♥ Le carnet secret de Lili Lampion

Le carnet secret de Lili Lampion

raconté par Amanda Sthers

et illustré par Florent Chavouet

entre album et roman pour enfants

Nathan, 13 octobre 2011
9782092535127, 13,90€
64 pages

Thèmes : Enfance, Divorce, Déménagement, Maladie, Naissance, Ami imaginaire, Amour, New York

Présentation de l’éditeur :
Lili Lampion a 7 ans, des parents divorcés, un petit frère malade, une nounou qui pue, un oncle danseur et une meilleure copine.
Elle raconte sa vie dans son journal, rempli d’anecdotes drôles et piquantes. La vie de Lili est chamboulée quand, pour soigner son frère, toute la famille déménage à New York. Dans ce nouvel univers, Lili trouve refuge dans son imaginaire en inventant un couple de mini Chinois à qui elle se confie.

Mon avis :
Un vrai coup de coeur pour cet album !

Bon je suis de toute façon impartiale car je suis fan de Florent Chavouet, l’illustrateur, depuis que je l’ai rencontré ici dans ma montagne, avec tout le temps de lui parler et de le découvrir, ainsi que ces deux ouvrages très carnet de voyage : Tokyo Sanpo et Manabé Shima, tous les deux dans ma bibliothèque, dédicacés… Un illustrateur vraiment sympathique, avec des dessins magnifiques, des petits personnages craquants… C’est donc l’illustrateur de ce livre et je suis tombée sous le charme une nouvelle fois… Les petits chinois sont absolument magistraux… le reste aussi! Des dessins tout en couleur et en beauté, avec un trait enfantin quand c’est nécessaire, puisque que dans un carnet secret d’enfant… Rien qu’avec les images ce serait déjà un superbe livre… et on y ajoute un personnage attachante Lili, et une histoire touchante !

http://storage.canalblog.com/66/90/444228/68949959.jpghttp://storage.canalblog.com/55/14/444228/68949977.jpg

Ils ne sont pas superbes ces dessins ? On y retrouve vraiment la touche niponne de Florent Chavouet…

L’histoire donc est très bien aussi. Un peu chargée peut être en grands évènements mais très bien menée. Lili est une petite fille attachante dont les parents viennent de divorcer. Par dessus ça, son petit frère est malade, elle doit déménager à New York, sa mère est enceinte et en plus sa nounou qui pue vient avec eux aux Etats-Unis!

Un très bel album qui parle de nombreux thèmes difficiles avec beaucoup de fraîcheur et de joie de vivre. Le point de vue enfantin de Lili permet de dédramatiser et même de rire de certaines situations. Un vrai bijou!

A lire, faire lire et offrir…

+ Les avis tout aussi positif de Leiloona, Pauline, Clarabel, Liyah (merci ma belle!)

+ le blog de Florent Chavouet

+ La comédie musicale Lili Lampion est visible en ce moment même à Paris, si vous avez l’occasion, ça semble vraiment bien :

 

Seul contre tous d’Hubert Ben Kemoun

Seul contre tous

d’Hubert Ben Kemoun

Roman jeunesse

Nathan Poche, 2011
C’est la vie
9782092528198, 4,80€

Thèmes : Rumeur, École, Respect, Accusation.

 

Présentation de l’éditeur :
Tout a commencé par une petite erreur.
Une erreur de rien du tout. Mais quand le petit rien se transforme en rumeur, la journée de Baptiste bascule dans le cauchemar…

Mon avis :
A l’école les rumeurs vont bon train, et elles peuvent se révéler désastreuses !

Baptiste est nouveau à l’école, ça ne fait que quelques semaines qu’il est arrivait. Quand il revient à l’école après une maladie, ses camarades sont tous contre lui, sans qu’il ne comprenne vraiment ni ne sache quoi faire. Il va alors passer la récréation d’un le local à poubelle… comment retourner en classe ?

Ce petit roman très court permet de traiter le thème de la rumeur et de la stigmatisation chez les jeunes. Une belle plume pour ces quelques pages poignantes, touchantes. On se met à la place de Baptiste, et cette situation est terrible dans la vie d’un enfant. Je vais lire ce livre à mes élèves car je pense vraiment qu’ils peuvent comprendre le mal être de la personne victime grâce à ce roman. Les émotions sont vraiment bien rendues.

