La Maîtresse des épices – Les Étapes Indiennes

épices
Roman

LA MAÎTRESSE DES ÉPICES

Chitra Banerjee DIVAKARUNI

Traduit de l’anglais par Marie-Odile Probst

Picquier poche (2002/ vo 1997)

*****

Résumé de l’éditeur : Pour les familiers qui fréquentent le lieu clos et magique de son épicerie, Tilo est maîtresse dans l’art ancestral des épices. Elle a reçu ce savoir de ” Première mère ” sur une île secrète de sa terre natale, l’Inde, au prix de l’obéissance à des règles strictes et dans le respect du service et de la dévotion : elle possède le don de faire chanter les épices, mais aussi de guérir comme une véritable thérapeute.

C’est ainsi que dans ce quartier d’immigrés d’Oakland, en Californie, elle se penche humblement, secrètement, sur les malheurs de ses clients. Elle pratique les mélanges et les incantations, cherche pour chacun l’épice-racine, clef intime qui restaure l’équilibre du corps et de l’âme. Mais Tilo, au cœur généreux et plein de compassion, violera un à un les interdits, dont celui de l’amour, au risque de remettre en cause ses pouvoirs.

*****

Le début de ce roman m’a un peu surprise et même déroutée. Puis je me suis laissée envoûter par la voix de cette conteuse et par cette histoire colorée au parfum d’épices. Une histoire qui mêle les coutumes et les traditions, celles de l’Inde, et la vie quotidienne d’immigrés dans l’Amérique moderne. Les choix à faire entre traditions et modernité. Les souffrances dues à la qualité d’immigré. Celles dues au fait d’être une femme. Il y a beaucoup de souffrance, mais beaucoup d’amour aussi dans ce très joli conte !

A lire si vous aimez les épices, les histoires d’amour, l’Inde et sa cuisine bien sûr.

Un joli roman qui m’a beaucoup plu !

*****

Chez le même éditeur : Mes sacrées tantes (nouvelles)

Un roman lu dans le cadre du challenge

#lesetapesindiennes (Instagram)

Les étapes Indiennes (Facebook)

https://image.over-blog.com/thy1CqL02cBt88sFphaK8BjxWOo=/filters:no_upscale()/image%2F0776537%2F20210509%2Fob_2f9cc3_logo-hilde-et-moi-3.jpg

Chez Blandine et Hilde

Un roman qui participe aussi à l’Objectif PAL chez Antigone

car il était sur mes étagères depuis plus d’un an.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

La nuit bengali – Roman Inde

bengali
Roman ado/adulte

La nuit bengali

Mircea Eliade

Traduit du roumain par Alain Guillermou

Gallimard (1950)

*****

Allan, jeune ingénieur européen qui débute sa carrière en Inde, est invité avec un de ses amis désireux d’écrire un livre sur l’Inde, à prendre le thé chez un riche indien avec qui il travaille. Les deux jeunes gens vont être éblouis par l’intérieur de la maison et Allan par la jeune fille de la maison, Maitreyi. Le père de la jeune fille, un Bengali qui est aussi le chef d’Allan, propose au jeune homme de venir loger chez eux avant de mieux découvrir l’Inde. Allan débute alors avec Maitreyi une “liaison” intellectuelle, faite de discussions philosophiques, de lectures communes et de rires.

*****

Un roman étonnant, qui m’a à la fois agacée (Allan est parfois assez pénible et brouillon) et attristée pour cette jeune fille exaltée qu’est Maitreyi. Très (trop ? ) jeune, elle se laisse embarquer dans une  relation qui d’intellectuelle va devenir passionnelle pour son plus grand malheur.

En plus, il y a franchement quelques longueurs. Ainsi que beaucoup de clichés et d’à priori (Allan reproche cela à ses anciens amis, mais il en a aussi !) sur l’Inde.

Bref, j’avoue avoir été assez déçue au final. Quelques passages sont beaux, c’est l’histoire d’un amour violent et passionné, mais j’ai quand même l’impression que c’est l’histoire d’une très jeune fille “abusée” (même si d’une certaine façon elle le souhaite !) par un homme un peu plus âgé… Au bout du compte je n’ai réussi à m’attacher à aucun des personnages, n’en ai trouvé aucun réellement sympathique !

Un roman un peu “daté” sans doute…

Et en grande partie autobiographique si j’en crois ce que j’ai lu, entre autre, sur la page consacrée à Mircea Eliade dans Wikipédia.

*****

 

Commencé lors du RAT Étapes Indiennes & Contes et Légendes

bengali

Ce roman participe au challenge étapes indiennes (Hilde et Blandine) / au challenge Cette année sera classique (Blandine et moi) / à l’objectif PAL (Antigone)

   

***

INDE : Romans, BD et nouvelles déjà lus

  1. BD : India Dreams (T1) de Maryse et Jean-François Charles
  2. Roman : La tresse de Laetitia Colombani
  3. Nouvelle : Aucune terre n’est la sienne de Prajwal Parajuly
  4. Recueil de nouvelles : Mes sacrées tantes de Bulbul Sharma
  5. Roman : L’extraordinaire voyage du Fakir… de Romain Puertolas

Voir aussi : Les littératures de l’Inde aux éditions Picquier

***

R-A-T Contes et légendes d’Inde

RAT

R-A-T

 ou “READ-A-THON”

LES ÉTAPES INDIENNES

CONTES ET LEGENDES

2021

*****

Chez Bidib, Hilde et Blandine

*****

Un R-A-T ou “read -a-thon” qu’est-ce que c’est ? Pour ceux qui l’ignoreraient encore c’est tout simplement un marathon de lecture.

Un week-end où des passionnés de lecture se posent tranquillement sur leur canapé (avec un thé, un café, des petits gâteaux…) ou dans leur jardin et passent le week-end à lire sur un thème donné ! Tout en se faisant mutuellement envie avec leurs lectures…

Celui-ci a débuté le vendredi 2/07 et se terminera le dimanche 4/07 à minuit.

Vous pouvez lire ce que vous voulez mais pour respecter le challenge, il faut lire au moins un conte ou une légende indienne !

*****

Alors ? Que vais-je lire ? (ou essayer de…)
Contes et légendes :
  • Dorani : Lu √ (7 pages)

Uun conte indien présent dans le recueil de James RiordanContes Merveilleux du Monde entier” (Traduit de l’anglais par Monique Chassagnol) – France Loisirs (1982) Il y a plusieurs illustrateurs dans ce recueil mais ce conte-ci a été illustré par Carol Barker.

RAT RAT

Il semble que ce soit une variante indienne (à ne pas confondre avec le variant indien…) d’un conte intitulé “Les douze princesses dansantes” (merci Wiki)

Il y a bien longtemps, en Hindoustan, un marchand avait une fille ravissante nommée Dorani. Celle-ci dansait et chantait si bien qu’elle fût choisi par la reine des fées qui lui fit cadeau d’une magnifique chevelure. Un jour, par jeu, Dorani coupa une mèche de ses cheveux, l’enveloppa dans une feuille et la jeta dans la rivière. C’est bien sûr le prince d’un palais voisin qui la trouva et il tomba aussitôt amoureux de ces cheveux noirs à l’odeur de rose…

Si j’ai beaucoup aimé les illustrations, très colorées, le texte m’a paru un peu “court” et même un peu mièvre. C’est bien dommage !

***

Romans :
  • La nuit bengali de Mircea Eliade – Gallimard (1950) Traduit du roumain par Alain Guillermou En cours (98 pages lues)

Allan, jeune ingénieur européen qui débute sa carrière en Inde, est invité avec un de ses amis désireux d’écrire un livre sur l’Inde, à prendre le thé chez un riche indien avec qui il travaille. Les deux jeunes gens vont être éblouis par l’intérieur de la maison et Allan par la jeune fille de la maison, Maitreyi.

***

Bandes dessinées :
  • India Dreams T3 et 4 de Maryse et J. F. Charles – Casterman (2004 et 2005) – J’ai présenté les deux premiers tomes ici J’ai relu le tome 1 ! (46 pages)

***

Et si je lis tout ça, ça sera déjà bien !! ;)

Au final j’ai lu (7 + 98 + 46 = 151 pages ce week-end…)

Bon RAT à tous les participants !

*****

Pour échanger avec les autres participants :

Sur Instagram utilisez les #challengecontesetlegendes #lesetapesindiennes et taguez @lesetapesindiennes @challengecontesetlegendes

Sur Facebook : Les Étapes Indiennes et Le Challenge Contes et Légendes

Et il y a 3 très beaux logos (les 2 ci-dessous et celui qui est au début du billet !) au choix à mettre sur vos billets de participation.

