La fille du fleuve de Patricia Sanchez

Un roman d’aventure dans une Amérique sauvage et authentique

Roman d’aventure (fantastique)
pour la jeunesse dès 10 ans

La fille du fleuve
de Patricia Sanchez

Editions L’Harmattan jeunesse, février 2019,
illustrations d’Igor Mekhtiev,
coll. jeunesse l’Harmattan-Amériques,
112 pages, 13 euros

 

***

Thèmes: Amérique, voyage, survie, nature, fantastique, animaux

***

 

Présentation de l’éditeur: “En 1609, Lisbeth, jeune anglaise intrépide, rêve de suivre les traces de son père explorateur. Avec l’aide de sa grand-mère Anna, elle convainc son oncle, le capitaine Henry Hudson, de la faire embarquer comme mousse sur son navire le Half Moon, déguisée en garçon. Au cours d’une halte, Lisbeth s’éloigne dans la forêt. Mais en revenant, elle aperçoit les voiles du bateau s’effacer à l’horizon… Elle est seule ! D’abord désespérée, son caractère audacieux reprend le dessus et elle décide de ne pas se laisser faire. Réussira-t-elle à rentrer en Angleterre ? Une aventure palpitante où Lisbeth découvrira la magie amérindienne et le secret de sa grand-mère…”

 

 

 

Ce récit d’aventures, parfaitement illustré par Igor Mekhtiev, nous plonge dans le passé de l’ancienne Amérique; à l’époque où les Européens commençaient à s’en approprier les grandes étendues sauvages au fil de leurs explorations.

Dans La fille du fleuve, la légende amérindienne de la création du monde est intimement liée aux mésaventures de la jeune Lisbeth. J’ai apprécié ce côté très original de l’aventure ainsi que l’intervention des esprits sous les traits d’animaux-totems. Le fantastique est donc bien présent, notamment grâce aux visions de la jeune fille. D’ailleurs, la magie des terres anciennes l’aidera dans son périple.

La fille du fleuve est un beau récit d’aventure, mêlant savamment faits historiques, coutumes et légendes amérindiennes. Action, amitié, drame, tous les ingrédients sont réunis dans ce roman pour nous faire passer un bon moment. J’ai apprécié le lien très fort avec la nature qu’a développé Lisbeth, notamment sa grande amitié avec un jeune raton-laveur.

De plus, malgré un sujet difficile et qui pourrait être peu attrayant pour un jeune public, l’auteur réussit avec La fille du fleuve à rendre accessible une histoire de colonisation mais aussi d’amitié intemporelle.

Comme toujours les éditions L’Harmattan jeunesse nous propose avec Amériques une collection de qualité. Notez que cette dernière existe aussi pour les romans adultes.

 

~Melissande~

 

+Un album autour des légendes amérindiennes (où on retrouve le raton-laveur comme allié précieux) présenté par Nathalie: Ushi de Fred Bernard et François Roca

+Une bande dessinée pour la jeunesse, toujours présentée par Nathalie, ayant également pour thème les esprits de la nature: Haïda de Séverine Gauthier et Yann Dégruel

Nous suivre et partager :

La Sorcière rousse – Nouvelles

rousseNouvelles

Adulte

La Sorcière rousse

Francis Scott Fitzgerald

Gallimard (1967)

*****

Deux nouvelles composent ce petit recueil : La coupe de cristal taillé et la sorcière rousse (écrites en 1922).

1) “La coupe de cristal taillé” : Mme Piper est une jeune femme mariée avec un homme d’affaires plus vieux qu’elle. Elle a une liaison avec un autre homme, qu’elle décide d’arrêter lorsque son mari la découvre. Celui-ci a, en effet, décidé de jeter l’éponge à condition, bien sûr, que cette liaison cesse.

2) La 2ème nouvelle, “La sorcière rousse” qui donne son titre au recueil, nous raconte la vie de Merlin Grainger. C’est un jeune employé de librairie qui a une vie plutôt bien réglée et à dire vrai, assez monotone. A plusieurs reprises au cours de sa vie, il va rencontrer une “sorcière rousse“, une jeune femme magnifique qu’il appelle “Caroline“.

*****

J’ai choisi ce recueil pour son titre, pour le challenge Halloween. Mais en fait, il n’est fait nulle mention de sorcellerie dans cet ouvrage, si ce n’est celle à l’œuvre dans le regard ou le sourire d’une femme séduisante…

De cet auteur, j’ai lu, comme beaucoup “Gatsby le magnifique“. C’était il y a longtemps, j’en garde juste un souvenir de fêtes, de gens qui dansent, qui boivent mais qui ne sont pas heureux… Et il semble que ce soit là la signature de Mr Fitzgerald : un regard critique sur la vie et des regrets. Le tout sans doute lié à sa propre vie… Le recueil s’ouvre sur sa biographie.

Dans la première nouvelle, “La coupe de cristal taillé“, la situation se dégrade lentement, au fil des pages, jusqu’à la chute, forcement tragique. Et tout est lié à cette fameuse coupe “dure, belle, vide et transparente…” J’ai beaucoup aimé même si c’est plutôt triste.

