L’élu de Milnor de Sophie Moulay

Roman fantasy ados / adultes

L’élu de Milnor
1 La fuite

de Sophie Moulay

Oskar Fantasy, janvier 2011
9782340006451, 19,95€
454 pages

Thèmes : élu, famille, ami, pouvoir, magie, adolescence, fantasy

Présentation de l’éditeur [censurée pour ne pas vous en dire trop…]
Dans le monde médiéval de Milnor, régi par la magie et les guildes, les Sages, sur la foi d’une prophétie, sont partis à la recherche de l’Elu, seul capable de tenir tête à l’Ennemi mystérieux qui menace Milnor.
Ils ont cru l’avoir identifié en la personne d’Almus. Onze ans plus tard, ils découvrent qu’ils se sont trompés… Rejeté, privé de pouvoirs, Almus s’enfuit du palais des Sages pour rejoindre le lointain domaine de ses parents. A peine a-t-il quitté la ville qu’il est vendu comme esclave à l’autre bout de Milnor et soumis aux caprices d’une aubergiste tyrannique et cruelle.

Mon avis :

Une superbe découverte que ce livre! C’est d’ailleurs pour ça que j’ai censuré la présentation, et que je vais vous parler peu de l’histoire, pour ne point trop vous en dire, et vous permettre de le découvrir complètement, sans savoir déjà trop de chose…

L’histoire donc est celle d’un jeune adolescent, dans le monde de Milnor. Un monde bien construit, sans grande révolution cependant. Un fonctionnement par guilde, avec une façon de vivre type Moyen-Age. Un mélange de Gwendalavir et des Terres du Milieu, tout aussi savoureux bien qu’un peu déjà vu. Magicien, Assassin, j’ai eu l’impression parfois de retrouver des amis dans un monde déjà un peu connu, et c’est agréable ! Almus est élevé depuis son enfance comme étant l’Elu, le seul, celui qui un jour sauvera son monde de l’Ennemi mystérieux. Pourtant vivre cloitré est de plus en plus dur, surtout au moment de l’adolescence. Quand il apprend qu’il n’est pas l’Elu, il fuit afin de rejoindre sa famille. Son voyage se transformera rapidement en cauchemar, mais aussi en véritable quête initiatique, où il découvrira l’amitié et apprendra à se battre.

J’ai vraiment apprécié ce livre, j’ai trouvé l’histoire vraiment bien menée, avec des personnages très définis, et très attachants. C’est manichéen mais ça fonctionne bien, et on garde en tête certains personnages. Un monde, une atmosphère, des personnages, une intrigue relativement simple mais troublée de dizaines d’action et personnages secondaires, tout m’a plu dans ce roman de fantasy que j’ai dévoré.

Le tout est bien écrit, à la fois simple et imaginatif, même si j’ai noté quelques redondances, peut-être voulues… S’il fallait des points négatifs, ça serait donc ces quelques répétitions, ainsi que la ressemblance avec d’autres livres de fantasy… Et au final même ces points négatifs sont aussi positifs, puisque les répétitions peuvent aider les plus jeunes lecteurs dans leur lecture de ce pavé qui n’est qu’un tome 1, et que la ressemblance donne cette impression de familiarité agréable avec les personnages. Bien sûr le thème de l’élu n’est pas novateur, mais j’ai réellement aimé cette façon de le traiter! Par ailleurs l’intégration de nouveaux personnages se fait peu à peu et cela m’a parfois paru facile, mais c’est plutôt logique. J’aurais juste aimé que Sophie Moulay s’y attarde parfois un peu plus, pour entrer encore un peu plus au coeur de l’histoire… mais peut-être y reviendrons nous dans les tomes suivants…

Car oui ce n’est qu’un tome 1, mais quel bon premier tome ! Souvent je suis fatiguée des séries, mais là j’en suis ravie, j’ai envie de partir pour plusieurs tomes, de replonger dans Milnor avec ces personnages, de les voir évoluer, grandir, de les accompagner! Aucun doute je serai au rendez vous pour le deuxième tome (début 2012). Il y aura 5 tomes en tout, et tous sont déjà écrit… c’est presque un crime de nous faire attendre!

L’écriture, la taille des caractères, l’âge des personnages ainsi que le positif qui ressort de ce roman me pousse à le conseiller à des adolescents en plus des adultes, car il pourra être lu sans problème par exemple par les lecteurs de Pierre Bottero (et j’ai des lectrices de 6ème qui sont fan…) J’attends maintenant la rentrée pour leur proposer et tester mais je ne suis pas persuadée que la couverture les attire, il sera donc sur mon portant Coup de Coeur à découvrir!!

