Idiopathie de Sam Byers {RL2013}

 Premier Roman
Rentrée Littéraire 2013

Idiopathie

de Sam Byers

traduit de l’anglais
par Nicolas Richard

Seuil, août 2013
9782021099867, 21,50€

 

Katherine n’aime personne. Même pas elle même. Elle a tiré un trait sur le bonheur. Daniel lui semble heureux, avec sa jolie compagne. Pourtant il a bien du mal à y croire. Quand Nathan revient après plus d’un an d’absence, Katherine et Daniel, ses anciens amis, sont bien obligés de se parler de nouveau.
Une comédie anglaise sur fond d’épidémie bovine étrange. Si même les vaches se mettent à déprimer, cela en dit long sur la société.

Ces personnages et notamment Katherine sont enfermés dans un narcissisme qui les pousse à ne croire en personne, à ne supporter personne. Un aperçu de la société nombriliste dans laquelle nous vivons. Les personnages sont finalement détestables aussi pour le lecteur, bien qu’on finisse par plaindre Katherine. Ils s’enferment eux même dans leur malheur et ne cherche pas de portes de sorties. Seul Nathan semble avoir grandi, être prêt à devenir adulte. Le brin d’humour distillé par Sam Byers semble constant pourtant, peut être est-ce le fait de la traduction ou de la différence de culture, on sourit peu dans ce roman, s’enfonçant plutôt dans une noirceur assez prenante qui n’est finalement relevée que par les coups de gueule de Katherine.

L’utilisation de la vache comme symbole de la chute d’une société est particulièrement bien vu étant donné les multiples scandales alimentaires qui rythment les informations. L’idiopathie, cette étrange maladie qui apparaît spontanément ou dont la cause est inconnue, devient ici le signe de la déchéance.

Malheureusement si les idées sont là le roman se traîne en longueur sans grande surprise et le grand final, la réunion des trois amis, arrive un peu trop tard dans l’intrigue pour relever le sentiment général.

Un roman intéressant par certains aspects mais avec un sentiment de déjà-vu et un négativisme trop constant.

Lu en juin dans le cadre de l’opération On vous lit tout !

Nous suivre et partager :
error0

Lily et la magie défendue – Holly Webb

Roman jeunesse dès 9 ans

Lily et la magie défendue

de Holly Webb

traduit par Fautina Fiore

couverture de Lisa Evans

Flammarion, juin 2013
9782081299740, 13€

Sur une île au large de l’Angleterre Lily vit recluse, dans une famille de magicien. Sa soeur Georgie est formée à la magie par leur mère, dans la bibliothèque, à l’abri des regards. La magie est interdite dans leur pays depuis qu’un magicien a tué le roi. Son père est emprisonné.  Elle se sent seule. Un jour alors qu’elle dessine par terre dans l’orangeraie, le petit chien prend vie. En même temps qu’elle découvre la magie elle se rend compte que sa mère prépare un terrible complot.

Georgie et Lily fuient alors leur île pour Londres. Une fugue qui se transforme vite en aventure, tant nos deux jeunes filles ne connaissent rien du monde extérieur.

Ce premier tome est avant tout un tome d’exposition qui prend le temps de nous faire découvrir l’univers de Lily et de la magie mais il nous entraîne aussi dans une aventure sympathique qui nous permet de découvrir des personnages secondaires attachants.

L’amour de ces deux soeurs qui ne se protègent l’une l’autre est touchant et on découvre avec elle un Londres victorien où la magie n’est pas très loin. Elles ont toutes les deux un rapport à la magie radicalement différent, Georgie ne veut plus être sous cette emprise quand Lily n’a qu’une envie, découvrir des tours et sorts!

L’intrigue est simple dans ce premier tome mais bien menée et nous entraîne vers la suite des aventures tout en nous offrant une fin partielle.

A l’image de la couverture ce roman est une jolie petite parenthèse enchantée !

+ Par l’auteur de la série Rose

+ L’avis de Lael, celui d’ELP

+ Le très joli blog de l’illustratrice de couverture Lisa Evans, d’où est tiré cette jolie illustration du chien qui accompagne nos jeunes héroïnes, illustrations réalisées pour le 4ème tome de la série Lily

+ Le site de l’auteur

+ La série Lily :
tome 2 :  Lily and the shining dragons
tome 3 : Lily and the Prisoner of Magic
tome 4 : Lily and the Traitors’ Spell

Nous suivre et partager :
error0

Un visage d’ange – Lisa Ballantyne

Roman adulte
littérature étrangère
anglais

Un visage d’ange

de Lisa Ballantyne

traduit de l’anglais
par  Anne-Sylvie HOMASSEL

Belfond, juin 2013
22 € – 408 p.

Sur le site de l’éditeur

          Daniel Hunter est un jeune avocat londonien. Le voici avec une nouvelle affaire bien difficile. Sébastian Croll, onze ans, issu des beaux quartiers londoniens, est soupçonné d’avoir battu à mort son petit camarade de huit ans, Ben Stokes. Sebastian clame son innocence et c’est à Daniel de le défendre.

         Une histoire qui fait froid dans le dos que celle de ce petit Sébastian et de son camarade Ben. Que croire dans cette affaire ? Ce n’est pas l’enquête que nous allons suivre mais la préparation du procès puis le procès du jeune Sébastian. Un procès qui permet de découvrir les témoins, et avec eux des témoignages variés. Étrangement on a beaucoup de mal à se faire notre propre opinion dans cette affaire et le comportement de Sébastian avec son avocat n’arrange rien. Pourtant il semble si fragile, et surtout il a une vie de famille qui ne semble pas toute rose… Que décideront les jurés ?

         Cette histoire est doublée en alternance de l’histoire de Daniel Hunter et c’est véritablement celle ci qui m’a intéressé dans ce roman. Jeune garçon à la mère toxicomane Daniel est envoyé en famille d’accueil chez Minnie, une vieille femme bien particulière. Dès le début du roman on sait qu’il lui en veut terriblement, sans savoir pourquoi. Au fil de ses souvenirs on va découvrir son enfance et son adolescence, tout ce qui fait qu’il est celui qu’il est aujourd’hui, cet avocat qui défend Sebastien Croll.

La fin apportera les réponses, mais finalement, voulait-on ces réponses ?

Une histoire poignante mais à double tranchant qui permet de découvrir deux enfants malmenés par la vie. Un tableau particulièrement poussé de la violence et de la justice, dans un monde en perte de repères. 

 

+ Un roman qui se déroule en grande partie à Londres, pour le Mois Anglais chez Lou et Titine

Nous suivre et partager :
error0

Princesse Sara 1 Pour une mine de diamant – Alwett

Bande dessinée jeunesse

Princesse Sara

1 Pour une mine de diamant
2 La princesse déchue
3  Mystérieuses héritières

Audrey Alwett (scénario)

Nora Moretti (dessin)

et Claudia Boccato (couleurs)

 

Soleil, Collection Blackberry
9782302017863 (tome1), 10,50

 Sara a toujours vécu aux Indes, lorsque son père l’envoie parfaire son éducation en Angleterre dans le pensionnat sélect de Miss Minchin. Immensément riche, grâce à une fortune bâtie sur les automates, Sara suscite rapidement amitiés et jalousies. Les haines s’attisent d’autant plus que Sara a pour elle toutes les qualités d’une princesse. Jusqu’au jour où son père décide d’investir sa fortune dans une mystérieuse mine de diamants…

Mes élèves se l’arrachent, j’ai même bien failli ne pas pouvoir lire cette bande dessinée ! 

 Princesse Sara(h), ça parle je pense à beaucoup de lecteurs, soit par rapport au roman de Burnett, soit par rapport à l’anime japonais (Princeeessse Saraaah, Princesse, Princesse, Tu es bien jolie [Tu es bien jolie]…) ! Qui ne connait pas ? Si c’est ce qui m’a attiré vers cette bande dessinée ce n’est pas du tout le cas de mes élèves car ils ne connaissent ni l’un ni l’autre (ignares!).

En premier lieu ce sont les illustrations qui attirent le lecture. Cette collection Blackberry chez Soleil est vraiment superbe à ce niveau là et mes élèves aiment pour le moment tous les titres acquis! Je suis moi même très sensible aux illustrations et celles ci sont vraiment magnifiques ! Le trait un peu japonisant, les couleurs en plus… trop lisses je pense pour beaucoup mais c’est tout à fait ce que j’aime! Mon seul reproche réside dans l’âge des personnages. Les illustrations ne permettent pas toujours de bien les situer, puisque Sara semble souvent plus vieille qu’elle ne l’est, alors qu’au contraire son père ressemble à un adolescent. Les personnages sont tout de même bien reconnaissable et il n’y a pas de risque de confusion.

L’histoire est très semblable à celle du roman de Burnett, ainsi qu’à celle du dessin animé. Les personnages gardent leurs traits de caractères, leurs noms, et le déroulement de l’histoire est très semblable, jusque dans certains détails comme la boulangère… L’auteur introduit pourtant un aspect original à l’histoire, avec un petit coté science fiction puisque le père de Sara est à la tête d’une fabrique d’automates, des robots très sophistiqués. Ce petit coté steampunk est très plaisant.

Enfin je n’ai pour le moment lu que les trois premiers tomes mais l’histoire de Sara telle que je la connais touche à sa fin… alors qu’un 5ème tome vient de sortir « Retour aux Indes » qui continue l’histoire… Une série à découvrir !

 

Nora Moretti - Princesse Sara Tome 2 : La princesse déchue.Nora Moretti - Princesse Sara Tome 3 : Mystérieuses héritières.Nora Moretti - Princesse Sara Tome 4 : Une petite princesse !.Nora Moretti - Princesse Sara Tome 5 : Retour aux Indes.

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0