Juin – La musique : 3ème partie, le classique

classiqueLa véritable histoire de l’APPRENTI Sorcier

Une introduction à la musique classique

Texte de Jean-Pierre Kerloc’h

Illustrations de Rémi Saillard

Raconté par Natalie Dessay

Éditions Didier Jeunesse (2016)

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Quatre enfants se présentent devant le Maître Sorcier Alto Incantador. Ils veulent devenir sorciers. Mais le Maître n’en prendra qu’un. A tour de rôle, les enfants vont se présenter et dire pour quelle raison ils veulent apprendre la sorcellerie. Zingarino, l’enfant du voyage, veut mieux gagner sa vie. Linette souhaite rejoindre les fées de ses rêves. Amadou voudrait devenir un grand guérisseur et Tristane déteste le monde entier et veut devenir une puissante sorcière pour se venger…

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Je dois bien l’avouer, je n’étais pas très attirée par la couverture et les illustrations, pourtant originales et foisonnantes de détails (voir toutes les petites bêtes cachées dans la partie sombre de la couverture !). Et c’est peut-être pour cette raison que j’ai mis si longtemps à écouter ce livre-cd. Et j’ai eu tort, parce que je me suis régalée !

Natalie Dessay est une excellente conteuse (j’adore la voix qu’elle prend pour Baba Yaga !!), le texte est rythmée et l’histoire prenante. Une histoire qui parle des peurs, mais qui ne fait pas peur comme le souligne (dans un petit texte explicatif à la fin du livre) son auteur, Jean-Pierre Kerloc’h.

Le choix des morceaux de musique classique est excellent, on dirait qu’ils ont été créé pour l’histoire (bon en fait, c’est juste l’inverse…) On sait de quel morceau il s’agit (si, comme moi, on n’y connait pas grand-chose !) grâce à une petite pastille numérotée qui renvoie à un récapitulatif situé à l’intérieur de la page de couverture (comment ça c’est pas très clair comme explication ? Bon, tout ce que vous avez besoin de savoir, c’est qu’il y a toutes les infos nécessaires et que c’est très bien fait !!)

Il y a une belle “unité” dans ce choix de musiques très imagées, et ce, malgré des compositeurs de nationalités (et d’époques) différentes. Dans un court texte à la fin de ce livre-cd, David Pastor nous explique pourquoi.

Une belle histoire portée la très jolie voix de Natalie Dessay avec un beau choix de musique très imagées, tout ce qu’il faut pour entraîner vos bout’choux dans le monde merveilleux de la musique classique. Foncez sans hésiter !

Cette collection “Contes et opéras” me plait décidément beaucoup !!

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ 

Site de l’illustrateur, Rémi Saillard

Site de Natalie Dessay

Bio de Jean-Pierre Kerloc’h

De cet auteur, Sophie vous a déjà présenté “Ker-Is” un album qui lui avait beaucoup plu ! Et aussi “Le magicien d’Oz” (également raconté par Natalie Dessay)

Et dans la même collection, qui s’intitule “Contes et opéras” nous vous avons déjà présenté le très sympathique”Swing Café“, le très tendre “Les plus belles berceuses de jazz“, le très beau “La Callas, une invitation à l’opéra” et l’excellent “Mr Gershwin“.

Sur le site de l’éditeur, Didier Jeunesse, vous pourrez trouver la liste des chansons et voir quelques illustrations.

challenge albums 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Kami de la lune – Conte japonais

Kami

Contes du Japon

Le Kami de la lune

Nathalie Dargent & Sandrine Thommen

Picquier Jeunesse (2011)

* * *  * *

Yukiko, la fille de l’aubergiste, est une chipie qui adore faire des bêtises. Oui mais voilà, un jour, elle en fait une plus grosse que les autres et fait fuir le Kami de la lune, qui protégeait l’auberge… Se rendant compte qu’elle est allée trop loin, Yukiko veut réparer sa bêtise. Elle part donc sur les routes, à la recherche du Kami de la lune. Au fil des jours, elle rencontre des gens qui l’aideront plus ou moins dans sa quête et apprend à se comporter de façon plus sociable…

* *  * * *

Ce très joli conte m’a beaucoup plu

Le personnage de la petite fille est amusant, elle a un caractère bien trempée et elle apprend vite ! Une quête qui la fera grandir…

Du côté des illustrations, il y a beaucoup de couleurs froides, ce que je n’aime pas spécialement en général, mais ici, ça ne m’a pas gênée, j’ai même trouvé ça très beau. Ceci dit, les pages que j’ai préféré sont celles dans des tons beige/rosé, très douces !

A la fin de l’histoire, deux pages proposent de partir à la découverte de quelques mots japonais, mais parlent également des traditions. Dans la mythologie japonaise, le Kami, nous dit-on est une divinité, un esprit surnaturel, qui personnifie une force naturelle (ici, c’est la lune), un lieu, un objet ou encore un animal.

Kami

En bref, un très joli conte ! Une histoire amusante, un personnage avec du caractère et qui évolue au fil de l’histoire et de très belles illustrations.

 * * * *

Blog de Nathalie Dargent

Blog de Sandrine Thommen

Éditions Picquier Jeunesse

Autres contes japonais présentés : Le chat bonheur,

Un album qui participe challenge album et au mois du Japon avec Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

challenge albums 2017   Pivoine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Local – 1 fille – 12 villes – 12 histoires

LocalLocal

Roman graphique/Comics

Brian Wood & Ryan Kelly

Éditions Delcourt (2010)

♦ ♦ ♦ 

Megan voyage à travers les USA, enchaîne les petits boulots, fait des rencontres, et fini toujours pas s’en aller, se sauver. Local nous raconte une “tranche de vie”, Megan se cherche, essaie de donner un sens à sa vie. Elle se sent seule, déconnectée des autres, simple spectatrice et continue chaque fois sa route un peu plus loin dans l’espoir de trouver sa place. On la suit dans ses galères, ses doutes, ses errements, on la voit évoluer au fil du temps.

♦ ♦ ♦ 

Au premier abord légèrement rebutée par les illustrations en noir & blanc, aux traits épais, bien marqués, je me suis très vite attachée à Megan. Même si je n’ai pas apprécié les 12 histoires de la même façon, certaines m’ayant nettement plus plu que d’autres (j’ai particulièrement aimé la première), j’ai, au final, vraiment apprécié ce “comics”. Comics étant ici employé dans le sens “bande dessinée américaine” et pas du tout pour le côté “super-héros” totalement absent ici. Une très jolie découverte !

Local

Par ici vous pourrez lire d’autres avis : celui de Mo’ du Bar à bd et celui d’Enna, du blog Enna lit, Enna vit !

♦ ♦ ♦ 

Brian Wood est à la fois scénariste, illustrateur, graphiste… Mais, par manque de temps, il préfère écrire des histoires et laisser d’autres les dessiner (lire l’interview pour plus de détails). Il est apparemment très connu pour sa série DMZ.

Le site de l’auteur, Brian Wood (en anglais)

Une interview de Brian Wood réalisée par BD-Thèque (2009)

Brian Wood a été nominé 5 fois pour le Prix Eisner (Will Eisner Comic Industry Awards) Un des prix les plus prestigieux pour la bande dessinée américaine.

Sur Comics Sanctuary, une courte biographie + une bibliographie de Ryan Kelly.

Le site de l’illustrateur, Ryan Kelly (en anglais)

Ryan Kelly a été sélectionné pour le Prix Hugo du Meilleur Roman Graphique en 2013 pour “Saucer Country” (Cette année là, c’est la série “Saga” qui a remporté le prix)

La bd de la semaine

Cette semaine, c’est chez Moka, au milieu des livres

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer