100% en numérique. Voilà près d’un an que ce roman attend sagement. J’avais commencé deux fois de le lire sur PC, mais niveau confort de lecture c’était zéro! J’aime lire couchée, et le gros PC, bien que portable ne convenait vraiment pas. 372 pages. J’ai bien cru du coup que je ne pourrais jamais les lire… Et puis la tablette est arrivée à la maison, et c’est une vrai révélation pour moi. J’aime lire avec! Pas tout à fait autant qu’un livre papier, parce qu’il manque l’odeur de papier, mais sinon clairement j’aime ça! Finalement je n’ai pas acheté de Reader d’ailleurs, mais une vraie tablette numérique. Plus brillante, mais une fois la luminosité réglée c’est vraiment bon! Les applications pour lire des livres se trouvent facilement et gratuitement, avec de vraies bonnes options : on tourne d’un doigt, marque-page multiples avec titre, note, citation, surlignage… Moi qui déteste annoter les livres papiers je découvre là une toute nouvelle façon de faire, et ça me plait bien. Bon le temps de m’y mettre je m’en servirai plus la prochaine fois… Car l’inconvénient par contre c’est que retrouver un passage en feuilletant c’est beaucoup plus dur!

Mon avis :
Après un prologue un peu long à mon goût (j’aime les début in medias res) où l’on découvre l’histoire du monde, on rencontre notre héroïne la Bannie, et l’histoire peut commencer.

Son monde est bien différent du notre : les créatures magiques, légendaires ou de la création de l’auteur s’y côtoient pour former un monde fantastique vraiment intéressant. Avant tout c’est Mani que l’on suit, la Bannie, et ce roman nous présente tout son parcours, ses aventures, ses doutes, et ses rencontres surtout… Personnage principal elle n’est pourtant pas très attachante… elle n’est pas non plus antipathique en fait, loin de là, mais je pense que le temps qui s’écoule dans le livre n’aide pas. En effet le temps est différent du notre, les personnages pouvant vivre des centaines d’années, de grandes ellipses émaillent  ce roman, laissant souvent des scènes qu’on aurait aimé découvrir de côté. Les personnages évoluent sans nous, et du coup j’ai parfois eu l’impression d’avoir rater un chapitre. Des rencontres évoquées auxquelles on a pas assisté, des noms affectifs sans qu’on se soit rendu compte vraiment de l’évolution des liens, ce genre de petites choses qui m’ont souvent déstabilisée…

En dehors de ce petit écueil, sûrement voulu pour dynamiser l’histoire, j’ai trouvé l’intrigue bien menée. L’histoire classique d’un être à part qui va changer le cours des choses, mais surtout la découverte progressive d’un monde et des créatures qui le peuplent. Elfes, Magiciens, dragons, nains, fées se croisent… et s’entretuent car deux forces s’affrontent dans ce livre, pas toujours à égalité, mais déterminées…

J’ai apprécié toutes les rencontres, tous les chapitres où l’on découvrait une nouvelle « espèce », leur pouvoir, leur histoire.. Des êtres à part, des destins liés, et une bataille finale impressionnante! L’auteur joue d’ailleurs avec nos nerfs, changeant de point de vue. Ainsi la bataille est racontée par plusieurs protagonistes et l’on suit donc l’attaque sur plusieurs fronts. Bien fait, on avance vite…

L’ensemble est réellement convainquant, avec une écriture naturelle qui rend parfaitement l’ambiance du roman, une bonne dose d’imagination, et un tome unique pour une histoire réellement complète. Tous les éléments sont rassemblés pour un roman fantastique qui sera apprécié tant par les ados que par les adultes.

