Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Est très heureuse actuellement d'effectuer un loooooooong remplacement en médiathèque ! ;)

Arcadia tome 4 – Un festival pour l’Aliénor

Arcadia

Arcadia Tome 4
Un festival pour l’Aliénor

Cécile Soler (2017)
*****

C’est la fin de l’année à Arcadia, l’académie des sports, et, pour fêter l’ouverture d’un hôtel dans l’enceinte de l’académie, tous les élèves sont invités à participer à un grand festival ayant pour thème le Moyen-Age et qui doit durer deux jours.

Avec le groupe de patineurs dont elle fait partie, Vanessa va présenter une version de Robin des bois proposée par leur nouveau coach, une jeune russe pas toujours facile ! Mais la nouveauté du jour, c’est l’arrivée d’une nouvelle patineuse, Kelly, une jeune américaine durement entraînée par sa mère.

Vanessa, d’abord un peu jalouse du niveau de patinage très élevé de la nouvelle, va tout de même l’aider à se débrouiller sur le campus et à s’installer.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

Une fois de plus j’ai retrouvé Vanessa avec plaisir. Jeune fille de 12 ans passionnée de patinage artistique, elle a de bonnes « valeurs » telles que la gentillesse, l’entraide ou l’amitié. Sans être parfaite bien sûr car il lui arrive aussi d’être un peu jalouse ou envieuse. Mais c’est une fille normale quoi ! On la suit dans ses entraînements, ses histoires avec ses amies mais aussi sa découverte du sentiment amoureux…

Comme dans le tome précédent, l’auteur parle de l’importance de bien se nourrir (d’autant plus quand on fait du sport !!) et de bien dormir (d’avoir une vie saine et régulière quoi !) et, comme dans le tome 3, j’ai trouvé ça intelligemment fait !

Pour les non-initiés, il y a toujours un lexique à la fin pour les mots spécifiques au patinage artistique et il y a également un « mini guide de conversation » pour comprendre deux des personnages qui parlent en anglais dans l’histoire (une quinzaine de petites phrases).

Pour tous les enfants qui aiment le sport, la compétition ou encore l’amitié. Dès 9 ans.

≈ ≈ ≈ ≈ ≈ 

Nous vous avons déjà présenté les trois tomes précédents par ici :

Tome 1 : Le rêve de Vanessa

Tome 2 : La nouvelle vie de Vanessa

Tome 3 : Un défi pour Vanessa

Cécile Soler a passé plus de 30 ans dans les coulisses en tant que journaliste. Elle a couvert 5 jeux olympiques et plus de 60 tournois du Grand Chelem. Son site par ici.

La présentation de la série sur Youtube

Momo – BD jeunesse toute douce !

momo

momo

Momo ♥

Tomes 1 & 2

Jonathan Garnier & Rony Hotin

Casterman (2017)

*****

Momo est une petite fille de 5 ans pleine d’énergie qui vit avec sa grand-mère dans un petit village près de la mer. Son père, pêcheur, part pour de longues semaines et Momo s’ennuie. Sa grand-mère essaie bien de l’occuper et de la surveiller, mais la gamine est un peu trop rapide pour elle.

Lors d’une de ses escapades (pour attraper un chat !) Momo va rencontrer d’autres enfants…

*****

Comment ne pas aimer Momo ? Dès les premières pages on fond devant la petite bouille rigolote de cette gamine ! Il y a beaucoup beaucoup de douceur, de tendresse dans cette jolie bd et parfois un peu de tristesse aussi… Elle fleure bon l’innocence et le parfum de l’enfance cette bd ! Et puis, Momo n’a pas sa langue dans sa poche, c’est parfois très drôle !

Habituellement, je ne suis vraiment pas fan du style de dessin des mangas. Et les personnages sont un peu dessinés de cette façon là. Malgré cela, les petites bouilles (et les grandes) sont très expressives. En plus du personnage de Momo, j’ai beaucoup aimé celui du poissonnier !

*****

+ L’avis de Sophie +

En ce moment Nathalie lit beaucoup de livres qui sont dans ma pile de livres lus et à chroniquer… ne vous inquiétez donc pas que je tape un peu l’incruste de temps en temps, histoire de dire, en quelques mots, mon ressenti ! Quitte à tenir un blog à plusieurs mains, autant vous faire profiter de plusieurs avis :)

Momo est une bande dessinée dont j’avais beaucoup entendu parler, en bien, par des collègues notamment. Je l’ai donc acheté pour le CDI du collège où je travaille (je n’ai pas eu le temps d’avoir de retour avant mon départ en congé maternité). L’histoire de Momo est belle, douce… peut être un peu trop au final car je m’attendais à plus dans ce récit. Si je ressors touchée par ces personnages, par cette histoire simple, je me demande quel sera le retour de mes élèves, bien peu habitué à cette lenteur dans leurs bandes dessinées favorites… j’ai bien du mal à leur faire lire autre chose que Seuls / Les légendaires / Les blagues de Toto… pas vous les collègues ?

Une belle bande dessinée jeunesse, mais qui touchera facilement les adultes… peut être même plus que les ados ?! Ajout de Nath : Je me suis fait la même réflexion… Je pense que ça plaira plus aux adultes un peu nostalgiques !


https://www.casterman.com/casterman_img/Produits_planches/9782203095373/9782203095373_3.jpg

Feuilleter quelques pages sur le site de l’éditeur

Une bande dessinée qui a fait partie de nombreuses sélections et a reçu plusieurs prix :

PÉPITE de la Bande Dessinée du Slpj – 2017
PRIX du Jeune Public – NormandieBulle – 2017
PRIX de la Ligue de l’enseignement 41 – pour le Jeune Public – 2017
PRIX de la Première Planche – IUT d’Aix-Marseille – 2018

*****

Jonathan Garnier : Blog 1Blog 2 (photographies)

Rony Hotin (en anglais)

D’autres avis : Khadie lit, Appelez moi Madame, Le petit carré jauneLasardine,

Cette semaine nous sommes chez Noukette 

Vendredi, le prix, un mini-Challenge à moi toute seule… Ou presque !

Vendredi

Prix Vendredi 2017
Lire tous les romans sélectionnés

(en cours)

*****

Bon ok, j’avoue, j’ai piqué l’idée chez Charmant Petit Monstre… Quand j’ai lu son article, j’avais déjà lu 3 des 10 romans et j’avais l’intention d’en lire au moins 3 autres. Donc au final, un challenge relativement facile à tenir !

Tout d’abord, le prix Vendredi, Kezaco ? Si vous n’êtes pas libraire, documentalistes ou bibliothécaires, bref, si vous ne travaillez pas dans les métiers du livre, vous êtes peut-être passé à côté de cette info.

Ce prix, nommé « Vendredi » en référence à « Vendredi ou la vie sauvage » de Michel Tournier, paru en 1971, récompensera chaque année un roman francophone destiné aux plus de 13 ans.

*****

Voici les 10 romans sélectionnés en 2017, par ordre alphabétique d’auteur : Sur les 4 lus à ce jour, il y a 4 coups de cœur !!

  • L’Aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux, Gallimard Jeunesse – Prix Vendredi 2017
  • La loi du Phajaan, Jean-François Chabas, Didier Jeunesse
  • Rage, Orianne Charpentier, Gallimard Jeunesse
  • Magnetic Island, Fabrice Colin, Albin Michel
  • Naissance des cœurs de pierre, Antoine Dole, Actes Sud Junior ♥ – Mention spéciale du jury
  • Power club – l’apprentissage, Alain Gagnol, Syros
  • Dans la forêt de Hokkaido, Éric Pessan, l’école des loisirs
  • Star trip, Éric Senabre, Didier Jeunesse
  • Sirius, Stéphane Servant, Le Rouergue
  • Colorado Train, Thibault Vermot, Sarbacane ♥ – Mention spéciale du jury

Sophie a déjà presque tout lu :

  • La loi du phajaan : un roman très beau, mais pas forcément attirant pour les jeunes, avec un rythme parfois lent (comme souvent dans les romans de Jean-François Chabas).
  • L’aube sera grandiose : un magnifique roman, au rythme lent, qui permet l’introspection
  • Sirius – coup de cœur
  • Power club T1 : L’apprentissage
  • Naissance des cœurs de pierre : coup de cœur
  • Rage : un beau récit, très court mais avec une force incroyable. A lire d’une traite, et que l’on oublie pas facilement…

vendredi  vendredi  vendredi  Vendredi  Vendredi  vendredi  Vendredi rage Colorado Naissance des cœurs de pierre

Le jury était composé de professionnels : Philippe-Jean Catinchi (Le Monde), Françoise Dargent (Le Figaro), Catherine Fruchon-Toussaint (RFI), Michel Abescat (Télérama), Raphaële Botte (Mon Quotidien ; Lire), Marie Desplechin, Sophie Van der Linden.

Relire Hopper -Mai en nouvelles

Hopper

Relire Hopper

Anthologie présentée par Alain Cueff
Éd. de la Réunion des Musées Nationaux (2012)
******
7 auteurs pour 7 nouvelles
*******

J’aime Edward Hopper et la couverture de ce recueil de nouvelles, avec ce morceau de tableau, ne pouvait que m’attirer. Merci à Blandine d’y avoir pensé !

*****

https://imgc.allpostersimages.com/img/print/affiches/edward-hopper-nightawks-noctambules-ou-les-oiseaux-de-nuit-1942_a-G-9315082-9118560.jpg

Nightawks – 1942 – Un de ses tableaux les plus connus

*****

Ce que j’aime dans les tableaux d’Edward Hopper, c’est l’ambiance. Elle n’est pas toujours très gai, je ressens souvent la solitude, la déprime parfois, des gens qui peuplent ses peintures… Ce sont des instantanés de la vie courante, figés dans le temps, et pourtant j’adorerais aller me promener dans ses tableaux ! J’ai envie de savoir qui sont les personnages, ce qu’ils font, où ils vont… Et je n’ai pas cette « empathie » ou cette curiosité avec tous les tableaux ou tous les peintres.

J’ai dû mal à expliquer pourquoi ça me plait autant. Les couleurs ? Le style ? Non, je crois vraiment que c’est « l’atmosphère » qui se dégage de ses tableaux et sans doute aussi la solitude qu’on perçoit chez les personnages.

Et dans les nouvelles de ce recueil, on retrouve un peu cette même ambiance.

*****

1) La plus belle chose au mondeNorman Mailer

Un vagabond sans le sou se fait piéger par des joueurs de billard pas très honnêtes.

La « morale » de l’histoire pourrait être : « Il en faut parfois peu pour être heureux… »

2) L’homme soucieuxGrace Paley

Un homme marié s’intéresse d’un peu trop près à sa voisine…

Où comment passer près de la mort peut changer radicalement votre vision de la vie ! J’ai moyennement apprécié cette nouvelle dont le style ne m’a pas convaincue.

https://www.edwardhopper.net/images/paintings/newyork-movie.jpg

New York Movie – 1939

3) Le rien qui n’est pas làLeonard Michaels

Ce n’est pas vraiment une nouvelle. Plutôt un essai sur l’œuvre de Hopper en se basant sur un tableau que l’auteur, de son propre aveu, apprécie beaucoup : New York movie.

J’avoue que je manque cruellement de références pour apprécier ce que dit Mr Leonard Michaels. Il y a toutefois deux choses avec lesquelles je suis d’accord avec lui, pour les avoir moi-même ressenties : ce sentiment de solitude, souvent présent, et la facilité avec laquelle on peut se faire tout un film, s’inventer toute une histoire à partir d’un tableau de Hopper.

4) J’ai créé mon néantPaul Auster

L’errance d’un jeune homme qui trouve refuge dans Central Park où il survit tant bien que mal au fil des jours et des rencontres.

Il ne s’agit pas à proprement parler d’une nouvelle, mais d’un extrait du roman « Moon Palace » (1989) dans lequel un jeune homme s’interroge, puis se laisse aller, persuadé que c’est son destin.

Un auteur que j’apprécie beaucoup, et un extrait qui m’a donné envie de lire le roman !

5) CrépusculeJames Salter

Nouvelle extraite d’un recueil de nouvelles « American Express » (Prix Faulkner 1989)

«C’était une femme qui avait un certain style de vie. Elle savait donner des dîners, s’occuper des chiens, entrer dans un restaurant. Elle avait sa façon de répondre aux invitations, de s’habiller, d’être elle-même. D’inestimables qualités, pourrait-on dire. C’était une femme qui avait lu, joué au golf, assisté à des mariages, qui avait de belles jambes, qui avait connu des épreuves. C’était une femme dont personne ne voulait plus.»

De cet auteur, j’ai lu « un bonheur parfait », roman que je n’avais pas vraiment apprécié car trop peu d’émotions y passaient, les personnages étaient des personnages, c’est tout. Dans cette nouvelle, c’est pareil, on suit une femme, le temps d’une journée, mais rien ne passe, on ne ressent aucune empathie pour cette femme. Elle a 46 ans, vit seule depuis que son mari l’a quittée. Une nouvelle dans laquelle, malgré tout, on voit bien la tristesse et la solitude et qui, de ce fait a toute sa place dans ce recueil qui se réfère à certains tableaux de Hopper !

https://www.edwardhopper.net/images/paintings/cape-cod-evening.jpg

Cape Cod Evening – 1939

6) Cape Cod EveningAnn Beatie

Dans cette nouvelle, une femme raconte son histoire et celle de son mari, comment ils ont récupéré le chien qui est sur le tableau et l’histoire de leur voisin, un peintre, Mr Hopper (qui donc a peint le tableau…)

On voit bien ici que l’auteur a « plongé » dans le tableau pour nous en rapporter cette histoire ! Et c’est tout à fait l’effet que me font les tableaux de Mr Hopper : j’ai toujours envie d’aller dedans, voir ce qui se passe sur le côté, derrière, d’aller discuter avec les gens… Je me fais très souvent des « films » avec ses tableaux…

Matin en Caroline du Sud – 1955

7) L’ombre écarlateWalter Mosley

Socrate, un vieil homme noir qui vit seul, attrape un gamin, Darryl, qui vient de tuer un coq. Il lui fait plumer le coq puis le cuisine et ils le mangent ensemble. Le vieil homme sent bien que quelque chose ne va pas avec le gamin, aussi il le « cuisine » un peu pour essayer de l’aider… Tout ça sous « le regard » de la femme noire du tableau…

Une drôle d’histoire, pas franchement gaie !!

Au final, ce recueil m’aura permis de découvrir de « nouveaux » auteurs et de me (re)plonger dans l’atmosphère -si particulière !- des tableaux d’Edward Hopper.

Cet ouvrage se termine avec une courte biographie de chaque auteur, ainsi qu’une bibliographie pour chacun.

******

Cette lecture participe au challenge « Mai en nouvelles » proposé par le blog « Hop ! Sous la couette ».

Si vous aimez les nouvelles, je vous invite à participer à ce challenge, qui propose, en prime, un concours avec de jolis lots pour les participants.