GOUPIL OU ECAF – CYCLOTHYMIE

GoupilGOUPIL OU ECAF

Lou Lubie

éd. Vraoum (2016) / Delcourt (2021)

*****

Lou a 16 ans et elle est en terminale, quand elle s’aperçoit que quelque chose ne va pas. Une “chose noire” aspire son bonheur. Mais comme elle n’a pas vraiment de raison d’être triste, elle ne dit rien. L’année suivante, la chose noire a disparu et elle se sent toute légère. A 18 ans, elle intègre une école de jeu vidéo. Quelque chose qu’elle adore, mais plus l’année passe et plus elle se sent mal.

Elle réalise qu’il se passe quelque chose et fait des recherches. Elle pense faire une dépression. Le médecin traitant lui prescrit des anti-dépresseurs et lui conseille d’aller voir un psy. Pendant un an, elle voit une psychothérapeute. Puis un beau jour, elle se sent bien de nouveau. Elle quitte son copain, refait sa déco, fait des rencontres… L’année de ses 19 ans, c’est l’enfer. Certains jours elle va tellement mal qu’elle ne peut pas aller en cours. Et ainsi de suite…

*****

Une bd qui est parfois très touchante, parfois triste et d’autres fois amusante. On suit cette jeune fille dans ses “hauts” (parfois très hauts !) et dans ses “bas” (souvent très durs). Une vie ou plutôt un tempérament difficile à gérer au quotidien puisque “l’humeur” varie fréquemment. On pourrait envier les hauts très HAUTS qui donnent une sensation d’invincibilité, mais, d’une part, les gens se mettent parfois en danger, et d’autre part, ils retombent très bas ensuite…

Alors oui, on peut arriver à vivre avec. En faisant attention, en prenant un traitement. Et non apparemment on n’en guérit pas. Le trouble cyclothymique touche 6% de la population. C’est énorme et pourtant on n’en parle guère. Espérons que cette BD à la fois bien documentée et agréable à lire aidera les gens qui souffrent de ce trouble de l’humeur à comprendre ce qui leur arrive !

Un ouvrage supervisé par une psychologue clinicienne, Isabelle Leygnac-Solignac (qui a elle-même écrit un livre sur les troubles bipolaires).

Conseil de lecture de Lou Lubie : Vivre heureux avec des hauts et des bas du Dr Élie Hantouche et Vincent Trybou

*****

Lire les 15 premières pages

Le site de l’autrice

Cette semaine nous sommes chez Noukette

Rentrée Littéraire 2018 – Mes lectures

Comme l’année dernière, si j’ai lu (un peu) pendant la rentrée littéraire, je n’ai presque rien commenté sur le blog. Une sale habitude en ce moment, due surtout à des nuits bien pourries (merci micro hérisson) ! A quelques heures de la fin du challenge 1% de la rentrée littéraire, retour rapide sur mes lectures !

Ueno Park

Ueno Park d’Antoine Dole

J’ai beaucoup aimé, et j’avais même pris le temps de vous en parler ici !

Antoine Dole nous offre une promenade atypique dans Ueno Park, où les cerisiers ne sont que spectateurs des vies qui se trament à leur pied. Un récit fort, poignant, qui se déroule pourtant avec une douceur incroyable et une absence totale de jugement. Huit destins à découvrir en même temps que cette vision différente du Japon qu’ils proposent.

Actes Sud Junior, 2018

***

Fais de moi la colère de Vincent VilleminotRésultat de recherche d'images pour "fais de moi la colere villeminot couverture"

Je n’ai pas su vous parler de ce livre, et je suis bien incapable de dire ce que j’en ai pensé… Si j’ai trouvé le personnage intéressant et l’écriture très belle, je n’ai pas réussi à entrer vraiment dans l’histoire. A me laisser entrainer par les mots. J’ai lu, pages après pages, entrecoupant ma lecture de nombreux autres livres, et au final j’ai l’impression d’être complètement passée à côté. Ce n’était pas pour moi, pas à ce moment là. Dommage car j’aime beaucoup les romans de littérature jeunesse de Vincent Villeminot.

Les escales, 2018

***

Le goût amer de l’abîme

de Neal Shusterman

Dans ce roman atypique on va suivre Caden Bosch, un adolescent de quinze ans presque ordinaire… dans son esprit, il est le passager d’un vaisseau lugubre voguant sur les mers déchaînées. On plonge avec lui dans ses hallucinations, et comme lui on va avoir de plus en plus de mal à discerner la réalité.

Ce titre sur la schizophrénie a une écriture très particulière, à la fois lente et tourmentée, pour coller au mieux à l’esprit de cet ado. C’est très particulier, labourieux même au début, et j’ai eu bien du mal à avancer dans ce récit qui ne m’a pas convaincu. Seul le rapport à sa famille et la distorsion des liens familiaux est à mon sens réellement intéressante, ce qui se comprend aisement quand on sait que l’auteur a lui même été confronté au problème. Le récit est d’ailleurs illustré par les dessins de son fils.

Au final un récit qui sonne sans doute très juste mais qui est trop abrupt, je n’ai pas pu me plonger dans les affres de cet esprit qui se dédouble, se découd, et part à la dérive.

Nathan, 2018

Si vous voulez en savoir plus, c’est un coup de coeur pour Argali !

J’ai lu aussi plein d’albums, des bandes dessinées, des mangas… mais on est le 31 janvier, il est 23h… et il est temps de publier cet article pour clôturer le challenge 1% de la rentrée littéraire !