Sans un cri de Siobhan Dowd

Roman pour grands adolescents / adultes

Sans un cri

de Siobhan Dowd

Gallimard, 2007

Scripto, 358 pages
9782070573356, 13€

Thèmes : Adolescence, Foi, Deuil, Alcoolisme, Enquête,

Présentation de l’éditeur :
Dans le petit village irlandais de Coolbar, Shell tente d’être un lycéenne comme le autres. Mais élever Trix et Jimmy, ses petits frères et sœurs, tout en les protégeant d’un père alcoolique et violent, n’est pas un quotidien ordinaire pour une jeune fille de quinze ans.
Pourtant, Shell ressent profondément la joie d’exister. D’où lui vient cette force incroyable qui la sauve, même quand l’Irlande entière la montre du doigt ?
Un roman singulier et fort, touché par la grâce. Comparée aux plus grands écrivains irlandais, Siohban Dowd signe une histoire poignante, tirée de faits divers réels.

Mon avis :

Ma petite soeur m’a prêté ce livre hier d’un air fort décourageant en me disant « c’est nul, j’ai abandonné »… bon sauf que moi et mon esprit de contradiction… au lieu de faire confiance à ma soeur j’ai pris le livre et je l’ai attaqué directement… Et il faut bien l’avouer je n’étais pas loin de son avis peu étayé après quelques chapitres… Mais bon il en faut beaucoup pour que j’abandonne un livre, je me suis donc décidée à m’accrocher et à continuer… ce matin à 6h… persuadée que j’allais m’endormir dessus vite fait bien fait, histoire de profiter encore de la couette quelques heures… Mais non, contre toute attente je me suis laissée prendre au jeu, et mon bilan final est sacrément positif… tellement positif que je vais obliger ma soeur à le lire jusqu’au bout je crois!

Mais reprenons au commencement pour essayer de faire que cet avis rédigé dans la foulée de la lecture (soit à 8h du mat’) soit un minimum intéressant pour vous…

Ce roman se déroule en Irlande, en 1984. Michelle, dite Shell, a perdu sa mère et doit faire face dans la maisonnée afin de s’occuper de son petit frère Jimmy et de sa petite soeur Trix, leur père étant peu présent, et trop souvent grisé par le whisky… Cette adolescente  vit dans une petite bourgade, et l’influence de l’église est très présente. En rencontrant le nouveau prêtre, elle se sent beaucoup plus proche de Jésus, et compare régulièrement leur vie, nous livrant des passages de la Bible. Pourtant la vie de Shell va être bouleversée…

Spoilers : Difficile de vous parler de cette histoire sans vous en dire plus, et pourtant mieux vaut ignorer deux faits quand on débute l’histoire… je vous conseille donc de passer votre chemin, mais à vous de voir… 
Shell se laisse rapidement embobiner par un jeune voisin, et tombe enceinte. Quand une enquête est ouverte suite à la découverte du corps d’un nouveau né, elle est la principale suspecte…
Fin des Spoilers

La première partie du livre met en place les personnages, leurs relations, et cette étrange rapport à Jésus. C’est fin et bien écrit, mais j’ai trouvé cette partie trop longue, me demandant où l’auteur voulait aller, ce qu’elle cherchait à nous faire deviner… C’est long, beaucoup trop religieux à mon goûts, et on se croirait à une autre époque… Seuls quelques détails tels le téléphone ou les voitures nous ramènent au 20ème siècle… Pour le reste c’est presque la petite maison dans la prairie, en beaucoup moins joyeux. Vraiment moins, car Shell est une adolescente qui endosse trop tôt le rôle de la mère, qui fait beaucoup d’efforts, mais qui n’est pas encore une adulte, et qui ne peut pas agir comme telle.

Des thèmes durs, des mots sensibles qui font venir les larmes aux yeux plus d’une fois, car quand les évènements commencent enfin à s’enchaîner, ils se déroulent trop vite, de façon impitoyables, et on retient son souffle… C’est diablement bien raconté, on s’attache enfin à Shell et on a du mal à vraiment imaginer. On devine, on prend conscience, avec elle, parfois juste avant, et on se perd nous aussi dans ses pensées.

Un roman efficace, dans lequel la première partie très lente prend toute son envergure dans l’enchaînement d’évènements qui suit. Les maux intérieurs d’une adolescente qui devient trop vite adulte.

