A comme aujourd’hui – David Levithan

Roman fantastique pour adolescent dès 12 ans

A comme Aujourd’hui

de David Levithan

traduit par Simon Baril

Les grandes personnes, 12 septembre 2013
9782361931735, 17€

Thèmes : fantastique, amour, adolescence

***

A n’est ni un garçon, ni une fille. Ou bien il est les deux. Tout dépend des jours! Chaque matin il se réveille dans un nouveau corps, une nouvelle vie. Pour quelques heures il contrôle son hôte, le dirige, le fait parler, ressent et accède à ses souvenirs. Il vit comme ça depuis des années. Depuis toujours. Il n’a connu que ça.

Sa rencontre avec Rhiannon va changer sa vie, bouleverser son quotidien déjà très particulier mais bien réglé. Pour la première fois il va s’attacher à quelqu’un, pour la première fois il va raconter son histoire.

La narration avec son lot de surprises quotidiennes est magnifiquement menée. Suivre A de corps en corps est déjà une histoire intéressante, si on ajoute celle d’un amour impossible il devient très difficile de refermer ce livre avant la fin! Du 5994 ème au 6034 ème jour de l’existence de A nous allons suivre sa vie si particulière. 40 jours pour découvrir la vie et l’amour.

A est un personnage sans physique que l’on a pourtant l’impression de connaître et on souffre avec lui de cette vie si compliquée qui le fait se réveiller parfois dans des corps impossibles, dans des situations très délicates, très loin de son coup de foudre… Ce passage de corps d’adolescent en corps d’adolescent permet aussi de parler de tous les malaises de cet âge : l’amour, la mort, la famille, l’amitié, l’identité sexuelle, la religion…

Un roman passionnant et très touchant qui ne peut pas laisser le lecteur indifférent. La part de fantastique est tellement intégré à l’histoire qu’on y croit et qu’on oublie presque qu’A n’existe pas. C’est aussi une belle leçon de vie et d’amour avec un personnage adolescent somme toute pas si différent. L’intrigue est prenante jusqu’à la fin et la chute terriblement belle, même si elle reste suffisamment ouverte pour faire jouer notre imagination!

+ Coup de coeur !

+ Rentrée littéraire 2013 jeunesse

+ Découvrez Will & Will un autre livre de l’auteur

Nous suivre et partager :

A la recherche du paon perdu

A la recherche du paon perdu

Angélique Villeneuve

Roman pour adolescent (humour – aventure)

Les Grandes Personnes, 2011
9782361930820, 14€

Mollux est un garçon tranquille quoiqu’un peu bavard, passionné de mousses au chocolat et collectionneur de dictionnaires, où il dégote à tout va des surnoms pour tout ce qui bouge.
Ainsi, la plupart de ses profs et sa mère sont affublés de noms d’animaux étranges, tandis que son père, individu taciturne qui n’a adressé la parole à son fils qu’à deux reprises, répond au sobriquet de Sauf2fois. Mais voilà qu’un lundi, rentrant chez lui après avoir séché les cours, l’adolescent surprend son père au milieu du salon en compagnie d’un invité pour le moins inattendu : un paon ! Et quand l’incroyable volatile, puis Sauf2fois, finissent par mystérieusement disparaître, Mollux se lance dans une semaine d’enquête plus que loufoque, aidé, mais pas toujours, de l’inénarrable Procopé, son seul ami ici-bas.

Quelle drôle d’histoire que celle de ce paon perdu! Totalement farfelue, très peu crédible mais entrainante. L’originalité de ce roman, et son intérêt d’ailleurs, réside dans son écriture. Le narrateur, un adolescent, joue avec le lecteur en nous racontant cette aventure. Il se joue de nous même, de nos attentes, et donne à tous les protagonistes des surnoms farfelus qu’il nous explique à coup de définition du dictionnaire.

C’est original donc mais pas passionnant non plus. J’ai failli abandonner et je ne sais pas comment les jeunes vont le ressentir, surtout que je trouve la couverture trompeuse… Le narrateur lui même se surnomme Mollux et c’est peut être cette distance qui m’a gêné. Trop d’originalité, de fantasque dans une histoire qui se veut dans le monde réel. C’est drôle pourtant, mais ça en devient lourd…

Si j’ai finalement lu ce roman en entier je reste perplexe et un peu déçue malgré certaines très bonnes choses. Il manque quelque chose… (ou il y en a trop, difficile à dire ;)

+ L’avis très positif de Cathulu (et d’autres dans ses commentaires!)
+ Conseillé par plusieurs libraires ici!

Nous suivre et partager :

Lundi Découverte : Edition Les Grandes Personnes

Édition Les Grandes Personnes

Une équipe de choc pour une nouvelle maison d’édition qui fait déjà beaucoup parler d’elle. Des éditrices de talents, qui ont déjà fait leur preuve, un appui éditorial fort, et un catalogue déjà fourni.
L’appui éditorial ? Antoine Gallimard lui même, car si les Edition les Grandes Personnes sont indépendantes, elles bénéficient de tous les avantages de Gallimard (Diffusion Sodis notamment, et ça ce n’est pas rien pour une maison d’édition!) – Vous noterez un petit clin d’œil dans le logo d’ailleurs  –
Les éditrices ? Brigitte Morel et Florence Barrau. Après une expérience d’éditrice de Brigitte Morel au Seuil, elles se retrouvent aux éditions Panama (maison d’édition aujourd’hui fermée). Pas vraiment un coup d’essai donc…
Mais alors niveau catalogue ça donne quoi ?
http://www.editionsdesgrandespersonnes.com/data_romans/14/42.jpgCrée en 2009, la maison a publié ces premiers livres en 2010, avec d’entrée 20 titres au catalogue. L’importance de Panama dans tout ça ? Elles en reprennent en partie l’esprit, et le catalogue, ce qui est vraiment super, car les titres étaient du coup épuisés ! Les réédition qui m’ont vraiment fait plaisir ? La messagère de L’au Delà de Mary Hooper et le Baume du dragon de Silvana Gandolfi.
Des romans ados donc, avec aussi des nouveautés comme Jenna fox, pour toujours de Mary E. Pearson et Mademoiselle Scaramouche  de Jean-Michel Payet (l’auteur de la superbe série Aerkaos)
Il y a aussi des albums illustrés, pour les tout-petits, pour les plus grands, avec des jeux… un peu de tout donc. Mes chouchou ? Cahier de peinture pour apprendre les couleurs de Pascale Estellon (type cahier d’activités) et Tout Noir et Tout Blanc  d’Annette Tamarkin ( 2 livres animés).
Une belle maison d’édition, avec des éditrices passionnantes que j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter.

Une petite présentation de livre ? Même si Jenna Fox pour toujours me tente depuis la présentation que j’en ai eu en novembre, je n’ai toujours pas eu l’occasion de le lire. Je vais donc vous parler de

Mademoiselle Scaramouche

de Michel Payet

Mademoiselle Scaramouche est un roman pour adolescents, donné dès 11 ans. Il est selon moi un peu dur pour des 6ème, mais pour des bons lecteurs, pourquoi pas. En tout cas moi je me suis régalée!
Dès les premières pages j’étais conquise, car j’adore les romans se passant autour de l’époque du Roi Soleil (1672), avec mousquetaires, épées et duels… Et comme en plus le personnage principal est une jeune fille… Zinia, la pauvre, déjà orpheline de mère, se retrouve rapidement seule, sur les routes de France, pourchassée, et avec des secrets à découvrir.
Rapidement on va croiser le monde de la noblesse, celui des bas fond de Paris, le théâtre, Molière, et puis Versailles, la cour et le roi.
Intrigues, suspense, duel, course poursuite, amour, trahison, mystère, un brin de fantastique pour un roman qui va crescendo et qui m’a charmé d’un bout à l’autre!
Extrait :
Zinia se réveilla brusquement. Le silence inhabituel, absolu, qui régnait l’avait tirée de son sommeil : il manquait à la maison ses bruits feutrés du matin. La nuit s’attardait encore, mais à travers la fenêtre la jeune fille devinait que, bientôt, l’aurore ferait pâlir les étoiles. Elle resta un instant aux aguets. Toujours ce silence, dense, menaçant.
«Il l’a fait», se dit-elle et elle sauta hors du lit. Elle sentait la colère l’envahir, ce qui, chez elle, était souvent une façon de manifester son inquiétude. Elle sortit de sa chambre en chemise sans ressentir le froid qui, depuis deux ou trois nuits, s’était emparé de la ville, et alla frapper à celle de son père. Une fois, deux fois. Pas de réponse. Avant même de pousser la porte, elle avait déjà compris. ” Père ?» La pièce était vide. Dans la lumière timide du jour naissant, elle devina le lit où personne n’avait dormi. Il flottait dans l’air un parfum de tabac froid. Au mur, la vieille épée manquait. «Il l’a fait !» répéta-t-elle, irritée.
Le blog de l’auteur, dont j’ai lu aussi avec plaisir 2065 la ville engloutie dans un registre bien différent.
L’avis de Sophie Pilaire, sur Ricochet, mais aussi celui de Pauline, séduite!
Nous suivre et partager :