Quand souffle le vent du nord

souffleRomance épistolaire

Quand souffle le vent du nord

Daniel Glattauer

Le livre de poche (2006)

*****

Mme Rothner, souhaitant résilier son abonnement à un journal, envoie un mail de résiliation. Mais elle se trompe dans l’adresse mail et envoie ses courriers à un particulier, Mr Leike. Neuf mois plus tard, l’adresse mail de ce Mr Leike étant resté dans son fichier client, Mme Rothner renvoie un mail à ce fameux Monsieur. Et c’est ainsi que va débuter une correspondance épistolaire par mail. Parfois très courts. Parfois plus longs. Souvent agacés ou amusés. Mme Rothner et Mr Leike vont finir par s’appeler Emmi et Léo. Et ce “jeu” très innocent au départ va devenir un jeu de séduction pour les deux. Mieux encore, il va devenir un besoin quotidien ! Et la fin ? Ce ne sera peut-être pas celle(s) à laquelle on pourrait s’attendre… D’autant plus qu’il y a un tome 2 : La septième vague.

*****

Il faut croire qu’avec l’actualité (La guerre Russo-Ukrainienne vient de commencer) j’avais besoin de légèreté ! J’ai dévoré ce roman très rapidement. Il est très facile à lire et certains mails sont vraiment très courts (un mot, une phrase).

Peut-on tomber amoureux de quelqu’un qu’on ne connaît que virtuellement ? Je crois que oui. J’en ai eu l’exemple il n’y a pas longtemps avec deux personnes qui se sont rencontrées suite à un (long) échange de mails !

Les mails ne sont après tout que la version moderne de la lettre de séduction, d’amour ! Sauf qu’on ne peut y mettre une fleur ou une goutte de parfum et c’est bien dommage à mon avis !

Bref. Si jamais vous avez une panne de lecture, ou envie de légèreté, je vous conseille cette lecture. Mais procurez-vous le tome 2 avant. Ne pas savoir la fin d’une histoire est toujours très agaçant à mon avis !!

*****

Un roman qui participe au Le tour du monde en 80 jours livres (Autriche) chez Bidib

monde

*

à l’Objectif PAL chez Antigone

*

 et au Challenge Petit Bac d’Enna

1ère ligne – Catégorie Verbe – Souffle

Ouest

Le monde selon Walden – Roman jeunesse

WaldenRoman humoristique à partir de 10/11 ans

Le monde selon Walden

8 millions de Followers

Luc Blanvillain

Scrinéo (2016)
*****

Présentation de l’éditeur : Walden est différent. Vraiment différent. Il porte des vêtements étranges, se passionne pour des animaux au nom imprononçable et s’intéresse à des sports inconnus. Quant à Zelda, la fille qu’il aime, elle ne ressemble pas à celles que l’on voit dans les magazines. Clément, son meilleur ami, passe son temps à éviter les soupiraux par peur de ce qui pourrait en surgir.

Au collège, on a fini par le laisser tranquille. S’il arrive encore que quelqu’un tente de lui flanquer une baffe, il répond par un air d’opéra. En somme, Walden est parfaitement heureux. Tout aurait pu continuer ainsi longtemps si certains événements n’étaient pas venus perturber son quotidien joyeux.

D’abord, il y a ces renards qui s’installent dans les souterrains du collège. Et puis, surtout, les trois amis rencontrent Mike. Mike est une star absolue, roi des réseaux sociaux, icône de la télé. Son influence est incommensurable. Il décide de faire de Walden la nouvelle idole des jeunes. Dès lors, la réalité va changer de visage, à une vitesse stupéfiante.

*****

Ce roman est une critique -amusante- des différents travers de notre société actuelle. La mode, qui habille tout le monde de la même façon et fait travailler des enfants dans les pays pauvres, les nouvelles technologies, hyper polluantes mais dont on ne sait plus se passer, les réseaux sociaux qui amplifient tout (et n’importe quoi !)…

Bref, à travers une histoire et des personnages sympathiques bien que franchement loufoques, Luc Blanvillain fait passer quelques messages importants. Et en plus, on y apprend plein de choses ! Savez-vous ce qu’est un axolotl ? Connaissez-vous le jukskei

A la fin du roman, un dossier de quelques pages vous propose de choisir quel super héros vous aimeriez être ! Le super héros écolo, celui de la paix ou celui de l’égalité ? Et pourquoi pas les trois ?

Un roman qui sait rester léger et distrayant, tout en abordant beaucoup de thématiques très importantes !

*****

Lire les 15 premières pages

Ce roman fait partie des sélections pour de nombreux prix : Prix de l’Estuaire 2017-2018, catégorie 5ème-4ème / Prix Passez la 5ème 2017-2018 / Prix Livre Élu en Livradois-Forez 2018-2019 / Prix du roman jeune de Laval agglomération 2018 et Prix Marguerite Audoux des collèges du Cher 2017-2018.

Du même auteur, Sophie vous a déjà présenté : Crimes et jeans slim / Cupidon Power / Un amour de Geek / Wifi Génie

*****

La pyramide des besoins humains

pyramideLa pyramide des besoins humains

Caroline Solé
Médium Poche
L’École des Loisirs (2017)
* * * * *

Christopher est un jeune garçon qui a fugué et vit dans la rue à Londres, dormant sur un carton. On saura rapidement pourquoi et comment il est arrivé là. Attiré par une affiche avec une pyramide multicolore, il s’inscrit à un jeu sous un pseudo, une émission de téléréalité intitulée “La pyramide des besoins humains”. Il s’agit de raconter sa vie en suivant les “niveaux” de la pyramide de Maslow. Tout le monde peut voter pour les différents candidats et à sa grande surprise, Christopher passe le premier niveau…

* * * * *

Abraham Maslow, un psychologue américain (1908-1970) est connu pour avoir hiérarchisé les motivations des besoins humains selon 5 niveaux (les deux premiers étant indispensables) : Voir ci-dessous la pyramide de Maslow.pyramide

Dans ce roman, on suit la vie quotidienne de ce jeune SDF. Comment il est arrivé là et comment il a survécu. Il raconte la faim, le froid, le cafard à l’arrivée des fêtes de Noël… Il résume ses besoins physiologiques (1er niveau de la pyramide) de la façon suivante : “Un carton sec, épais, propre. Un hot-dog avec pas trop de moutarde. Une bière bon marché, un chewing-gum et une clope. Me caresser sous le duvet. Besoins physiologiques : OK. Du moins pour un ado dont tout le monde se fout. Bienvenue à Chinatown 2.0.

Une courte lecture qui peut pousser à réfléchir, à voir autrement. Réfléchir à ce que sont réellement nos besoins, à ce qu’est la télé-réalité, à ce que sont les réseaux sociaux et comment nous réagissons face à eux…

Voir autrement aussi les gens qui vivent dans la rue. On tourne souvent la tête, on fait comme si on ne les voyait pas, histoire de ne pas être obligé de leur donner de l’argent ou de leur dire non. Du coup, on les ignore, c’est comme s’ils n’existaient pas…

Un roman que j’ai trouvé très bien fait et très touchant. A travers les 5 niveaux de la pyramide, ce jeune garçon nous raconte sa vie, celle passée et celle présente.  Et il y a même de l’humour ! J’aime beaucoup un des petits textes qu’écrit Christopher : “Monsieur Maslow, vous êtes un sombre abruti. Ou bien un escroc. Vous savez bien qu’on n’est pas forcément à l’abri même avec un toit au-dessus de sa tête et qu’on peut aussi se croire en sécurité sans être protégé : des millions d’individus exposent bien leur intimité sur des murs virtuels, malgré les risques de virus et de piratage, non ? Puisque l’important c’est de “croire”, j’atteste sur l’honneur, moi Christopher Scott, que mon besoin de sécurité est parfaitement satisfait. Rendez-vous au niveau supérieur, l’escroc !”

Bref, un roman qui ne laissera, je le crois, personne indifférent ! On croit vraiment à l’existence de Christopher, et on se pose avec lui toutes sortes de questions…

* * * * *

« La pyramide des besoins humains » est le premier roman jeunesse de Caroline Solé. Il a remporté quatre prix :

Les escales littéraires d’Auvergne 2016, Enlivrez-vous à Thionville 2016, le prix Sainte-Beuve 2017, le prix des collégiens de Rillieux-la-Pape 2017 et a fait l’objet d’une trentaine de sélections depuis sa publication. Sur le site de l’auteure, vous pourrez feuilleter quelques pages.

D’autres avis : celui de Liradode Ricochet (il fait partie de leur sélection)

* * * * *

Sur le thème de la télé-réalité, Sophie vous avait présenté “Et à la fin, il n’en restera qu’un” de Jean-Luc Luciani

Sur celui des SDF, je vous avais présenté “Un courant d’air” de Laurie Cohen, un roman glaçant. Sur ce même thème, il y a également “No et moi” de Delphine de Vigan.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Like me : chaque clic compte

like me Roman pour adolescents
sur l’addiction aux réseaux sociaux

Like me :
chaque clic compte

de Thomas Feibel
traduit de l’allemand par Laurence Bouvard

Bayard, mai 2015
9782747050609, 13,90€

Caro est collégienne, et quand Jana arrive dans sa classe, comme beaucoup elle tombe sous le charme de cette jeune fille, belle et riche, toujours l’Iphone à la main! Celle-ci l’accepte en ami sur ON, le réseau social à la mode et les voilà amies. Elles organisent même, en réel, une séance de soutien mathématiques avec Eddie et Ivo. Un concours sur ON pour désigner le nouveau présentateur à la mode sur le web va pourtant changer leurs relations. Tout tourne autour de ce réseau, et leur seul but est d’avoir le plus de points possibles. Et pour ça tous les coups sont permis, surtout humilier les autres !

La passion des ados pour les réseaux sociaux est ici mise en lumière sous l’aspect le plus addictif et dangereux : propos diffamatoires, harcèlement, fausses amitiés, pièges, chasse aux likes, tout ce qui les coupe du monde réel… En plongeant dans les confidences de Caro, on se retrouve au coeur des problèmes que crée ce réseau.  Blesser les autres pour se faire valoir, mentir, ne plus dormir…

Si l’intrigue du roman n’est guère surprenante le traitement du sujet est intéressant. Un roman sympathique à lire, mais qui fait aussi réfléchir ! A proposer aux adolescents, pas comme un livre médicament qui les fera se désinscrire de facebook, mais juste pour leur montrer ce que donne l’excès !