Calfboy – BD Western – Mois américain 5

CalfboyWestern Humoristique
Tout public

CALFBOY

Rémi Farnos

La Pastèque (2018)

*****

Burt et son frère Chris ont minutieusement préparé un plan pendant des mois. Et leur préparation a porté ses fruits, ils ont réussi un super casse ! Ils se reposent un peu de tout ce boulot, bien à l’abri dans une grange. Mais quand Burt veut admirer leur butin, il n’y a plus rien !!

Burt interroge alors Chris, qui commence par nier, puis… Il se souvient qu’il a pas mal picolé la veille au soir. Et qu’il a été enterrer leur butin dans le désert… Mais où ? Il promet à son frère de lui ramener l’argent sous 3 jours. Et c’est le début des emmerdements ! Il va rencontre une indienne qui s’est fait voler son cheval, un gamin qui veut jouer les chasseurs de prime…

*****

L’histoire, déjà, est drôle.

Un bandit qui boit trop et ne se souvient plus où il a caché son butin, moi, ça m’amuse. Et les illustrations sont plutôt originales. On ne voit jamais les personnages de près (ils n’ont souvent qu’un ovale en guise de visage, pas d’yeux ni de bouche). La plupart du temps les illustrations sont sur 12 cases, mais parfois c’est une pleine page, parfois il n’y a plus de cases, parfois c’est un seul dessin “éclaté” en 12 cases.

Je l’ai emprunté parce que je participe au mois américain tout le mois de septembre, mais la couverture ne m’attirait pas trop. C’est étrange d’avoir choisi ces couleurs froides pour la couverture, alors qu’à l’intérieur, ce sont plutôt des couleurs chaudes puisqu’il a pas mal de cases qui se passent dans le désert. La chute de l’histoire m’a bien fait rire.

Bref, c’est original et amusant !

Et même si vous n’êtes pas fan de western, vous pourriez goûter l’humour des dialogues.

*****

L’auteur présente son travail (plusieurs planches visibles) dans Télérama

Caro vous avait déjà parlé de cet album.

*****

C’est ma 5ème lecture pour ce mois américain organisé par Titine du blog Plaisirs à cultiver  et animé par Mélanie sur Instagram

Logo réalisé par The Cannibal Lecteur

Mes autres lectures pour ce mois américain (billet mis à jour au fur et à mesure)

*****

C’est la BD de la semaine

Nous sommes accueillis par Moka, Au milieu des livres

Nous suivre et partager :

Paul à la pêche – BD Québecoise

pêcheBD Québecoise
Ados / Adultes

Paul à la pêche

Michel Rabagliati

La Pastèque (2006)

*****

Dans ce 5ème album, Paul est adulte, travaille comme graphiste et habite à Montréal. Il est même marié et bientôt père. Avec sa femme Lucie, ils vont passer les vacances au bord d’un lac avec la sœur de Lucie, Monique et sa famille. Paul va y découvrir les plaisirs de la pêche (ou pas) avec son beau-frère Clément. Il va également découvrir avec horreur comment sont chassés l’ours et l’orignal… Ces vacances vont être également l’occasion de se remémorer des souvenirs. Sa rencontre avec Lucie, une partie de pêche avec son père, ses années au collège…

*****

Beaucoup plus épais que Paul à la campagne, cet album-ci fait 208 pages. Paul s’interroge sur beaucoup de sujets.

Notre façon de travailler ou encore de consommer

Entre 1987 et 1995, j’ai donné plus de 40 000 $ à Apple et ses amis pour de l’équipement qui finissait à la poubelle presque aussitôt acheté. Et pour aboutir à quoi ? A m’user les yeux devant un écran lumineux, le dos courbé et la lèvre molle, pour le reste de ma vie professionnelle.”

Il repense à la façon dont les conditions de travail ont évolué aussi. Moins humaines pour plus de rentabilité (et aujourd’hui on s’interroge sur les nombreux “burn out ” ?).

Notre rapport à la nature et aux animaux

Comment on appâte les animaux pendant des mois pour les tuer plus facilement à l’ouverture de la chasse par exemple…

Il parle aussi de la difficulté qu’ont parfois les couples à avoir des enfants et la déprime que peut entraîner une fausse couche pour le couple.

Malgré tout ça, Paul à la pêche est une BD plutôt gaie et optimiste !

Paul est un homme qui pourrait paraître naïf. En fait, je le trouve très gentil et très humain. Il écoute les autres, s’interroge sur la vie. Un homme qu’on voudrait bien avoir comme ami !

