Les chemins de l’école

♥ Les chemins de l’école ♥

D’après la série télévisée “Les chemins de l’école”

Éditions Nathan (2015)

Dès 8 ans

***

Ani en Malaisie Ani – Malaisie

Ani, 11 ans, vit avec sa famille sur l’île de Pulau Silawa, en Malaisie. Il fait partie de la communauté des nomades de la mer, qui s’est établie dans un village sur pilotis. Tous les matins, Ani met plus d’une heure pour aller à l’école, en bateau, ou plutôt sur une embarcation précaire qui peut chavirer à tout moment…

***

Devi en IndeDevi – Inde

C’est à Kalingapatnam, un village-île sur la côte de la mer du Bengale, que Devi, petite indienne de 13 ans, est prête à parcourir des kilomètres à travers plaines et rivières pour atteindre son école à Kusumpuram. Ces épreuves, Devi est prête à les affronter pour accomplir son rêve : devenir docteur et ainsi soigner les plus démunis de son village.

***

Erbol en KirghizieErbol – Kirghizie

A 2400 mètres d’altitude, en Kirghizie, au nord-ouest de la Chine, Erbol, 12 ans, harnache son cheval. Depuis Kichy Naryn, minuscule hameau perdu à dix heures de route de la capitale, la vie citadine paraît bien lointaine. La neige recouvre ces horizons infinis sur plusieurs mètres d’épaisseur. Chaque matin, Erbol se prépare à affronter trois heures de trajet pour rejoindre son école. Complètement seul, il ne peut compter que sur lui-même et sur sa fidèle monture.

***

Francklyn à MadagascarFranckyn – Madagascar

C’est au Sud de Madagascar, dans le village d’Andranotakatse, que les deux jeunes frères Francklyn et Olivier parcourent chaque dimanche matin 20 kilomètres de marche pour accéder à leur école. Durant la semaine, les deux frères vivent seuls, loin de leur famille, en totale autonomie. Cette lutte pour l’éducation, déjà commencée par leur père, leur donne l’espoir d’un avenir meilleur où il ne sera pas forcément question de devenir, pour construire leur vie, un éleveur de zebu comme il l’est de coutume chez les Malgaches.

***

Les chemins de l’école sont des livres tirés d’une série télévisée diffusée sur France 5, elle-même inspirée par le film documentaire de Pascal Plisson.

Les chemins de l’école, c’est aussi une association qui aide à la scolarisation d’enfants à travers le monde. L’achat de ce livre contribue au développement de cette association. Ils ont également une page Fb.

Mon avis : Je lis assez peu de documentaires, mais là, j’appellerais plutôt ça des “documentaires romancés”. Et je dois avouer que j’ai vraiment beaucoup aimé ces petites histoires ! Faciles à lire et à comprendre pour de jeunes lecteurs (de petits paragraphes écrits gros, des photos et deux doubles pages à la fin pour “en savoir plus”).

C’est à la fois proche des enfants car ce sont d’autres enfants, et en même temps, totalement dépaysant pour nos enfants (aller à l’école en barque ou à cheval, ce n’est pas très courant en France !)

Un coup de cœur pour ces petits livres qui nous permettent de partager, le temps de quelques pages, le quotidien très différent d’autres enfants !

SignatureNat

Nous suivre et partager :

L’histoire de Malala

MalalaL’histoire de Malala
Celle qui a dit non aux talibans
Viviana Mazza
Gallimard Jeunesse (2015)

 Malala n’a que onze ans lorsqu’elle décide d’élever la voix. Elle en a quinze quand, un jour comme tant d’autres, alors qu’elle rentre de l’école avec ses amies, les talibans tentent de la tuer. Pourquoi ? Dans son pays, le Pakistan, elle s’est opposée à ceux qui voulaient supprimer les droits des femmes.

Avec l’aide de sa famille, Malala a décidé de crier “non”. Presque une petite fille encore, elle a lutté sans armes ni violence, mais avec le courage des mots et de l’intelligence, avec la force de la vérité et de l’innocence.

La journaliste Viviana Mazza nous raconte le combat exemplaire de Malala Yousafzai, jeune Pakistanaise qui a bravé la mort pour défendre le droit des femmes à l’éducation dans son pays. Un livre bouleversant.

