L’épopée du perroquet de K. Reichs

Roman adulte – plutôt fille –

L’épopée du perroquet

de Kerry Reichs

traduit par Christine Auché

Oh ! Editions, mars 2012
9782361070298, 19€90
416 pages

Une pétillante jeune femme en quête d’elle-même, Un perroquet au sens de l’à-propos déconcertant, Une vieille voiture bringuebalante… Tous en route pour Hollywood ! Cette fois, la coupe est pleine ! A 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu’elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l’aider à se prendre en charge… Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood.
Mais c’est compter sans le destin qui s’acharne. En pleine traversée des Etats-Unis, sa voiture rend l’âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l’Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir… Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ?

Bien que la couverture ne me plaise pas beaucoup j’ai ouvert ce roman avec une grande curiosité. Curieuse de savoir ce que la fille de Kathy Reichs (auteur des livres à l’origine de la série Bones) pouvait bien écrire, mais aussi avec l’envie de traverser les Etats-Unis…

Ce roman est en effet une épopée, celle d’une jeune femme et de son perroquet, Oliver, à travers les Etats Unis. De la Caroline du Nord à Los Angeles pour être exacte. Un voyage initiatique pour cette jeune femme qui veut changer de vie. Une voiture ancienne, quelques bagages et son perroquet, voici Maeve en route. Mais qui dit vieille voiture dit réparation et donc argent… son voyage se déroule donc au rythme des garages et des petits boulots.

Difficile dans un premier temps de cerner Maeve, et l’histoire commence de façon assez banale par une fuite en forme de voyage. C’est finalement l’arrivée à Coin Perdu qui fait réellement démarré le roman. Nous découvrons alors de nombreux personnages hauts en couleur et Maeve elle même nous apprait dans toute sa complexité et ses secrets.

Si ce roman est clairement féminin j’en ai apprécié le ton d’autant plus qu’il ne s’arrête pas uniquement aux histoires d’amour nous offrant à la fois amitié, épreuves et surprises. Une surprise particulièrement pour ma part, que je n’ai vu arriver que très peu à l’avance, et qui nous offre un thème qui m’aurait fait fermé le livre dans les premières pages. Pourtant j’ai continué ce roman, attachée déjà aux personnages et à l’histoire et j’ai continué ma découverte avec d’autant plus d’intérêt.

L’auteur place  l’héroïne dans l’univers des livres, librairie, livres jeunesses, livres anciens, auteur… un aspect superficiel mais qui fait un petit plus intéressant, tout comme les noms de villes. Pas évident dans la traduction mais Maeve décide en fait de parcourir sa route par les petites routes en suivant les noms de villes étranges, l’occasion de découvrir les noms farfelus des villes américaines, comme Coin Perdu, Nulle Part… L’auteur ajoute encore un peu de personnalité à Maeve avec une passion pour les chaussettes fantaisies qui m’a beaucoup fait rire!

Si l’auteur a très bien alterner les ambiances et les tons dans son récit on pourrait aussi aisément lui reprocher quelques facilités. Les histoires amoureuses sont clairement déjà vues, mais mêlées à l’ensemble elles sont plutôt convaincantes. Finalement les sentiments l’emportent, Maeve a su me toucher et je ressors émue de ce roman.

Une aventure féminine et intérieure au ton sincère qui nous parle en plus de livres… Une belle distraction !

 + Il semble qu’une bonne partie de la blogosphère l’ai déjà lu, ce ne sont pas les avis qui manquent :

Lael : « Un roman rafraîchissant et touchant. »
La conteuse : « Un très chouette livre   »
Stellabloggeuse :  « un joli coup de cœur »
Un coup de coeur aussi pour Galleane 

Heureusement il y a aussi des déçues : {pour la diversité des goûts et des couleurs}

Cynthia : « ce roman n’a pas su toucher mon coeur de lectrice… »

Nous suivre et partager :

Abolition de l’esclavage en France

Aujourd’hui 10 mai nous « fêtons » l’ anniversaire de l’abolition de l’esclavage en France.

Un peu d’histoire :
En janvier 2006 Jacques Chirac alors président de la république décide de faire du 10 mai la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en France. Ce même jour correspond à l’adoption de la loi Taubira reconnaissant la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité. Depuis ce sujet trouve sa place dans les programmes scolaires, pas forcément ce jour là évidement.

