L’épopée du perroquet de K. Reichs

Roman adulte – plutôt fille –

L’épopée du perroquet

de Kerry Reichs

traduit par Christine Auché

Oh ! Editions, mars 2012
9782361070298, 19€90
416 pages

Une pétillante jeune femme en quête d’elle-même, Un perroquet au sens de l’à-propos déconcertant, Une vieille voiture bringuebalante… Tous en route pour Hollywood ! Cette fois, la coupe est pleine ! A 25 ans, Maeve est sur le point de craquer. Alors qu’elle vient de perdre son job, ses parents ont décidé de lui couper les vivres pour l’aider à se prendre en charge… Ni une ni deux, Maeve, accompagnée de son perroquet Oliver, part refaire sa vie à Hollywood.
Mais c’est compter sans le destin qui s’acharne. En pleine traversée des Etats-Unis, sa voiture rend l’âme au milieu de nulle part. Voici Maeve coincée avec son perroquet, loin des siens, loin de son rêve, dans une petite ville perdue du fin fond de l’Arizona. Petite ville perdue certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve ne tarde pas à le découvrir… Au point de renoncer à rejoindre la mythique Hollywood ?

Bien que la couverture ne me plaise pas beaucoup j’ai ouvert ce roman avec une grande curiosité. Curieuse de savoir ce que la fille de Kathy Reichs (auteur des livres à l’origine de la série Bones) pouvait bien écrire, mais aussi avec l’envie de traverser les Etats-Unis…

Ce roman est en effet une épopée, celle d’une jeune femme et de son perroquet, Oliver, à travers les Etats Unis. De la Caroline du Nord à Los Angeles pour être exacte. Un voyage initiatique pour cette jeune femme qui veut changer de vie. Une voiture ancienne, quelques bagages et son perroquet, voici Maeve en route. Mais qui dit vieille voiture dit réparation et donc argent… son voyage se déroule donc au rythme des garages et des petits boulots.

Difficile dans un premier temps de cerner Maeve, et l’histoire commence de façon assez banale par une fuite en forme de voyage. C’est finalement l’arrivée à Coin Perdu qui fait réellement démarré le roman. Nous découvrons alors de nombreux personnages hauts en couleur et Maeve elle même nous apprait dans toute sa complexité et ses secrets.

Si ce roman est clairement féminin j’en ai apprécié le ton d’autant plus qu’il ne s’arrête pas uniquement aux histoires d’amour nous offrant à la fois amitié, épreuves et surprises. Une surprise particulièrement pour ma part, que je n’ai vu arriver que très peu à l’avance, et qui nous offre un thème qui m’aurait fait fermé le livre dans les premières pages. Pourtant j’ai continué ce roman, attachée déjà aux personnages et à l’histoire et j’ai continué ma découverte avec d’autant plus d’intérêt.

L’auteur place  l’héroïne dans l’univers des livres, librairie, livres jeunesses, livres anciens, auteur… un aspect superficiel mais qui fait un petit plus intéressant, tout comme les noms de villes. Pas évident dans la traduction mais Maeve décide en fait de parcourir sa route par les petites routes en suivant les noms de villes étranges, l’occasion de découvrir les noms farfelus des villes américaines, comme Coin Perdu, Nulle Part… L’auteur ajoute encore un peu de personnalité à Maeve avec une passion pour les chaussettes fantaisies qui m’a beaucoup fait rire!

Si l’auteur a très bien alterner les ambiances et les tons dans son récit on pourrait aussi aisément lui reprocher quelques facilités. Les histoires amoureuses sont clairement déjà vues, mais mêlées à l’ensemble elles sont plutôt convaincantes. Finalement les sentiments l’emportent, Maeve a su me toucher et je ressors émue de ce roman.

Une aventure féminine et intérieure au ton sincère qui nous parle en plus de livres… Une belle distraction !

 + Il semble qu’une bonne partie de la blogosphère l’ai déjà lu, ce ne sont pas les avis qui manquent :

Lael : “Un roman rafraîchissant et touchant.”
La conteuse : “Un très chouette livre  ”
Stellabloggeuse :  “un joli coup de cœur”
Un coup de coeur aussi pour Galleane 

Heureusement il y a aussi des déçues : {pour la diversité des goûts et des couleurs}

Cynthia : “ce roman n’a pas su toucher mon coeur de lectrice…”

Nous suivre et partager :

RDL#4 Ces livres dont je n’ai pas parlé…

Ronde des Livres  #4 Ces livres dont je n’ai parlé, une ronde des livres bimensuelle pour laisser une chance à ces livres dont je n’ai pas eu le temps ou l’envie de parler après leur lecture…

Ces années blanches de Julie Jacob Coeur

Marie, adolescente stephanoise, vit une situation difficile dans sa famille. Entre espoir et consternation elle nous raconte son quotidien.
L’auteur emploie des phrases courtes, faisant ressortir un ensemble pudique. Ne nombreuses ellipses. On ne sait même pas tout. On sent que ce quotidien est difficile, mais on ne saisit pas tout de suite ce qui pose vraiment problème. Quel a été le point de bascule de cette famille. Marie nous livre sa vie, des lettres, ses amours naissants. Tout ce fait vite, un peu trop vite peut être. Pour avancer vers une résolution, l’auteur passe en quelques pages sur plusieurs années, mais permet ainsi de ne pas trop souffrir avec cette adolescente. On ressent cette douleur, mais on continue notre chemin. C’est bien… et en même temps j’aime les livres qui m’entrainent encore un peu plus profondément…

Un bilan mitigé sur le moment, et pourtant avec du recul j’en garde un excellent souvenir!

 

Jacob-Coeur, Julie – Ces années blanches.- Thierry Magnier, avril 2011

 

Theodore Boone : enfant et justicier de John Grisham

J’adore John Grisham, depuis l’affaire Pélican, alors une sortie en jeunesse forcément ça m’a intéressé. Et effectivement le héros est un enfant. Une fois de plus un thriller judiciaire, mais cette fois ci dans un langage un peu plus simple et expliqué! Theodore Boone est un fils d’avocat et il compte bien suivre la même voix. En attendant il s’occupe des petites affaires de ses camarades et professeurs. Sauf qu’il apprend une chose vraiment importante. Une chose qui peu changer le cours du procès en cours.

Une très bonne intrigue qui nous apprend plein de chose sur la justice. Une lecture plaisante, que j’ai apprécié, mais que j’ai tout de même trouvé en deçà des Grisham habituel. Moins percutant je pense, peut être à cause de la mise en place du personnage…

Un livre tout à fait adapté aux garçons, et ça c’est quand même assez rare finalement dans la littérature adolescente actuelle… et surtout dans ce que je lis!

Le deuxième tome est sorti la semaine dernière : L’enlèvement !
Grisham, John – Théodore Boone : enfant et justicier.- Oh Editions, 2010

 

 Prochain rendez-vous le 17 novembre! Vous pouvez bien entendu vous joindre à nous, il suffit de me le signaler en commentaire.

Chez Somaja : Prisonnière de la sorcière et le premier tome de La communauté du Sud (TrueBlood)

Chez Missbouquinaix:  La mort à Venise de Thomas Mann, Soldat Peaceful de Morpurgo et Pêcheur d’Islande de Loti

Nous suivre et partager :