Amnesia – Jennifer Rush

Roman pour grands adolescents

Amnesia

de Jennifer Rush

traduit par Cécile Chartres

Albin Michel Jeunesse, mars 2013
Wiz, 375 pages
9782226247377, 14,90€

Anna descend depuis des années dans le sous-sol pour discuter avec les 4 garçons génétiquement modifiés dont s’occupe son père. Elle s’est attachée à eux puis elle a eu le droit de travailler au labo elle aussi, de s’occuper des garçons la journée. Elle continue pourtant ses visites nocturnes et apprend à connaître les garçons. Du moins c’est ce qu’elle croit…

Un jour que les responsables de l’Agence leur rendent visite les garçons s’évadent révélant une violence qu’Anna n’imaginait pas. Sam, le chef de la bande, mène sa troupe à la recherche de leur passé… et Anne se retrouve entraîné elle aussi dans cette quête du passé et de la vérité.

Jennifer Rush mêle dans ce roman des recherches scientifiques à la limite de la science-fiction, un thriller haletant et une histoire d’amour émouvante. Difficile de ne pas succomber à ces personnages un peu perdus et tellement charismatiques. L’action alterne avec la réflexions, chacun cherchant son propre passé dans les yeux des autres.

Les surprises sont nombreuses, plus ou moins prévisibles mais font de ce roman un excellent turn-over. La couverture fait terriblement midinette ce qui ne manquera pas de plaire, mais c’est dommage car ce roman est très bien aussi pour les garçons!

Une aventure palpitante qui ne manque ni d’amour ni de violence, à conseiller aux adolescents dès 13 ans.

 + L’avis de Fantasia,

+ Challenge Thriller

Nous suivre et partager :
error0

La formule préférée du professeur – Yoko Ogawa

Roman adulte (Japon)

La formule préférée du professeur

Titre original : 博士の愛した数式

de Yoko Ogawa

traduit par  Rose-Marie Makino-Fayolle

Actes Sud, 2008
Babel, 244 pages 
9782742772230, 7,70€

Thèmes : Mathématiques, amnésie, japon

Quel éblouissant roman! Il y a dans ces pages tout ce que j’aime! Une découverte enrichissante qui me manque souvent dans les romans adultes et une véritable trame narrative.

Un professeur de mathématiques aménsique qui ne se souvient que de ses 80 dernières minutes, une femme de ménage et son fils, un garçon plein de vie. Voici le trio au coeur de ce roman. Un groupe atypique mais rapidement attachant. Leurs relations sont entravées bien sûre par la mémoire défaillante du professeur, mais c’est ce qui fait toute la trame narrative. Comment construire quelque chose malgré la mémoire si courte du professeur, la condition sociale de la femme de ménage et l’entrain trépidant de son fils bientôt surnommé Root (un jeu de mot mathématique). Comment trouver un terrain d’entente quelque chose d’intemporel pour les réunir. La réponse tient en deux mots : mathématiques et base-ball. Aussi étrange que celà puisse paraître ce sont bien les principaux thèmes du livre et ils y tiennent une place prépondérante.

Le base-ball permet l’évasion, le rapport avec le monde extérieur, mais aussi un lien entre la jeunesse du professeur et celle du jeune garçon. Je ne suis pas fan de ce sport et je n’ai pas été passionnée par ce thème mais il est cohérent avec l’ensemble de l’histoire, apportant une certaine touche de modernité et de suspense.

Les mathématiques enfin.. et bien désolée de vous décevoir mais il sera bien question de nombres, d’opération, d’équation et de théorème… Si vous êtes allergiques, ça sera sans doute difficile de passer outre, mais pour toutes personnes avec un peu d’intérêt scientifique (et j’en ai beaucoup) vous verrez que ce roman est une promenade dans l’univers des nombres, un enchantement scientifique sans rien de compliqué, juste avec une justesse et un appétit passionnant. C’est véritablement cet aspect qui a marqué ma lecture et m’a enchanté.

Enfin l’écriture (la traduction française en l’occurrence vu ma connaissance des langues asiatiques) est elle aussi précise et scientifique mais elle n’oublie pas d’être aussi touchante ! Les pages filent et même les parties mathématiques résonnent d’un brin de poésie, admirable!

Bien sûr, on a beau tourner le dos au monde, on peut sans doute trouver autant de cas que l’on veut pour lesquels les découvertes mathématiques ont fini par être mises en pratique dans la réalité. Les recherche sur les ellipses ont donné les orbites des planètes, la géométrie non euclidienne a produit les formes de l’univers selon Einstein. Les nombres premiers ont même participé à la guerre en servant de base aux codes secrets. C’est laid. Mais ce n’est pas le but des mathématiques. Le but des mathématiques est uniquement de faire apparaître la vérité.

petit++  En 2006, un film a été réalisé par Takashi Koizumi au Japon.

+ Un roman offert par Ismérie, encore merci!