La collection Voir l’histoire chez Fleurus que j’aime beaucoup sort pour cette occasion un nouveau titre :

Esclaves et négriers

de Max Guérout

Ce documentaire est comme toujours accompagné d’un DVD vidéo. Pour ce titre c’est un film documentaire primé au Festival international du film archéologique qui nous est proposé. Les esclaves oubliés de l’île de Tromelin retrace les fouilles de cette terrible histoire réelle. Celle d’esclaves abandonnés sur l’île suite à un naufrage. Ils vont passer 15 ans sur cette île avant qu’un navire trouve les quelques rescapés. J’avais pour ma part découvert cette histoire grâce au roman Les naufragés de l’île Tromelin, mais j’ai beaucoup apprécié ce documentaire bien mené qui nous permet de redécouvrir les fouilles archéologiques et donc de retrouver les preuves de cette histoire.

Pour la partie livre documentaire on retrouve les classiques index et lexique. Cela paraît bête de dire cela, mais il y a tellement de documentaires qui s’en passent ! C’est pour moi une composante indispensable d’un documentaire utile! Sinon ce documentaire reprend la forme classique de la collection :

– Un sujet par double page, avec illustration et encadrés pour les informations en plus !

J’ai apprécié pour ma part les petites informations de bas de page, des petites choses en plus, des dates, des chiffres… Des choses vraiment intéressantes que l’on ne trouve pas sur wikipédia, THE bible de mes élèves ;)

Mes élèves justement, qu’en ont ils pensé ? 
Les 6ème l’ont dédaigné, ça n’est pas au programme, ils ne connaissent et comme j’avais aussi mis sur la table des nouveautés des Tom Tom et Nana… bref, raté.

Les 5ème et 4ème par contre l’ont feuilleté, du moins mes habitués du CDI. Certains s’y sont un peu arrêté, je leur ai demandé leur avis.
Ce qui en ressort : un sujet très intéressant, beaucoup d’informations, beaucoup de texte mais des encadrés qui plaisent.

Enfin 3 élèves de 3ème se sont jetés sur le livre, j’en ai été la première étonnée mais il se trouve qu’en histoire des arts ils cherchaient justement quelque chose sur le thème. Ils ont été parfaitement servi puisque ce livre propose dans ses nombreuses illustrations de nombreux tableaux et gravures.

Au final un documentaire qui permet à la fois d’apprendre de nombreuses choses car l’histoire y ai livré sans faux semblants ou excuses et de faire des recherches! 

L’esclavage existait sans doute bien avant l’Antiquité. A partir du XVIe siècle, il devient un système commercial réglementé par les États pour fournir la main-d’oeuvre nécessaire aux plantations de sucre ou de café des colonies. Et il faudra attendre la seconde moitié du me siècle pour que cesse enfin ce commerce inhumain. L’ouvrage retrace cette traite à travers l’océan Atlantique, le commerce négrier à l’intérieur même de l’Afrique, dans l’océan Indien et les îles de Polynésie.
Il rappelle le combat pour les abolitions, les fraudes qui ont suivi, et les nouvelles formes d’asservissement. Il raconte surtout le désespoir de ces hommes et de ces femmes, arrachés à leur terre et à leur culture…

Et vous connaissez-vous de bons titres sur ce thème ? Notamment en littérature jeunesse ?

Nous suivre et partager :

La Page Blanche #BD

Bande dessinée

La Page Blanche

de Boulet et Pénélope Bagieu

Delcourt, janvier 2012
978-2-7560-2672-5, 22,95€

BD choisie dans le cadre de mon statut officiel sur My Boox
où vous retrouverez aussi ma chronique.

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

J’aime beaucoup les illustrations de cette bande dessinée je me suis donc plongée sans mal dans l’histoire. Je me suis même rapidement attachée au personnage principal, cette jeune femme amnésique qui ne se reconnaît pas dans ce qu’elle découvre de sa vie.

