La formule préférée du professeur – Yoko Ogawa

Roman adulte (Japon)

La formule préférée du professeur

Titre original : 博士の愛した数式

de Yoko Ogawa

traduit par  Rose-Marie Makino-Fayolle

Actes Sud, 2008
Babel, 244 pages 
9782742772230, 7,70€

Thèmes : Mathématiques, amnésie, japon

Quel éblouissant roman! Il y a dans ces pages tout ce que j’aime! Une découverte enrichissante qui me manque souvent dans les romans adultes et une véritable trame narrative.

Un professeur de mathématiques aménsique qui ne se souvient que de ses 80 dernières minutes, une femme de ménage et son fils, un garçon plein de vie. Voici le trio au coeur de ce roman. Un groupe atypique mais rapidement attachant. Leurs relations sont entravées bien sûre par la mémoire défaillante du professeur, mais c’est ce qui fait toute la trame narrative. Comment construire quelque chose malgré la mémoire si courte du professeur, la condition sociale de la femme de ménage et l’entrain trépidant de son fils bientôt surnommé Root (un jeu de mot mathématique). Comment trouver un terrain d’entente quelque chose d’intemporel pour les réunir. La réponse tient en deux mots : mathématiques et base-ball. Aussi étrange que celà puisse paraître ce sont bien les principaux thèmes du livre et ils y tiennent une place prépondérante.

Le base-ball permet l’évasion, le rapport avec le monde extérieur, mais aussi un lien entre la jeunesse du professeur et celle du jeune garçon. Je ne suis pas fan de ce sport et je n’ai pas été passionnée par ce thème mais il est cohérent avec l’ensemble de l’histoire, apportant une certaine touche de modernité et de suspense.

Les mathématiques enfin.. et bien désolée de vous décevoir mais il sera bien question de nombres, d’opération, d’équation et de théorème… Si vous êtes allergiques, ça sera sans doute difficile de passer outre, mais pour toutes personnes avec un peu d’intérêt scientifique (et j’en ai beaucoup) vous verrez que ce roman est une promenade dans l’univers des nombres, un enchantement scientifique sans rien de compliqué, juste avec une justesse et un appétit passionnant. C’est véritablement cet aspect qui a marqué ma lecture et m’a enchanté.

Enfin l’écriture (la traduction française en l’occurrence vu ma connaissance des langues asiatiques) est elle aussi précise et scientifique mais elle n’oublie pas d’être aussi touchante ! Les pages filent et même les parties mathématiques résonnent d’un brin de poésie, admirable!

Bien sûr, on a beau tourner le dos au monde, on peut sans doute trouver autant de cas que l’on veut pour lesquels les découvertes mathématiques ont fini par être mises en pratique dans la réalité. Les recherche sur les ellipses ont donné les orbites des planètes, la géométrie non euclidienne a produit les formes de l’univers selon Einstein. Les nombres premiers ont même participé à la guerre en servant de base aux codes secrets. C’est laid. Mais ce n’est pas le but des mathématiques. Le but des mathématiques est uniquement de faire apparaître la vérité.

petit++  En 2006, un film a été réalisé par Takashi Koizumi au Japon.

+ Un roman offert par Ismérie, encore merci!

+ Les avis de : Yv, qui n’a pas aimé, Stéphane Lamy, professeur de mathématiques,

+ Si le dernier théorème de Fermat vous intéresse (autant que moi)

 

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

RDL# Lilou 2 saga pour ado – Phaenomen / Uglies

Phaenomen

1-Phaenomen
2-Plus près du secret
3-En des lieux obscurs

d’Erik L’HOMME

Gallimard Jeunesse

L’avis de Lilou

A la clinique du lac, un hôpital psychiatrique suisse, Violaine, Arthur, Nicolas et Claire sont considérés comme des monstres par les soignants. Seul le Doc les considère comme des personnes à part entière et semble les comprendre. Alors lorsque celui-ci se fait enlever sous leurs yeux, les 4 adolescents se lancent sans hésiter dans un jeu de pistes dangereux où leur handicap va devenir une force et les faire s’approcher d’un secret…

L’histoire est très prenante surtout dans le premier tome mais par la suite aussi, même si le suspense est plus subtile. Les personnages sont très attachants et l’écriture est très agréable.

Mon avis :

Une lecture qui remonte déjà à quelques années mais dont je garde un très bon souvenir. Les quatres adolescents, personnages principaux, m’ont vraiment beaucoup plu. Leurs particularités, leurs différences deviennent leurs forces. Une histoire prenante et passionnante, avec un vrai coup de coeur pour le premier tome, un peu moins pour la suite…


Uglies — Pretties – Specials – Extras

de Scott WESTERFIELD

Pocket Jeunesse


Les Hommes ont découvert la cause de toutes les guerres : la différence. C’est pourquoi au passage à l’âge adulte, tous doivent subir une opération chirurgicale visant à rendre beau mais surtout faisant en sorte que tout le monde soit strictement identique. Mais quel est le véritable but de cette opération et pourquoi certains essayent-ils par tous les moyens d’échapper à cette opération ?


Les quatre tomes sont vraiment passionnants, on les lit d’une traite sans faire la moindre pause. On s’attache vite aux personnages et on se plonge dans l’histoire sans aucun soucis même avec quelques appréhension sur des romans qui pourraient paraître trop « science fiction » pour certains au premier abord.

Retrouvez mon avis sur Uglies.

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

RDL# Des jeux et des albums

3 petits livres pour cette ronde des albums avec Liyah et Noukette

La masure aux confitures

de Sylvie Chausse
et Anne Letuffe

L’atelier du poisson soluble, 2010
9782358710015, 14,20€

Cet album est une reprise de contes, mais en même temps c’est beaucoup d’autres choses… Des illustrations fouillées et colorées, montages entre dessins, collage, photos… qui rendent le livre très intéressant en multipliant les niveaux de lectures ! Ainsi de nombreux livres sont disséminés dans les pages. Une plongée dans l’univers d’Hansel et Gretel, puis dans d’autres livres. Les images comme le style d’écriture permettent d’avancer dans l’histoire de façon très variée.

J’ai peur que le vocabulaire complexe arrête de nombreuses personnes, difficulté, tournures de phrases, tout cela en fait un album superbe que les adultes devront apporter aux enfants,avec des explications.

Les illustrations très fouillées sont parfois trop fournies à mon goût, ce qui explique sans doute mon sentiment mitigé après la lecture de ce livre…

Les orteils n’ont pas de nom

de Jean Leroy
et Matthieu Maudet

Ecole des loisirs, 2010
9782211200615, 9,20€

« Les doigts de la main ont tous un nom. Les doigts de pied eux, n’en ont pas. »

Un livre jeu qui joue avec les enfants à la recherche d’un nom pour les doigts de pied. L’occasion d’apprendre quelques lettres de l’alphabet, quelques chiffres, quelques couleurs, quelques fruits.

Une fin un peu confuse mais drôle qui permet aux enfants de donner des noms aux doigts de pied!

L’avis de Bouma

 

Combien y en a-t-il ?

de Taro Gomi

jeux pour les 4-5 ans
Bayard jeunesse, 2008
9782747027502, 15,90€

Un livre jeu avec des jeux d’observation, jeux de labyrinthe, jeux de mains et jeux de comptage !

De grandes doubles pages avec des jeux. Malheureusement les jeux incite à écrire sur le livre peut être donc un peu décalé, plus comme une revue mais la présenation suggère un vrai livre. Faire la différence avec les enfants peut être assez délicat, à éviter donc en collectivité…

Les jeux sont vraiment sympathiques, j’ai beaucoup aimé les monstres à cacher avec la main, ainsi que tous les jeux de mains en général, ils sont vraiment très drôles et bien fait!

— Je m’absente quelques jours je vous laisse donc aller voir tout seul comme des grands ce que vous ont réservé les copines! —

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Mon chat à moi

Mon chat à moi

Collectif :

Jenny, Colonel Moutarde, Philippe Larbier, Jean-Sébastien Bordas, Chloé Cruchaudet, Pau, Alice Picard, Jérôme Jouvray, Nathalie Ferlut, Yannick Corboz et Bengal.

Delcourt, 2008
9782756015576, 13,95€ (TVA 5%)

 

Onze artistes de la bande dessinée rendent hommage à l’animal de compagnie le plus indépendant qui soit. Qu’il soit matou, minet, mimine, mistigri ou minou, qu’il fasse ses griffes, qu’il soit botté ou de velours, il tient une place à part dans leur vie, dans leur cœur et dans leurs croquis.

 

Mon chat à moi m’a bien évidemment attiré par sa couverture et son titre, vous savez que j’ai presque autant de mal à résister à un chat qu’à un hérisson!

Cette bande dessinée se compose de plusieurs petites histoires, comme des nouvelles, des instantanés, réels ou non de chats. Des histoires d’enfance, des histoires fantastiques, des chats de toutes les sortes, de tous les caractères.

Pour moi une BD en demi teinte car les styles et les histoires sont vraiment trop hétéroclites. J’aime quand il y a une certaine unité dans un recueil, et je trouve que là cette unité n’existe pas. Le chat ne suffit pas. Pourtant j’ai pris énormément de plaisir avec certaines histoires! Des histoires qui en quelques bulles savent nous emporter dans leur univers, des chats à croquer, des histoires touchantes et poignantes.

J’ai particulièrement apprécié le trait de certains artistes, avec une prédilection pour les illustrations kawai :) La couverture est magnifique mais étrangement l’histoire correspondante n’est pas celle que j’ai préféré.

Au final un album très varié ce qui présente un avantage certain : tous les amoureux des chats y trouveront leur compte!

Une BD dans le cadre des mercredi BD de Mango et du challenge Animaux du monde de Sharon

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k