La bourrasque – Album

bourrasqueAlbum à partir de 7 ans

La bourrasque

MO Yan & ZHU Chengliang (ill.)

Traduit et adapté par Chun-Liang YEH

HONGFEI (2022)

*****

Un jeune garçon nous raconte ce qui lui est arrivé lorsqu’il avait 7 ans. Avec ses parents et son grand-père, ils habitaient à la campagne, près d’une rivière. En longeant cette rivière et en marchant un moment, il y avait une prairie où son grand-père fauchait l’herbe chaque année. L’été des 7 ans du garçon, son grand-père l’emmena avec lui.

Ils partirent très tôt. Il y avait encore du brouillard qui se dissipa avec l’arrivée du soleil. Après une longue marche, ils arrivèrent à la prairie. Le jeune garçon commença par imiter son grand-père, puis ennuyé par cette activité répétitive, il se mit à courir après les oiseaux.

Au bout d’un moment, ils déjeunèrent puis le garçon s’endormit. Soudain son grand-père le réveilla, inquiet de voir de gros nuages noirs s’approcher…

*****

C’est une histoire vraie, vécue par l’auteur lorsqu’il était enfant. Une aventure qui l’a marqué et dont il a gardé en mémoire les moindres détails. Le brouillard au petit matin, la chasse aux criquets, le vent qui sentait bon le parfum des fleurs sauvages…

Une histoire très joliment racontée qui m’a donnée envie de découvrir les romans de cet auteur !

Du même illustrateur, nous vous avions présenté : La lanterne de Tonton, dont les illustrations très colorées m’avaient déjà séduites. Ici les couleurs sont moins vives et dans des tons bruns, verts et bleus.  Mais la nature, luxuriante, est magnifique (et le petit garçon adorable !)

*****

La bourrasque est l’adaptation d’une nouvelle, intitulée “Grand vent” et publiée en 1985.

Mo Yan, son auteur, a reçu le prix Nobel de littérature en 2012. Dans une lettre parue dans “La revue de nouveautés” des éditions HongFei (sept. 2022) il explique qu’il a écrit ce texte il y a 38 ans et qu’il a gardé un bon souvenir de cette aventure parce que son grand-père et lui ont réussi à résister à une tornade. Il souhaite à tous ses petits lecteurs le courage de faire face à l’adversité.

Pour la même tranche d’âge (7 ans et +) et du même éditeur, nous vous avons présenté : Nuit étoilée, L’amie en bois d’érable, Le poisson qui me souriait, L’enfant renard, Histoire merveilleuse d’un tigre amoureux (Et ce sont tous des coups de cœur, soit de Mélissande, soit de Sophie ou moi)

*****

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Album jeunesse toujours… Lectures d’Avril

album

Album, Album, Album…

L’album est un format de lecture que j’adore… Et vous ?

***

Le dompteur de vent

Bernard Villiot & Thibault Prugne (ill.)

Éd. Gautier Languereau (2016)

***

El Loco, le vieux chinois, est mort. Dans la grange où il vivait, Sam, un jeune garçon curieux, trouve des tas de cerfs-volants multicolores. Sam se rend compte qu’El Loco n’était pas fou et qu’il avait un rêve. Un rêve que Sam se met en tête de réaliser, mais ne maîtrise pas le vent qui veut…

illustration empruntée au site de l’illustrateur

Si l’histoire ne m’a pas totalement convaincue (mais je ne saurais pas expliquer pourquoi !) les illustrations de Thibault Prugne sont toujours aussi magnifiques ! Rien que pour ça, ça vaut le coup d’œil !!

Blog de Thibault Prugne

De ces deux auteurs, nous vous avons déjà présenté :
Le souffleur des rêves qui, lui était un coup de cœur total ! 

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Le conte chaud et doux des chaudoudoux

Claude Steiner & PEF (ill.)

InterÉditions (2009)

Album

Dans des temps très anciens, les gens vivaient heureux. Chaque enfant, à sa naissance, recevait un sac de chaudoudoux. Lorsque quelqu’un mettait la main dans son sac, il trouvait t

oujours un chaudoudoux. Chaque fois que quelqu’un recevait un chaudoudoux, il se sentait chaud et doux de partout. Mais un jour, une sorcière vint semer la zizanie. Elle fit croire que les chaudoudoux n’étaient pas inépuisables, qu’il ne fallait pas trop en distribuer… Du coup, les gens devinrent radins et jaloux…

Ils ne sont pas mignons ces chaudoudoux ?

Quand on finit ce conte, on se dit : “si seulement ça existait !” Un truc tout doux, qui vous réchauffe et vous réconforte… Une très jolie histoire que je vous invite à écouter ci-dessous. Mais le mieux, bien sûr, est encore de se le procurer. Vous profiterez ainsi des chouettes illustrations de Pef, toutes en rondeur et douceur !

Sur le site de Claude Steiner, vous pourrez lire le texte intégral, et ci-dessous, vous pourrez l’écouter.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Le parapluie de monsieur Roland

 Ariane Duclert & Aude Léonard (ill.)

La marmite à mots (2016)

Illustration empruntée au site de l’illustratrice

Monsieur Rolaalbumnd vit dans la rue, sous le regard pas toujours aimant des passants. Souvent, il se met à l’abri sous son grand parapluie. Mais un jour, en catimini, quelqu’un a volé son parapluie !

Une histoire sur l’exclusion, la vie dans la rue, racontée avec douceur, poésie et rêverie… Pour porter un autre regard sur celles et ceux qui vivent dans la rue ? Les illustrations, des photos mises en scène et “trafiquées” sont étonnantes !

Le tout forme un  joli album, très original dont la fin ne peut que faire penser à la chanson de Brassens “Un p’tit coin d’parapluie”

Blog d’Aude Léonard

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

challenge albums 2017Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Itto le pêcheur des vents – livre cd

 VentsItto le pêcheur des vents

Anne Montange

Élise Mansot (ill.)

Actes Sud Junior (2001)

Cité de la Musique

* * * * *

Le vieux maître de sho, après avoir donné plus de 1000 concerts, décida un jour qu’il était temps pour lui de se retirer. Il fit ses adieux et on ne le revit plus à la cour. Sa place resta vide, personne n’osant le remplacer…

Il s’installa sur l’île des Vents, dans une petite maison en bambou, où il coupait son bois, tirait son eau du puits, cultivait son riz et regardait la mer. Une vie paisible et sans surprises, jusqu’au jour où il trouva un poisson frais sur la pierre où, d’ordinaire, il posait sa théière. Au bout de quelques jours et de quelques poissons, il se rendit compte qu’il était observé par un jeune garçon…

* * * * *

Vents

Sho ou “Orgue à bouche”

Un mot d’abord sur “l’objet-livre” :

C’est un petit album carré (21 x 21 cm) très agréable au toucher. Sa couverture est solide et souple à la fois, on dirait presque qu’elle est “matelassée”. Le papier est épais et de bonne qualité. La police de caractère du texte est assez grande, ce qui a son importance quand on lit à voix haute devant plusieurs enfants, je vous assure !

L’histoire est très mignonne, une histoire qui parle d’amour de la musique, de transmission et de patience. A la fin du livre, 4 pages documentaires expliquent l’origine du sho, comment on l’utilise, comment on le conserve, où et pour qui il était joué…

La voix de la conteuse et la musique du sho se succèdent tour à tour avec délicatesse.

Les illustrations pleine page sont très douces (on dirait de la craie grasse par moments, mais ce doit être de la peinture !) avec la plupart du temps des couleurs pastelles et les personnages sont souriants, calmes. Les illustrations participent bien au côté “zen” de cette histoire et de la musique du sho.

Une bien jolie découverte que ce pêcheur des vents !

* * * * *

L’instrument dont il est question dans cet album est le shō

Si la musique japonaise vous intéresse, ce site propose une page sur le sujet : Musicologie.org

* * * * *

Page d’Anne Montange sur le site de la Maison des écrivains et de la littérature

Le site d’Élise Mansot, l’illustratrice

Et pour écouter le son de cet instrument étonnant, c’est par ici :

D’autres contes japonais présentés sur ce blog : Le chat bonheur, Le Kami de la lune, La princesse au teint de lune, L’enfant qui dessinait les chats, Contes du Japon (livre CD), Princesse Pivoine et Le mot qui arrêta la guerre, Akiko la rêveuse,

Un conte qui participe au “mois du Japon” chez Lou et Hilde

Japon

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Feng, un conte par Thierry Dedieu

FengFENG

Thierry Dedieu

Picquier Jeunesse (2012)

C’est une réédition, il est sorti en 1995 aux éditions du Seuil

^ ^ ^ ^ ^

Feng est un petit paysan chinois passionné par les cerfs-volants. Il part retrouver un vieux sage dont on dit qu’il maîtrise les secrets des cerfs-volants et du vent. Le vieux maître accepte, non pas de lui enseigner son art “Un lion qui imite un lion est un singe“, mais de le mettre sur la voie en lui prodiguant quelques conseils…

Feng

^ ^ ^ ^ ^

Présentation de l’éditeur : C’est l’histoire initiatique d’un élève qui demande à son maître le secret du cerf volant qui vole au dessus des cieux. Réédition et adaptation graphique d’un livre paru en 1995 aux éditions du Seuil, Prix Alphonse Daudet (jury Goncourt).

^ ^ ^ ^ ^

FengJ’ai trouvé l’histoire très jolie, à la fois conte initiatique et conte chinois ; elle nous apprend qu’on apprend mieux par soi-même, en observant, en faisant, plutôt qu’en apprenant bêtement par cœur ou en copiant… Mais ce que j’ai vraiment adoré, ce sont les illustrations ! Le fond est un mélange de jaune et de vert ou de jaune et de beige selon les pages (cela doit avoir un nom, je ne le connais pas !) et les dessins sont très délicats. La double page sans texte qui montre Feng sur sa barque partant à la recherche du monastère est superbe, on dirait un vieux tableau avec ses tampons dans le bas de la page… Fait au fusain ou à la craie grasse ?

Le format (plus de 34 cm de hauteur) est également assez inhabituel pour un album.

Dans la première version de ce conte (couverture rouge et noire à droite) les illustrations étaient en noir & blanc sur fond gris. La version que j’ai lu est dans les tons marrons /ocre / beige avec parfois un peu de vert, d’or ou de rouge… Superbe !

Pour avoir une idée des illustrations de la première version

^ ^ ^ ^ ^

Un auteur que je vous conseille vivement d’aller découvrir si vous ne le connaissez pas encore !

Albums de cet auteur déjà présentés sur ce blog : J’ai adopté un crocodile / Un mur sur une poule, Bob et Marley : le cadeau (2ème album présenté) , Yakouba / Aagun, Le maître des estampes

Son site ici

logoalbums2016.jpg

Enregistrer

Enregistrer