 

+ Le site de l’auteur
+ Pour acheter le livre (papier ou pdf)

Extrait :
Mes yeux brûlants de larmes se levèrent sur un homme au visage triste. La lune me cachait ses traits mais l’espace d’un instant, je crus que…
—Papa ?
Ce ne pouvait être lui, je le savais au plus profond de moi. Mais que me coûtait-il de m’accrocher encore à cet espoir ? Comme pour me répondre, il s’abaissa pour que je puisse enfin le dévisager. Il lui ressemblait tant. Il ressemblait tant à mon père.
Nous suivre et partager :
error0

Eon et le douzième dragon d’Alison Goodman

Eon et le douzième dragon

Auteur : Alison Goodman
Traducteur :
Philippe Giraudon (de l’anglais)
Editeur :
La table Ronde 

Date : septembre 2009
Prix : 19 €
Nb de pages : 530

Premier Tome d’une série de ? tomes.

Thèmes : Chine impériale, Fantastique, Homme/Femme, Dragons

Présentation de l’éditeur :
« Eon et le douzième dragon commence à la veille de l’extraordinaire cérémonie au cours de laquelle
le dragon Rat désignera son apprenti. Chaque année, en effet, l’un des douze dragons énergétiques protégeant le pays choisit celui qu’il initiera à la magie du dragon.

Eona, seize ans, s’est durement entraînée pour devenir cet apprenti. Or, seuls les garçons sont élus. Au risque de sa vie, la jeune fille se fait passer pour un adolescent. Confronté à la haine du redoutable seigneur Ido, Eon doit s’engager dans un combat sans merci pour défendre son secret.

Un récit haletant, au coeur d’une Chine impériale mythique, où se mêlent amitiés et trahisons, pratiques et puissances magiques. Un grand roman d’aventures, qui se lit d’une seule traite. »

Résumé :
La présentation de l’éditeur dit déjà beaucoup de chose… Trop peut être même ai-je pensé en commençant ce récit… Que rajouter sans trop en dire… Sans doute que Eona va se retrouver
entraînéedans des combats bien plus grands qu’elle n’imagine, dans un monde où la politique et le luxe sont maîtres… Quand aux dragons, s’ils sont l’âme du livre, ne vous attendez pas à les voir
cracher du feu! Je m’arrête là, de peur d’en dire trop!

Avis :
C’est un véritable coup de coeur que Eon et le douzième dragon, qui m’a entrainé dans une aventure palpitante, au coeur d’une Chine impériale, mi réelle mi imaginée par l’auteur. Des descriptions savemment
placée, qui n’arrête pas l’action, des secrets en pagaille…
Le personnage principal, Eon, Eona donc, est attachant(e), empêtrée comme elle est dans ses mensonges, pleine de courage et si fragile à la fois. Cette double facette du personnage la rend même
parfois exaspérante… j’ai eu envie de la pousser en avant… Les autres personnages aussi sont hauts en couleur, il y a de tout… des Hommes Lune (eunuques), des travestis (même si ce n’est
pas dit comme ça)… Ce monde fantastique dans lequel ils nous entraînent est un monde charmant, charmeur même, mais dangereux ! Les dragons, invoqués par la pensée, semble avoir des pouvoirs immense et insoupçonné… Le seul point négatif, c’est peut être que ces secrets sont souvent facilement devinables à l’avance, et si j’ai été captivée, j’ai rarement été
surprise !
Ah non, il y a un deuxième point négatif… Je me suis lancée dans la lecture sans réfléchir dans Eon et le douzième dragon, et captivée que j’étais, j’ai bien senti qu’il allait y avoir un problème quand j’ai senti qu’il ne me
restait que peu de pages à lire, et que l’histoire était loin d’être close… Et en effet, ô désespoir, ô attente infinie, ô PAL qui ne descendra jamais… il y a un deuxième tome prévu pour 2010 !

Extraits :
« En poussant un profond soupir, je m’enfonçai dans l’eau jusqu’au menton. La chaleur gagnait progressivement mon corps. Je jetais un coup d’oeil autour du bassin
: les dragons étaient invisibles. La vapeur d’eau laissait sur ma langue un arrière-goût de gingembre contrastant avec l’amertume persistante de l’infusion de la faiseus de fantômes. Les yeux
fixés sur le mur du fond, couvert d’une mosaïque représentant Brin, le dieu du Fleuve, je comptai mes respirations. A la dixième expiration, je sentis ma vue se troubler tandis que mon regard
intérieur se tournait vers le hua s’écoulant dans la pièce. Un frémissement léger d’énergie effleura ma peau. Autour de moi, d’énormes silhouettes fantomatiques bougeaient et des yeux sombres
m’observaient. Je m’enfonçai plus avant dans l’énergie. Comme une ombre où chemine un rayon de soleil, le cercle des créatures indistinctes s’illuminé peu à peu et distinguai les coprs des
dragons brillant des couleurs de l’arc-en-ciel. Tous, sauf un. »

