Le rêve de Sam – Roman

le rêve de sam

Ils se sont battus pour leurs droits !
Roman à partir de 12 ans

Le rêve de SAM

Florence Cadier

Collection Scripto

Gallimard jeunesse (2008)

*****

Avril 1955. Depuis 3 ans, Sam se réveille à 3h du matin toutes les nuits, poursuivi par un mauvais rêve. Il se trouve au milieu d’un brasier et il voit des corps qui se balancent dans le vide. En fait, il revit en dormant ce qu’il a vu 3 ans plus tôt, à l’âge de 10 ans. Ses parents, pendus par le Ku Klux Klan, se balançant au milieu des flammes. Tout ça parce qu’ils voulaient faire respecter leurs droits et souhaitaient s’inscrire sur les listes électorales… Quand on était noir aux États-Unis dans les années 50, cela n’avait rien d’évident, malgré la loi qui leur donnait ce droit !

*****

Un roman écrit à la manière d’un journal, dans lequel Sam raconte comment il a été élevé par son oncle et sa tante avec son jeune frère Josh. Comment il a rencontré le pasteur Martin Luther King et le sens que cela a donné à sa vie. Un roman dans lequel on rencontre aussi Rosa Parks (censée être la tante de Sam et Josh).

Le récit mélange des faits réels (les batailles menées par Martin Luther King, le refus de Rosa Parks de se lever dans le bus, le boycott des autobus à Montgomery…) et personnages fictifs (Sam et son frère). Deux frères qui s’engagent politiquement dans la lutte contre la ségrégation, l’un de façon pacifiste avec Martin Luther King, Sam, et l’autre Josh, dans une lutte plus violente auprès de Malcom X.

Une lecture très intéressante, qui montre bien la force et la patience qu’il a fallu pour mener cette bataille sans violence !

*****

De Florence Cadier nous vous avons également présenté : Je les entends nous suivre

Pour en savoir plus sur Martin Luther King (+ petite bibliographie sur la ségrégation)

*****

C’est ma 5ème participation au challenge d’Enna, le African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

Un roman qui participe aussi au Challenge Petit Bac toujours chez Enna

5ème ligne – Catégorie Prénom

Ouest

Verdun 1916 – Un tirailleur en enfer

verdunA partir de 12/13 ans (collège)

Verdun 1916

Un tirailleur en enfer

Yves Pinguilly

Coll. Les romans de la mémoire

Nathan (2003)

*****

Tierno, jeune Peulh de 17 ans, part poursuivre ses études à Dakar à “l’école des Blancs”. Pendant son voyage sur le bateau, il fait la connaissance d’Aboubacar, fils du roi du Tabounsou, qui va également étudier à Dakar.

Mais ils vont être enrôlés malgré eux par un adjudant raciste et rancunier. Et au lieu d’aller à Dakar, ils se retrouvent tous les deux à bord d’un paquebot qui part pour la France. Car, en 1915, la France en guerre a besoin de toutes ses forces, y compris celles de son empire colonial. Tierno et Aboubacar vont rejoindre le 36e bataillon de Tirailleurs sénégalais qui s’apprête à monter en ligne. Dans la boue de Verdun, ils découvrent l’horreur…

*****

Indiqué dès 10 ans sur le site de l’éditeur, je trouve que c’est un peu juste, non seulement à cause du thème (première guerre mondiale/Verdun) mais également à cause du vocabulaire employé.

Si je suis convaincue par l’intérêt “documentaire” et de mémoire de ce petit roman, j’avoue qu’il ne m’a guère emballée. J’ai l’impression que le souci pédagogique et le respect du côté historique l’ont emporté sur l’histoire. Il est cependant intéressant parce qu’il parle d’un sujet peu traité (pour autant que je sache) en littérature jeunesse.

A la fin du roman on trouve un lexique, les sources utilisées et 4 pages d’explications sur le rôle des tirailleurs sénégalais dans la grande guerre.

Un extrait (Pages 23/24) :

– Tu es Tierno de Mamou toi, c’est bien ça ?

– C’est ça même.

– Salut à toi mon frère. Je suis Aboubacar fils de Daouda Soumah roi du Tabounsou. Je savais que nous devions voyager ensemble, pour aller à l’école ensemble.

Tierno serra fort la main qui lui était tendue. Il trouva que ce Soumah avait une assez bonne tête pour devenir son ami. Quand le chaland arriva à couple du cargo, Tierno et Aboubacar eurent une surprise ! Ils furent débarqués d’un côté et embarqués de l’autre exactement comme les caisses de bananes. Ils montèrent dans une sorte de grand filet, avec leurs bagages et hop… la grue du bateau les enleva, dans les airs !

*****

Le site d’Yves Pinguilly

L’avis d’Histoire d’en lire

D’autres récits jeunesse sur le même sujet : Soldat PeacefulIl s’appelait comme moi14-14Le petit cœur rougeLe journal d’AdèleLe violoncelle poiluCouleur BarbeléInfirmière pendant la première guerre mondiale

Sur le même thème, on m’a conseillé Le chant noir des baleines (que je n’ai pas encore lu)

Dans la même collection : Haumont 14-16 L’or et la boue

*****

Un petit livre qui participe au challenge de Blandine sur la première guerre mondiale

Logo 1ere guerre 2021

Cannibale

Paris 1931, l’exposition coloniale
Roman ado/adulte

Cannibale

Didier Daeninckx

Éditions Verdier (1998)

*****

LC avec Enna

*****

A Paris en 1931, l’Exposition coloniale ouvrait ses portes. Elle proposait aux visiteurs de faire le tour du monde en un jour.  Et elle était destinée à montrer l’étendue des “possessions” et colonies françaises. Quoi de plus normal alors que d’y faire participer des Kanaks de Nouvelle-Calédonie ? Une centaine de jeunes Kanaks, garçons et filles, sont ainsi invités par la France à venir montrer leur culture, leurs chants et leurs danses à Paris.

Ils seront transportés comme des passagers de dernière catégorie, sur le 3ème pont, ayant trop chaud le jour et trop froid la nuit. Plusieurs mourrons. Arrivés à Paris, ils seront “parqués derrière des grilles, dans un village kanak reconstitué au milieu du zoo de Vincennes.”

Quand l’histoire commence, nous sommes à la fin des années 80. Gocéné, un vieil homme Kanak, essaie de rentrer chez lui. Il est conduit en voiture par un vieil homme blanc, Caroz, qui va être obligé de faire demi-tour car deux hommes armés font barrage. Dans un long “flash-back” Gocéné va alors raconter aux deux jeunes gens comment il a rencontré Caroz à Paris et ce que celui-ci à fait pour lui…

*****

J’ai un vague souvenir de ce qui s’est passé il y a plus de 20 ans en Nouvelle Calédonie.

Mais je ne connais pas du tout l’histoire ou la culture Kanak ni la Nouvelle Calédonie.

Ce roman était sur mes étagères depuis plus de 10 ans. On l’avait acheté car un des enfants devait le lire pour l’école. Je le gardais en me disant que je le lirai… un jour. Le titre et la couverture ne m’inspiraient pas. Et puis Enna l’a montré sur Instagram et j’ai décidé de la rejoindre pour une lecture commune !

Et c’est comme ça que j’ai découvert l’horrible aventure d’une centaine de Kanaks arrachés à leurs famille pour “jouer” les cannibales à l’exposition coloniale de Paris en 1931… Terrible !!

Un roman intéressant et instructif que je vous recommande !
https://www.palais-portedoree.fr/sites/default/files/styles/moyen-demi/public/thumbnails/image/affiche_exposition_coloniale_1931_desmeures.jpg?itok=OSuQjIIi

Affiche de l’Exposition coloniale, Victor Jean Desmeures © Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration

 

Plus d’informations sur l’Exposition coloniale sur le site du Musée national de l’histoire de l’immigration.

La page Wikipédia sur ce roman (très intéressante)

Du même auteur, présenté sur ce blog : Maudite soit la guerre

Un roman qui participe à l’Objectif Pal chez Antigone

car il était là depuis 10 ou 12 ans…

Ruby tête haute – Album sur la ségrégation

RubyHistoire d’une fillette qui voulait aller à l’école
Album à partir de 9 ans

RUBY TÊTE HAUTE

Irène Cohen-Janca & Marc Daniau

Les éditions des éléphants (2017)

*****

Avec le soutien d’Amnesty International

*****

Comme tous les jeudis matin, la maîtresse nous montre la reproduction d’un tableau. Aujourd’hui, c’est une petite fille qui porte des livres et qui est entourée de 4 policiers. Elle nous demande ce qu’on en pense. Les réponses fusent : “Ses parents sont riches et ils ont peur qu’elle se fasse kidnapper.” “Non, elle a fait une bêtise et on l’emmène en prison”. “Elle ne veut pas aller à l’école, alors on a envoyé les policiers la chercher…”

