Passionnée de lecture depuis plus de... 45 ans !! Est très heureuse actuellement d'effectuer un loooooooong remplacement en médiathèque ! ;)

Emmanuel LEPAGE

Emmanuel LEPAGEPrintemps-Tchernobyl

est un scénariste et dessinateur de bandes dessinées. Né en Bretagne, il a commencé par faire des études d’architecte et voit ses premiers dessins publiés dans Ouest-France alors qu’il n’a que 16 ans.

A ce jour, il a reçu plus de 25 prix pour ses différents ouvrages. Je ne vous les indique pas tous, juste ceux qu’il a reçu pour la bd que je vous présente maintenant « un printemps à Tchernobyl ».  

Mon avis : Une bande dessinée documentaire, ce n’est pas si courant. Et un reportage sur Tchernobyl,  22 ans après la catastrophe, alors que la zone est encore interdite, car dangereuse, il fallait oser. C’est intéressant, c’est même intrigant car la nature a repris ses droits et le danger ne se voit pas, il est invisible, inodore, indécelable sans un appareil pour mesurer les radiations.

Dans la 1ère partie, en noir, blanc et sépia, c’est la préparation au voyage, le stress, la peur… Mais ensuite, le danger n’étant pas visible et pas immédiatement perceptible, la vigilance se relâche et certains vont même se laisser aller à se coucher dans l’herbe (fortement déconseillé dans une zone radioactive !!) Une bd pleine d’information et toujours d’actualité. Quand on voit les dégâts que cause l’explosion d’une centrale nucléaire, on ne peut qu’espérer que les nôtres seront toujours très bien suivies… En attendant de pouvoir s’en passer grâce aux énergies renouvelables ?

*****

Oh les filles !

Scénario de Sophie MICHEL

Dessins et couleur d’Emmanuel LEPAGE

Oh Les Filles 1Oh Les Filles 2

Elles sont nées la même année, le même jour peut-être. L’une est fille de fille-mère, l’autre de jeune Maghrébine, l’autre encore de bourgeoise pressée. Et les pères ? Ils esquivent, de gré ou de force, les tout premiers regards que leurs filles ne demandent qu’à fixer sur eux. Elles vivent leur enfance les yeux levés dans la quête d’un sourire maternel, les yeux baissés dans l’incompréhension du monde si étrange des adultes.

Mon avis : Ces 3 filles, Chloé, Leïla et Agnès, on les voit naître. Puis grandir. Elles se rencontrent à l’âge de 5 ans et ne vont plus se quitter. Et nous on les suit, on voit leurs joies, leurs peines, leurs attentes. On se voit parfois, nous parents et on se dit que le temps passe tellement vite qu’il ne faut pas oublier de profiter des bons moments qu’on peut passer avec nos enfants…

Cette bande dessinée aborde plein de thèmes : l’immigration avec l’arrivée en France de Leïla et sa famille, les hommes qui laissent tomber leur copine lorsqu’elle est enceinte, les enfants « gâtés » dont on ne s’occupe pas vraiment…

Dans le 2ème tome, elles ont 12 ans et on aborde les thèmes de l’adolescence, les règles, les garçons, les peurs, les rêves et les fous rires…

SignatureNat

Deux bandes dessinées très agréables à lire, des thèmes pas toujours faciles mais ce sont de jolies histoires de vies et j’aime beaucoup les illustrations et les couleurs (j’ai particulièrement apprécié les portraits en « gros » plan).

C’est ma participation à « la bd de la semaine » hébergée aujourd’hui chez Noukette

La bd de la semaine

Nous suivre et partager :
0

Loulou Farfelu et les différences

Loulou Farfelu et les différences

Jean-François Jeannot

Éditions Par Ailleurs (2015)

Ο Ο Ο 

Loulou Farfelu« Loulou Farfelu et les différences » est le 1er des huit tomes consacrés aux aventures d’un petit personnage pas comme les autres : Loulou raconte de drôles d’histoires, il s’habille à l’envers et deux petites notes de musique lui poussent sur la tête ! Vous l’aurez compris, Loulou est « différent »…

Ο Ο Ο 

Mon avis : Aïe, voici une présentation qui va être difficile… Comme souvent quand j’ai du mal, je vais essayer d’expliquer mon ressenti en points négatifs et positifs.

