Martin Luther King expliqué aux enfants

Martin Luther King Jr NYWTS.jpg

Un homme courageux et décidé qui a fait évoluer son pays

Des documentaires pour petits… et grands !

Martin Luther King

2 documentaires qui expliquent sa vie et son combat aux enfants

*****

Martin

Martin Luther King – Un rêve d’égalité

Anne Blanchard & Anastassia Elias

Collection des graines et des guides

Éditions À dos d’âne (2017)

*

Un petit livre (15 cm), très court (45 pages) intéressant et simple à comprendre. Accessible aux enfants dès 8 ans, il est découpé en 5 chapitres :

1) Séparés…  : L’enfance et les premières brimades. L’apprentissage de la dignité.

2) Descendant d’esclaves : Après l’esclavage, la ségrégation.

3) Gandhi, un héros : Inventeur de la non-violence, il a résisté aux Anglais. Martin usera de la même méthode pour lutter contre la ségrégation.

4) Une ruse de la star King : Comment Martin Luther King s’est servi des médias.

5) “J’ai fait un rêve” : un des plus beaux discours de l’histoire du monde.

+ Quelques pages de repères chronologiques et historiques.

Je l’ai trouvé vraiment adapté aux plus jeunes, et j’ai bien aimé qu’il débute sur l’enfance de Martin Luther King et les premiers effets de la ségrégation sur lui, enfant de 6 ans.

Une très jolie collection qui présente des hommes et femmes célèbres dans de nombreux domaines.

*****

Martin

Martin Luther Kinghttps://products-images.di-static.com/image/brigitte-labbe-martin-luther-king/9782745930798-475x500-1.jpg

Brigitte Labbé et Michel Puech

Coll. De vie en vie

Milan (2003)

Il a été réédité en 2009 avec une photo de Martin Luther King en couverture (je la trouve plus jolie !), mais vous aurez sans doute du mal à le trouver neuf.

*

Celui-ci commence le 1er décembre 1955 avec l’arrestation de Rosa Parks (une femme noire de 42 ans qui avait refusé de laisser sa place dans le bus à un jeune homme blanc). En 24 courts chapitres, on suit la révolution non-violente menée par Martin Luther King pour faire respecter les droits des noirs.

En ne cachant pas les difficultés rencontrées, y compris au sein de son propre camp ! Très intéressant, celui-ci est pour les enfants un peu plus grands, à partir de 10 ans.

Si j’ai apprécié le texte, je n’ai, par contre, pas apprécié les illustrations (noires et oranges, assez “grossières”), mis à part le petit “flip book” en bas de page (quand on tourne rapidement les pages, deux mains, l’une blanche, l’autre noire, se rapprochent puis se serrent.)

*****

au Challenge African American History Month chez Enna – 2ème participation

Pénélope Bagieu

Pénélope Bagieu

*****

Pénélope Bagieu California DreaminCalifornia Dreamin’

Pénélope Bagieu

Gallimard (2015)

Présentation de l’éditeur : Ellen Cohen rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, sa personnalité aussi excentrique qu’attachante, son besoin d’amour inextinguible. À l’aube des années 1960, elle quitte Baltimore pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York.

Mon avis : Ce roman graphique est une sorte de biographie de Cass Elliot (Mama Cass, future chanteuse des Mamas and Papas), une chanteuse décédée très jeune (32 ans) et presque oubliée chez nous aujourd’hui… Et pourtant, si on vous met la musique (voir ci-dessous) ça ne vous dit vraiment rien ? Une bd qui nous plonge dans le monde des années 60 (vie communautaire, alcool, drogue, musique…) Le dessin au crayon paraît parfois un peu bâclé, mais l’histoire est passionnante et j’ai passé un très bon moment avec “Mama Cass” !

Une vidéo de la chanson des Mamas and Papas qui a donné son titre à ce roman graphique.

Une petite vidéo (plutôt drôle) d’elle chantant “Dream a little dream of me” et quelques pages de la bd sur le site de l’éditeur.

De Pénélope Bagieu, Sophie vous avait déjà parlé de “La page blanche” également brièvement présenté dans l’article sur les albums incontournables de 2012.

Elles ont beaucoup aimé aussi : Noukette, Maël

*****

Pénélope Bagieu Cadavre Exquis

Du même auteur, j’ai aussi lu celui-ci (il y a déjà quelques années !) mais je me souviens qu’après un début un peu laborieux, j’avais au final beaucoup aimé !

Cadavre exquis

Pénélope Bagieu

Gallimard (2010)

Présentation de l’éditeur : Zoé a un boulot pas drôle : elle est hôtesse d’accueil dans les salons – de l’automobile ou du fromage – et doit faire bonne figure, debout toute la journée avec des chaussures qui font mal aux pieds. Le jour où elle rencontre Thomas Rocher, écrivain à succès, la vie semble enfin lui sourire. Mais pourquoi Thomas ne sort-il jamais de son grand appartement parisien ? L’amour peut-il vivre en huis clos ? Et quel est dans cette histoire le rôle d’Agathe, la belle, froide et machiavélique éditrice de l’écrivain ?