A réserver cependant aux grands adolescents et adultes, car c’est plus que poignant, surtout quand on sait que c’est inspiré de faits divers réels (et malheureusement presque courant…)

Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

Terrienne

de Jean-Claude Mourlevat

 Roman fantastique pour adolescent

 Gallimard Jeunesse, 2011
9782070637232, 16€

 Thèmes: Ecrivain, Fantastique, Famille, Quête, Sentiment

 

Présentation de l’éditeur :

Tout commence sur une route de campagne…
Après avoir reçu un message de sa soeur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et… passe de  » l’autre côté « . Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d’humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa soeur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu’au bout, au péril de sa vie. Et se découvrira elle-même : Terrienne. Vous ne respirerez plus jamais de la même manière.

Mon avis :

Quel plaisir de se plonger dans un nouveau livre de Jean Claude Mourlevat, de découvrir ce nouvel univers…
Un écrivain, une adolescente, une route. Tout commence ainsi, dans notre monde, sur une route qui existe vraiment, juste à côté de chez moi… Cette proximité, tous ces lieux que je connais, et des personnages attachants qui nous font entrer tout en douceur dans le fantastique, un ensemble splendide, un vrai coup de coeur!

Dans ce roman on découvre un autre monde, en quelques sorte parrallèle au notre, avec un « passage » entre les deux, vers Campagne. Dans cet autre monde, beaucoup de choses de différentes, pourtant il y a tellement de similitude que c’en est d’autant plus troublant. La découverte de ce monde, de ses habitants, c’est simple, tellement que c’est terriblement crédible je trouve. On se promène dans ce monde, on tremble avec Anne, on est surpris, soufflé même par moment. On s’attend pourtant à certaines choses, on les espère, et quel plaisir quand cela se passe comme prévu… Parce que dans chaque monde il y a des gens un peu différent, un peu rebelles ou tout simplement un peu différents… et d’autres qui ont des choses à cacher !  Quelques mots sur l’histoire tout de même, Anne, adolescente, cherche sa sœur, disparue le lendemain de son mariage. Anne ne sait pas quoi faire, jusqu’à ce qu’elle reçoive un SOS de sa soeur. Ainsi initiée, elle peut entrer dans l’autre monde, et se lancer à la recherche de sa sœur.

Un roman passionnant, tout dans la finesse de l’écriture. De l’action bien sûr, mais surtout des recherches, et des sentiments… Encore un très bon roman de Jean Claude Mourlevat, parfait pour les adolescents, mais aussi pour les adultes, qu’ils aiment ou non le fantastique, car je trouve que l’entrée se fait en douceur !

Je suis entièrement d’accord avec cette citation du magasine Lire : »On entre dans un roman de Jean-Claure Mourlevat comme dans un rêve »

Rita et Machin à l’école de JP Arrou-Vignod et Olivier Tallec

Aujourd’hui un rendez vous spécial Rita et Machin avec Liyah !

Rita et Machin c’est tout simplement des albums chouchou pour moi, découvert en pffiou 2006, Rita et Machin se sont bien développés depuis !

Jean-Philippe Arrou-Vignod et Olivier Tallec ont déjà écrit 11 albums de Rita et Machin et c’est toujours un plaisir… du coup imaginez ma joie lorsque Liyah m’a offert Rita et Machin à l’école, dédicacé par l’auteur!

Je vous ai déjà présenté Le noël de Rita et Machin, on passe donc à d’autres titres :)

Rita et Machin à l’école

Rita et Machin sont inséparables… pourtant à l’école la maitresse l’a bien dit : interdit d’amener son doudou! Mais bon, Machin n’est pas un doudou, alors Rita le cache dans son cartable… S’en suit une journée classique d’école…. mais en plus drôle!

J’adore en particulier le menu de la cantine : Chips + Frites + Purée!

Nous avons d’un coté le texte, qui nous informe plutôt sur ce que fait Rita, et en parallèle les illustrations, qui nous permettent de compléter l’histoire… avec ce que fait Machin! C’est vraiment drôle et la fin est mignonne!

Comme pour le Noël de Rita et Machin, je suis fan, j’adore l’écriture, j’adore les illustrations… surtout ce noir blanc et rouge, c’est simple et cela rend tellement bien… Fan je vous dit!