Pour son combat exemplaire en faveur de l’éducation des filles au Pakistan,

Malala Yousafzai a reçu le Prix Nobel de la paix le 10 octobre 2014.

Vous pourrez écouter ici son discours à l’ONU (en anglais sous-titré français)

Mon avis : Je lis assez peu de bibliographies, non pas que la vie des gens ne m’intéresse pas, mais je trouve ça souvent assez barbant à lire… Ici, pas de risques de s’ennuyer, c’est une courte vie (pour le moment !) qui est présentée ici, mais elle est racontée de façon “vivante” et il s’y passe plein de choses ! Pas toujours bonnes, hélas, vous l’aurez déjà compris en lisant le résumé.

A la fin, un glossaire de quelques pages permet de mieux comprendre un certain nombre de choses (nourriture, système scolaire…). Ce livre est classé en “roman” et non en biographie car l’auteur s’est servie d’un certain nombre de documents pour l’écrire mais elle a romancé le tout (inventé certains dialogues, fabriqué un personnage à partir de plusieurs personnes), tout en vérifiant toujours les faits.

Un livre important car il montre qu’on peut vaincre la bêtise, sans armes et sans violence !

SignatureNat

Nous suivre et partager :

Premiers romans

Premiers romans

Nathan (2015)

≈≈≈≈≈

La collection Premiers Romans, à lire dès 6 ans, s’enrichit d’une dizaine d’ouvrages cette année. En voici 4 :

≈≈≈≈≈

Premiers romans Clodomir Mousqueton

Clodomir Mousqueton

La brigade de la poésie
C. Naumann-Villemin & C. Devaux (ill.)
 
Un groupe d’enfants a donné un défi à Clodomir : le vieil ours mal léché doit écrire un poème… Pas si facile !
Clodomir a beau y mettre tout son cœur, ses poèmes sont ridicules. Comment trouver l’inspiration ?
De quel sujet parler ? Et comment ?
Pour plaire à la « Brigade de la Poésie », Clodomir demande de l’aide à Marcel, son petit voisin.
.
(Amitié – Humour- Poésie- Relations enfant/adulte)
 
≈≈≈≈≈
Dans la série “Le buveur d’encre”
 
Le buveur de dictionnaire
Eric Sanvoisin & Olivier Latyk (ill.)
 
*
Contient l’histoire gagnante du concours “Plumes en herbe” (CE2)Premiers romans Buveur Dictionnaire
*

Tout le monde sait que c’est interdit, mais Odilon a bien envie de goûter le dictionnaire… Mauvaise, très mauvaise idée ! 

Il tombe immédiatement malade : désormais, il parle complètement « de travers ». Draculivre et Carmilla l’emmènent voir un orthopailleur !

Pour le spécialiste, aucun doute, une rééducation s’impose.

(Fantastique – Humour – Livres – Vampire)

 ≈≈≈≈≈

Henri lit têteH.E.N.R.I lit dans ma tête
Yves Grevet & Jess Pauwels
 –
Cette semaine, il y a un nouveau dans la classe.
Il a l’air gentil… et un peu bizarre, aussi !
Manon se rend compte que son nouvel ami Henri arrive à transmettre des idées par la pensée.
Elle cache tant bien que mal les incroyables capacités de son copain à ses camarades, mais sa meilleure amie Lucie est jalouse… et les suit partout !
 
H.E.N.R.I respire sous l’eau HENRIRespireSousLEau
Yves Grevet & Jess Pauwels
 
Lucie, la meilleure copine de Manon, sait maintenant que Henri a des pouvoirs phénoménaux.
Mais Lucie est bavarde, et Manon doit sans cesse réparer ses gaffes.
Et avec la séance de piscine, Manon a de plus en plus de mal à cacher les dons d’Henri. Mais voilà que le garçon oublie son sac de piscine à l’école.
Il va falloir aller chez lui ! Que va découvrir Manon ?
.
(Fantastique – Amitié – école – piscine)
≈≈≈
Mon avis : J’ai trouvé ces quatre histoires très amusantes et sympathiques !
Beaucoup d’humour avec “Clodomir” le vieux grincheux : ceux qui ont lu le premier tome, intitulé “Clodomir Mousqueton” le retrouveront sans doute avec plaisir !
Le fantastique arrive avec le “buveur d’encre”, une chouette série dont vous avez certainement entendu parler car elle existe depuis 1996.
.
Avec “H.E.N.R.I” nous entrons dans le domaine du paranormal et du fantastique (il lit dans les pensées et respire sous l’eau tout de même !) mais c’est surtout une très jolie histoire d’amitié et de confiance.
.
Attention quand vous choisirez vos titres, les H.E.N.R.I et Clodomir sont à partir de 6 ans (histoires assez courtes et grosse police de caractères) par contre, le buveur d’encre est à partir de 7 ans (police de caractère plus petite et texte beaucoup plus long). Après, tout dépend du niveau de lecture de votre enfant…
Les illustrations m’ont beaucoup plu également (couleurs vives et gaies), franchement aucune mauvaise surprise dans cette collection, même si je ne les ais pas tous lus, vous avez ici des auteurs et des illustrateurs connus et reconnus !