+ Les avis de : Yv, qui n’a pas aimé, Stéphane Lamy, professeur de mathématiques,

+ Si le dernier théorème de Fermat vous intéresse (autant que moi)

 

Nous suivre et partager :
error0

La mémoire des autres d’Annelise Corbrion

Roman adulte

La mémoire des autres

d’Annelise Corbrion

Calmann-Levy, avril 2012
9782702143087, 9,05€

Thèmes : Photographie, Mort, Revenant, Histoire, Famille, Amour, Enquête

Infographiste spécialisée dans la retouche des photographies anciennes, Emma se remet difficilement de la mort brutale de ses parents. Plongée dans la vie  d’inconnus figés dans leurs moments les plus heureux, elle rend aux souvenirs des autres l’éclat que leur a volé le temps. Mais la réalité la rattrape étrangement le jour où elle reçoit un courriel dont l’expéditeur n’est autre qu’un homme posant sur l’une des photos restaurées.

Un homme décédé dans les années 40. Il a besoin d’elle, comme les autres fantômes qui assaillent bientôt la boîte mail de la jeune femme. Que veulent les défunts capables de communiquer avec les vivants ? Emma devient une messagère et porte leurs dernières volontés pour défi er l’oubli et rétablir la vérité. Jusqu’au mail de trop, celui qui la touche personnellement. Emma se lance alors dans une enquête au coeur de dangereux souvenirs qui n’appartiennent pas encore tout à fait au passé.Les morts la ramènent littéralement à la vie, l’entraînent dans une course folle.
Mais jusqu’où Emma ira-t-elle dans sa quête de vérité ?

 

Ce roman est bien difficile à classer tant il touche à plusieurs genres. Fantastique, thriller, historique, sentimental, la mémoire des autres c’est un peu tout ça à la fois, dans un savant mélange bien réussi.

Ce livre est édité par Calmann Levy pour le prix Nouveau Talent de la fondation Bouygues et Metro, qui consiste à insérer dans le roman un élément de communication moderne. J’avais ainsi lu Idylles, Mensonges et Cie, qui mettait les SMS au cœur du récit. Ici ce sont les mails qui sont l’élément central. Mais des mails bien étrange, puisqu’ils sont envoyé à Emma par des morts.

Emma est en fait infographiste spécialisée dans les retouches de photo anciennes. Le lien qu’elle parvient à établir avec les morts par mail est en fait lié à ces photos, et tous veulent qu’elle parle pour eux à leur proche. Emma se retrouve alors dans des situations très complexe car rétablir la vérité n’est pas toujours facile.

Mais un des morts qui la contacte a une mission un peu différente pour elle… retrouver son meurtrier, Emma mène alors l’enquête accompagnée par sa meilleure amie et un journaliste lié à la victime.

La partie thriller nous réserve quelques surprises et l’enquête se mêle à l’action. J’ai réelement apprécié ce roman, un peu facile par certain coté et dans l’écriture mais très agréable à lire. Je ne saurai pas vraiment expliquer en quoi mais ce roman m’a fait pensé à ceux de Guillaume Musso, dont je ne suis pourtant pas fan. Peut être est-ce lié à l’histoire d’amour qui se noue entre les pages, peut être le coté thriller dans un roman qui n’en est pas un, toujours est-il que j’ai pris du plaisir à découvrir cette histoire. J’ai aussi apprécié que l’élèment fantisque ne soit pas tout à fait laissé au hasard, il y a des explications qui nous permettent d’appréhender l’histoire dans son ensemble.

Une fois encore ce prix Nouveau Talent nous réserve une bonne surprise!

Nous suivre et partager :
error0

La Page Blanche #BD

Bande dessinée

La Page Blanche

de Boulet et Pénélope Bagieu

Delcourt, janvier 2012
978-2-7560-2672-5, 22,95€

BD choisie dans le cadre de mon statut officiel sur My Boox
où vous retrouverez aussi ma chronique.

Une jeune femme reprend ses esprits sur un banc sans se rappeler ni son nom ni ce qu’elle fait là. Menant l’enquête tant bien que mal, elle tente de retrouver la mémoire et son identité. Mais que va-t-elle découvrir ? Un passé romanesque fait de drames et de romances ou l’existence banale d’une femme ordinaire ? Et dans ce cas, saura-t-elle devenir quelqu’un après avoir été quelconque ?

J’aime beaucoup les illustrations de cette bande dessinée je me suis donc plongée sans mal dans l’histoire. Je me suis même rapidement attachée au personnage principal, cette jeune femme amnésique qui ne se reconnaît pas dans ce qu’elle découvre de sa vie.

Suite à son « réveil » sur un banc, elle ne retrouve aucuns souvenirs. Ni son nom, ni son adresse, ni sa famille. Tout ce qu’elle découvre c’est grâce au sac qu’elle a la main et qui la conduit à son appartement. Elle a un chat, adorable d’ailleurs, mais rien de tout ce qu’elle voit ne lui rappelle celle qu’elle est. C’est donc à la fois la vie quotidienne d’une jeune femme libraire et la quête d’identité d’une amnésique que l’on va suivre…

L’ensemble est réalisé avec finesse mais surtout avec beaucoup d’humour. En effet régulièrement des pages nous permettent de voir les idées d’Éloïse la narratrice – des et si illustré vraiment hilarant, des extra terrestres aux services secrets. Malgré cet humour omniprésent dans le déroulement de l’histoire l’émotion est aussi réellement présente car cette jeune femme touchante a bien du mal à en pas perdre pied…

Une histoire qui allie avec brio illustrations magnifiques, humour bien placé et émotion, une belle découverte!

 

Nous suivre et partager :
error0