Dès le lendemain, la maîtresse nous a expliqué l’origine du tableau. En 1960, Ruby Bridges avait 6 ans et elle habitait en Louisiane, un état du sud des États-Unis. Après avoir passé un examen difficile, elle a été accepté dans une école de “blancs”. Le jour de la rentrée, elle avait mis sa plus belle robe. Il y avait beaucoup de gens dans les rues et Ruby s’est même demandé si ça n’était pas le carnaval, car ils faisaient beaucoup de bruit et de grimaces…

*****

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/e/ed/The-problem-we-all-live-with-norman-rockwell.jpg/300px-The-problem-we-all-live-with-norman-rockwell.jpg

The problem we all live with – Norman Rockwell (1964)

*****

Heureusement pour elle, ce jour-là, cette petite fille, Ruby, n’a pas compris que tous ces cris lui étaient destinés. Tout ça parce qu’elle était noire… J’avoue que c’est quelque chose que je n’ai jamais compris. On peut reprocher à quelqu’un son comportement, son caractère mais comment lui reprocher quelque chose dont il n’est absolument pas responsable (et à laquelle il ne peut apporter aucun changement !), comme la couleur de sa peau ? Je trouve ça insupportable.

Bref. L’histoire est amenée de façon très intelligente et le fait que ce soit la petite fille qui la raconte, la met à hauteur d’enfant. Les illustrations sont très colorées et expressives. Et à part une ou deux illustrations, elles sont plutôt gaies et reflètent l’énergie de cette petite fille.

A la fin de l’album, une page documentaire revient sur la ségrégation aux États-Unis, sur le tableau de Norman Rockwell et sur quelques faits liés à cette histoire (avec une photo de Ruby vers 6 ans, adorable !)

Un très bel album ♥

*****

Pour feuilleter quelques pages (site de l’éditeur)

Sur ce blog, déjà présentés :

Écrit par Irène Cohen-Janca : La tour Eiffel est amoureuse

Illustré par Marc Daniau : Les mille oiseaux de Sadako

*****

C’est ma quatrième participation au challenge d’Enna, le African American History Month

https://lh3.googleusercontent.com/NJnOLTnUE8fkiZsVl1i1izT7vOHXNGOPHLQjqRId1JpfEFqKWAcUwN5n7GBF_e58zQILzh0WGngvDgQS7ipzPnq9H67GtMd2qXxvM9zbKIbK_MQ3_JAAldd8gaT1e7A3aGkZOMXBvjNJgJZlVIaJ2ATzFmtXj99njz-Et0r3dZ4THrCRoy_YbsiQ7fSYXRv0jyFRP-cYo9yrOw1F__P_zwu6bT0jzmZMF14ZCqb6n9Zz3x0jbt7DYh3OG3VQtqiRyWq5rcm2oI3OQIRVT4GvZXKW-4SyeXbYRAcg5ULbp8QTzveC_2a3NHvwpM5qtgbC0z4XoSSvjTcmO1pxLDrTSFF5fiLh_k_XRaydonBbOofIkq454r8re2zHzgpCLyVwRsvlDPDOoDT_exPnPqM8PFBqZJIXEH_rIe8vt9pZ_3i-YNaqssjQ-ucvhjNVg3XWErvt3XlJpnpfxrU-YGBrykRPrtRiKfXdYecBMXdtE2aw55_lZbv94o058_3V7qw9ovoNWHlwZyTCIYj4YuVSsfkmZxfwrUgVt2WrY0OlW_o2X7JhdY6OlRkWvMobupkxBuGk5pWynXfj1bmXegYuyYl66dl4esZ-rJCgvH01dIMRZquQ28bawqjhlidFq8mkCOjRWrMW_Z46OeCQtp1sRNOt4aWUHVNz=w960-h480-no

D’autres livres, présentés sur ce blog, sur la ségrégation raciale aux États-Unis :

Les Romans

Les Romans jeunesse

Les albums

Les Bandes Dessinées

Les documentaires

En bonus, une chanson qui m’a toujours donné des frissons : “Strange fruit” une chanson écrite par Abel Meeropol et interprétée par Billy Holiday (les paroles et la chanson traduite ici)