R-A-T  https://lelivroblog.files.wordpress.com/2021/06/201758055_307467531017844_8487905458227707873_n.png?strip=info&w=500

Mes sacrées tantes – Nouvelles Indiennes

tantesRecueil de 8 nouvelles
Ado/Adulte

Mes sacrées tantes

Bulbul SHARMA

Traduit de l’anglais (Inde) par Mélanie Basnel

Picquier poche (2009)

*****

Le pèlerinage de Mayadevi

Pour son anniversaire (68, 70 ou 75 ans, elle ne savait plus très bien) Mayadevi décida de se rendre à Londres pour voir son plus jeune fils, Amit. Celui-ci, parti 40 ans plus tôt à l’âge de 18 ans, n’était en effet jamais revenu et elle souhaitait le revoir avant de mourir. La chute est amusante.

L’atterrissage à Bishtupur

Neelima faisait le désespoir de son père. Celui-ci, homme cultivé et ayant un point de vue moderne sur l’émancipation des femmes, souhaitait donner la meilleure éducation possible à sa fille. Mais Neelima ne voulait pas aller à l’école, elle voulait se marier ! C’est assez drôle et ça donne une bonne idée de certaines coutumes indiennes.

Les tantes et leurs maux

Meera, 14 ans, était à la fois très excitée et très embarrassée. C’était la première fois qu’elle partait en voyage sans ses parents. D’où l’excitation. Mais elle voyageait avec trois tantes un peu excentriques qui passaient leur temps à se faire remarquer, d’où l’embarras… Une histoire très drôle !

Une très jeune mariée

Le traumatisme vécu par une jeune enfant que l’on a marié et qui se retrouve loin de ses parents dans sa nouvelle demeure, celle de son mari, guère plus âgé qu’elle. On apprend pas mal de choses sur certaines coutumes et il y a pas mal d’humour aussi !

Les premières vacances de R. C.

Rathin Chandra Banerjee était un homme sérieux, avec une vie très organisée et des règles très précises. Ce matin là pourtant, il surprit tout le monde en décidant d’emmener toute la maisonnée en vacances. Vacances, pourtant, qui n’avaient rien d’un voyage d’agrément, comme il le fit tout de suite comprendre. C’était plutôt une sorte de pèlerinage. Où comment on peut être amené à lâcher prise !! Une histoire pleine de rebondissements pour cet homme à la vie réglée comme du papier à musique…

Jusqu’à Simla en tonga

Ananda était en route pour prendre un poste de traducteur auprès des britanniques quand il vit Anima. Il tomba aussitôt amoureux d’elle et la demanda en mariage. Après un long et fatigant voyage, ils arrivèrent à Simla et s’installèrent dans une maison. Au fil du temps, Anima et Ananda s’éloignèrent l’un de l’autre. Une drôle d’histoire qui parle de l’accession à l’indépendance de l’Inde et qui se termine le 15 août 1947.

Une trop grande épouse

Rupbala était une femme d’un mètre soixante quinze. Rien d’extraordinaire, sauf que son mari, qui ne faisait qu’un mètre soixante, en avait pris ombrage.  Le mariage avait été conclu par les parents alors que tous deux étaient enfants et la différence de taille invisible à ce moment là. Rupbala apprendra que sa taille peut servir et même être appréciée !

La vie dans un palais

Un jour, le mari de Gita s’en alla. Du coup, celle-ci décida de faire la même chose et d’aller à la ville chercher du travail. Mais le reste de la famille ne l’entendait pas de cette oreille…. S’émanciper n’est pas une chose facile !

J’ai passé un bon moment avec ce recueil de nouvelles. N’ayant que peu de connaissances sur l’Inde, j’ai parfois été surprise par le poids de la famille, des coutumes ou traditions… Un glossaire, bienvenu, clos ce recueil.

*****

INDE : Romans, BD et nouvelles déjà lus

  1. BD : India Dreams (T1) de Maryse et Jean-François Charles
  2. Roman : La tresse de Laetitia Colombani
  3. Nouvelle : Aucune terre n’est la sienne de Prajwal Parajuly
  4. Roman : L’extraordinaire voyage du Fakir… de Romain Puertolas

 

Les littératures de l’Inde aux éditions Picquier

 

Challenge “Les étapes indiennes” proposé par Hilde du Livroblog