Suite à son « réveil » sur un banc, elle ne retrouve aucuns souvenirs. Ni son nom, ni son adresse, ni sa famille. Tout ce qu’elle découvre c’est grâce au sac qu’elle a la main et qui la conduit à son appartement. Elle a un chat, adorable d’ailleurs, mais rien de tout ce qu’elle voit ne lui rappelle celle qu’elle est. C’est donc à la fois la vie quotidienne d’une jeune femme libraire et la quête d’identité d’une amnésique que l’on va suivre…

L’ensemble est réalisé avec finesse mais surtout avec beaucoup d’humour. En effet régulièrement des pages nous permettent de voir les idées d’Éloïse la narratrice – des et si illustré vraiment hilarant, des extra terrestres aux services secrets. Malgré cet humour omniprésent dans le déroulement de l’histoire l’émotion est aussi réellement présente car cette jeune femme touchante a bien du mal à en pas perdre pied…

Une histoire qui allie avec brio illustrations magnifiques, humour bien placé et émotion, une belle découverte!

 

Nous suivre et partager :

RDL# Spécial Recettes

Une petite Ronde des Livres autour des livres de recette, histoire de vous donner faim ^^

Recettes inavouables et marques cultissimes : le best of

Recettes inavouables et marques cultissimes ! Le best of

Faites de la place dans vos étagères, ce livre est un véritable pavé de cuisine. Vache qui rit, Coca Cola, Boursin, Haribo, Ovomaltine, Galak… les grandes marques servent de base à des recettes ultra simples à réaliser. Un livre très joli et simple qui nous parle directement, sans prétention en nous racontant l’histoire des recettes… enfin l’histoire personnelle des auteurs du livre! Comment-ont ils eu l’idée de la recette, qui l’a testé…
Idéal pour essayer des choses vraiment originales comme le camembert au chocolat! Intriguant non ? Certaines recettes paraissent étranges au premier regard, mais je suis un peu folle alors ça me donne envie de les tester!

Par contre l’intérêt de siter des marques là ça me dépasse un peu, car pour moi un petit suisse reste un petit suisse, Gervais ou non… Mais enfin dans la réalisation on est libre de mettre ce qu’on veut, et on pourra toujours se dire si c’est raté que c’est de la faute de Leclerc/Auchan/Intermarché/Carrefour/Monoprix/Géant/LeaderPrice/Lidl… [rayer la mention inutile]

Hachette pratique, 2012 – de Seymourina Cruse – 9782012309166, 14.95€

Fait maison : Pizzas, quiches et cakes
Recettes gourmandes à réaliser à la maison

Pizzas, quiches et cakes

Une collection attrayante de livres de recettes gourmandes à faire entièrement maison. Bon évidemment si vous êtes déjà un as de la cuisine et/ou un pizzaïolo cela va sans doute vous sembler un peu simple comme livre. Les pages techniques notamment qui expliquent comment faire au pas à pas tant la pate à pizza que la pate feuilletée ou bien encore la sauce tomate. Parce que faire une pizza maison ce n’est pas faire comme moi et acheter une pate à pizza, une boite de sauve tomate et des dès de jambon… C’est faire un peu plus, un peu mieux, pour une pizza encore plus sympa!

Outre ces pages techniques ce livre propose de nombreuses idées pour changer un peu de la pizza ou de la quiche classique. Quelques exemples : Tarte du soleil avec une tapenade maison, tarte carottes potimarron chèvre, l’originale pizza aux grenouilles ou la plus classique mais non moins tentante pizza poivron chorizo. Du côté des cakes c’est encore le chorizo qui a ma faveur avec un cake poires-chorizo très simple à réaliser ! Cela dit le cake chèvre raisins secs et basilic me semble bien bon aussi….

Gros plus pour les deux dernières pages très utile pour quelqu’un comme moi avec les mesures d’ingrédients. Par exemple une cuillère à café de beurre c’est environ 7g, tandis qu’une cuillère à soupe de maïzena c’est 10g! Bien pratique, il ne manque plus qu’un classement des recettes par ingrédients principaux, afin d’utiliser les restes du frigo !

Dans la même collection on trouve les Tartes sucrées, les Sauces et Chutney, Cocottes et mijotés… bref on a faim!

Hachette Pratique, 2012 – Emilie Perrin – 9782012305809, 9,95€

Nous suivre et partager :