Changer l’eau des fleurs

changerChanger l’eau des fleurs

Valérie Perrin

Albin Michel (2018)

*****

LC avec Enna (voir plus bas)

*****

Violette Toussaint n’a pas de problèmes avec ses voisins. Et pour cause, elle est gardienne de cimetière. Son travail consiste à ouvrir et fermer les portes du lieu et à vendre des fleurs. A rendre service aux gens quand ils s’absentent, à changer l’eau des fleurs, à prendre soin des tombes à leur place. Elle accueille aussi les gens dans sa cuisine, les écoute, leur donne une tasse de thé avec un petit gâteau, voir un remontant plus fort en cas de besoin.

Sa vie présente, Violette s’y plaît bien. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Née sous X et déclarée mort-née, la sage femme (qui avait soit un drôle de sens de l’humour, soit un manque cruel d’imagination) l’a appelée Violette. Mais elle a vécu finalement. Une drôle de vie pas toujours drôle justement…

*****

Je m’attendais à un “feel good book”. Et c’en est un d’une certaine façon. Mais certains passages ne sont pas amusants du tout ! J’ai même vu un avis qui disait que c’était “hilarant”, vraiment ? En quoi ? Oui, j’ai trouvé les passages tristes plus nombreux que les passages drôles. C’est une vie mal commencée et plutôt cabossée que nous raconte Valérie Perrin. Des gens pas heureux dans leur vie, pas satisfaits dans leur couple, qui sont malheureux et rendent les autres autour malheureux aussi.

Une lecture qui m’a bien plu malgré tout, avec ses références telles que des morceaux de chansons de Barbara, de Léo Ferré, un poème de Prévert, le roman “L’œuvre de Dieu, la part du Diable” de John Irving (que j’avais adoré !) ou encore le film “Sur la route de Madison”…

Si j’ai bien aimé le personnage de Violette, j’ai adoré celui de Sasha. Un seul conseil si vous souhaitez lire ce roman : n’allez pas voir les avis à droite et à gauche, ils dévoilent beaucoup trop l’histoire !

Mais n’hésitez pas à aller voir ce qu’en a pensé Enna (elle ne dévoile rien !)

*****

Ce roman participe au challenge “LE TOUR DU MONDE EN 80 Jours LIVRES” (France)

proposé par Bidib

monde

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Les mots d’ Hélio – Roman jeunesse ♥

HélioRoman jeunesse à partir de 12 ans

Les mots d’ Hélio

Nancy Guilbert & Yaël Hassan

Magnard Jeunesse (2019)

*****

Il y a sept mois, lors d’une promenade en montagne, Hélio a fait une chute terrible. Il est resté un mois et demi dans le coma. Physiquement il va mieux, sauf qu’il est encore essoufflé au moindre effort, il a encore du mal à marcher longtemps. Il a aussi une aphasie de Broca (partielle, heureusement !) c’est à dire qu’il comprend tout ce qu’on lui dit mais qu’il n’arrive pas à s’exprimer… Mais le pire, ce n’est pas ça.

Le pire, c’est que sa mère l’a vu tomber et qu’elle a eu tellement peur qu’elle en a perdu connaissance… Et depuis, elle fait des crises d’angoisse terribles, elle n’est plus capable de s’occuper d’elle-même et encore moins d’Hélio.

Et demain, il doit sortir du centre de rééducation pour aller dans une famille d’accueil. Des gens qu’il ne connaît absolument pas, mais que sa mère a désigné pour le cas où il arriverait quelque chose. Il va donc débarquer chez de parfaits inconnus, alors même qu’il ne rêve que de rentrer chez lui…

*****

A tour de rôle, nous entrons dans la tête de chacun. Hélio tout d’abord. Il est furieux et n’a pas envie d’être là. Puis Mila, la jeune fille de la famille d’accueil à qui on n’a pas demandé son avis avant d’accueillir Hélio et qui n’est pas contente non plus. Bianca, la domestique, observe tout le monde, ne dit rien et “cache” quelque chose, on le sent dès le départ. Quand au  jeune Ruben (le frère de Mila) il est tout simplement adorable…

Bref, on croit dur comme fer aux personnages ! Comme je n’avais pas écrit mon billet tout de suite, j’ai recommencé à le feuilleter… Et du coup, je l’ai relu.

Il y a une chose que j’ai adoré dans ce roman, c’est le parallèle qu’Hélio fait entre les gens et les fleurs/les plantes. J’ai trouvé ça génial ! Et j’ai découvert des plantes magnifiques (l’orchidée colombe, quelle merveille !)

Il y a beaucoup de thèmes abordés dans ce roman. Le handicap bien évidemment, mais aussi l’empathie, le harcèlement scolaire, les traumatismes, les secrets de famille… Et tout cela finalement, tourne autour des mots. Les mots que l’on dit, ceux qu’on ne devraient pas dire, ceux que l’on n’arrive pas à dire, ceux que l’on ne dit pas mais que l’on devrait dire… Des mots pour aller mieux, pour guérir, pour aider…

Un très joli roman qui m’a beaucoup plu et que je vous recommande chaudement !
♥♥♥

Pour lire le début…

Livres de ces autrices déjà présentés sur ce blog :

De Nancy Guilbert : Le sourire du diable (13+) / Mission dinosaure (7+) / L’oiseau Lyre (Alb 5+) / Point de fuite (Roman +15)

De Yaël Hassan : “M comme…” (10+) / Quatre de cœur (9+)

Leurs sites :

Celui de Nancy Guilbert

Celui de Yaël Hassan

Ce roman a été sélectionné à de nombreuses reprises et il a reçu plusieurs prix : Voir ici

