RDL Juin 2020 – avec de la musique et Hunger Games

Une ronde des livres par mois, pour tenter de garder une trace de mes lectures, celles que je n’ai pas pris le temps de présenter, et celles dont j’ai seulement parlé sur Instagram !

En juin j’ai donc lu (entre autre)…

Romans

Le mois de juin est passé si vite, les lectures ont été peu nombreuses en roman, mais j’ai tout de même dévoré le nouvel Hunger Games !

Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteurHunger Games : La Ballade du serpent et de l’oiseau chanteur 

Un nouvel Hunger Games, toujours pas Suzanne Collins, impossible de passer à côté, malgré la peur d’être déçue. Je n’ai pas attendu bien longtemps après sa sortie pour le lire, de peur de lire des avis négatif ou trop positifs… j’aime me faire mon propre avis sur ce genre de “grosse production”.

Le pitch de ce pré-quel  :

C’est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L’avenir de la Maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d’astuce et d’inventivité pour faire gagner sa candidate.

Mais le sort s’acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des Tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l’échec, au triomphe ou à la ruine. Dans l’arène, ce sera un combat à mort.

Déjà prendre un des personnages que l’on aime le moins dans Hunger Games comme personnage principal, c’est osé… mais en plus nous faire l’origine des Hunger Games… Et finalement je me suis prise au jeu de ce roman, j’ai appris à détester Snow, mais différemment, en découvrant ses failles, son histoire. L’origine des Hunger Games, de ses évolutions, j’ai trouvé ça passionnant, tout comme l’évolution des personnages.

Il y a plusieurs parties dans ce roman, tout commence doucement, pour prendre de l’ampleur, avec une partie, vraiment liée aux Hunger Games que j’ai adoré. Vient ensuite une partie plus étrange, le calme avant la tempête, où l’on cherche à comprendre à l’avance comment Corio peut devenir ce Snow que l’on déteste… et le moins qu’on puisse dire c’est que l’on est pas déçu par la fin !

Un sentiment ambivalent à la fin de cette lecture, avec du très bon par moment, des moments trop lents à mon goût, mais dans tous les cas deux personnages principaux charismatiques ! Je suis heureuse d’avoir replongé dans Hunger Games, surtout que je fais partie des gens qui n’avaient que peu apprécié le tome 3 !

PKJ, 2020

BD et mangas :

Second Summer : Never see you again, un manga en 2 tomes léger malgré sa thématique, avec beaucoup de musique !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🤍Second summer Never see you again 🤍 Ce manga en 2 tomes est une belle histoire d’amour et de musique 🎶 Alors qu’ils viennent de monter un groupe de musique au lycée, Rin meurt. Elle a toujours su qu’elle allait mourir, sans rien dire. Satoshi est effondré d’autant plus que la dernière chose qu’il lui a dite, c’est qu’il l’aimait… Ce qu’elle a mal pris. Quand il se réveille le jour de sa rencontre avec Rin, Satoshi comprend qu’il a une deuxième chance… Et il est bien décidé à ne pas lui avouer ses sentiments cette fois ! Ce manga adapté d’un roman (et qui existe aussi en film) est une histoire classique d’amour caché au lycée, mais entre le côté musique, les personnages attachants et pétillants et cette fin tragique inéluctable, on se laisse porter. Une lecture agréable qui permet de rencontrer des personnages bien campés, servis ici par les illustrations de Motomi Minamoto. Des illustrations adaptées, expressives, avec des personnages ayant chacun leur style propre. Le côté musique apporte une petite touche funky et me donne envie de voir le film pour écouter les chansons de Primember ! Une série parfaite pour mettre dans les cdi de collège : courte, sympa et avec le thème sous-jaccent de la musique. Vous lisez des mangas ? Quel est votre dernier coup de cœur ?

Une publication partagée par Sophie Herisson 📚 Bookstagram (@herissonfamily) le

Billy_C1_RVB okBilly Symphony 

Le jour où le jeune Billy aperçoit un saxophone dans une vitrine, c’est le coup de foudre. Sans un sou en poche, il va devoir redoubler d’efforts pour tenir enfin l’instrument entre ses mains ! Commence alors un long chemin vers le rêve d’une carrière de musicien… 

Encore de la musique, mais cette fois ci en bande dessinée ! Un jeune homme décide de se mettre à la musique, son parcours le mènera à un saxophone… dont il ne tirera que des notes peu appréciables… jusqu’à ce qu’il collabore avec un petit oiseau. Le succès est alors au rendez-vous, mais l’amitié peut elle juste survivre au succès ?

Cette bande dessinée sans texte n’est pas silencieuse pour autant, car au fil des pages les dessins de David Périmony prennent vie et la musique de ce petit oiseau se fait entendre… Une histoire douce et poétique, que l’on suit au gré des pérégrinations du héros. Les belles illustrations aux tons marrons un brun vintage de l’auteur rendent l’ensemble paisible

David Périmony, Editions de la Gouttière, 2020

 

 

 

 

 

J’ai commencé quelques autres romans, repris Filliozat pour essayer de savoir comment aider micro hérisson a traversé le terrible two – et pour l’instant on est plus proche de l’échec qu’autre chose… – mais surtout on a vécu la fin du confinement en prenant l’air, et en reprenant le rythme des réveils école ménage repas… Demain, vacances, on verra bien si j’ai plus de temps pour des romans, mais dans tous les cas on a plein de beaux albums qui nous attendent !

Nous suivre et partager :

Ferrailleurs des mers – Roman SF

ferrailleurs

Ados / JA

FERRAILLEURS DES MERS

Paolo Bacigalupi

Au Diable Vauvert (2013)

*****

Un monde post-apocalyptique, non loin des côtes de la Louisiane ; des adolescents –visiblement très pauvres- luttent pour leur survie. Ce sont des ferrailleurs.

Ils travaillent sur des pétroliers échoués sur la plage, ramassant des métaux, de la ferraille pour gagner de quoi subsister. La vie est dure, ils vivent –survivent plutôt !- dans des sortes de bidonville avec parfois à peine de quoi manger. Ceux-là sont pourtant privilégiés car ils ont du travail ; d’autres doivent mendier ou se prostituer…

Un jour, un accident change la façon de voir les choses de Nailer. Et quand il fait une importante découverte, il ne peut se résoudre à faire « ce qu’il faudrait » pour s’en emparer…

*****

La 1ère partie de ce roman

Les 100 premières pages, avec la vie des ferrailleurs, leurs codes, leur travail, m’a beaucoup plu. On plaint sincèrement Nailer qui n’a d’autre famille qu’un père ultra-violent qui le bat régulièrement et on souhaite vraiment qu’il s’en sorte, qu’il accède à une vie meilleure.

Dans la seconde partie (Nailer a fait une découverte et il a fait un choix) je me suis sentie moins concernée par ce qui arrive aux personnages, j’ai eu l’impression d’une esquisse de roman et j’ai trouvé vraiment dommage que la dernière partie ne soit pas plus fouillée…

C’est vrai en particulier pour un des personnages, Tool, qui aurait mérité un peu plus d’attention, j’ai été vraiment déçue de sa « sortie », on aurait aimé en savoir plus sur lui et ses semblables.

La fin m’a également laissé un peu sur ma faim…

C’est peut-être dû au fait que c’est un roman « jeunesse ». Il ne fait que 300 pages, ce qui n’est pas énorme par rapport à la complexité du monde présenté.

Il n’en reste pas moins que j’ai passé un très bon moment, c’est un bon roman d’aventure/SF et j’attends la suite en poche (Les cités englouties, où l’on retrouve Tool) avec impatience.

Les cités englouties” n’est pas vraiment la suite, mais ça se passe dans le même univers et on retrouve des personnages… Et il y a un 3ème et dernier tome à cette “série” : Machine de guerre.

*****

Ce roman a obtenu le prix Locus (2011) dans la catégorie « Roman pour la jeunesse ».

Pour lire le début, c’est par ici

Et j’ai toujours deux autres romans de cet auteur dans ma pal : La fille automate et

Nous suivre et partager :

Dans l’abîme du temps d’après Lovecraft

tempsManga Seinen (15+)

Dans l’abîme du temps

Gou Tanabe

D’après Lovecraft

Ki-oon (2019)

*****

Une Lecture Commune avec Cristie

*****

Présentation de l’éditeur : En 1935, au fin fond de l’Australie, le Pr Nathaniel Peaslee recherche avec frénésie les traces d’une civilisation inconnue. Il ne comprend pas pourquoi, mais il connaît ces lieux, comme si un autre avait implanté des souvenirs en lui. Il sait que quelque chose d’aussi mystérieux que terrifiant se tapit, là, dans les profondeurs du sable du désert…

Son monde a été chamboulé près de 30 ans plus tôt. À l’époque, il enseigne à la prestigieuse université de Miskatonic. Il mène une vie paisible, entouré de sa femme et de ses enfants… jusqu’au jour où il s’effondre en plein cours. À son réveil, personne ne le reconnaît. Il a toujours la même apparence, mais semble avoir perdu la raison ! Il parle un dialecte inconnu et se comporte comme un étranger. Pire, il se prend de passion pour les sciences occultes, allant même jusqu’à se plonger dans l’étude du Necronomicon, ouvrage maudit entre tous…

*****

Lovecraft, c’est un nom que je connais. Mais je ne suis pas sûre d’avoir déjà lu un de ses récits. J’ai pourtant au moins 3 ou 4 de ses livres à la maison (5 après vérification). Alors pourquoi ? J’aime le fantastique et la SF, mais le peu que je connais de Lovecraft fait naître un sentiment de malaise chez moi je crois…

Je ne lis pour ainsi dire jamais de manga. Mais je me suis fait avoir par un extrait de quelques pages dans un magazine, qui m’a donné très envie de lire celui-ci ! Et par le livre en lui-même qui a une très belle couverture en simili-cuir en relief.

Au final, si j’ai bien aimé l’histoire (ça m’a donné envie de lire la nouvelle de Lovecraft du coup), j’ai été un peu déçue par les illustrations. Les personnages notamment semblent figés, inexpressifs. Et le texte, quand il n’est pas dans des bulles, est parfois difficile à déchiffrer… Les monstres et les paysages par contre, donnent une ambiance étrange et inquiétante qui va à ravir avec l’histoire.

*****

Mon 1er manga (en 2015) : Bonolon (manga “kodomo” à partir de 6 ans)

Le 2ème (en 2016) : les 3 premiers tomes de Kasane, la voleuse de visage (la série est aujourd’hui terminée et elle compte 14 tomes) un seinen (suspense / fantastique)

Cette semaine, nous sommes chez Moka, toujours Au milieu des livres

http://www.ki-oon.com/medias/ckefinder/images/news/Planche_1(1).jpg

Nous suivre et partager :

Le démêleur de rêves – Roman Ado / Jeune Adulte

demeleurLes rêves sont-ils des messages ?
A partir de 15 ans

Le démêleur de rêves
Carina Rozenfeld

ScriNeo (2019)

*****

Résumé : Le fil. Une magnifique découverte qui a permis à l’humanité de relier 101 planètes entre elles et de voyager très rapidement. En pliant l’espace, le fil raccourcit les distances. Pourtant, les humains ne voyagent plus guère. Ils ne travaillent plus non plus pour la plupart, restant “scotchés” à leurs écrans. Ils ne sortent plus de chez eux, ne côtoient plus leurs semblables. Les seules émotions qu’ils ressentent sont celles qu’ils vivent au travers des rêves mis en scène par des “démêleurs” de rêves. Neven est aujourd’hui “le” démêleur le plus connu. Elisha, elle, est une rêveuse. Une de celle dont Neven démêle les rêves. Ensemble, ils vont vivre une aventure hors du commun.

*****

Que vous aimiez ou non la Science Fiction, ce roman pourrait bien vous plaire, comme le dit très justement Pierre Bordage (célèbre écrivain de SF) dans la préface. Sous une critique à peine déguisée de la société moderne (réseaux sociaux, modifications corporelles, manque de “vrais” relations entre les gens, de “vraies” communications…) se cache une merveilleuse aventure à travers l’espace.

J’adorerais visiter la planète sous-marine Ptasys ou sentir l’odeur si particulière de la terre touchée par la pluie sur Pétrichor. Et aussi avoir un robot domestique comme Habba, vraiment trop pratique même si parfois un peu agaçant (une ou deux fois, il m’a fait penser à C-3PO ou Z-6PO, le robot protocolaire de Star Wars !)

Pour tout vous dire, c’est un roman qui fait 434 pages, mais que j’ai dévoré dans la journée.

Et la fin est tout à fait inattendue. N’hésitez pas à aller lire les premières pages, l’écriture est fluide et c’est très prenant.

*****

Pour lire les 15 premières pages (site de l’éditeur)

De cette autrice, Sophie vous a déjà présenté : Les sentinelles du futur et les deux tomes de Phaenix (derniers livres présentés)

Ce roman participe au Challenge Lire 1% de la Rentrée Littéraire

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :