Jeanne d’Arc de Michael Morpurgo – Roman jeunesse

JeanneL’épopée de Jeanne d’Arc
Roman à partir de 10/11 ans

JEANNE D’ARC

Michael Morpurgo

Illustrations de François Place
Traduit par Noël Chassériau

Coll. Folio Junior

Gallimard Jeunesse (2006)

*****

Mois Anglais – Auteurs jeunesse

LC autour de Michael Morpurgo avec EnnaLou et Alexielle

*****

Chaque année, le 8 mai, la ville d’Orléans célèbre en grande pompe sa libération par Jeanne d’Arc en 1429, et une jeune écolière incarne celle à qui cette victoire valut le surnom de Pucelle d’Orléans.

Fascinée par la personnalité de la sainte de Domrémy, la jeune Éloïse est prête à tout pour interpréter son idole. Cette adoration va jusqu’à lui faire entendre des voix qui lui retracent point par point la fabuleuse épopée de la petite paysanne qui, dit-on, chassa les Anglais de France, fit sacrer Charles VII et périt sur le bûcher, accusée de sorcellerie.

À plus de cinq siècles d’intervalle, l’adolescente d’aujourd’hui a bien des traits communs avec Jeanne qui, comme elle, avait dix-sept ans et confiait ses doutes et ses joies à un moineau apprivoisé.

*****

Autant j’ai adoré “Soldat Peaceful“, autant je me suis ennuyée avec ce roman-ci. Pas la faute à l’auteur, non, car je l’ai terminé alors même que le sujet ne m’intéressait guère…  Car c’est là tout le problème. J’ai lu le roman parce qu’il était écrit par Michael Morpurgo, mais je ne suis pas passionnée par Jeanne d’Arc.

La jeune paysanne qui entend des voix, j’ai toujours pensé qu’elle aurait eu toute sa place en hôpital psychiatrique, histoire de soigner sa schizophrénie. Mécréante que je suis…

Bref. C’est bien écrit et documenté, alors si vous aimez les romans historiques et que vous êtes un peu plus croyant que moi, ce roman pourrait bien vous plaire !

*****

Du même auteur également présentés sur ce blog : Soldat Peaceful, Le plus grand peintre du monde, Notre Jack et Cheval de guerre

Le site de Michael Morpurgo

Un autre avis : Histoire d’en lire

C’est ma 2ème participation au Mois Anglais chez Cryssilda, Lou et Titine

***

La Princesse de Clèves – Roman classique !

ClèvesEntre roman psychologique et romance historique ?

La Princesse de Clèves
Madame de La Fayette

Éd. Claude Barbin (1678)

Livre de poche (1985) pour mon édition

*****
Préface de Michel Butor
Commentaires de Béatrice Didier
*****

1558, à la cour du Roi Henri II. Melle de Chartres fait son apparition à la cour : “La blancheur de son teint et ses cheveux blonds lui donnaient un éclat que l’on a jamais vu qu’à elle ; tous ses traits étaient réguliers et son visage et sa personne étaient pleins de grâces et de charmes.” Lorsque le Prince de Clèves la rencontre par hasard chez un bijoutier, il tombe instantanément amoureux d’elle. Mais il n’est pas le seul à être attiré par les charmes de la belle, qui se trouve également “convoitée” par  le chevalier de Guise et le duc de Nemours. Mais c’est le Prince de Clèves qu’elle va épouser, suivant les conseils de sa mère Mme de Chartres. Hélas, elle va ensuite s’apercevoir de son inclinaison pour le beau duc de Nemours

*****

J’avoue avoir peiné pour lire les 50/60 premières pages ! Il y a plein de personnages historiques, avec leurs alliances, leurs familles, s’ils sont proches ou non de la cour… Ne connaissant pas particulièrement cette période, j’ai trouvé ça un peu barbant…

Il m’a également fallu un peu de temps pour m’adapter au style (ce roman date quand même de 1678 et ça se sent !)

Bref, il a vraiment fallu que je m’accroche pour le lire jusqu’au bout. J’avoue que, quelques passages mis à part, je n’ai guère pris de plaisir à cette lecture. Le personnage principal, La Princesse de Clèves, m’a beaucoup agacée et encore plus à la fin !!

Les sentiments des personnages sont très bien décrits, mais pour moi, ils sont franchement obsolètes et totalement verrouillés par les conventions.

Un roman bien écrit, certainement bien documenté au niveau historique (je ne suis pas assez calée pour en douter !) mais qui m’a profondément ennuyée !

Si vous avez aimé, n’hésitez pas à m’expliquer en commentaire ce qui vous a plu !

*****

Un livre qui participe à notre challenge : Cette année, je relis des classiques

Classique

Pour le lire en PDF

Une présentation que j’ai trouvé intéressante :

La guerre de Catherine – BD jeunesse

CatherineLa 2nde guerre mondiale vue à travers la fuite d’une jeune adolescente.

Bande dessinée niveau collège

La guerre de Catherine
Julia Billet & Claire Fauvel

D’après le roman de Julia Billet

Rue de Sèvres (2017)
*****

1941.

