Je me souviens, Rebecca de Nathalie Somers

Je me souviens, Rebecca

de Nathalie Somers

Roman historique pour adolescents

Nathan, août 2011
(Poche Histoire), 222 pages
9782092532287 , 5€50

Thèmes : Seconde Guerre Mondiale, Résistance, Chambon-sur-Lignon, adolescence, amour

Présentation de l’éditeur :

André vit au Chambon-sur-Lignon, village du Massif central où, en pleine Seconde Guerre mondiale, la population cache des réfugiés juifs.
Un jour, une jeune fille à l’étincelante chevelure rousse arrive dans sa classe. Elle dit s’appeler Simone, mais André devine vite que c’est un faux prénom, qui dissimule son origine juive. Dans l’espoir de la voir plus souvent, il décide alors de devenir messager pour un chef local de la résistance, chez qui la jolie nouvelle est logée…

Mon avis :

Le Chambon-Sur-Lignon, centre de ce roman, se situe à quelques kilomètres de chez moi, autant dire que j’étais séduite d’avance !

En pleine Seconde Guerre Mondiale nous suivons André, adolescent d’un famille nombreuse que la guerre ne touche pas vraiment. En zone libre, ils étaient pauvres, ils sont pauvres. Pourtant il n’ignore rien de ce que le pasteur organise dans leur village. Ces gens et enfants qui vont et viennent… ces juifs…

Un jour pourtant, grâce à une tignasse rousse, André va s’impliquer dans la résistance. Il connaît le plateau, sait où se cacher, comment aller plus vite que par les routes… L’histoire d’un adolescent qui se construit, d’un village qui résiste, de l’amour aussi.

C’est bien écrit car on ne s’appesantit pas sur les situations difficiles ni sur la guerre. Elle est là, toujours, il faut la combattre, mais nous ne sommes pas sur le front. Une histoire d’ado, pour les ado, touchante, qui nous entraine dans la froideur de l’hiver du plateau.
Un texte intéressant pour le devoir de mémoire, car il y apporte la légerté brisée de l’adolescence. Seul le dernier chapitre m’a paru superflu, mais finalement avec le recul, connaître la fin, c’est bien aussi.

Ce texte a un écho particulier ici, dans la Montagne. Parce qu’André et Simone aurait pu exister. Parce que le Chambon-Sur-Lignon a vraiment résisté ainsi. Parce que j’ai rencontré des résistants altiligériens marqués par cette guerre. Parce que même notre collège porte le nom d’un de ces résistants. Que la plaque commémorative existe vraiment aussi… A noter que la famille de l’auteur a vécu cette histoire, c’est sans doute pour cela que le Plateau est si bien décrit, jusque dans son climat…

Extraits (pour que vous compreniez mieux le temps qu’il fait chez moi, et la beauté des paysages)
« Tout en fermant un bouton de sa veste, André Durand se dit que cette matinée de juin n’avait rien d’estival. Cela ne le surprenait guère cependant. Pour un natif du Chambon-Sur-Lignon comme lui, le climat du Plateau n’était plus un mystère. Il savait depuis longtemps qu’il ne fallait jamais se fier au calendrier pour choisir sa tenue vestimentaire. « En avril ne te découvre pas d’un fil. En mai fait ce qui te plaît » Eh bien, non ! Par ici, même en mai il ne vous était pas permis de faire ce qui vous plaisait ! Pas plus d’ailleurs en juin, juillet ou août, car la météo était capricieuse, et la nature avait toujours le dernier mot. »
« Il aimait ce pays, cette région du Plateau située à la limite du Velay et du Haut-Vivarais, que les gens d’ici appelaient « la Montagne ». Il aimait sa nature encore sauvage, le parfum de sa terre fraichement labourée et le gargouillement des ruisseaux qui venaient grossir le Lignon. Même si parfois la vie y était dure, il trouvait sa récompense dans le sentiment d’intense liberté que le Plateau lui offrait. […]
André aussi aimait la Montagne, mais […] il devait bien l’admettre il rêvait d’une vie moins rude et d’une nature moins indomptable. Le froid qui vous gelait les orteils d’octobre à avril […] et que dire des congères de neige qui atteignaient parfois deux mètres de haut ? »

