La saveur des bananes frites : voyage en Haïti

La saveur des bananes frites, un roman jeunesse pour les collégiens autour de la tolérance, de l’intégration, et d’Haïti.

la saveur des bananes fritesPréparez vous à découvrir Haïti, sa gastronomie, mais surtout son histoire sombre, ses gangs, la terreur…. Dans la Saveur des bananes frites on assiste à un récit historique, dramatique, mais mené avec finesse et justesse.

Roman jeunesse, dès 10 ans

La saveur des bananes frites

de Sophie Noël

Magnard Jeunesse, 2017
9782210963672, 11,90 euros
disponible en epub numérique
157 pages
Illustrations : Aurelie Grand

 

Avec son frère aîné, Jude, Saraphina vit à Paris dans un foyer pour jeunes immigrés. Elle a toujours vécu à Paris, et elle aime sa vie au collège, même si elle rêve d’un beau logement dans la Cité Paradis. Grâce aux souvenirs de son frère, ses récits, elle va peu à peu découvrir la vie de ses parents à Haïti, dans d’autres cités. Et puis, sur les traces de leur père, ils vont devoir mener l’enquête, bien loin de Paris.

La vie dans les cités, ça lui plait bien, à Saraphina. Elle ne vit qu’avec son frère, mais elle a aussi un meilleur ami Malik, et une communauté soudée dans les logements sociaux où ils habitent. Malheureusement certains préfèrent vivre de trafic, et la vie de notre héroïne va s’en trouver chambouler.

La saveur des bananes frites est un récit court au regard de tout ce qu’il contient, mais c’est un roman cohérent, qui va à la fin de son histoire. Il propose de découvrir, avec deux jeunes héros, l’histoire d’Haïti. Ses gangs, ses batailles de rue, le danger toujours présent… mais aussi ses bananes frites. Entre récit du passé, souvenirs d’un enfant, et promenade dans le pays actuel, La saveur des bananes frites est un vrai récit touchant.

Sa jeune héroïne est mignonne, et même si certaines situations sont un peu rapides, un peu faciles, du fait de la taille du livre, le lecteur passe un bon moment et ressort avec l’envie d’en apprendre plus sur ce pays méconnu mais dans une grande détresse. Une jolie leçon d’humanité aussi, grâce à de beaux personnages secondaires. 

Un récit vif et dépaysant, touchant, poignant, qui donne à réfléchir sur les inégalités.

+ Lire un extrait

+ Challenge YA#6

Wonderpark, un parc d’attraction dangereux

Wonderpark Wonderpark

Fabrice Colin

Nathan (2016)

^^^^^

Tome 1 : Libertad / Tome 2 : Mégalopolis

^^^^^

Dans le tome 1, Jenn, 9 ans et son frère Mervin, 10 ans, ont enfin l’occasion de pouvoir pénétrer dans le parc d’attractions abandonné de leur ville : Wonderpark ! Mais ils sont coincés à la maison car ils doivent garder leur jeune sœur de 5 ans, Zoey.

La tentation est trop forte ! Tant pis, ils iront quand même, après avoir fait jurer à Zoey qu’elle ne dirait rien à leurs parents… Oui mais voilà : à peine sont-ils arrivés dans le parc que Zoey est enlevée par une étrange créature. Pour la retrouver, ils vont devoir partir dans un monde parallèle peuplé de pirates : « Libertad ».

Dans le tome 2, Jenn, Mervin et Orage, leur amie, toujours à la recherche de Zoey, ont réussi à passer dans le second monde « Mégalopolis« , la cité des Super Héros.

^^^^^

Ces petits romans (140 pages environ) sont une bonne introduction à la fantasy. J’avoue avoir été séduite par l’idée d’un parc d’attraction renfermant des mondes parallèles différents, c’est plutôt original ! Étant donné qu’il y a 6 « mondes » différents à Wonderpark, que le tome 1 s’intitule « Libertad » qui est également le monde des pirates, que le tome 2 s’appelle « Mégalopolis » qui est aussi le monde des superhéros, je suppose qu’il y aura au moins 6 tomes, un par monde…

Les personnages ne sont pas très développés, il y a surtout de l’action et de l’aventure !

Dans les points positifs, il y a un résumé au début du tome 2, les couvertures sont soignées (titre en lettres d’or sur fond noir, illustrations colorées et modernes), les têtes de chapitres (ça doit avoir un nom, mais je ne le connais pas !) sont également joliment décorées et différemment selon les tomes (bateau pirate pour le tome 1 / Gratte-ciel pour le tome 2).

Un point négatif ? Oui, je n’ai pas le tome 3 !! ;)

^^^^^

Du même auteur, Sophie vous a déjà présenté :

Personne ne te sauvera / L’ïle du sommeil / Bal de givre à New-York / La vie extraordinaire des gens ordinaires / Les étranges sœurs Wilcox / Elric, les buveurs d’âme

 

Enregistrer

Enregistrer

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Histoire d’un livre depuis ses débuts

Livre   Je m’appelle livre et je vais vous raconter mon histoire

John Agard & Neil Packer (ill.)

Nathan (2015)

^ ^ ^ ^ ^

Plus de 5000 ans ! C’est le temps qui s’est écoulé depuis l’apparition du « livre », d’abord sur des tablettes d’argile sumériennes, en passant par le papyrus, le parchemin, le vélin puis le papier pour arriver, de nos jours, à l’e-book, le livre électronique ou numérique.

A ceux qui s’inquiéteraient de sa prochaine disparition, le livre répond « Quand j’étais tablette d’argile, n’étais-je pas minéral ? Quand j’étais papyrus, n’étais-je pas végétal ? Quand j’étais parchemin, n’étais-je pas animal ? Pourquoi m’inquiéterais-je de devenir digital ? »

Livre

Papyrus

Livre

Tablette d’argile sumérienne

 C’est donc un livre (peu importe lequel, un parmi d’autres) qui nous raconte son histoire et son évolution. Une histoire parsemée d’inventions, telle que l’imprimerie, mais également d’embûches (autodafés durant la 2nde guerre mondiale ou à Sarajevo ou encore à Bagdad…).

Une histoire passionnante, parfois triste, parfois amusante, mais toujours très vivante !

J’ai passé un très bon moment avec ce roman (oui, oui, c’est un roman, pas un documentaire, même si tout ce qu’il raconte est vrai !) qui se lit très facilement. Et vous savez quoi ? En plus, il consacre plusieurs pages aux bibliothèques ! Et ça, vous vous en doutez, ça ne pouvait que me plaire…

Livre

Parchemin

^ ^ ^ ^ ^

Pour en feuilleter quelques pages…

Le site de Neil Packer (en anglais, mais plein d’images !)

Un dossier de FranceTvÉducation sur l’histoire de l’écriture

Et pour rester dans le thème du livre :

Le voisin lit un livre / Ouvre ce petit livre et Regarde, un livre / C’est un livre de Lane Smith / L’extraordinaire garçon qui dévorait les livres  / Une fois encore d’Emilie Gravett / Le livre rouge / La dame des livres / La bibliothécaire de Bassora / Arto et la fée des livres  / Un livre ça sert à quoi ?

D’autres sélections : A l’ombre du grand arbre  vous en propose une, Ricochet une autre.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie

j'aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amieRoman pour jeunes adolescents
Niveau CM2 – Sixième

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie

de Dominique Souton

Ecole des Loisirs, 2016
9782211230094, 9€

Sous ce titre ne se cache pas vraiment un roman d’amour, mais plus un récit de collégienne. NAt est en 6e au collège, et le voir par ses yeux est vraiment drôle (et toujours très réaliste), comme son vocabulaire. Elle essaye de faire comme les autres, alors forcément TROP, DARON et CHELOU sont des indispensables à mixer à toutes les sauces.
Et puis, bien sûr, il y a des histoires d’amitié et d’amour, digne du primaire pour le coup, mais plutôt mignonnes. Difficile d’avoir plusieurs meilleurs amis, encore plus difficile quand on tombe amoureux de son meilleur ami.

Au collège, on ne dit plus « bizarre », mais « chelou », on doit présenter son carnet toutes les cinq minutes, il y a au moins dix profs pour remplacer la maîtresse, et certains demandent de drôles de trucs comme d’adopter un œuf à la maison !

J’aime mon meilleur ami qui aime ma meilleure amie est un roman pétillant qui montre bien comme les jeunes peuvent s’inquiéter de détails plus que du collège, mais surtout qui offre un récit réaliste et sympathique. Seule la partie numérique, bien que d’actualité, est moins intéressante dans son traitement, sans poser problème pour autant… Mais ce qui est finalement le plus drôle je crois, c’est qu’en tapant le titre du livre dans Google, vous trouverez dans les premiers résultats des discussions entières de forum sur ce thème…

Ce roman, avec sa jeune héroïne, est parfait pour les « petits » sixième, notamment en début d’année, voire avant la rentrée pour découvrir le collège. Une histoire qui plonge dans le grand bain du collège, avec son vocabulaire et ses règles bien particulière, mais tout en humour et avec même une histoire d’amour !


+ Ces personnages ont commencé leurs aventures dans Ma meilleure amie a une meilleure amie, en CE2.
+ Challenges : Rentrée Littéraire 2016YA#6
cof