Paroles d’honneur – BD adulte

ParolesMaroc : La sexualité hors mariage
BD Ado/Adulte

Paroles d’honneur

Leïla Slimani & Laetitia Coryn

Les Arènes BD (2017)

*****

Rabat, mai 2015. Leïla Slimani est au Maroc pour présenter et dédicacer son premier roman “Dans le jardin de l’ogre“. Après la présentation, elle est abordée par une jeune femme, Nour, qui se confie à elle. Au fil des pages, on en apprend beaucoup sur la vie des femmes marocaines. Sur les articles de loi (contre l’avortement, l’homosexualité, et aussi contre les relations sexuelles hors mariage) qui limitent leurs libertés. Sur la “hchouma” la honte qui fait qu’une fille violée ne va pas se plaindre pour ne pas jeter la honte sur sa famille (Merci la double peine !!!) Une société très hypocrite d’une certaine façon, à cause de la religion d’une part et probablement parce que ça arrange beaucoup d’hommes d’autre part.

*****

Avec cet album, Leïla Slimani rapporte la parole des femmes marocaines. Paroles qui portent sur la sexualité, mais aussi sur la famille, sur la société marocaine. Je ne sais pas combien de fois j’ai pensé en lisant cette bd “quelle chance j’ai d’être née et de vivre en France !”. J’espère vraiment pour les femmes marocaines (et pour les hommes aussi !) que la société va évoluer vers plus de tolérance et de liberté.

C’est une bande dessinée très intéressante et très instructive qui permet de comprendre pas mal de choses sur le comportement de certains jeunes hommes du Maghreb vivants en France…

*****

De Leïla Slimani, nous vous avons déjà présenté : à mains nues

Et Laetitia Coryn a illustré Sex Story également présenté sur ce blog.

Cette semaine, c’est Stephie qui nous accueille

Bacha Posh – Roman Important !

BachaComment renoncer à la liberté ?
A partir de 13/14 ans

Bacha Posh

Charlotte Erlih

Actes Sud Junior (2013)

*****

Sélection des Incorruptibles 2014/2015

Réédité en 2020 chez Gallimard Jeunesse avec une autre couverture

*****

Depuis 10 ans, Farrukh vit comme un garçon, s’habille comme un garçon et passe, aux yeux de tous, pour un garçon. Pourtant, c’est une fille. C’est une bacha posh : une de ces filles élevées comme des fils dans les familles afghanes qui n’en ont pas. A 5 ans, on lui a coupé les cheveux, retiré sa poupée et on lui a appris à se comporter comme un garçon. Sauf qu’à la puberté, elle doit redevenir une jeune femme. Faire la cuisine, porter la burka, ne plus sortir seule, baisser les yeux face aux hommes. Et dire adieu à ses rêves, ses habitudes, ses amis. Mais quand on a goûté à l’action et à la liberté, comment y renoncer ?

*****

Quel enfer ! On se demande presque en terminant ce roman s’il ne faut pas penser comme la mère de Farrukh, qui lui dit qu’elle a eu de la chance de vivre comme une bacha posh pendant 10 ans. Mais ce doit être une situation tellement épouvantable le jour où on vous retire toute cette liberté…

Un roman qui permet de découvrir une tradition qui perdure encore aujourd’hui et qui pose aussi question sur l’identité : Comment se construit-elle ? Vient-elle de notre sexe ou de notre éducation (famille, école, société) ?

En tous cas, ce roman ne peut pas laisser indifférent. Et ce n’est hélas pas aujourd’hui, avec le retour des talibans au pouvoir, que les droits des femmes vont s’améliorer en Afghanistan.

Une lecture que je vous recommande !

*****

D’autres livres qui parlent de privation de liberté pour les jeunes filles : J’ai 14 ans et ce n’est pas une bonne nouvelleL’histoire de Malala

Citoyennes – Documentaire jeunesse

CitoyennesDocumentaire jeunesse
A partir de 9 ans

CITOYENNES !

IL ÉTAIT UNE FOIS LE DROIT DE VOTE DES FEMMES

Caroline Stevan & Elina Braslina

Éditions HELVETIQ (2021)

*****

Résumé éditeur : Les femmes ont-elles obtenu le droit de vote en même temps en Chine qu’en France ou en Égypte ? Et comment se sont-elles débrouillées ? Une présidente est-elle considérée de la même manière qu’un président ? Ce livre retrace la conquête du pouvoir politique féminin du 18ème siècle à aujourd’hui, entre portraits inspirants, moments historiques ou d’actualité, statistiques et analyses. Pour les citoyennes et citoyens de 9 à 199 ans.