La maison de Sèvres est une école d’un genre un peu différent : les enfants y sont plus libres et encouragés à apprendre par eux-mêmes, à s’entraider. Rachel n’y est pas malheureuse, elle s’est même découvert une passion pour la photographie. Mais en cette trouble période de 2nde guerre mondiale, ses parents, dont elle n’a pas de nouvelles, lui manquent cruellement.

Le danger -de plus en plus grand- couru par les enfants juifs de l’école, font qu’ils doivent non seulement changer de nom, Rachel devenant ainsi Catherine, mais également fuir devant la menace nazie. Rachel ayant pu conserver l’appareil photo dans sa fuite, va s’en servir tout au long des années et des rencontres, pour, finalement, raconter “sa” guerre.

*****

La guerre de Catherine est une bande dessinée adaptée d’un roman du même nom, écrit par Julia Billet et publié par l’École des loisirs en 2012. Le personnage de Rachel / Catherine est inspiré de l’histoire de Tamo Cohen, mère de l’auteure Julia Billet.

A la fin de l’album, une double page (texte et photos) présente la maison de Sèvres.

*****

La 2nde guerre mondiale est montrée ici de manière un peu différente. Pas de scènes de guerre ou de violence, pas de camp de concentration, peu de soldats, mais la menace d’un ennemi qui se rapproche et qu’il faut fuir.

Malgré la guerre, malgré ces enfants obligés de se cacher, de fuir, malgré beaucoup de moments difficiles, la guerre de Catherine n’est pas une histoire triste. Peu de pages où il n’y ait pas un sourire, car on parle ici de solidarité, d’entraide, d’espoir et de passion (pour la photographie).

Un très joli moment de lecture qui m’a beaucoup plu, tant pour la façon dont est racontée l’histoire, que pour les illustrations, aux traits doux et arrondis.

*****

Cet album a reçu le prix jeunesse 2018 de la bd à Angoulême.

http://www.bdangouleme.com/images/pictos/selection_SJ_fauve.png

Le site de l’illustratrice

Son ultra book

Voir les premières pages sur le site de l’éditeur

D’autres que moi en ont parlé : Noukette, Antigone, Bouma, Clarabel, Gambadou, Saxaoul, StephieCaro.

Cette semaine, nous sommes chez Stephie, à faire Mille et une frasques !

Les 48h de la bd – 2ème partie (2015)

Pour cette année, je suis désolée, c’est passé ! C’était les 3 et 4 avril dernier… Mais rien n’est perdu, cette fête de la Bd, destinée à faire découvrir à tous le monde de la bande dessinée (qui est très très varié !) reviendra sans nul doute l’an prochain ! Elle existe depuis 2013, c’était donc la 3ème édition.

Cette année, plus de 200 000 bd étaient disponibles chez les libraires dans toute la France. Il y avait le choix entre 12 bandes dessinées. Elles étaient payantes – 1 euro – qui vont servir à faire une bonne action car ils vont financer l’achat de bandes dessinées pour les écoles, collèges, lycées et bibliothèques.

Grâce encore une fois à la gentillesse de mes proches qui connaissent (et subissent !) mon amour pour les livres et la lecture en général, j’ai cette fois-ci eu 4 bandes dessinées.

Aliénor la légende noire, volume 1 Aliénor

Delalande, Mogavino et Gomez (ill.)

Éditions Delcourt –  2012

L’histoire : 1137. Aliénor, duchesse d’Aquitaine âgée de quinze ans, devient reine de France. Humiliée en public par sa belle-mère, traitée comme une enfant par le conseiller du roi, tenue à l’écart des affaires du Royaume, Aliénor fait le serment de prendre la place qui lui revient et que personne ne se mettra sur son chemin. Politique, intrigante, amoureuse perfide ou sublime, elle décidera du cours de l’Histoire.

Mon avis : Une très belle bande dessinée ! Et tout à fait lisible même si vous ne connaissez rien à l’Histoire de France (comme moi…) C’est avant tout l’histoire d’une jeune femme intelligente et ambitieuse, Aliénor, que rien n’arrêtera. Elle veut se venger, elle veut régner et elle est vraiment prête à tout pour ça ! Une bd historique certes, mais aussi une bd d’action avec pas mal de combats, de complots en tous genres (le seul à ne pas comploter là-dedans, c’est le Roi, un jeune homme naïf qui se fait manipuler par tous !) J’ai vraiment beaucoup aimé le dessin, très expressif (et détaillé) ainsi que les couleurs qui rendent à merveille l’ambiance “moyen-âge” ! Le tome 4 est sorti en Mai 2015.

Avis aux documentalistes de collège : il y a quelques “scènes” où l’on voit la belle Aliénor nue (ça en motivera peut-être certains pour l’étude de l’histoire-géo ?)

♦♦♦

ChateauxBordeauxChâteaux Bordeaux ♥

Tome 1 : Le domaine

Corbeyran & Espé (ill.)