+ Une interview de l’auteure par Ardanuël,

+ La fiche sur le site de l’éditeur Oskar
+ Des avis : Jess, Ardanuël, Callioprof,

+ Challenge La plume au Feminin 3/4

SOS Ange gardien de Véronique Delamarre Bellégo

SOS Ange gardien

de Véronique Delamarre Bellégo

Roman pour les 9 – 12 ans

Oskar Editions, avril 2010
9782350005492, 150 pages
12,95€

Thèmes : Collège, Famille monoparentale, Ange Gardien, Bio

 

Présentation de l’éditeur :

Kevin traverse une mauvaise passe : le collège, les copains, la famille, tout va mal.
Comment les choses pourraient-elles s’arranger ? Il y aurait bien un moyen : appeler très fort son ange gardien et le supplier de voler à son secours. Mais encore faudrait-il que les anges existent… Une nuit, alors que le jeune garçon pense avoir touché le fond, l’ange arrive : et surprise, c’est une jeune fille, pleine d’humour..

Mon avis :

Sous une couverture colorée et idyllique se cache une histoire qui commence dans le gris d’une Cité parisienne. Kévin est en 5ème et il y a deux adolescents en lui. Kév[in], à prononcer à l’américaine, comme Kévin Coster que sa mère Sandrine admire, un garçon plein de promesses. Et puis il y a Kév[~ε], qui rime avec rien et qui se laisse entrainer par l’ambiance sans lendemain de sa cité.

Kévain ne travaille pas. Quand il rentre du collège il est seul, alors… Pourtant il sent bien que pour faire plaisir à sa mère, il devrait faire mieux. Un jour de désespoir il pense :

“Ce qu’il me faudrait c’est un ange gardien, comme à la télé.
Si je veux  m’en sortir un jour il n’y a pas d’autre solution.
Tout seul je n’y arriverai jamais.
Une sorte de fée avec une baguette magique qui réparerait mes bêtises,
un ange qui m’aiderait pendant les interros.”

Et comme nous sommes dans un livre… peu de temps après, son ange gardien apparait. Ainsi soutenu Kévin va pouvoir rapidement remonter ses notes… mais cela l’aidera-t-il à surmonter la mauvaise période qui s’annonce… La couverture nous entraine vers la réponse… Une réponse un peu facile et édulcorée, mais quitte à croire aux anges gardiens, on peut croire aussi aux miracles !

Une écriture légère et aérée avec des mots d’ados, un peu de cité mais pas trop et de belles idées à transmettre aux élèves. La présence de l’ange gardien apporte un brin d’humour et de tendresse, et puis d’autres personnages apparaissent pour apporter soleil, vie et amour (+ un chat!)

Un roman plein d’espoir, un peu trop sûrement, mais ancré tout de même dans la réalité. Un livre qui donne à voir plusieurs facettes de notre monde, sans redoré le blason des cités. Un beau roman à découvrir parce que connaître Kévin, Félicité, Lulu et Gribouille, ça donne forcément le sourire !

Un livre sélectionné pour le Prix des Incos 2011-2012 niveau CM2-6ème, que je vais donc avoir l’occasion de relire l’an prochain, à voix haute, à mes élèves _ pas forcément facile, à cause des dialogues et pensées intérieures, mais on verra bien! _

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Brune et Jules de Nathalie Le Gendre

Brune et Jules

de Nathalie Le Gendre

Roman adolescent, pas avant 12 ans…

Oskar Editions (Junior), 2010
9782350005515, 13,95€

Thèmes : Famille, Alcoolisme, SDF, Maladie, Fugue

Présentation de l’éditeur

Brune étouffe.
Vivant dans l’angoisse et la violence, elle tente de protéger ses jeunes demi-frère et soeur des colères de son beau-père. Mais qui la sauvera, elle, des agressions et de la souffrance quotidienne ? Quand Brune rencontre Jules, l’amitié naît aussitôt, inattendue, forte, solidaire, comme une bouffée d’oxygène dans un monde froid. Jules, ce vieil homme , au regard si doux, pourrait-il lui rendre sa joie de vivre ?

Mon avis

Pauvre Brune ! Cette adolescente que j’ai suivi tout au long de ce roman avec beaucoup d’appréhension m’a vraiment fait de la peine. C’est même presque trop! Une mère qui ne fait rien, un père parti loin, un beau père violent, une vie qui se disloque, et deux petits frères et sœurs à protéger, en plus des cours qui continuent… Ca fait beaucoup à porter, et Brune aurait pu tomber dans les bras de n’importe qui. Pourtant ici ce n’est pas une histoire d’amour entre adolescents qui nous attend, mais une histoire beaucoup plus touchante.

