Les neiges du Kilimandjaro – Mois Américain 4

NeigesRecueil de nouvelles

Les neiges du Kilimandjaro

Suivi de Dix indiens

Ernest Hemingway

Gallimard (1946)

***

Ce recueil se compose de 12 nouvelles.

***

Première nouvelle : « Les neiges du Kilimandjaro ».

Afrique. Harry et sa femme sont venus faire un safari non loin des neiges éternelles du Kilimandjaro. Mais leur voiture est tombée en panne et le chauffeur n’a pas su la réparer. En plus, Harry s’est blessé bêtement en voulant prendre une photo. Une égratignure à la jambe qu’il n’a pas cru bon devoir nettoyer. La petite blessure s’est infectée et la gangrène est arrivée. Harry, immobilisé, se questionne sur sa vie en buvant. Sur sa vie d’auteur, d’écrivain, mais aussi sur sa vie conjugale. Sa femme essaie pourtant de le distraire de ses noires pensées, sans succès. Il pense à tous les livres qu’il n’a pas écrit et qu’il porte en lui.

*****

Dans les neiges du Kilimandjaro, la première nouvelle, Harry n’est pas un personnage que j’ai trouvé sympathique. Il va mourir, il le sait et nous aussi, mais je n’ai ressenti que bien peu d’empathie envers ce personnage plutôt désagréable. Ceci dit, on ressent très bien la mort qui rôde

La seconde nouvelle, « Dix indiens » m’a bien plu. C’est une toute petite tranche de vie (7 pages) le jour de la Fête de l’Indépendance américaine avec des personnes simples. Nick est un gentil garçon.

Le sujet de la 3ème nouvelle « La capitale du monde » est le métier de matador. Un sujet qui ne m’attire guère et une fin… Terrible… Et si bête !

« Hommage à la Suisse« , la 4ème, m’a laissée de marbre. J’ai par contre apprécié le cynisme de « L’heure triomphale de Francis Macomber« , même si je n’aime décidément pas les histoires de chasse.

En conclusion

même si j’ai apprécié certaines de ces nouvelles,  je n’ai pas été particulièrement enthousiasmée par ce recueil. J’ai trouvé l’écriture d’Hemingway assez froide, on ne ressent que peu d’empathie pour ses personnages. De plus, j’aime le format court de la nouvelle quand il y a une « vraie » chute, pas quand c’est juste un « morceau » d’histoire. Et puis, les thèmes abordés ici, la chasse, la pêche, la boisson, ne m’attirent pas plus que ça ! Ce qui ne m’empêchera pas d’essayer de lire ses romans « le vieil homme et la mer » (Prix Pulitzer 1953) et sans doute aussi « L’adieu aux armes » pour son thème, la première guerre mondiale.

***

Rien à voir avec ce recueil, sauf qu’il s’agit toujours d’Hemingway. C’est une anecdote que m’a raconté mon fils : Mis au défi d’écrire une histoire en 6 mots, Hemingway répondit : « A vendre, chaussures bébés, jamais portées. » Je trouve ça excellent !

***

C’est ma 3ème participation au Mois Américain – Voir la liste de mes lectures prévues.

  Ce recueil participe également à l’Objectif PAL chez Antigone ainsi qu’au Challenge Cette année je (re)lis des classiques.

américain  Classique

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Rituels – Polar RL 2018 – Lectrices ELLE (18)

RituelsUn thriller sans « temps morts » !

RITUELS
Ellison Cooper

Cherche Midi (2018)

*****

Présentation de l’éditeur : Spécialiste des neurosciences, Sayer Altair étudie pour le FBI les profils psychologiques de tueurs en série. Déroutée par une scène de crime très particulière, sa hiérarchie fait appel à elle. On vient de trouver, dans une maison abandonnée de Washington, le corps d’une jeune fille à qui l’on a injecté une drogue hallucinogène utilisée par les shamans d’Amazonie durant les cérémonies rituelles. Lorsque l’on découvre d’étranges symboles mayas sur les lieux, l’enquête se dirige vers un tueur aussi passionnant qu’insaisissable.

*****

En lisant l’accroche sur le livre (Vous avez aimé « le Silence des agneaux ? Vous allez adorer « Rituels« ), j’ai eu un peu peur, pensant qu’il risquait d’y avoir des scènes de torture ou des trucs un peu gore, mais ce n’est pas du tout le cas !

Rituels est un polar qui m’a bien plu, avec beaucoup d’action et de suspense. Il se lit très facilement (il y a beaucoup de dialogues) et très rapidement.

J’ai aimé le fait que l’agent spécial du FBI chargé de l’enquête soit une femme noire, chercheuse en neurologie. Ce n’est pas si courant de trouver des femmes et/ou des noirs à des postes clés dans les romans policiers ! Ceux que j’ai lu en tous cas…

L’enquête

Elle est parfois un peu (trop ?) détaillée, alors que j’aurai aimé en savoir plus sur les personnages, notamment Vik Devereaux, le partenaire de Sayer ou encore sur Tino, son voisin. Le personnage de la grand-mère de Sayer est déterminé et très drôle (la scène avec le déambulateur page 117 m’a bien fait rire !!)