Pour voir les autres titres de cette collection, rendez-vous ici
plus de 160 titres à ce jour, vous allez bien trouver votre bonheur !
***
SignatureNat
Nous suivre et partager :

Les extraordinaires aventures de tous les jours

Les extraordinaires aventures de tous les jours

 LesExtraodinairesAventures

Claude Gutman

Ronan Badel (ill.)

Castor Poche Benjamin

Flammarion (2015)

L’auteur : Claude Gutman fut d’abord professeur de lettres. Il se consacre maintenant (et cela depuis quelques années) à l’écriture et à l’édition (il dirige des collections jeunesse chez Syros, Gallimard et le Seuil). Il a écrit plus de 40 ouvrages dont certains sont devenus des références en littérature jeunesse (cherchez bien, vous en connaissez sûrement un ou deux !!)

L’illustrateur : Ronan Badel est né et vit dans le Morbihan (comme moi !!). Il a suivi les cours de l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg. Il a illustré de nombreux albums.

L’histoire : Bastien est en CE2. Il vit avec ses parents et sa grande sœur Julie. Pour ce garçon de 8 ans, chaque jour apporte son lot de découvertes et d’expériences, grâce auxquelles Bastien apprend à devenir grand. Depuis la question du mensonge à la première soirée seul chez lui, en passant par le désir d’un animal de compagnie, la peur de faire pipi dans les cabinets de l’école, celle de se perdre dans un parc d’attractions, ou encore la question des croyances religieuses, ces 6 courtes histoires permettent de répondre avec humour et justesse aux interrogations que se posent les enfants.

Six petites histoires pleines d’humour !

Dans “le mensonge“, tout le monde se vante de savoir faire des trucs pas possible et Bastien, lui, se vante de savoir faire du vélo sans les mains. Bien sûr, tout le monde demande à voir… Aïe ! Je ne vous raconte pas la chute… de l’histoire.

Dans “Tout seul, le soir” Bastien est trop petit pour sortir avec ses parents, mais assez grand pour rester tout seul. Les premières minutes sont extraordinaires (je peux faire ce que je veux !) mais avec un peu d’imagination, il peut être difficile de s’endormir tout seul dans la maison…

Dans “Mon animal” (Grrr… elle m’a rappelé des souvenirs cette histoire-là !! Ils étaient 3 à nous tanner régulièrement pour avoir un chien !!! Non, non et non ! Je suis assez fière de ce coup-là, je n’ai pas cédé – je savais trop qui allait hériter de la bête, une fois l’attrait de la nouveauté passé) Bref, c’est exactement ça, la bagarre entre les parents (qui n’en veulent pas, pas fous !) et les enfants (qui en veulent un à tout prix !)

Dans “Perdu“, Bastien se retrouve… perdu à Disneyland © ! et comme on lui a toujours dit de ne pas parler aux étrangers, il ne veut rien dire à personne ! Tout finira par s’arranger, mais la peur est beaucoup moins amusante quand elle est réelle (que sur les manèges !)

Dans “La discussion“, la question est de savoir si le Père Noël existe ou non…

Et dans “Une folle envie” on suit le calvaire de Bastien qui aimerait tant réussir à se retenir quand il a envie de faire pipi !

Ces petites histoires m’ont fait un peu penser aux histoires du petit Nicolas… C’est frais, léger et amusant. Facile à lire, les histoires sont courtes (6 à 8 pages), l’âge indiqué est à partir de 8 ans (soit le CE2) mais je pense qu’un bon lecteur arrivera à les lire dès le CE1.

SignatureNat

Nous suivre et partager :