Je ne peux pas tout vous raconter, mais Brune va rencontrer Jules, un vieil homme, et s’y attacher. Elle va apprendre à regarder les choses différemment, mais est-ce que cela la sauvera ?

Bizarrement, et malgré certaines accumulations j’ai énormément apprécié ce roman, ces personnages. L‘ensemble est vraiment noir mais bien écrit et entrainant. Un très bon roman pour adolescents, loin des niaiseries et des clichés de certains, comme Le jour où je suis devenue mytho, à éviter absolument!

Un seul reproche, un détail, à la fin, qui ne sert à rien, vraiment à rien, et m’a même en partie gâcher le plaisir de cette belle lecture. Alors pour bien faire je crois qu’il ne faudrait pas aller jusqu’au bout… dur dur hein ?!

Le site de l’auteur / La page Facebook de l’auteur

EDIT du 31 mars : Suite à un commentaire de l’auteur je me permets d’ajouter cette information : “Ce roman est à 90% autobiographique et malheureusement les « accumulations » sont réelles… ainsi que la fin”

A mort l’innocent

Roman pour adolescent

A mort l’innocent

d’Arthur Ténor

Oskar jeunesse, 2008

4ème de couverture :
“Au village, la plupart des gens forent comme s’ils avaient toujours cru en l’innocence de l’insitutuer. Aucun d’entre eux n’aurait avoué qu’il était parmi ceux qui criaient : “A mort, le monstre!”. Eux aussi en sortirent blancs comme neige, et avec un tel naturel qu’on aurait pu les croire des bonne foi.”
“L’histoire exemplaire, tragique et particulièrement émouvante d’un jeune instituteur, nouvellement arrivée dans une école et adoré par toute la classe. Jusqu’au jour où tout bascule…. Un texte magnifique de pudeur, de retenue et d’émotion.”

L’histoire :
1965, Saint Clémentel. Quand son nouveau maître Gabriel Orthis, dont on dit qu’il est pédé, est accusé du meurtre d’un de ces camarades, le jeune narrateur de l’histoire ouvre l’enquête. Pour lui ce n’est pas possible qu’un maître si sympathique est assassiné un enfant… Pourtant c’est ce que tout le monde croit, même la police… et les preuves sont contre lui… Comment faire à une époque où être homosexuel est considéré comme un pêché..

Mon avis :
J’aime beaucoup Arthur Tenor, et la grande majorité de ces romans m’a emballé… Je redouté un peu celui ci, le thème me semblant loin de ces habitudes, mais j’ai été agréablement surprise. Ce roman au vocabulaire riche refuse de tomber dans la facilité… pas de tout beau, tout rose! Ici les choses sont dites, le problème de l’homosexualité est traité en fond, mais seulement en fond, comme explication des ressentiments et des accusations des villageois. L’histoire est bouleversante, elle sent le vrai… mais elle a deux principaux défauts : – elle se veut enquête , mais elle ne peut pas se classer dans les policiers – elle se veut touchante, mais elle manque un peu de sentiments…
Une histoire intéressante, qui mériterait une discussion pour partager les ressentis…

Biographie (Ricochet)
Arthur Ténor est écrivain pour la jeunesse depuis 1998. Il a publié des romans pour toutes les tranches d’âge et pratiquement dans tous les domaines. Il est cependant plus connu pour ses récits historiques, notamment sur les deux guerres mondiales, Versailles et Louis XIV ou encore le Moyen Age. Il réside en Bourbonnais, tout près de Vichy. Dans une présentation personnelle, il se décrit comme un « explorateur de l’imaginaire» Sa passion de l’écriture est pour lui « semblable à celle d’un aventurier sans cesse en quête de contrées inconnues, de rencontres inoubliables, de péripéties palpitantes ». L’esprit qui anime ses récits est résolument positif « L’action et le suspense se mêlent toujours à l’étonnement et à la tendresse, à l’humour et à la fantaisie ». Son souhait est surtout d’exprimer son amour et son respect indéfectibles de la vie. Pour en savoir plus…

L’avis de mes élèves :
Ce roman fait partie de la sélection 5-4ème du prix des Incorruptibles de cette année, plusieurs collégiens l’ont donc lu. Les 6ème ont eu beaucoup de mal avec ce livre, car même si les phrases ne sont pas complexes, le vocabulaire leur est souvent étrangé, soit à cause du thème, soit à cause de l’époque de l’histoire. Pour les autres élèves la lecture a semblé moins dure, mais l’histoire ne les a pas emballé. J’ai une grande majorité de filles qui participent, et je pense que le manque d’histoire d’amour dans ce récit l’a recallé loin derrière d’autres de la sélection… (comme l’Etoile de Sagarmatah par exemple…)