C’est clairement un « page turner », j’ai eu du mal à le lâcher une fois commencé, je voulais connaître la fin alors même que mes yeux, eux, voulaient dormir !! Je lirai le tome suivant avec plaisir, en espérant faire plus ample connaissance avec les différents protagonistes.

*****

Le 2ème roman de cette série « Sacrifices » devrait sortir en 2019 chez le même éditeur.

ELLE

18ème lecture / 28

***

C’est ma 22 ème participation au Challenge 1% de la Rentrée Littéraire

Logo Challenge 1% Rentrée Littéraire 2018 – Picos/Shutterstock

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Memorex de Cindy Van Wilder

Véritable pépite, Memorex est un  vrai coup de cœur!

 

Roman fantastique pour adolescents dès 13 ans

Memorex

de Cindy Van Wilder

Editions Gulf Sream, mai 2016
17 euros. Existe en ePub

 

Thèmes: liens du sang, attentat, deuil, renaissance.

 

 

Présentation de l’éditeur: « 2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île: c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancœurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme: Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous. »

 

Depuis «Les Outrepasseurs», le talent de Cindy Van Wilder n’est plus à démontrer. C’est avec joie que j’ai découvert «Memorex». L’intrigue se situe bien loin de l’univers de sa première saga mais on retrouve la plume poétique et le style un peu mélancolique de l’auteur. Préparez-vous à une histoire atypique où les mensonges et les trahisons jalonnent un récit empli de suspense. Vous ne reprendrez votre souffle qu’à la toute fin…

 

Avec Memorex, le bien et le mal n’existent plus. La frontière entre l’humain et l’inhumain s’amenuise jusqu’à permettre un acte contre nature. Seul compte le désir de vaincre enfin une vieille ennemie. Je n’en dirai pas plus au risque de vous dévoiler l’élément clé de l’intrigue, ce qui serait vraiment dommage car c’est ce qui fait en partie la force de ce roman. Les personnages sont tous attachants à leur manière et même si certains doivent se reprocher certains actes irréversibles, leurs motivations sont bien humaines. A travers cette œuvre, Cindy Van Wilder peint les faiblesses humaines avec une grande acuité et nous démontre qu’en définitive non, nous ne sommes pas tous égaux devant la mort. Une fois de plus, l’auteur a réussi à me charmer grâce à un univers fantastique original.

 

A un certain moment de l’histoire, nous suivons les pensées d’Aïki. C’est le personnage qui m’a le plus bouleversée. Il est au centre de l’intrigue et apporte au récit son lot de révélations. Dans «Memorex», nous retrouvons le thème de la dualité si cher à l’auteur. Cindy Van Wilder parvient avec habileté à décrire une palette d’émotions avec des mots qui sonnent justes. J’ai passé un très bon moment de lecture et je vous conseille vivement ce roman.

 

~Melissande~

 

+ Biographie de Cindy Van Wilder

+ d’autres avis de lecteurs sur le blog de l’auteur

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k

Nora – Bande dessinée jeunesse

nora

nora

Léa Mazé

Éd. de la Gouttière (2015)

****

Les parents de Nora sont en plein déménagement. Ils emmènent donc la petite fille chez son oncle qui habite dans une ferme. D’abord fâchée (et boudeuse !) Nora découvre la liberté qu’ apporte des vacances à la campagne. Elle trouve une cachette dans un vieux chêne et passe son temps à grimper dans l’arbre pour observer une petite grand-mère qui passe ses journées seule, assise sur un banc. Elle se pose des tas de questions qu’elle pose à son oncle, qui est parfois un peu embêté…

****

J’ai beaucoup aimé cette petite fille qui se pose beaucoup de questions, sur la solitude, la vie, la naissance (elle voit une chatte mettre ses petits au monde), la mort et aussi l’amour (la moure !!). Comme la plupart des enfants, elle pose ses questions et obtient des réponses plus ou moins claires, qu’elle comprend plus ou moins bien… Ce qui donne de jolis passages oniriques !

Un autre personnage qui m’a bien plu, c’est la maman chatte !! Elle a de ses expressions par moments, c’est très drôle !

Une très jolie bd, pleine de tendresse.

****

Le blog de Léa Mazé

Sur le site de l’éditeur, vous pourrez voir la liste de tous les prix reçus par cette bd ainsi que les coulisses de la création d’une bande dessinée.

De cette maison d’édition, Sophie vous a déjà présenté : Anuki T1, Anuki T2, Anuki T3, Anuki T4 et Myrmidon, Myrmidon dans l’espace, La petite famille, Passe-passe, Enola T1 et 2

Nous suivre et partager :
error0
fb-share-icon0
Tweet 8k