Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Je recherche un poste en médiathèque à partir du 1er septembre (Région Bretagne de préférence !)

ELLE Grand Prix des Lectrices 2016

ELLEELLE

47emePrixDesLectricesLePrix

47ème Grand Prix des Lectrices 2016

* * * * *

 Le 1er juin a pris fin une belle aventure : ayant participé en tant que jurée, depuis juillet dernier, au Prix des Lectrices de ELLE, j’étais conviée, avec les 119 autres jurées à la remise du Grand Prix.

Nous avons été accueillies dans les prestigieux salons France-Amériques de l’avenue Franklin Roosevelt. Prestigieux et très beaux, mais un peu petits pour accueillir l’évènement et ses nombreux invités !

Mais commençons par le commencement : en mai dernier, ayant vu sur un blog que le Prix des Lectrices recherchait justement les dites lectrices, je me suis lancée, sans trop y croire… J’ai même attendu les derniers jours pour envoyer ma candidature, tellement je pensais n’avoir aucune chance !

Et puis j’ai repensé au fameux adage « qui ne tente rien… » et je me suis décidée à postuler. Quelle ne fut pas ma surprise (et ma joie !) quelques jours plus tard, en recevant le mail m’annonçant que j’avais été sélectionnée !! Les instructions suivirent, puis les premiers livres, à lire bien sûr, mais aussi (et ce n’est pas le plus facile !) à noter et à chroniquer. 28 livres au total (10 romans, 9 polars et 9 documents) dont certains, je l’avoue, que je n’aurai jamais ouverts si je n’avais pas participé à ce Prix.

J’ai adoré certains livres, beaucoup moins apprécié certains autres, mais une chose est sûre : ce prix aura élargi mon « champ » de lecture ! En plus des découvertes littéraires, ce prix m’aura permis (via un groupe fermé sur FB) d’échanger avec d’autres jurées ce qui s’est révélé passionnant. Sur les 120 jurées, environ 45 faisaient partie de ce groupe, certaines plus actives (plus bavardes ?) que d’autres. La lecture est un plaisir solitaire dit-on. C’est vrai. Mais quel plaisir ensuite d’échanger avec les autres ! Et de voir parfois, souvent même, combien les avis peuvent être divergents.

11 mois de découvertes littéraires (et d’amitiés naissantes) qui se sont achevées hier avec la remise du Grand Prix. Chaleureusement accueillies par l’équipe de ELLE, nous avons eu le privilège de pouvoir discuter avec les 3 auteurs finalistes :

ELLE

Marceline Loridan-Ivens

ELLE

Jax Miller (au centre)

Marceline Loridan-Ivens pour « Et tu n’es pas revenu » lettre écrite à son père.

Jax Miller pour « Les infâmes » un roman policier écrit « avec ses tripes ».

et Jean-Luc Seigle pour « Je vous écris dans le noir » émouvant roman sur l’histoire de Pauline Dubuisson.

Des rencontres intéressantes, émouvantes et chaleureuses avec 3 auteurs très différents mais très accessibles et plein d’humour ! J’étais très intimidée à l’idée de rencontrer Marceline Loridan-Ivens qui s’est révélée être une (toute petite !) femme bourrée d’énergie, d’humour, d’envie de vivre et qui ne mâche pas ses mots…

Mr Seigle nous a expliqué pourquoi il comprenait si bien les femmes (il a été élevé au milieu de plusieurs femmes), quand à Jax Miller, c’est un vrai clown ! Très surprise d’être là, elle était absolument ravie.

ELLE

Jean-Luc Seigle

La soirée s’est ensuite poursuivie avec la photo de nous toutes avec les auteurs (à paraître dans ELLE) puis avec l’arrivée de nombreux invités, éditeurs, journalistes et s’est achevée par un cocktail dinatoire. N’étant pas familière de ce genre d’évènement, j’avoue m’être beaucoup amusée !

ELLE

Pour cette année (2016/2017) les candidatures sont terminées, mais n’hésitez pas (en mai 2017) à postuler, car c’est une très chouette expérience ! Moi je dois attendre 3 ans avant de pouvoir candidater, mais il n’y a aucun doute, je réessaierai en 2018…

* * * * *

N’ayant fait aucune photo (trop occupée à regarder et à bavarder !!) j’ai emprunté celles que d’autres lectrices ont bien voulu partager. Qu’elles en soient ici remerciées !

Sur son blog, Cajou raconte également son expérience de jurée et elle a mis les photos de tous les livres lus.

Vous trouverez mes critiques pour ces 3 livres sur le site anamor

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :
error0

Rikimini

Rikimini  Rikimini

Marie-Sabine Roger & Alexandra Huard

Casterman (2012)

*****

Rikimini est tout petit, Rikimini n’a pas d’amis chantent les enfants à l’école. Personne ne joue avec lui, alors il part des journées entières, à la recherche d’un ami. Il part dans la forêt lointaine, à côté de chez lui, près de la boulangerie. Les vacances arrivent, Rikimini sort de chez lui, et là, il trouve un ami : un gros doudours à qui il va pouvoir raconter plein d’histoires…

rikimini1

*****

Dès le début de l’histoire, on sent bien qu’il y a « anguille sous roche », que l’histoire n’est pas claire. Un petit garçon qui part dans la forêt profonde, juste après le kiosque à journaux ?