+ pour en savoir plus sur cette histoire, et ce que l’on en fait aujourd’hui…

+ L’avis d’Argali

+ Sur la seconde guerre mondiale : L’envolée sauvage, La mouette, et Etranger à Berlin (non exhaustif, juste quelques livres jeunesse sur mon blog…) mais je vous conseille aussi l’album Otto de Tomi Ungerer, et les romans de Yael Hassan, dont le garçon qui détestait le chocolat, c’est un crime de ne pas vous en avoir déjà parlé, je le garde pour un jeudi de Ronde des Livres Ces livres dont je n’ai pas parlé!

+ Des challenges :

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Divergent de Veronica Roth

Divergent

Divergent

de Veronica Roth

Roman Littérature jeunesse Ado / Young Adult

Nathan, octobre 2011
Blast, 15,90€

 

Présentation de l’éditeur :
Cinq destins. Un seul choix.

Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq factions. À 16 ans elle doit choisir sa nouvelle appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitudes n’est pas concluant. Elle est divergente, elle est en danger de mort !

Mon avis :
Un univers de science fiction. Une dystopie. Des adolescents. Des combats. Non, nous ne sommes pas dans Hunger Games ! Divergent, c’est pourtant dans la même vague. Je n’irais pas jusqu’à comparer, mais je pense tout de même à un léger phénomène de mode… Peut importe, j’adore ça!

Il faut tout de même que je commence par remercier Liyah, qui m’a envoyé ce livre, dont nous avons décidé de faire une lecture commune. En plus dans le paquet se cachait d’autres surprises… Merci encore ma douce, d’autant plus que ce roman m’a totalement séduit!

Béatrice, notre héroïne, est une adolescente qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et pourtant elle fait partie des Altruistes. Une faction qui prône le dévouement, les autres. A 16ans, tous les jeunes doivent choisir dans quelle faction ils continueront leur vie. Entre cinq. Altruiste donc, mais aussi Sincère, Érudit, Audacieux ou Fraternel. Un choix délicat, surtout quand on a plusieurs aptitudes… Son choix scellera son destin, mais va nous permettre de vivre avec elle une initiation terrible, mais aussi découvrir un peu mieux son monde et rencontrer des personnages terriblement intéressants (surtout Quatre!).

Je ne peux pas trop vous en dire bien sûr, l’effet de surprise participe à rendre ce livre attrayant et envoutant. Je l’ai dévoré. J’ai aimé les personnages et ce monde aux 5 factions. Surtout Tris, et Quatre… même avec son nom ridicule… J’avais noté ce détail dans l’avis de Karine:) et je comprend maintenant pourquoi cette absence de « sexy » dans le nom la dérangeait… et bien finalement ça lui va très bien, une fois qu’on est dans l’histoire ;) Cela dit j’ai moi aussi envie de sauter des trains en marche…

Ce roman nous propose une histoire forte, avec une vraie réflexion sur notre société actuelle et nos valeurs. Pourtant j’ai été déçu d’avoir si peu de détails sur cette évolution du monde. Sur le pourquoi de ce changement. Tous ces petits détails qui auraient surement ralenti l’action mais j’attendais quand même un peu plus de tout ça… J’attends donc le tome 2, à paraître à l’été 2012, pour voir si on a plus de détails… L’auteure est très jeune, mais je trouve que son écriture très agréable, elle coule sans heurt bien que sans particularité… Facile à lire, très adolescent young adult, et ça fonctionne bien!