(Au fait il s’appelle Machin parce qu’il n’a pas de nom… une idée à creuser pour votre prochain animal de compagnie!)

Allons vite découvrir quel(s) titre(s) a choisi Liyah dans le cadre de cette lecture croisée !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

On s’est juste embrassés d’Isabelle Pandazopoulos

onsestjusteembrasses.gif

 Roman (ado)

On s’est juste embrassés

Isabelle Pandazopoulos

Gallimard, Scripto
18/06/2009
157 p., 
8,00 €
978-2-07-062283-2


Thèmes : Adolescence, Parents séparés, Dépression, Cité, Fugue, Quête d’identité.


Présentation de l’éditeur :
 » -J’ai pas couché avec Walid, je l’ai juste embrassé…
Une fois, une seule fois ! C’est ça, la vérité ! Plus je criais, plus elle souriait. -Mais on s’en fout de la vérité, ça compte pas la vérité… Tu comprends pas ça ? Je l’ai  regardée un long moment et puis j’ai murmuré : -Non, je comprends pas… Je n’avais plus envie de crier, même plus envie de pleurer, je me sentais juste d’une tristesse à mourir.  » Un roman bouleversant. Un auteur à découvrir. Un concentré d’émotion à savourer d’une traite.
« 

Résumé :

Aïcha est une adolescente sans histoire, elle vit seule avec sa mère suite au départ de son père, elle va au collège, passe beaucoup de temps avec sa meilleure amie Sabrina et son frère, qui habitent la cité. Pourtant peu à peu tout va tourner au drame dans sa vie. Le grand frère de Sabrina, qu’elle a juste embrassé va lancer une rumeur… une info même : ils ont couché ensemble… Le mot Pute est alors murmuré, écrit… et même Sabrina ne veut plus l’écouter… Dans le même temps sa mère sombre dans la dépression…

Avis :

On ne peut que plaindre Aïcha, la suivre avec plaisir et curiosité. Un petit bijou de littérature, tant par l’écriture, fluide et puissante, que par l’intrigue. Secrets de famille, Prince charmant, Lecture…

J’ai tout simplement adoré me laisser porter par cette histoire. Bon avec le recul je me dis que mon coeur de midinette n’est pas pour rien dans mon jugement… mais tant pis ! La situation est exagérée, pourtant on y croit facilement. Cette quête d’identité est poignante. Mon petit détail préféré : Aïcha manque les cours, et passe ses journées à la bibliothèque. Le soir elle n’hésite pas à emprunter des livres… Pourtant elle n’a pas de carte, mais c’est comme un accord tacite… puisqu’elle les rapporte toujours… L’amant de Duras est d’ailleurs mis sur un piédestale.

Koto est sans conteste mon personnage préféré… il n’est pas l’homme que j’aimerai avoir à mes cotés… mais l’homme que j’aimerais être…

Extraits :

« Sabrina, ma chère Sabrina

Je froissais les pages blanches avec la même rage que j’écartais les souvenirs, comment peux-tu croire, pourquoi crois tu ton frère, pourquoi tu ne m’as pas dit… ?

Est-ce que je t’ai trahie?

Les mots dansent devant mes yeux, je n’écris rien, comme si les mots risquaient de salir la page
blanche. »

« Parfois quand il se mettait à pleuvoir je me réfugiais dans la bibliothèque, à Saint Blaise. La dame me connaissait, je venais depuis toujours, même si je n’avais jamais pris de carte. Ma mère

détestait me voir lire, alors j’évitais qu’elle le sache. C’était comme une maladie honteuse, comme le plaisir que l’on se donne à soi même, ou les larmes, je faisais ça en cachette.

Je lis comme ça, tout ce qui me tombe sous la main, je ne pourrais même pas dire comment les livres et moi on se rencontre. Le plus souvent c’est affaire de hasard. « 

 

L’auteur :

Isabelle Pandazopoulos est née en 1968 d’un père grec et d’une mère allemande. Professeur de lettres, elle a toujours enseigné dans des zones dites difficiles.

Elle a écrit la libération des Nibelungen, traduit l’Odyssée, et travaille pour le cinéma et la télévision.

Beaucoup l’ont lu et apprécié :

Jeuness’a pagesClarabel, La boite à livresFrançoise B., Karine, Gawou, Bellesahi , Cathulu, Lael, Le jardin d’Hélène, Faelys