L’histoire est très jolie, très douce et poétique. Et les illustrations d’Alexandra Huard sont tout aussi douces. J’aime beaucoup ce mélange de bouilles toutes rondes pour les enfants et de formes géométriques pour les montagnes et les nuages. Pas de couleurs vives cette fois-ci (sauf pour le bonnet et l’écharpe de Rikimini !) mais des couleurs pastels où le gris, le mauve et le marron dominent pour parler de l’hiver.

Une histoire qui parle d’amitié et du pouvoir de l’imaginaire. Une belle aventure !

rikimini2

De l’auteur, Marie-Sabine Roger, on vous a déjà présenté A quoi tu joues ? ici et un bel album sur les préjugés et le sexisme.

De cette illustratrice, Alexandra Huard, dont j’aime vraiment beaucoup le travail, on vous a présenté : Tangapico, La chose et  La drôle d’idée de mon papa.

logoalbums2016.jpg

Nous suivre et partager :
error0

La petite fille en rouge

RougeLa petite fille en rouge

Aaron Frisch & Roberto Innocenti

Gallimard (2013)

⊗ ⊗ ⊗ 

Une actualisation du «Petit Chaperon rouge» de Charles Perrault, mise en scène par Roberto Innocenti dans l’univers minéral et bétonné d’une banlieue contemporaine. (Gallimard)

Prix Sorcières 2014

⊗ ⊗ ⊗ 

Sophia, le petit chaperon rouge de cette histoire, vit avec sa mère et sa sœur  dans une forêt de béton et de briques, une ville. Sa grand-mère n’est pas très en forme et elle aimerait bien un peu de compagnie, oui mais voilà, elle habite de l’autre coté de la ville et pour y arriver, il faut traverser « le bois », un centre commercial de rêve… Éblouie par la féérie du « bois », Sophia perd son chemin et se trompe de sortie.

⊗ ⊗ ⊗ 

J’ai trouvé cette version moderne du Petit Chaperon Rouge beaucoup plus effrayante et glaçante que les versions classiques ! Peut-être parce qu’on s’identifie plus facilement aux personnages et aux lieux… Il est indiqué « A partir 8 ans », et là, pour le coup, il me semble judicieux de respecter l’âge indiqué si vous voulez éviter que vos p’tits bouts fassent des cauchemars !

Les illustrations sont pleines de détails, beaucoup de pub, de tags, de pauvreté et de misère, et tout cela dégage une atmosphère vraiment particulière, que j’ai trouvé très « violente » et vraiment oppressante ! C’est une grande ville quoi, inhumaine, où « Tout le monde vous voit, mais personne ne vous voit ». Une si bonne définition de la ville !!

C’est un album qui m’a pour ainsi dire donné le même frisson que quand on lit un thriller…

Rouge

D’autres avis, d’autres images avec Jérôme, Noukette, Le tiroir à histoires, Blandine, Le bateau livre.

Si avec tout ça, vous n’avez pas compris qu’il faut absolument le lire… ;)

Un illustrateur à suivre !

Le site de l’illustrateur (en italien ou en anglais)

Un article du Monde qui parle du travail d’Innocenti

logoalbums2016.jpg

Nous suivre et partager :
error0

Les poulets guerriers

Poulets♥ Les poulets guerriers ♥

Catherine Zarcate & Élodie Balandras

Syros (2011)

***

Cet album a gagné le Prix des Incorruptibles (catégorie Maternelle) en 2012/2013.

***

La première fois que j’ai vu cet album, j’avoue qu’il ne m’a pas attiré plus que ça. Je suis passée rapidement dessus, sans avoir spécialement envie de l’ouvrir. Mais comme j’avais vraiment besoin d’histoires à lire aux maternelles pendant les TAP, je me suis décidée à le regarder de plus près. Et je n’ai vraiment pas regretté, parce que non seulement j’ai bien rigolé en le lisant, non seulement je me suis bien éclatée à le raconter (je me suis même cassée la voix en chantant la chanson du poussin !!) mais les enfants ont a-do-ré !

L’histoire peut se résumer à : « on a toujours besoin d’un plus petit que soi« . Des poulets guerriers adolescents partent sur le sentier de la guerre. Un poussin insiste pour venir avec eux, mais ils ne veulent pas de lui et font tout pour s’en débarrasser. Heureusement pour eux, ils n’y arriveront pas.

Je me suis vraiment régalée avec cette histoire, pleine d’humour et de tendresse. A lire à voix haute, c’est tout simplement génial ! Et les enfants ont beaucoup aimé les illustrations (moi aussi d’ailleurs !). Elles sont grandes, amusantes, colorées et très expressives (voir la tête du poussin quand il joue de la guitare !)

***

Les-poulets-guerriers2

Les poulets guerriers a été librement adapté d’un conte traditionnel africain qui s’appelle « le poussin« .

Le site de la conteuse Catherine Zarcate

Le site de l’illustratrice Élodie Balandras

Écouter Catherine Zarcate conter « Le singe et le crocodile« 

logoalbums2016.jpg

Nous suivre et partager :
error0