Uglies de Scott Westerfeld

uglies.gif

Roman de science fiction (adolescent)

Uglies

 de Scott Westerfeld

traduit par Guillaume Fournier

Pocket Jeunesse, mai 2007
978-2-266-15924-1, 13,50€
432 pages

Thèmes : Adolescence, Beauté, Science Fiction (anticipation, dystopie), Ecologie

Présentation de l’éditeur : 

Tally aura bientôt 16 ans.
Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une  manipulation.
Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?

 

  Ce roman a remporté de nombreux prix littéraire, dont le Grand Prix de l’imaginaire

 

Avis :

coeur.gif
J’ai lu ce livre en 2007, à sa sortie, avec beaucoup de plaisir. Je l’avais d’ailleurs acheté pour mes collégiens, sans faire mouche. Depuis j’ai changé de collège, et je n’ai pas retenté l’expérience. Pourtant le hasard des vacances m’a fait me replonger dans ce premier tome (pour mieux apprécier la suite) et je finis sur le même sentiment qu’alors : wahou ! J’adore. Et du coup je suis tentée une fois de plus le conseiller à mes élèves !

Pourquoi j’ai aimé, c’est un peu plus dur à expliquer, puisque c’est un ensemble. J’aime ces histoires d’anticipation qui nous font réfléchir sur le maintenant et le après. J’aime les aventures d’adolescentes entre courage et inquiétude, force et résignation, amitié et amour. Et puis j’aime l’écriture de Scott Westerfeld dont j’ai lu d’autres livres. Un ensemble simple quand je l’écris, pourtant c’est la complexité de ses éléments imbriqués qui font de ce livre un véritable coup de coeur, un de ces livres que je ne me lasse pas de recommander.

Tally c’est une adolescente dans un monde complètement différent, mais qui pourtant peu renvoyer les adolescents actuels à leur propre image personnelle, à leur propre choix. Sensibilité, grand air, secret d’Etat… la vie! Quelques siècles après notre maintenant, nous sommes devenus les Rouillés, et notre mode de vie n’existe plus!

Dans ce premier tome d’une trilogie qui compte 5 livres (je vous expliquerai au fur et à mesure des tomes) Tally est face à ses choix d’avenir, seule souvent, mais pourtant très entourée. Sous forme de voyage initiatique elle va prendre conscience de ce qu’elle est, et de ce qu’elle veut. Romance passagère, décision grave, révélation terrifiante, ce premier tome met en place les personnages de façon splendide, et nous permet de nous attacher peu à peu à chacun d’eux. L’histoire à la fin de ce tome reste en suspend… difficile donc de s’arrêter là.

Un film “Uglies” est prévu en 2011 au USA… je reste sceptique mais enthousiaste !

  Extraits :

” La nature n’avait pas besoin d’une opération pour être belle. Elle l’était, tout simplement !”

 “Shay la fit s’asseoir à une table, se tourna vers une étagère et en sortit une poignée d’ouvrages sous emballage plastifié qu’elle déploya devant Tally.

– Des livres sur papier ? Et alors ?
– Pas des livres. On appelle ça des ‘magazines’, expliqua Shay.
Elle en ouvrit un et pointa le doigt. Les pages étrangement brillantes étaient couvertes de photos.

De gens.

Moches.

Tally écarquilla les yeux tandis que Shay tournait les pages, pointant le doigt et gloussant.
Elle n’avait jamais vu autant de visages si différents. Des bouches, des yeux, des nez de toutes les formes possibles, et sur des gens de tous âges. Et les corps! Certains ridiculement gras, d’autres horriblement musclés, ou bien d’une maigreur troublante; presque tous présentaient d’importants défauts de proportions. Mais au lieu d’avoir honte de leurs difformités, ces gens riaient, s’embrassaient, prenaient la pose, comme si toutes ces photos avaient été prises lors d’une gigantesque réception.

– Qui sont ces monstres?
– Ce ne sont pas des monstres, répondit Shay. Le plus dingue, c’est que ce sont des gens célèbres.
– Célèbres pour quoi? Pour leur laideur?
– Non. Ce sont des sportifs, des acteurs, des artistes. Les hommes aux cheveux filandreux sont des musiciens, je crois. Les plus moches sont des hommes politiques, et quelqu’un m’a dit que les gras-doubles sont principalement des comiques.
– Alors, c’est à ça que ressemblaient les gens avant le premier Pretty? Comment arrivaient-ils à se regarder les uns les autres?”

 

Et comme le jeudi c’est citation avec Chifonette,  voici ma participation :

” Tout est plus glamour quand vous le faites sur votre lit. Même peler des pommes de terre.”  Andy Warhol

Un jour avec Lola de Jean-Paul Nozière

Un jour avec Lola


unjouraveclola.gif

 

Auteur : Jean-Paul Nozière

Editeur : Pocket Jeunesse (Thierry Magnier)

Date : 17/06/2010
Pages : 139 p.
Prix : 5,90 €
ISBN
 
978-2-266-15805-3 

 
 
Roman  (jeunesse)

Thèmes : Adolescence, Famille monoparentale, Fille-femme, vie quotidienne

 

 

 

Présentation de l’éditeur :
“Lola vénère son père.

Par-dessus tout. Elle s’est mis en tête de remplacer sa mère, partie un matin sans laisser de trace. Depuis, la
petite fille joue à la femme fatale : elle emprunte les vêtements de l’absente et mime ses attitudes à la perfection. Mais qui est vraiment Lola ? Une forteresse aux fondations fragiles, que l’on
suit, le temps d’une journée, entre l’épicerie de son père et la jungle du collège. “


Avis :

Lola est une jeune adolescente perturbée par son environnement. Sa mère est partie un jour, sans laisser de trace, et son père
se débat avec une épicerie et des dettes importantes. Dans cet univers en ruine, Lola semble pourtant se débrouiller très bien. Chaque jour elle s’habille dans les habits haut de gamme et sexys
de sa mère… et gagne sa vie d’une bien étrange façon. Il semble à la lecture de ce livre que l’on passe plusieurs mois avec Lola, tant on apprend à la connaître. Ce n’est en fait qu’une seule
journée, une journée où l’on ne sait jamais exactement où se situe la frontière entre la réalité et les pensées de Lola. Un livre coup de poing sur l’adolescence, qui file à une vitesse
phénoménale. Son ton très juste et son thème ne manqueront pas de plaire aux jeunes adolescents.

J’ai particulièrement apprécié l’écriture de Jean-Paul Nozière, qui n’hésite pas à pousser l’histoire dans des recoins sombres,
choquants parfois même surement – entre viol et prostitution -. Une histoire irréelle, pourtant bien attachée dans la réalité, dans notre réalité, avec tout ce qu’elle a de défauts.

C’est trop court pourtant, car on aimerait suivre un peu plus Lola, savoir ce qui lui arrive. Pourtant la fin elle aussi est
bien dans le ton, on ne sait même pas finalement, comment cela se termine, entre rêve et réalité…

 


Extraits :
“Pendant la récréation de 13heures, le collège se transformait en chaudron porté à ébullition. Qu’il n’explose pas tenait du miracle.

Le bruit épouvant Lola dès son entrée. Un grondement menaçant percutait le
vitrage séparant la coursive de la cour. Une mer d’equinoxe s’abattant sur les vitres. Lola, à l’abri du couloir, se disait que les baies vitrées contenaient une assemblée de fous dont elle était
la gardienne. […]

– La jungle, murmura Lola.”

 

Reçu et lu dans le cadre de l’initiative Dialogues croisés de la Librairie Dialogues.


dialoguescroises.png

Hunger Games de Suzanne Collins

hungergames.gifHunger Games (tome 1)

Auteur : Suzanne Collins

Éditeur : Pocket Jeunesse
Date : 01/10/2009

Pages : 398 p.
Prix : 17,90€
ISBN
9782266182690

 Roman science fiction (jeunesse)

Thèmes : Science Fiction, famille, survie

Présentation de l’éditeur :
“Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène : survivre, à tout prix.
Quand sa petite sœur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort.
Chez elle, survivre est comme une seconde nature… ”

Avis :

On m’avait pourtant prévenu, comme il est dur de lâcher ce livre une fois qu’on l’a commencé… Alors tant pis pour le manque de sommeil, le changement d’heure et le reste, je l’ai dévoré d’une seule traite!

Des personnages extrêmement attachants, surtout Katniss bien sûr, et puis une histoire à couper le souffle. Sur fond de science fiction, dans un futur dont on ne connait pas la date, le monde a bien changé, mais les différences et les injustices existent toujours. Alors pour distraire les riches et parait-il montrer la supériorité de la Capitale, chaque année ont lieu les Hunger Games. Ces jeux de la faim sont surtout des tueries organisées, car sur 24 candidats de 12 à 18 ans, il ne doit en rester qu’un. Un air de Battle Royal, mais une histoire différente pourtant. Pleine de sensibilité, d’amour, d’amitié, d’échange. En y réfléchissant maintenant je me demande même comment il est possible de mettre autant de sensibilité dans des actes aussi durs, aussi graves. C’est peut être même le seul reproche que je ferais à ce livre, une banalisation de la violence. Alors oui
notre héroïne est contre, elle le dit… Pourtant on voit bien que pour survivre ces enfants sont prêt à tout… Que ferions nous à leur place. Si on avait le choix entre mourir ou
tuer…

Beaucoup d’émotions donc, pour un livre que j’ai aimé, vraiment beaucoup… mais qui me laisse assez mal à l’aise !

Et puis cette fin… On pense que tout est fini… et non… !! Je n’ai plus qu’à attendre le tome 2 !

Extraits :
“D’un seul mouvement, je me tourne vers le bruit et j’arme mon arc. Il n’y a personne. personne de visible, du moins. Puis je repère la pointe d’une bottine d’enfant qui dépasse d’un tronc.
Je baisse les épaules avec un grand sourire. Elle se déplace à travers le bois comme une ombre, il faut lui reconnaitre ça. Comment aurait-elle réussi à me suivre, autrement ? Les mots s’échappent de ma bouche malgré moi :

– Tu sais, ils ne sont pas les seuls à pouvoir former une alliance.”

Le site :
http://www.hungergames.fr

D’autres avis :
Lu dans le cadre d’une lecture commune avec :  Joey7lindley,
Melcouettes, Iani, Lisalor, Jelydragon, Cacahuète, Azariel 87 et Radicale (j’espère n’avoir oublié personne!!)

Challenge :

45974802_p.jpg
3/3
Mais j’en lirai peut être bien d’autre… je n’ai pas choisi le défi crazy Sf, tout simplement parce que je suis nulle pour savoir à quel
sous genre de SF appartiennent les livres ^^
Genre celui ci, c’est quoi ?
Edit : on me souffle dystopie, mais je ne risquai pas de trouver, c’est pas dans les sous genres selectionnés ^^

Ne pas tout dire

roman pour adolescents

Ne pas tout dire

de Shaïne Cassim

Grasset Jeunesse, 2000
Collection Lampe de Poche 

Constance, lycéenne spasmophile, angoissée, peureuse, myope et fille unique de parents divorcés semblent bien mal lotie dans la vie.Heureusement elle va traverser cette dure période qu’est l’adolescence entourée par sa mère (qui se remet difficilement du départ de son père), Noémie (qui oscille entre mensonge et chagrin d’amour car elle aime le même garçon que Constance) et Vladimir Illitchkov, le Pope de son quartier (pas de religion là dedans, ils se retrouvent autour d’un café au bar du coin les nuits d’insomnie…) Peu à peu on va voir Constance se noyer dans cette spasmophilie qui l’handicape… mais on la verra aussi devenir de plus en plus forte, surmonter ses peurs, assumer la nouvelle compagne de son père, aider à la fois sa mère et sa meilleure amie, et tomber amoureuse, avec des hauts, beaucoup, et des bas, encore plus…


 Extraits :
” Tout brillait au-dessus de moi. Trop. Le ciel était très étoilé. Les diamants scintillants semblaient à portée de main. J’ai tendu les doigts mais je n’ai rien attrapé. J’étais heureuse comme j’avais pu l’être parfois en Toscane _ des centièmes de secondes volées à la tristesse. J’ai regardé mes talons noirs, immaculés, ma robe de soie verte. J’en aurais ri. j’avais l’impression d’être déguisé en femme.”
” J’ai eu envie de me lever. J’ai enfilé ma robe de chambre et je suis sortie. […] Quelqu’un m’a heurté et j’ai poussé un cri.
_Excusez moi.
C’était le Pope. Il avait des poches sous les yeux et l’air fatigué.
_ Qu’est ce que vous faites dehors à cette heure-là?
_ Je suis insomniaque, a-t-il soupiré.
J’ai eu envie de rire et je me suis retenue à grand-peine.”

Une écriture intéressante, pleine de petites phrases douces et charmantes, qui accompagnent agréablement cette histoire. On s’attache très vite à Constance, on a envie de l’aider, de lui souffler d’avoir confiance en elle… Bien que ce soit une lycéenne, avec des préoccupations de cet âge (bac, cigarette, alcool et sexe -le tout abordé très pudiquement-) les collégiens peuvent apprécier ce livre.

Selon une de mes élèves : ‘j’ai pas pu le refermer avant d’avoir fini”