*****

Pénélope Bagieu est une jeune illustratrice (née en 1982). C’est grâce à son blog “Ma vie est tout à fait fascinante” qu’elle s’est fait connaître.

La bd de la semaine

Voilà, c’était ma « bd de la semaine » hébergée aujourd’hui par Yaneck

SignatureNat

Mon été mortel de Jack Gantos

Roman pour adolescent

Mon été mortel

de Jack Gantos

traduit par Valérie Le Plouhinec

Les Grandes Personnes, 2013
9782361931957, 17€

Jack est un jeune garçon de 12 ans qui adore l’histoire. Heureusement pour lui car suite à un concours de circonstances il se retrouve privé de sorties pour tout l’été! Prisonnier chez lui, avec pour seule occupation ses livres d’histoire et un trou à creuser dans son jardin pour faire un bunker. Enfin presque, car sa vieille voisine Mme Volker l’appelle aussi souvent à l’aide pour rédiger des chroniques nécrologiques. En plein coeur des années soixante, cette histoire prend place dans une petite ville américaine un peu particulière. Crée suite à la grande dépression par Eleanor Roosevelt, Norvelt était une ville auto-suffisante, battit de maison toute semblable où chacun avait un rôle. Les années ont passé  et les habitants originels ont bien vieilli. Mme Volker, cependant, semble bien décidée à être la dernière, afin de s’occuper de chacun des morts et de leur nécrologie.

Cet été là est très particulier pour Jack, mais il le sera aussi pour toute la petite ville, car les événements s’enchaînent ! Les petits vieux tombent comme des mouches, les Hells Angels veulent mettre le feu à la ville et le père de Jack construit un avion dans son garage…

Un roman intéressant pour tout le côté historique, les nombreuses anecdotes, l’atmosphère de cette petite ville. Si Jack le héros de ce roman est attachant par certains côtés, il saigne du nez à tout bout de champ ce qui n’apporte pas grand chose à cette histoire. L’auto-dérision et l’humour qui caractérisent de nombreux passages sont vraiment sympathiques mais de longs passages du roman en manque cruellement et les intrigues successives sont souvent bien pauvres en suspense.

Un roman en demi-teinte où le côté historique et l’humour rattrapent les lenteurs passagères. Mme Volker est un personnage  haut en couleur qui vaut le détour malgré tout ! Ce petit côté humour anglais ne me fait pas toujours rire, mais l’auteur a le mérite de le mener merveilleusement bien, pourtant autour du thème de la mort !

petit++ Challenge YA #3

+ Prix du meilleur roman jeunesse américain attribué par l’American library Association en 2012 * Newbery Medal * – Challenge A tous prix.

+ L’avis de Clarabel

cadeaumaestro

Famille modèle d’Eric Puchner

Famille modèle

d’Eric Puchner

Roman adulte – Rentrée Littéraire

Albin Michel, 2011
9782226229786, 24€

Présentation de l’éditeur :
Deux jours après que sa voiture – une Chrysler LeBaron avec sièges en cuir et options haut de gamme – eut disparu de l’allée du garage, Warren Ziller longeait discrètement les demeures cossues de ses voisins, s’appliquant à boiter au même rythme que son chien.
Sur le ton de la tragi-comédie, Eric Puchner raconte la chute de la famille Ziller, et plus particulièrement de son chef, Warren, qui a délaissé le bonheur paisible du Wisconsin pour la Californie du rêve américain. Mais rien ne se passe comme prévu et Warren ne peut avouer aux siens qu’il a investi toutes leurs économies dans un projet immobilier qui vient de tourner au désastre…

Mon avis :
J’avais lu quelques avis positifs, mais je ne m’étais pas du tout penché sur la taille de ce livre. C’est quand je l’ai reçu que j’ai vu quel pavé m’attendait. Plutôt que de le poser dans l’étagère à PAL je l’ai commencé directement… et finalement les pages sont passées assez vite. Assez non pas parce que le livre est “assez” bien, mais parce que lire un tel pavé la semaine de la rentrée, quand on s’endort au bout de 2 pages, n’était pas la meilleure idée… ni le plus rapide.

L’histoire heureusement est prenante et facile à suivre. Warren, chef de famille fait un mauvais placement professionnel et ruine sa famille. Pourtant il n’arrive pas à le dire à sa femme Camille, et à ses trois enfants.

Avec une alternance de point de vue, on va suivre cette famille pendant près de 3 ans… de l’insouciance des fêtes d’adolsecents aux remords si forts qu’ils conduisent à des situations terribles. Avec une galerie de personnage riche et vivante, cette famille stéréotypée américaine se prend dans un engrenage dont il est difficile de s’échapper.

Une lecture prenante qui invite aussi à réfléchir, tant sur la société que sur notre rapport aux autres. Malgré des situations délicates, terribles même, j’aime la note de vie et d’espoir qui est présente continuellement en filigrane, par forcément dans les mots des personnages mais dans leurs silences.

Un retour sur le rêve américain qui se fait sous une plume aiguisée, qui joue de l’humour, pour nous offrir un roman à la fois touchant et saisissant.

+ Un coup de coeur pour Clara