*****

Comme c’est une BD québecoise, il y a beaucoup d’expressions que je ne connais pas, mais on comprend très bien et ça donne un côté “exotique” et amusant.

Le dessin, comme vous pouvez le voir sur la planche ci-dessous, est assez simple, très épuré mais néanmoins expressif.

https://static.wixstatic.com/media/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg/v1/fill/w_430,h_611,al_c,q_80,usm_0.66_1.00_0.01/2363cd_85e9c441b9464bcda4bdc0bf300709e1~mv2.jpg

Déjà présenté : Paul à la campagne

D’autres avis : Le petit carré jaune,

Le site de l’auteur

Sur le site de l’éditeur, une petite bio de l’auteur

*****

 

Pour notre rendez-vous de la BD de la semaine, nous faisons Mille et une frasques chez Stephie !

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :

Paul à la campagne – BD Québecoise

PaulPaul à la campagne

Michel Rabagliati

La Pastèque (1999)

*****

Paul roule avec sa femme et sa fille vers le chalet de ses parents. Chalet dans lequel il a passé toutes ses vacances depuis l’enfance. Il se remémore les baignades avec les copains, les discussions, les parties de pêche et les bêtises aussi.

Dans une seconde partie, “Paul apprenti typographe“, il se souvient aussi de ses leçons d’accordéon avec une professeure qui lui faisait un peu peur et de la visite pleine de  jolies surprises à l’imprimerie ou travaillait son père.

*****

C’est un tout petit album, mais il contient le charme un peu nostalgique qu’ont les souvenirs. Cette histoire est, de plus, parsemée d’expressions québecoises et j’adore ça !https://static.wixstatic.com/media/2363cd_65104fb51f2a41c58a8b464ffbb956de~mv2.jpg

Le dessin est simple, épuré, mais toujours très expressif et je le trouve plutôt amusant.

Si j’ai bien compris, c’est le tout premier album de la série. Il y en a maintenant une dizaine. J’avais déjà lu “Paul dans le Nord” il y a quelques années, il est ado (15/16 ans ?) et je me souviens que ça m’avait bien plu !

Je voulais aussi vous parler de Paul à la pêche, mais ça sera pour la semaine prochaine, il est beaucoup plus gros et je viens juste de le finir…

Une très jolie découverte que cette série ! ♥

*****

Paul dans le Nord (version audio sur Radio Canada)

Le site de l’auteur

Pour notre rendez-vous de la BD de la semaine, chez Noukette

Nous suivre et partager :

Le voleur de sandwich

Le voleur de sandwichsRoman graphique dès 7 ans

Le voleur de sandwich

de Patrick Doyon
& André Marois

La Pastèque, 2014
168 pages
ISBN978-2-923841-26-7, 15€

Dans ce roman graphique canadien, Marin, un jeune garçon de primaire se fait voler son sandwich. Et le lendemain ça recommence ! Les bons sandwichs préparés avec amour par sa mère, ceux avec de la mayonnaise maison… Il ne va pas se laisser faire, et décide de mener l’enquête.

Capture d’écran 2015-03-24 à 13.54.21.png

Dans le Voleur de Sandwich, les illustrations occupent une place de choix, répondant régulièrement au texte, et offrant un roman graphique adapté aux jeunes lecteurs. On y découvre ainsi la boite à lunch et les petits mots du père de Marin, la classe, le cahier Canada (le même que la maîtresse!), le réfectoire, le directeur à la chemise tâchée… Tous les personnages prennent vie dans ce roman dynamique et plein d’humour. Marin nous entraîne dans son enquête et étudier les différents suspects permet de découvrir des personnages haut en couleur et très caricaturaux. Entre le gros, qui passe son temps à s’empiffrer, la pauvre, qui n’a jamais rien à manger, le jaloux, le blagueur, le concierge qui rôde dans les couleurs, le directeur qui ne mange que des restes de pizza froide, et la professeure allergique aux fruits de mer; les suspects ne manquent pas !

Ce n’est pas seul que Marin parviendra à démasquer le coupable, mais avec une aide à la fois logique et surprenante. Et le lecteur est dans le même cas que Marin, on a beau avoir la liste des suspects, impossible de deviner avant la fin de ce récit qui s’en prend ainsi aux sandwich. Une intrigue bien menée, qui ne prend pas les enfants pour des idiots comme souvent dans les petits polars, et joue vraiment avec le graphisme pour rendre l’histoire vivante.

Un roman drôle, beau et avec une bonne intrigue, pour cette tranche d’âge, ça fait plaisir !

 

+ Sur le site de l’éditeur, canadien, La Pastèque.

Nous suivre et partager :