Point de fuite – Roman coup de poing et ♥

Qu’est-ce que la violence ?
Roman à partir de 15 ans

point

Point de fuite ♥

Marie Colot & Nancy Guilbert

Coll. Électrogène

Éd. Gulf Stream (2020)

*****

Mona est une lycéenne passionnée de dessin. Vraiment passionnée. Elle dessine tout et n’importe quoi, tout le temps. Elle s’entraine sans arrêt pour être prête pour le concours d’entrée aux Beaux Arts. Ycare est tombé follement amoureux d’elle dès le premier coup d’œil. Il ne la connaît pas encore, mais est déjà jaloux de ceux qui la serrent de trop près. Esther, elle, est passionnée de natation synchronisée. Elle se sent mal aimé, à cause de sa mère, qui ne parle que de son frère. Marin, quand à lui, est engagé dans la lutte pour la sauvegarde de la planète. C’est aussi le meilleur ami de Mona. Et puis, Mona va se laisser charmer par un pervers narcissique… Un peu plus loin dans le roman, d’autres personnages vont faire leur apparition : Lya,  Cassien et sa soeur.

*****

Au départ, on ne connaît que son surnom.

On se demande qui il est. Puis il entre dans la vie de Mona, et très vite, finit par prendre toute la place. C’est un roman plutôt stressant en fait ! A la manière d’un bon thriller, on sent l’angoisse, le malaise augmenter petit à petit. Et on se demande jusqu’où ça va aller. Ycare va dispenser un venin insidieux, des petites phrases vicieuses aux cadeaux qui n’en sont pas. Des fausses attentions à la vraie pression. Le malaise grossit au fil du roman et on voudrait pouvoir aider Mona. Lui dire de fuir, vite, fuir loin avant qu’il ne soit trop tard.

Et puis il y a aussi les histoires de Jody et de Cassien. Que je vous laisse le plaisir de découvrir. Cassien, quel magnifique personnage !

Après 230 pages, il a bien fallu que j’arrête ma lecture, le cœur serré et en larmes. Que j’abandonne à leur sort Jody et Mona. Le réveil indiquait 00h32 et je me levais tôt ! J’ai lu ce roman en deux soirées. Il fallait que je sache comment ça se terminait.

Cette fois encore, les deux autrices ont magnifiquement mêlé leurs écritures.

Vivement qu’elles recommencent !

Quand on a déjà croisé la route d’un manipulateur, ce roman, par son réalisme, fait remonter toutes sortes de mauvais souvenirs… Aux autres, il donnera des pistes, des indices pour éviter ces oiseaux de malheur.

Un roman qui montre aussi que revivre après un traumatisme, aussi dur soit-il, c’est possible. C’est souvent long, très long et difficile, très difficile, mais c’est possible.

Un roman criant de vérité, qui ne laissera, je crois, personne indifférent
A lire, bien évidemment !
point

Les amants (tableau 1/4) – Magritte (1928)

Et ce livre m’aura en plus fait découvrir ce magnifique tableau de Magritte !

*****

De Marie Colot : Je ne sais pas (15+)/ Flocons et Cie (7+)

De Nancy Guilbert : Le sourire du diable (13+) / Mission dinosaure (7+) / L’oiseau Lyre (Alb 5+)

Ensemble elles ont déjà écrit : Deux secondes en moins

Le site de Marie Colot

Celui de Nancy Guilbert

Les gens heureux lisent et boivent du café – BD

heureuxD’après le roman d’ Agnès Martin-Lugand

Roman graphique

Les gens heureux lisent et boivent du café

Véronique Grisseaux & Cécile Bidault

Michel Lafon (2019)

*****

Depuis un an, Diane est dépressive. Parce qu’elle a perdu d’un coup son mari, Colin et sa petite fille,  Clara, dans un accident de voiture… Félix, son meilleur ami, essaie de lui remonter le moral, de la faire sortir du cocon dans lequel elle s’enferme (couchée toute la journée avec le doudou de sa fille et le survêtement de son mari). C’est avec Félix qu’elle a créé, 5 ans auparavant, le café-librairie “Les gens heureux lisent et boivent du café“. Mais depuis un an, Félix se débrouille comme il peut pour faire tourner le café tout seul. Il propose à Diane de partir en vacances avec lui, au soleil. Pour se débarrasser de Félix, Diane décide d’aller dans un endroit où il ne la suivra pas. Elle choisit de s’exiler quelques temps en Irlande, dans un coin paumé, Mulranny.

*****

Une histoire qui m’a bien plu, même si ce n’est évidemment pas très gai. Quelques clichés un peu “gros” quand même : Félix, le meilleur ami gay qui ne pense qu’à faire la fête au soleil et à s’envoyer en l’air par exemple…

Et une chose que j’ai trouvé assez incohérente : Diane ne peut pas se passer de Félix et d’un seul coup elle trouve l’énergie pour partir seule à l’étranger ? Après tout, pourquoi pas…

J’ai bien aimé les illustrations aussi, sauf que j’ai trouvé les visages un peu figés (les émotions ne se lisent pas toujours dessus), dommage.

Bref, une lecture sympathique mais qui ne me laissera pas un souvenir inoubliable je pense… Et du coup, je ne sais pas si je lirai le roman !

*****

De Véronique Grisseaux, deux autres adaptations de romans en BD : le tome 1 de Coeur Cerise et Demain j’arrête

La BD de la semaine a pris ses congés d’été…

Je continuerai malgré tout à vous présenter des BD tous les mercredis !