Éditions  Glénat (2011)

Suite au décès de leur père, les trois enfants Baudricourt héritent de l’exploitation vinicole familiale située au cœur du Médoc. Les deux frères comptent se séparer de la propriété et des dettes dont elle est criblée. Mais leur décision est aussitôt remise en cause par leur sœur, Alexandra, qui voit dans cet héritage l’opportunité de rebâtir sa vie sur les terres de son enfance. Décidée à reprendre en main le vignoble paternel, Alexandra se retrouve rapidement au pied du mur. D’un côté, elle affronte l’hostilité de son entourage, de l’autre, elle sait que pour réussir elle va devoir tout apprendre, car la fabrication d’un grand cru ne s’improvise pas. Avec humilité et courage, Alexandra se consacre dès lors entièrement à son nouvel univers qui deviendra – au fil du temps – sa passion… Le tome 5 est sorti en 2014 et la série n’est pas terminée.

Amateurs de vin ou non, connaisseurs ou non, tout le monde peut lire cette bd. Elle se passe dans un vignoble certes, mais ce n’est que le décor. Le fond de l’histoire, c’est comme souvent, l’âme humaine ! Le profit, le fric, les mensonges, la jalousie et toute la tristesse et le mal que ça entraîne. Une saga familiale, de l’amour, des intrigues… Bref, ça commence bien ! Il est où le tome 2 ?

 ♦♦♦

Dantes1Dantès

Tome 1 : La chute d’un trader

Boisserie, Guillaume & Juszezak (ill.)

Éditions Dargaud (2009)

Ado (16+) et adultes

Paris, de nos jours. Une soirée de gala est organisée, réunissant tout le gratin de la finance. Parmi les invités, un certain Christopher Dantès qui a fait fortune mais dont personne ne connaît vraiment le passé. Et pour cause.

On découvre alors comment, des années auparavant, un jeune trader brillant, Alexandre, s’est retrouvé impliqué dans un immense scandale, provoquant un mini krach boursier. Employé par la BGCI, Alexandre est en effet amené à couvrir les opérations hasardeuses d’un collègue et ami, Thierry Minez, perturbé par une vie agitée. Mais les pertes sont de plus en plus lourdes et compliquées à dissimuler à leur employeur et leurs clients, d’autant qu’un audit est demandé et qu’une journaliste met son nez dans leurs affaires. Pour ne rien gâter un crime est commis, entraînant la chute définitive d’Alexandre qui finira en prison.

Mon avis : Je n’apprécie pas plus que ça habituellement les bd ou romans qui parlent de fric, de traders, de banque ou de la Bourse… Mais ici, même si c’est le milieu dans lequel baigne le “héros”, ce qui prime, c’est cet espèce de complot, de piège, de machination infernale dans lequel se laisse doucement enfermer Alexandre… On comprend très rapidement que le pauvre Alexandre se fait avoir, mais c’est voulu et n’enlève rien à l’histoire. Plus un polar à mes yeux qu’un thriller financier. J’ai bien aimé, même si j’ai trouvé que les visages manquaient parfois un peu d’expression.

♦♦♦

L_Adieu_a_Baker_Street_Holmes_tome_1HOLMES (1854/1891 ?) ♥♥♥

Livre I : L’Adieu à Baker Street

De Cecil (ill.) & Brunschwig

Editions Futuropolis (2008)

4 mai 1891. Sherlock Holmes disparaît en Suisse aux Chutes de Reichenbach, entraînant avec lui dans la mort son plus grand ennemi, le professeur Moriarty.
Quelques jours plus tard, l’appartement du détective au 221 b Baker Street est mis à sac par des hommes de main envoyés par Mycroft Holmes, le propre frère de Sherlock. Mycroft tente ainsi de détruire toutes les preuves de la folie de son frère, qu’il accuse de s’être abandonné à la cocaïne.
Pour lui, la mort de Holmes est le suicide déguisé d’un homme qui ne pouvait se résoudre à voir son cerveau détruit par la drogue.
Malgré les preuves apportées par Mycroft Holmes, le docteur Watson se refuse à croire cette version des faits. Il se lance à travers toute l’Europe dans une incroyable enquête qui va tout lui révéler de l’histoire de Sherlock Holmes et de sa famille. Le tome 4 (sur 9 prévus au total) de cette série est sorti le 7 mai 2015 !

Mon avis : Le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est : frustrant ! J’étais tellement prise par l’histoire que je n’ai pas vu arriver la fin de la bd… J’ai cru que j’allais crier, tellement j’étais furieuse que ça s’arrête, là, comme ça, alors que j’étais en plein dans l’histoire… Cette bd comporte deux parties : la 1ère, en noir & blanc nous raconte la vie de Watson suite à la fin tragique de Holmes, il cherche à comprendre qui était vraiment son ami… La 2ème partie, aux tons sépia, nous raconte la rencontre des parents de Sherlock Holmes… Une très très belle bd !!

Conclusion : vous l’aurez compris (enfin j’espère !) j’ai vraiment beaucoup apprécié “Aliénor“, “Châteaux Bordeaux” et “Holmes” que je ne peux que vous encourager à aller feuilleter chez votre libraire préféré ! Pour moi, une bande dessinée, c’est aussi avoir un “coup de cœur” ou au moins une vraie attirance pour le dessin. D’abord. Ensuite vient l’histoire…

SignatureNat