Un roman pour apprendre et comprendre la rumeur et ses conséquences sur autrui, à mettre entre toutes les mains.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Je me souviens, Rebecca de Nathalie Somers

Je me souviens, Rebecca

de Nathalie Somers

Roman historique pour adolescents

Nathan, août 2011
(Poche Histoire), 222 pages
9782092532287 , 5€50

Thèmes : Seconde Guerre Mondiale, Résistance, Chambon-sur-Lignon, adolescence, amour

Présentation de l’éditeur :

André vit au Chambon-sur-Lignon, village du Massif central où, en pleine Seconde Guerre mondiale, la population cache des réfugiés juifs.
Un jour, une jeune fille à l’étincelante chevelure rousse arrive dans sa classe. Elle dit s’appeler Simone, mais André devine vite que c’est un faux prénom, qui dissimule son origine juive. Dans l’espoir de la voir plus souvent, il décide alors de devenir messager pour un chef local de la résistance, chez qui la jolie nouvelle est logée…

Mon avis :

Le Chambon-Sur-Lignon, centre de ce roman, se situe à quelques kilomètres de chez moi, autant dire que j’étais séduite d’avance !

En pleine Seconde Guerre Mondiale nous suivons André, adolescent d’un famille nombreuse que la guerre ne touche pas vraiment. En zone libre, ils étaient pauvres, ils sont pauvres. Pourtant il n’ignore rien de ce que le pasteur organise dans leur village. Ces gens et enfants qui vont et viennent… ces juifs…

Un jour pourtant, grâce à une tignasse rousse, André va s’impliquer dans la résistance. Il connaît le plateau, sait où se cacher, comment aller plus vite que par les routes… L’histoire d’un adolescent qui se construit, d’un village qui résiste, de l’amour aussi.

C’est bien écrit car on ne s’appesantit pas sur les situations difficiles ni sur la guerre. Elle est là, toujours, il faut la combattre, mais nous ne sommes pas sur le front. Une histoire d’ado, pour les ado, touchante, qui nous entraine dans la froideur de l’hiver du plateau.
Un texte intéressant pour le devoir de mémoire, car il y apporte la légerté brisée de l’adolescence. Seul le dernier chapitre m’a paru superflu, mais finalement avec le recul, connaître la fin, c’est bien aussi.

Ce texte a un écho particulier ici, dans la Montagne. Parce qu’André et Simone aurait pu exister. Parce que le Chambon-Sur-Lignon a vraiment résisté ainsi. Parce que j’ai rencontré des résistants altiligériens marqués par cette guerre. Parce que même notre collège porte le nom d’un de ces résistants. Que la plaque commémorative existe vraiment aussi… A noter que la famille de l’auteur a vécu cette histoire, c’est sans doute pour cela que le Plateau est si bien décrit, jusque dans son climat…

Extraits (pour que vous compreniez mieux le temps qu’il fait chez moi, et la beauté des paysages)
« Tout en fermant un bouton de sa veste, André Durand se dit que cette matinée de juin n’avait rien d’estival. Cela ne le surprenait guère cependant. Pour un natif du Chambon-Sur-Lignon comme lui, le climat du Plateau n’était plus un mystère. Il savait depuis longtemps qu’il ne fallait jamais se fier au calendrier pour choisir sa tenue vestimentaire. « En avril ne te découvre pas d’un fil. En mai fait ce qui te plaît » Eh bien, non ! Par ici, même en mai il ne vous était pas permis de faire ce qui vous plaisait ! Pas plus d’ailleurs en juin, juillet ou août, car la météo était capricieuse, et la nature avait toujours le dernier mot. »
« Il aimait ce pays, cette région du Plateau située à la limite du Velay et du Haut-Vivarais, que les gens d’ici appelaient « la Montagne ». Il aimait sa nature encore sauvage, le parfum de sa terre fraichement labourée et le gargouillement des ruisseaux qui venaient grossir le Lignon. Même si parfois la vie y était dure, il trouvait sa récompense dans le sentiment d’intense liberté que le Plateau lui offrait. […]
André aussi aimait la Montagne, mais […] il devait bien l’admettre il rêvait d’une vie moins rude et d’une nature moins indomptable. Le froid qui vous gelait les orteils d’octobre à avril […] et que dire des congères de neige qui atteignaient parfois deux mètres de haut ? »

+ pour en savoir plus sur cette histoire, et ce que l’on en fait aujourd’hui…

+ L’avis d’Argali

+ Sur la seconde guerre mondiale : L’envolée sauvage, La mouette, et Etranger à Berlin (non exhaustif, juste quelques livres jeunesse sur mon blog…) mais je vous conseille aussi l’album Otto de Tomi Ungerer, et les romans de Yael Hassan, dont le garçon qui détestait le chocolat, c’est un crime de ne pas vous en avoir déjà parlé, je le garde pour un jeudi de Ronde des Livres Ces livres dont je n’ai pas parlé!

+ Des challenges :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Divergent de Veronica Roth

Divergent

Divergent

de Veronica Roth

Roman Littérature jeunesse Ado / Young Adult

Nathan, octobre 2011
Blast, 15,90€

 

Présentation de l’éditeur :
Cinq destins. Un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente, elle est en danger de mort !

Mon avis :
Un univers de science fiction. Une dystopie. Des adolescents. Des combats. Non, nous ne sommes pas dans Hunger Games ! Divergent, c’est pourtant dans la même vague. Je n’irais pas jusqu’à comparer, mais je pense tout de même à un léger phénomène de mode… Peut importe, j’adore ça!

Il faut tout de même que je commence par remercier Liyah, qui m’a envoyé ce livre, dont nous avons décidé de faire une lecture commune. En plus dans le paquet se cachait d’autres surprises… Merci encore ma douce, d’autant plus que ce roman m’a totalement séduit!

Béatrice, notre héroïne, est une adolescente qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et pourtant elle fait partie des Altruistes. Une faction qui prône le dévouement, les autres. A 16ans, tous les jeunes doivent choisir dans quelle faction ils continueront leur vie. Entre cinq. Altruiste donc, mais aussi Sincère, Érudit, Audacieux ou Fraternel. Un choix délicat, surtout quand on a plusieurs aptitudes… Son choix scellera son destin, mais va nous permettre de vivre avec elle une initiation terrible, mais aussi découvrir un peu mieux son monde et rencontrer des personnages terriblement intéressants (surtout Quatre!).

Je ne peux pas trop vous en dire bien sûr, l’effet de surprise participe à rendre ce livre attrayant et envoutant. Je l’ai dévoré. J’ai aimé les personnages et ce monde aux 5 factions. Surtout Tris, et Quatre… même avec son nom ridicule… J’avais noté ce détail dans l’avis de Karine:) et je comprend maintenant pourquoi cette absence de « sexy » dans le nom la dérangeait… et bien finalement ça lui va très bien, une fois qu’on est dans l’histoire ;) Cela dit j’ai moi aussi envie de sauter des trains en marche…

Ce roman nous propose une histoire forte, avec une vraie réflexion sur notre société actuelle et nos valeurs. Pourtant j’ai été déçu d’avoir si peu de détails sur cette évolution du monde. Sur le pourquoi de ce changement. Tous ces petits détails qui auraient surement ralenti l’action mais j’attendais quand même un peu plus de tout ça… J’attends donc le tome 2, à paraître à l’été 2012, pour voir si on a plus de détails… L’auteure est très jeune, mais je trouve que son écriture très agréable, elle coule sans heurt bien que sans particularité… Facile à lire, très adolescent young adult, et ça fonctionne bien!

Un bilan très positif sur ce roman qui ose malmener ses personnages, tout en nous les rendant attachants. Une belle histoire d’amour aussi, lente et langoureuse, qu’on sent venir mais qu’on espère quand même… et puis une belle fin, parce qu’on veut savoir la suite mais que quand même on sait quelques petites choses…

J’ai aimé, avec mon âme d’ado et mon cœur de midinette, et j’en suis fière ;)

+ les 100 premières pages du roman (en anglais)
+ le blog de l’auteur
+ Le twitter de l’auteur

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :