Soul Breakers – Roman fantastique

Soul

Roman ado

Soul Breakers

Christophe Lambert

Bayard (2017)

^ ^ ^ ^ ^

USA – 1936. Partis d’Oklahoma, Teddy, 15 ans, sa petite sœur Amy, 6 ans et leur père se dirigent vers la Californie dans l’espoir d’une vie meilleure. Ils étaient fermiers, mais avec la grande dépression, ils ont été expropriés de la terre où la mère des enfants reposait depuis 3 ans déjà.

Ils étaient en chemin depuis plus de deux semaines lorsqu’ils ont croisé la route d’un cirque un peu particulier. Suite au spectacle de marionnettes, Amy s’est retrouvé plongée dans une sorte de catatonie. Teddy, pressentant que le problème de sa sœur est lié à ce cirque et son spectacle de marionnettes, part dès le lendemain, seul, à leur recherche… Il va traverser le pays, rencontrer des tas de gens (beaucoup de personnages “secondaires” très sympathiques – ou pas !), vivre bien des aventures avant de pouvoir retrouver son père et, peut-être, sa sœur.

^ ^ ^ ^ ^

La couverture, que je trouve très belle et très “parlante” (sud des états-unis, années 30, grande dépression) m’a tout de suite attirée. J’ai immédiatement pensé au superbe roman “les raisins de la colère” de Steinbeck, lu il y a très longtemps et que j’avais adoré. Il y a quelques points communs en fait, l’époque, les gens sur les routes à la recherche d’un travail, la misère, l’espoir d’un avenir meilleur en Californie.

Mais ici, contrairement au roman de Steinbeck, il n’est pas question d’une critique sociale, mais d’un roman fantastique qui nous livre sa version de la lutte du bien contre le mal.

Soul Breakers est tout à la fois un roman d’aventure, un roman fantastique, un roman historique, une quête initiatique…

Mais c’est surtout un roman que vous ne lâcherez plus une fois commencé !
Soul^ ^ ^ ^ ^

De cet auteur français très prolifique (il a déjà écrit plus de 60 romans, dont les séries Wakfu et Dofus), j’ai déjà lu et apprécié “le dos au mur” un roman très “visuel”, plutôt d’actualité et que je vous conseille vivement !!

2020. Afin de combattre l’immigration clandestine, un mur a été construit entre le Mexique et les États-Unis. Tous les mois, sous les caméras excitées du nouveau grand jeu télévisé “America’s most hunted”, le Mur laisse passer deux cents clandestins. Le dernier à être repris par les forces de l’ordre gagne cent mille dollars et le droit d’être naturalisé. Diego Ortega, 19 ans, est l’un des « deux cents ». Ce n’est pas l’american dream qui l’intéresse, mais l’argent, car son père s’est endetté auprès d’un dangereux mafieux local. Une seule solution pour le sauver : gagner. Mais une obscure machination politique se cache derrière ce sanglant show…

Interview réalisée aux Utopiales en 2008

1998 : Prix Ozone pour “la Nuit des mutants”, Hachette (1997) – Roman de SF pour la jeunesse

2009 : Prix Bob Morane pour “Le commando des immortels”, Fleuve Noir (2008)

2014 : Prix ActuSF de l’Uchronie catégorie Littérature pour “Aucun homme n’est une île”, J’ai lu (2014)

2015 : Grand Prix de l’imaginaire pour “Aucun homme n’est une île”, J’ai lu (2014) – Uchronie

La page consacrée à l’auteur sur le site nooSFere

Éditions Bayard

Sur le site des librairies Sorcières, vous pourrez feuilleter les premières pages

^ ^ ^ ^ ^

Lecture commune avec Blandine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lectures en vrac – Décembre 2015

Lectures en vrac – Décembre 2015

Voici les quelques “laissés pour compte” dont je n’ai pas pris le temps de parler en détails.

*****

Les coulisses du Livre JeunesseUn petit album étonnant et amusant :

Les coulisses du Livre Jeunesse de Gilles Bachelet à l’Atelier du Poisson Soluble (2015)

Où Gilles Bachelet s’amuse à délirer sur les albums et les personnages de ses confrères ! Je ne sais pas si ça parlera aux petits, mais aux adultes qui aiment la littérature jeunesse (ex les bibliothécaires jeunesse…) c’est sûr ! les_coulisses_du_livre_jeunesse_Brigands

Sur la page de gauche, un titre. Sur celle de droite, le dessin qui correspond. Ex : “La signature du contrat” (à gauche) et en face un dessin montrant les 3 brigands de Tomi Ungerer en train de faire signer un contrat au pauvre petit lapin de Beatrix Potter… (y aurait-il un message caché ?).

Les enfants retrouveront avec plaisir, siégeant “au bureau de validation du pipi-caca“, un de leur personnage préféré (si l’on en croit les stats en bibli !) j’ai nommé : La petite taupe ! Mais si, vous savez bien, celle qui mène l’enquête pour savoir qui lui a fait caca sur la tête…

Bref, c’est drôle et pis c’est tout !

*****

Une bande dessinée que j’avais repérée depuis un petit moment : ♥

Far Away BD Far Away de Maryse & Jean-François Charles (scénario) et Gabriele Gamberini (dessin) aux éditions Glénat (2011)

Martin Bonsoir est chauffeur de camion. Il parcourt seul les paysages grandioses du Canada et des États-Unis sans plus les voir. Jusqu’au jour où son camion est immobilisé par la neige dans un bled paumé du Canada. Il y est secouru par une femme seule, plus âgée que lui, Esmé Larivière. Sur un coup de tête, elle demande à Martin de l’emmener avec lui.

Cette bande dessinée en un seul tome est un road movie romantique et nostalgique à la fois. Si les paysages sont superbes, j’ai moins aimé les gros plans sur les visages, un peu trop “rouges” et grossiers à mon goût (effet rendu par la peinture ?). L’histoire quand à elle est simple : deux personnes seules se rencontrent par hasard et finissent par s’apprécier au fil des kilomètres…

Je regrette juste une chose, le format de cette bd (à peine 19×26 cm !) qui ne rend pas justice aux illustrations !

A noter : une bd que mon homme, pourtant pas spécialement friand de bandes dessinées, a bien aimé, pour le road movie, les beaux paysages… et l’histoire !Far Away 2

Far Away BD1

*****

Un dernier album :

RATIBOR_COUVRatibor à tribord de Maureen Dor & Anne Wilsdorf aux éditions Clochette (2015)

Ratibor vit avec sa famille et son ami Rastaquouère dans les égouts. Son rêve est de voir la mer, de nager dans une eau propre et bleue, et de vivre sur une ile, sous le soleil et les palmiers. Un jour, un vilain tourbillon les entraîne hors des égouts… Où les petits rats font la rencontre d’un drôle de radeau…

Un album avec une fin ouverte qui laisse penser qu’il y aura une suite. Les illustrations sont amusantes mais j’ai trouvé que l’histoire manquait un peu d’originalité… Rigolo, sans plus…

RatiborSignatureNat

Blues 46 d’Eric Stalner et Laurent Moënard

Blues 46
de Eric Stalner et Laurent Moënard

Tome 1 La chanson de septembre, 2004
Tome 2 Allegro Furioso, 2005

Dargaud, 14,95€

Présentation de l’éditeur :

Tout commence par une rencontre entre deux personnages qui n’auraient jamais dû se croiser, Guéric et Alain.
Le premier sillonne la région à bord de sa vieille DS et se fait de l’argent en revendant des ouvrages anciens précieux à des collectionneurs fortunés. Le second est un adolescent au caractère bien trempé qui se balade avec pour seul compagnon un furet. Leurs destins vont se croiser au bord d’une route, un jour d’automne, transformant définitivement leur vie…

Mon avis :

La très belle couverture de cette BD m’aura suffit pour avoir envie de la lire… je ne savais rien de l’histoire, mais je me suis lancée avec Alain dans cette aventure abracadabrantesque!

Un pauvre collectionneur/revendeur de vieux livres prend en autostop, de façon un peu forcée, Alain, jeune adolescent qui semble en fuite. Des hommes armés à ses trousses, on ne sait pas tout de suite ce qui oblige Alain a fuir ainsi, mais les rencontres se multiplient rapidement, et après un bon paquet de pages, on est toujours dans l’expectative. Pourtant on continue de tourner les pages avec avidité… et les mystères se résolvent peu à peu, tandis que le danger se fait plus présent au fil des pages. On cumule aussi les surprises, tant autour des personnages principaux que secondaires…

J’ai particulièrement apprécié que l’auteur n’édulcore pas trop l’histoire, même si pour le coup, on a des méchants vraiment méchants, des morts, de la prison…. Tout le monde n’est pas gentil, loin de là, même les gentils sont un peu (beaucoup?) méchants… bref une BD réaliste, bien qu’un peu poussée dans l’accumulation!
Ça bouge, les personnages sont absolument irrésistibles, avec un coup de cœur pour le vieux taxidermiste un peu fou!

En deux tomes ce road movie a le temps de prendre son envol, de nous surprendre, et de nous amener à une fin… je n’en dis pas plus!