La sorcière rousse, me semble t-il, n’est en quelque sorte que le reflet des regrets Merlin Grainger. Un vieil homme qui comprend trop tard une leçon… Elle m’a bien plu également, mais moins que la première, sans que je sache vraiment dire pourquoi !

*****

Sur le site Comptoir Littéraire, une biographie de Mr Francis Scott Fitzgerald

Un autre livre qui parle d’une sorcière qui n’en est pas une : La sorcière de Salem d’Elizabeth Gaskell

*****

Ce roman participe au Challenge Halloween

Il fait également partie de l’Objectif PAL chez Antigone

Ainsi qu’au challenge Cette année, je (re)lis des classiques

Classique

Nous suivre et partager :

Hollywood – BD – Mois Américain 10

Hollywood Hollywood Hollywood

Bande dessinée Adulte

Série terminée

HOLLYWOOD

Jack Manini & Marc Malès

Glénat

*****

T1 : Flash-Back (2010)

T2 : Ce que je suis et ce que j’aurais pu être (2012)

T3 : L’ange gardien (2013)

*****

Cette trilogie débute en 1891 à New-York. Max Lexter, un jeune savant dont la femme et la fille souffrent de tuberculose, part montrer sa nouvelle invention à Thomas Edison inventeur connu et respecté, dans l’espoir que celui-ci la commercialise. Hélas, il va se faire dépouiller de sa création par ledit Edison, qui va, de plus, lui faire passer plusieurs mois en prison. Quand il sort, sa femme et sa fille sont mortes. Seul, sans logement ni argent, il va se laisser aller au désespoir. Dans un état pitoyable, il est recueilli par Janet la contorsionniste et Tom le cow-boy, deux jeunes saltimbanques. Une nouvelle vie va alors commencer pour eux trois. Hollywood, ou les débuts du cinéma !

*****

J’ai eu un petit peu de mal avec les changements d’époque au départ…

Mais en fait, si j’avais regardé un peu mieux, quand les dates changent c’est indiqué ! Mais ça aurait pu être plus clair, il faut bien avouer.

Bref. L’histoire raconte les innovations techniques qu’il a fallu réunir pour créer une nouvelle invention : le cinéma (la caméra, la pellicule…) Et également les guerres que se menèrent les différents intéressés et futurs patrons de studios Hollywoodiens. Mais c’est aussi une histoire d’amitié, d’amour, de vengeance… Un peu d’aventure, un peu de technologie et un peu de western.

Un drôle de mélange, mais qui fonctionne bien !

Le dessin est assez classique, mais il m’a bien plu, bien que je l’ai trouvé parfois assez sombre. Dans le 3ème et dernier tome on croise des acteurs très connus à l’époque (dans les années 1900, tels “Fatty” Arbuckle, Douglas Fairbanks ou encore Rudolf Valentino) mais sans doute un peu oubliés aujourd’hui…

Jack Manini et Marc Malès sont deux auteurs que je connaissais pas du tout. Ils n’en sont pourtant pas à leur première bd, ni l’un ni l’autre ! Comme quoi, il me reste encore bien des découvertes à faire et c’est tant mieux !!

*****

Lire quelques pages sur le site de l’éditeur.

D’autres BD qui parlent d’Hollywood ou de cinéma : Fondu au noirUne vie à écrire

*****

Cette semaine nous sommes chez Stephie pour Mille et une frasques

C’est aussi ma 10ème (et dernière) participation au Mois Américain

Merci à Irene Cannibal Lecteur pour ce Logo du Mois Américain !

Nous suivre et partager :

Retour à Little Wing – Mois Américain 9

RetourMois américain

Roman

Retour à Little Wing ♥
Nickolas Butler

Éditions Autrement (2014)

*****

Hank, Kip, Ronny et Lee sont quatre amis originaires de Little Wing. En grandissant, leurs chemins se sont séparés. Certains sont restés là : Hank, par amour de la terre, de sa ferme. Ronny, ex-champion de rodéo, après avoir beaucoup voyagé, à été “obligé” d’y revenir et d’y rester. Mais il rêve d’ailleurs. Kip, après en être parti et avoir fait fortune, est revenu s’installer à Little Wing avec sa femme. Et Lee, le célèbre Lee qui n’est là que rarement, rêverait de s’y poser enfin…

*****

Dans “Retour à Little Wing” ce n’est pas l’action qui importe. Ce sont les gens. Leur existence est palpable, “réelle” et on s’attache à eux à mesure qu’on apprend à les connaître. C’est la magie de l’écriture : avoir envie de rencontrer des gens qui n’existent pas, avoir envie de leur parler, de les rassurer parfois, de les consoler même. Pas parce qu’ils sont parfaits, non. Mais parce qu’ils sont humains et que l’auteur nous permet de les connaître “de l’intérieur” comme nous ne connaîtrons jamais personne dans la vie réelle. Avec leurs doutes, leurs angoisses, leur culpabilité, leurs souvenirs, leurs bonheurs et leurs désirs.

Une très belle histoire d’amitié !

*****

Lire les 10 premières pages sur le site des éditions autrement

D’autres avis de lecteurs sur le site du cercle POINTS

C’est ma 8ème participation au Mois Américain – Voir la liste de mes lectures prévues.

Ce roman participe également à l’Objectif PAL chez Antigone

américain

Nous suivre et partager :