*****

De la même manière que Pénélope Bagieu dans “Culottées“, Caroline Stevan nous propose dans la première partie des mini-biographies de femmes qui ont œuvré pour le droit de vote des femmes.

Puis on voit à quelle date, selon les pays, les femmes ont eu le droit de voter.

Le 1er, loin devant les autres, est la Suède : 1718 ! Le dernier en date, l’Arabie Saoudite : 2011

On passe ensuite aux femmes ayant ou ayant eu des responsabilités, présidentes, cheffes de gouvernement, ministres ou encore députées. Et pour finir, les inégalités toujours actuelles, telles que la différence de salaire, les tâches ménagères, les enfants…

A la fin de ce documentaire très intéressant, on trouve quelques pages de jeux, un lexique et des propositions de lectures ou de films pour en savoir plus (Culottées est d’ailleurs cité !)

A lire et à faire lire !

*****

Le site de l’autrice

Celui de l’illustratrice

Et le site de l’éditeur, Suisse, qui crée aussi des jeux et des objets.

D’autres livres qui parlent des droits des femmes : Gisèle HalimiL’histoire de Malala

Nellie Bly Dans l’antre de la folie – BD

Nellie

A la découverte d’une femme engagée
Roman graphique

Nellie Bly

Dans l’antre de la folie

Virginie Ollagnier & Carole Maurel

Glénat (2021)

*****

Années 1880. Après avoir passé une enfance heureuse et sans souci, faite de liberté et de découvertes, Elizabeth perd son père adoré. Elle a 7 ans. En plus de la tristesse occasionnée par cette perte, elle va découvrir la bassesse du monde des adultes et le pouvoir de l’argent. Le pouvoir des hommes aussi. Sa mère, poussée par la société de l’époque, se remarie. Avec un homme qui boit, dilapide le peu qui reste de l’héritage et la bat.

A 21 ans, en colère contre cette société qui asservit les femmes, elle écrit au Pittsburgh Dispatch. Suite à son courrier, elle rencontre le rédacteur en chef qui l’embauche comme journaliste sous le pseudo de Nellie Bly. Elle y fera ses armes avant de partir pour New-York. C’est là qu’elle entend parler de ces femmes, tout à fait lucides, mais pauvres, que l’on envoie à l’asile pour s’en débarrasser…

*****

Tout comme Carole Maurel (elle l’explique dans une interview à la fin de l’album) c’est en lisant les mini-bio de “Culottées” de Pénélope Bagieu que j’ai découvert l’existence de Nellie Bly. Depuis, j’ai acheté son livre “10 jours dans un asile” (présentation de l’éditeur, les éditions du sous-sol). Je ne l’ai pas encore lu, l’ayant prêté à ma belle-fille, mais maintenant que j’ai lu la BD, j’ai hâte de lire cette enquête.

De fait, j’ai adoré cette histoire. Quelle femme courageuse ! Jamais je n’aurai osé me faire interner ainsi, de peur de ne jamais ressortir… Virginie Ollagnier nous fait le portrait d’une femme de convictions, qui, par son action a amélioré le sort de ses concitoyens.

Et le dessin de Carole Maurel est très beau. Et en regardant sa bibliographie, je m’aperçois que ce n’est pas la première fois que je suis attirée par ses illustrations (En attendant Bojangles / L’apocalypse selon Magda / Luisa ici et là…)

Un dessin très coloré, qui se fait plus “sale”, plus gris dans les pages qui se déroulent à l’asile. Et ces fantômes bleutés pour incarner la folie sont une belle invention.

Bref, c’est un coup de cœur que je vous recommande vivement !

*****

Pour découvrir une dizaine de pages (site de l’éditeur)

Le blog de Carole Maurel (plus à jour depuis 2017)

L’avis de Moka (Au milieu des livres) et celui d’Alice (ça sent le book)

La BD de la semaine reprend du service et nous nous retrouvons chez Stephie

Une BD qui est également ma première participation au Mois Américain sur Instagram

(pas chez Titine cette année, elle prend une pause)

Merci à Belette pour les logos !