Les petits pains de la pleine lune – Corée 1

painsChallenge Coréen

Roman Ado / JA

LES PETITS PAINS

DE LA PLEINE LUNE

GU Byeong-mo

Traduit par Lim Yeong-hee

et Françoise Nagel

Picquier Jeunesse (2010)

*****

Un jeune garçon harcelé par sa belle-mère trouve un jour refuge dans une boulangerie. Il la connait bien, puisqu’il y achète des petits pains tous les matins et tous les soirs, pour éviter de manger avec sa famille.

Un jour, accusé d’un crime qu’il n’a pas commis par sa belle-mère et poursuivi, il demande au boulanger de le cacher. Celui-ci finit par accepter et laisse le garçon habiter avec lui et sa vendeuse. Le garçon découvre alors que certaines des pâtisseries vendues dans cette boulangerie n’ont rien d’ordinaire…

*****

Les petits pains de la pleine lune est un roman étonnant. Déjà, parce qu’il a plusieurs fins, ce qui n’est pas courant. C’est une histoire de famille, de vie, très réaliste avec un côté fantastique. Un joli roman qui permet aussi de se poser des questions sur nos vies, nos choix, ce qui a été et ce qui aurait pu être…

*****

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Avec pour sujet la Corée déjà présentés sur ce blog : Mariée par correspondance (BD), La bicyclette rouge (Manhwa)

*****

Ce roman est ma 1ère participation au Challenge Coréen chez Christie

Ce roman participe également à l’Objectif PAL d’Antigone puisqu’il y est depuis au moins deux ans !

Nous suivre et partager :

Le Kami de la lune – Conte japonais

Kami

Contes du Japon

Le Kami de la lune

Nathalie Dargent & Sandrine Thommen

Picquier Jeunesse (2011)

* * *  * *

Yukiko, la fille de l’aubergiste, est une chipie qui adore faire des bêtises. Oui mais voilà, un jour, elle en fait une plus grosse que les autres et fait fuir le Kami de la lune, qui protégeait l’auberge… Se rendant compte qu’elle est allée trop loin, Yukiko veut réparer sa bêtise. Elle part donc sur les routes, à la recherche du Kami de la lune. Au fil des jours, elle rencontre des gens qui l’aideront plus ou moins dans sa quête et apprend à se comporter de façon plus sociable…

* *  * * *

Ce très joli conte m’a beaucoup plu

Le personnage de la petite fille est amusant, elle a un caractère bien trempée et elle apprend vite ! Une quête qui la fera grandir…

Du côté des illustrations, il y a beaucoup de couleurs froides, ce que je n’aime pas spécialement en général, mais ici, ça ne m’a pas gênée, j’ai même trouvé ça très beau. Ceci dit, les pages que j’ai préféré sont celles dans des tons beige/rosé, très douces !

A la fin de l’histoire, deux pages proposent de partir à la découverte de quelques mots japonais, mais parlent également des traditions. Dans la mythologie japonaise, le Kami, nous dit-on est une divinité, un esprit surnaturel, qui personnifie une force naturelle (ici, c’est la lune), un lieu, un objet ou encore un animal.

Kami

En bref, un très joli conte ! Une histoire amusante, un personnage avec du caractère et qui évolue au fil de l’histoire et de très belles illustrations.

 * * * *

Blog de Nathalie Dargent

Blog de Sandrine Thommen

Éditions Picquier Jeunesse

Autres contes japonais présentés : Le chat bonheur,

Un album qui participe challenge album et au mois du Japon avec Lou de My Lou Book et Hilde du Livroblog

challenge albums 2017   Pivoine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :

Akiko la rêveuse, petit conte zen

AkikoAkiko la rêveuse

Petit conte zen

Antoine Guilloppé

Éd. Picquier Jeunesse

^ ^ ^ ^ ^

Akiko est une petite fille japonaise qui habite dans un  village au pied du Mont Fuji. Ce matin-là, Akiko raconte aux hirondelles qu’elle a rêvé de sa grand-mère. Un rêve qui lui a paru tellement réel qu’elle voudrait aller à l’endroit où il se passait. En discutant avec les oiseaux, elle se rend compte que son rêve se situait probablement près du lac situé au dessus du village. Elle se met alors en route, en compagnie de son ami le renard.

^ ^ ^ ^ ^

Un petit conte très court (24 pages avec assez peu de texte) qui conviendra aux enfants dès 6/7 ans (pour la compréhension). L’histoire est jolie et poétique, cette petite fille rêveuse qui parle avec les animaux est charmante et le message très doux. Mais ce qui m’a le plus plu, ce sont les illustrations ! Elles sont très originales, en noir & blanc avec des touches de couleurs (encre de chine et papier japonais pour les vêtements)

^ ^ ^ ^ ^

D’autres albums avec cette petite fille japonaise

Akiko Akiko Akiko AkikoAkiko

^ ^ ^ ^ ^

Voir le billet consacré à Antoine Guilloppé (avec les liens vers les autres albums présentés)

Article d’une groupie, fan absolue d’Antoine Guilloppé (et je la comprends un peu !)

D’autres avis : celui d’Hilde du Livroblog

^ ^ ^ ^ ^

Un album qui participe au challenge album et au mois du Japon

challenge albums 2017    

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Nous suivre et partager :