Bébé va au marché ♥

bébéUn livre à compter
A partir de 2 ans

Bébé va au marché ♥

Atinuke & Angela Brooksbank

Traduit de l’anglais par Ilona Meyer

Les Éditions des Éléphants (2017)

*****

Bébé va au marché avec sa Maman. Pendant qu’elle achète du riz ou des piments, bébé regarde autour de lui. Il est curieux et il sourit. Les commerçants lui offre des fruits. A chaque fois, le nombre de fruits diminue. On lui offre 6 bananes, il en mange une et en pose 5 dans le panier de sa Maman. Puis on lui donne 5 oranges… Et ainsi de suite.

*****

Une histoire très mignonne où le bébé fait sa vie dans (et sur) le dos de sa mère. C’est amusant et très joyeux. Un mélange de livre à compter (de 6 à 1) et de conte en randonnée.

J’ai adoré les illustrations, elles sont gaies, très colorées et douces à la fois et les personnages très souriants ! Ce marché est très vivant, plein d’enfants et de bonnes choses à manger… Miam !

*****

Existe aussi en version cartonnée.

Voir d’autres illustrations sur le site de l’éditeur (et les autres albums de la même série)

Mistikrak et Liyah avaient déjà présenté cet album.

Un autre album dans un style très différent, mais gai et coloré pour les tout-petits : Chapeau d’été

Pome

PomePome

Marie Desplechin

Collection Neuf

L’École des loisirs (2007)

*****

Lecture commune avec Blandine

*****

Pome est le deuxième tome d’une trilogie. Le premier tome s’intitule “Verte” et le troisième “Mauve“.

*****

Éditeur : Souvenez-vous. Nous avions laissé Verte, l’apprentie sorcière rebelle, rayonnante. Entourée de femmes, comme depuis toujours : sa mère Ursule et sa grand-mère Anastabotte. Mais aussi, c’était nouveau pour elle, d’hommes : Soufi, le garçon de sa classe grâce à qui elle avait retrouvé son père, et celui-ci, Gérard, l’entraîneur de foot.
Les choses pourraient être simples désormais.
Et bien sûr, elles ne le seront pas. Car Soufi déménage et Gérard a un père, lui aussi : Raymond, un ancien commissaire de police. Verte pleure, Verte rit, Verte est très entourée soudain et pourtant elle se sent seule. Heureusement, une fille vient d’emménager avec sa mère dans le bâtiment B. C’est Pome.
Verte se dit que c’est un nom parfait pour une alter ego, une future meilleure amie, une pareille en tout. En tout ? Même en sorcellerie ?

*****

Après s’être sentie seule si longtemps, Pome est heureuse. Elle a un ami, Soufi, grâce à qui elle a retrouvé son père et son grand-père. Mais lorsqu’elle rencontre Pome, c’est incroyable. Elle a enfin l’impression d’avoir un alter ego, un autre elle-même, et ça lui fait un bien fou !

Et à nous aussi. Car, comme dans le premier tome, c’est drôle, c’est léger. Tout en parlant de thèmes importants, comme l’amitié, les relations familiales, la sorcellerie (Naaaan ! Je rigole !!)

Bref, à la fin, on n’a qu’une envie. Lire le 3ème (et dernier) tome pour retrouver Verte et Pome !

Un livre indémodable qui m’a beaucoup plu.

*****

Vous aurez reconnu la patte de Soledad Bravi pour l’illustration de couverture.

Hilde du Livroblog a présenté les 3 romans d’un coup.

Voyage à Birmingham de Christopher Paul Curtis

Un texte qui donne à réfléchir…

Roman pour la jeunesse à partir de 11 ans

Voyage à Birmingham  Voyage à Birmingham

de Christopher Paul Curtis

Editions Ecole des loisirs,

coll. Medium Poche, 2021

(éd. originale parue en 1977)

6,90 euros

***

Thèmes: Etats-Unis, 20ème siècle, histoire, Martin Luther King, racisme

***

Présentation de l’éditeur: ” La vie quotidienne de la famille Watson, dans l’état du Michigan au début des années 60, est celle d”une famille noire des plus normales (…)  Mais Byron, le fils aîné, est en train de mal tourner. Alors, pour lui apprendre à vivre tant qu’il en est encore temps, les parents décident de l’emmener en pension chez sa grand-mère du Sud (…) C’est l’été 1963. Il fait chaud. Dans 15 jours, le 15 septembre, Martin Luther King prononcera son immortel discours: “J’ai fait un rêve…”

 

D’après la quatrième de couverture de Voyage à Birmingham, on se doute un peu de la tournure des événements. Le quotidien de la famille Watson va en effet être troublé par un contexte politique et historique devenu célèbre. Il y est question, entre autres, de la lutte pour les droits civiques des Noirs Américains à l’été 1963. Mais pas que.

Voici donc les Watson en route pour le sud des Etats-Unis. La psychologie des personnages est très bien construite. Christopher Paul Curtis nous conte les relations (souvent difficiles) qu’entretiennent les différents membres de la famille. J’ai été surprise de découvrir à quel point Byron, l’aîné, est cruel et calculateur. Je n’ai vraiment pas apprécié ce personnage. Au fil du récit, on assistera à plusieurs de ses méfaits, il sera même parfois puni très sévèrement.

J’avoue que l’histoire de Voyage à Birmingham n’est pas du tout celle à laquelle je m’attendais. Les événements en lien avec le discours de Martin Luther King arrivent tardivement et je n’ai pas trouvé les personnages très sympathiques. Néanmoins, Christopher Paul Curtis écrit très bien. Il saisi à merveille les différents aspects de l’être humain.

Voyage à Birmingham est un roman qui pourrait intéresser nombreux adolescents et leurs parents. C’est une lecture qui fait réfléchir.

 

~Melissande~

 

+ Un album traitant de la ségrégation aux USA: Ruby tête haute d’Irène Cohen-Janca et Marc Daniau, présenté par Nathalie

+  Nathalie nous présente deux romans-documentaires sur Martin Luther King: Martin Luther King expliqué aux enfants

+ Sophie a présenté The Hate U give / Nathalie aussi !

 

Le garçon en fleurs de Jarvis

Un album touchant et unique qui illustre parfaitement le concept de l’empathie

 

Album pour la jeunesse dès 3 ans

Le garçon en fleurs

de Jarvis

Ed. Kaléidoscope (L’école des loisirs), mars 2022,

ill. de Jarvis,

13 euros

Thèmes: amitié, maladie, fleurs, émotions, empathie

 

Présentation de l’éditeur: “Il s’appelle David. C’est le garçon aux cheveux fleuris, et c’est aussi mon meilleur ami. Mais, un jour, alors que j’arrosais les cheveux de David, un de ses pétales m’est resté dans la main. “

La couverture cartonnée est originale! Très sobre, on y aperçoit en gros plan le visage de David et les tiges fleuries lui servant de chevelure. Ces dernières se découpent sur un fonds blanc et leur relief donne une impression de mouvement.

Dans Le garçon en fleurs, la différence est à l’honneur. En effet, en plus de David, on compte parmi les camarades de classe du narrateur une petite fille en fauteuil roulant. Tous les enfants sont solidaires et grâce à l’intervention de son ami, David va peu à peu recouvrer sa joie de vivre. Le garçon en fleurs est donc avant tout une histoire d’amitié. Car, grâce à l’affection que lui porte son meilleur ami, David va pouvoir surmonter une épreuve douloureuse (on ne saura jamais laquelle mais c’est un procédé intelligent pour que l’enfant puisse s’identifier plus facilement).

Jarvis a trouvé une belle façon de transmettre son message: Le garçon en fleurs raconte tout en pudeur le désarroi mais aussi le retour de l’espoir dans le coeur d’un petit garçon pas comme les autres.

Les couleurs vives apportent beaucoup de joie, le contraste est d’autant plus renforcé lorsque David arbore ses branches dénudées. C’est simple mais efficace!

 

Une pépite à placer entre toutes les petites mains!

 

~Melissande~

 

+ un album pour les plus jeunes sur le thème de la différence: La différence de Jeanne Willis et Tony Ross, présenté par Hérisson.

 

+un album adulte tout en sensibilité: La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline, présenté par Nathalie.