NINN – BDJ série

NiNN

Aventure fantastique
A partir de 9/10 ans

NiNN

Jean-Michel Darlot & Johan Pilet

Kennes éditions

*****

Une série toujours en cours

*****
  • T1 : La ligne noire (2015)
  • T2 : Les grands lointains (2016)
  • T3 : Les oubliés (2018)
  • T4 : La cathédrale de fer (2019)
  • T5 : Magic City (2021)
  • T6 : Lune de glace (2022)
  • T7 : Peut-être en 2024 ?
*****

Il y a 11 ans, Ninn, un bébé, a été trouvée dans le métro parisien par deux ouvriers. Mattéo et Omar sont devenus ses deux pères adoptifs. Depuis, elle est obsédée par le métro et y passe tout son temps libre. Alors quand on lui demande de présenter son endroit préféré lors d’un exposé à l’école, elle n’hésite pas : elle parlera du métro ! Et tant pis si ses copains ne sont pas d’accord…

Comme tous les enfants adoptés, Ninn se pose beaucoup de questions. D’où vient-elle exactement ? Pourquoi a-t-elle été abandonnée comme un vulgaire bagage ? Et dans le métro en plus ?

Une étrange rencontre, suivie de visions non moins étranges, va renforcer son envie d’en savoir plus…

*****

Voilà une série que j’avais envie de lire depuis longtemps. J’avais le tome 1 à la maison (acheté lors des 48h BD de 2022), restait à me décider… En fait, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire le premier album de cette série jeunesse ! Du coup, je me suis empressée d’emprunter toute la série à la bibliothèque.

L’histoire, de très réaliste au départ, prend rapidement un tour fantastique pour notre plus grand plaisir (le mien en tous cas !) Mais la première originalité de ce récit, c’est qu’il se déroule en grande partie dans le métro.

La mise en page est variée, dynamique avec par moments des dessins sans contours, des pleines pages ou encore des cases de formats variables. Et j’ai vraiment apprécié les illustrations, colorées, au trait doux mais néanmoins dynamique.

J’ai lu toute la série jusqu’au tome 6, et je lirai la suite avec plaisir, l’histoire ne faiblit pas, la qualité des illustrations non plus. Une belle réussite.

Original, avec du suspense, de l’humour, de belles illustrations. Que vous faut-il de plus ?

*****

D’autres avis : BidibEnnaJojoMylène

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Je vous emmène au bout de la ligne – R. Macia & S. Adriansen

Témoignage

Je vous emmène au bout de la ligne :

tribulations et secrets d’un conducteur de métro

R. Macia & S. Adriansen

Max Milo, 2010
9782315001330 16,23€

 

            Je ne lis pas souvent de témoignages mais quand Sophie a proposé de faire voyager cette aventure plus loin que le métro parisien, j’ai profité de l’occasion. C’est étrange d’ailleurs car je n’ai pas ouvert ce livre avant d’être dans le train, en route pour Paris. Pour me mettre dans l’ambiance.

“À Paris, plus de 5 millions de personnes prennent le métro chaque jour. À l’heure de pointe, en fin de journée, 540 trains circulent simultanément sur tout le réseau. Tout le monde semble pressé de remonter à la surface. Et pourtant, les coulisses de ce monde underground ont de quoi fasciner et la mission du conducteur peut parfois s’avérer héroïque.”

           Dans ce récit, Rodolphe Macia nous montre l’envers du décor d’un métro parisien. Je ne suis pas de ces parisiennes pressées qui courent dans l’escalators mais j’ai toujours un lien privilégié avec Paris, je n’ai d’ailleurs pas souvenir d’une seule année où je n’y sois pas allée, depuis ma plus tendre enfance. Le métro est un espace étrange qui m’a d’abord terrifié et me semble maintenant totalement incontournable à Paris, même en aimant marcher. Mais vous n’êtes pas là pour connaître ma vie mais celles de ce conducteur de métro !

           Rodolphe Macia est conducteur de métro sur la ligne 2 et il nous raconte le métro de son point de vue. Tout le métro. Un témoignage qui se lit très bien car il est chargé d’humour mais deux points m’ont particulièrement plu.

           Les personnages tout d’abord car sous la plume de Sophie Adriansen les personnes anonymes que Rodolphe croise tous les jours prennent vie devant nous pour quelques lignes. Des voyageurs qui nous ressemblent plus ou moins. Avec son regard extérieur il met en lumière nos travers… et c’est plutôt bien vu!

           Outre cet aspect très humain, exacerbé par les réflexions personnelles de l’auteur sur son métier ce sont les informations presque documentaires qui ont retenu mon attention. J’ai aimé apprendre au détour d’un chapitre le nombre de lignes parisiennes, le nombre de conducteurs ou le détail des trains utilisés. Bien que le narrateur soit toujours présents dans les encadrés de fin de chapitre, l’accent est mis sur ces points plus documentaires et permettent en feuilletant le livre de retrouver rapidement une information.

           Après quelques chapitres, il faut bien l’avouer, j’ai eu peur de me lasser, mais finalement chaque nouveau chapitre apporte une fraîcheur à l’ouvrage et j’ai réalisé un agréable voyage sur la ligne 2.

      La seule chose qui m’a manqué finalement ce sont des photographies pour illustrer le tout… je ne suis pas assez parisienne pour partir sur la trace du tableau, des plaques de station, du lapin rose… mais j’aurais bien vu ce témoignage richement illustré de belles photos en noir et blanc comme sur la couverture !

Un témoignage vivant, très proche de l’oralité, dans les sous-sol de Paris, des recoins noirs et bondés, plein de gens qui courent sans regarder les autres… et pourtant on y découvre tout un monde qui pense, sourit et vit… et nous avec!

Les Petits Plus :

+ Un livre à compléter si vous aimer l’atmosphère du métro par deux sites :
– le premier est cité dans le livre, il s’agit de transport amoureux, un site destiné à laisser des annonces suite à des rencontres dans le métro (et oui, l’amour s’y trouve parfois)
– le second découvert il y a quelques années, un blog qui s’est arrêté depuis mais sur lequel vous pouvez fouiller http://linconnudumetro.wordpress.com

+ Le site de Sophie AdriansenLe site du livre, Le plan de la ligne 2

+ D’autres avis de blogueurs : George, Leiloona, Hélène, LilibaAngelita

+ D’autres livres de Sophie Adriansen : J’ai passé l’âge de la colo