Un bilan très positif sur ce roman qui ose malmener ses personnages, tout en nous les rendant attachants. Une belle histoire d’amour aussi, lente et langoureuse, qu’on sent venir mais qu’on espère quand même… et puis une belle fin, parce qu’on veut savoir la suite mais que quand même on sait quelques petites choses…

J’ai aimé, avec mon âme d’ado et mon cœur de midinette, et j’en suis fière ;)

+ les 100 premières pages du roman (en anglais)
+ le blog de l’auteur
+ Le twitter de l’auteur

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Délit de Fuite de Caroline Terrée

Roman pour jeunes adolescents (policier)

Délit de fuite

de Caroline Terrée

Nathan, 2002

9782092823651, 5,45€
actuellement indisponible

Thèmes (attention spoiler) : Adolescence, Amitié, Deuil, Surf, Don d’organe,

Présentation de l’éditeur :
Antoine arrive dans sa nouvelle classe.
Tom, sauvage et renfermé, est désigné pour l’accueillir et lui faire visiter l’établissement. Au début, leur relation est difficile mais Tom apprend vite à apprécier Antoine : ils ont la même façon de penser et le même goût pour le surf. Or, leur amitié bascule le jour où Tom révèle à Antoine un terrible secret…

Mon avis :

Voici un tout petit roman offert à ma sœur fan de Caroline Terré et de sa série CSU. Dans la famille on les a tous lu au moins deux fois déjà je crois, alors nous avons poursuivi la découverte de l’auteur. Ce titre est très court, il se lit rapidement et aurait facilement sa place dans une revue comme Je Bouquine.

Tout le roman joue sur le suspense, l’auteur ne nous dévoilant que petit à petit chaque éléments. Très vite on s’attache au personnage principal, un adolescent un peu part, et au second protagoniste, un autre adolescent atypique. Ils vont se rapprocher, mais très vite le doute s’insinue en nous… Non, ce n’est pas possible, ça serait trop gros… Et pourtant la fin approche, inéluctable, nous délivrant encore sa dose de surprise. Au final un roman très court et peu crédible mais qui aborde deux thèmes difficiles de façon très intéressante !

J’ai apprécié cette lecture, mais j’ai trouvé l’ensemble un peu trop simple, sûrement à cause de cette rapidité de lecture. J’aurais aimé que l’ensemble soit plus approfondi. J’ai passé un bon moment avec ce roman et je ne pourrais que le conseiller, tant il est facile à lire, à mes élèves qui recherchent trop souvent les livres « les plus petits possibles » !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

RDL Spéciale albums cartonnés

Après LD pour les Lundi découverte, voici RDL pour la ronde des livres…. oui je suis feignante!

Pour cette Ronde des Livres en commun toujours avec Liyah et Noukette, un petit article vite vite rédigé de chez Liyah en attendant que le biberon d’Adam soit prêt et qu’il finisse de manger, mais avant qu’il en soit à regarder Petit Ours Brun avant de dormir ;)

Du coup ce sont aussi des livres lus chez elle dont je vais vous parler aujourd’hui! C’est plus facile puisque je les ai sous la main !

Chez Nathan la collection Petit Nathan m’a attiré l’œil (dans les étagères donc) avec ces deux titres paru en avril 2011 :

Mes animaux en noir et blanc et Mes véhicules en noir et blanc.

Même fonctionnement pour ces deux albums cartonnés : Un petit format, des bords droits arrondis, des contrastes forts et des matières intéressantes.


A chaque double page on retrouve :
– sur la page de gauche un élément sur fond noir : nature pour le livre sur les animaux, environnement plutôt pour le livre sur les véhicules.
– sur la page de droite un animal ou un véhicule, sur fond blanc, avec la reprise de l’élément de gauche. Par exemple pour les animaux on commence par la pluie, et on complète avec l’animal qui aime la pluie, l’escargot.

Le tout fonctionne bien car si le noir et le blanc sont prédominants il y a aussi une couleur fluo dans chaque livre pour agrémenter le tout et le rendre plus gai.

Illustrés par Emiri Hayashi ces livres sont réalisés avec les conseils d’une pédopsychiatre. Cependant il faut prendre ces livres comme des livres jeux tout simples, car c’est avant tout les différentes matières et les contrastes qui vont attirer l’enfant, avant de servir d’imagier je pense.

Concernant les matières, elles sont bien différentes entre les pages, mais je trouve qu’elles sont plus pertinentes pour les animaux; surtout le hibou que j’ai beaucoup aimé!

Deux petits livres vraiment sympathiques pour les petits avec un petit plus pour les animaux, mais les petits garçons préfèreront sûrement les voitures, bateaux… préjugés? Non juste l’expérience d’une après midi avec Adam ;)