En image (clic pour agrandir) Différentes couvertures selon les éditions :

L’auteur : Alison Goodman
Née en 1966 à Melbourne en Australie, Alison Goodman a publié trois romans
couronnés de nombreux prix et traduits en plusieurs langues : Singing the dogstar blues, Killing the Rabbit et Eon et le douzième dragon (vendu dans 13 pays, Prix :2008 Aurealis Award for Best Fantasy Novel)

Source : l’éditeur et le site officiel de l’auteur

A noter que ce livre est sorti simultanément chez Gallimard Jeunesse
D’autres avis sur la blogosphère :

Un coup de coeur pour le théorème de l’escapin

Un livre attachant selon Esmeraldae

Une déception pour Clarabel

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0

Brisingr (Eragon T3)

Roman fantastique pour adolescents

Eragon

3. Brisingr

de Christopher Paolini

 

Après Eragon et l’Ainé, Christopher Paolini nous entraine encore dans des  aventures fantastiques dans le tome 3 de l’Héritage : Brisingr. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Eragon, jeune garçon élevé à la campagne par son oncle avec
son cousin Roran, trouve un jour par hasard une pierre bleue. Eragon décide alors de la garder, mais voilà quelques temps plus tard, la pierre s’ouvre, et un petit dragon en sort… Ce dragon est une femelle, qu’il nomme Saphira. Du même coup il devient son Dragonnier… Ensuite ça se complique un peu, en gros, un grand méchant dragonnier, aidé par 12 autres dragonniers s’est emparé il y a déjà quelques années du pays. Seuls résistent encore à son emprise les nains, les elfes, et les vardens (humains).
Aidé par Brom, un ancien dragonnier et quelques autres personnages fantastiques (elfes, nains…) Eragon, dernier dragonnier connu, se doit de défendre son pays, et de le libérer de l’oppression de Galbatorix. Les aventures et combats s’enchainent alors au fil des pages…

Le tome 3 commence sur une attaque des Razacs, des monstres qui aident Galbatorix, afin de libérer la fiancée de son cousin, Roran. Eragon, aidé comme toujours de sa dragonne Safira, parvient à la libérer… mais le combat contre Galbatorix est loin d’être gagné… Surtout que depuis son combat avec Murtagh, il n’a plus d’épée… De nouveaux combats, des apprentissages, des révélations… de quoi nous tenir en haleine tout au long des 800 pages. J’ai lu sans me lasser, avec l’envie de savoir la fin…J’aime cette ambiance, ces personnages irréels, fantastiques, qui ne sont pas sans rapeller le Seigneur des Anneaux… J’aime suivre les aventures d’Eragon, pourtant faute à l’auteur ou à la traduction, l’écriture n’est pas toujours très agréable, pas très coulante pour un livre adolescent… Et puis c’est peut être parce qu’il est jeune (il a tout juste mon âge, 24ans, et a écrit le premier tome a 15ans…), et grisé par l’argent, mais je trouve que C Paolini fait durer de plus en plus… Peut être est ce seulement la marque de mon impatience… Enfin tout de même ce qui devait être une trilogie comportera finalement 4 tomes…

Tome 1 : Eragon (sorti en france en 2006)
Tome 2 : L’Ainé (2007?)
Tome 3 : Brisingr (sorti le 13 mars 2009)
Tome 4 : ?
Le tome 1 Eragon, est sorti en film (assez peu apprécié des fans, j’ai cependant trouvé ce film sympathique…)
Le film 2 devait sortir en décembre 2008, mais je ne l’ai pas vu passer…

Nous suivre et partager :
error0