Commençons par le négatif : ce court roman s’adresse aux enfants de 7 à 12 ans (?) Même s’il est vrai que tous les enfants ne lisent pas la même chose au même âge, je trouve la fourchette un peu vaste puisqu’elle va du CE1 à la 5ème…

2ème chose, le préambule : à qui s’adresse t-il réellement ? Aux enfants ? Aux parents ? Je vous en livre un extrait pour que vous me donniez votre opinion « Acceptez donc, dès à présent, que notre univers si rationnel perde ses frontières, ses cloisonnements et ses certitudes, pour laisser entrer un peu d’imagination et de fantaisie. Ouvrir son esprit n’a jamais fait de mal à personne et encore mieux, cela contribue à faire évoluer le monde… » (7 ans ? Vraiment ? Et je vous rassure, je ne prends pas les enfants pour des imbéciles, mais bon…)

3ème chose : La façon dont est racontée cette histoire m’a gênée. Il y a un côté « forcé » presque didactique dans la façon de raconter cette histoire qui, du coup, perd son naturel et sa fluidité.

Passons maintenant aux côtés positifs : Ce petit personnage « différent » (est-il dyspraxique ?) est tout à fait sympathique et plutôt drôle.

La page des « surprises et bonus » sur le site, avec des invitations à écrire, dessiner, bricoler ou jouer est pleine de bonnes idées qui amuseront sans doute les enfants.

Une dernière chose positive : Ce livre est imprimé avec des caractères favorisant la lecture des personnes dyslexiques.

Ο Ο Ο 

Le site de Loulou Farfelu.SignatureNat

Nous suivre et partager :
0

Théa pour l’éternité

Thea Pour LéternitéThéa pour l’éternité

Florence Hinckel

Collection Soon

Éditions Syros (2012)

*****

Les 40 premières pages, on fait la connaissance de Théa, de sa famille, ses amis, son lycée, bref, on la suit dans sa vie quotidienne. Jusque là, rien de bien particulier, ni de spécialement excitant. Mais à partir des pages 39/40, il se passe quelque chose qui va changer en profondeur la vie de Théa…

Ce qui est vraiment intéressant dans ce roman, c’est la prise de conscience de Théa. Et toutes les questions qu’on se pose à la fin. Est-ce qu’être jeune éternellement c’est si intéressant que ça ? Est-ce que l’être humain est « fait » pour ça ? On voit vite les avantages, mais les inconvénients ?

Une certaine critique de notre société « jeuniste » dans ce court roman qui m’a beaucoup plu (peut-être aussi parce qu’ayant plus de 45 ans, j’ai appris que je faisais partie des seniors dans le monde du travail, ce qui m’a un peu choquée, je l’avoue).

Bref, beaucoup de questions très intéressantes nous trottent dans la tête après cette lecture ! On y parle de science, mais aussi et surtout d’éthique et du « pourquoi » de certains de nos choix. Avec quelques liens pour aller plus loin dans les dernières pages.

De cette auteur, je n’avais jusqu’à présent lu qu’un seul livre, très récemment, car il s’agit de U4. Yannis. J’avais bien aimé son écriture et son personnage, du coup, quand je suis tombée sur « Théa pour l’éternité » je me suis dit que j’allais essayer.

Ce livre fait partie de la sélection Ricochet et il a eu de nombreux prix (voir sur la page qui est consacrée à ce livre sur le site de l’auteur).

*****

L’auteure : Florence Hinckel est née en 1973. Elle a publié de nombreux romans jeunesse chez Syros, Gallimard Jeunesse, Nathan, Rageot, Talents Hauts, Sarbacane… Pour enfants ou adolescents, elle aime explorer tous les genres, avec depuis peu une affection particulière pour le roman d’anticipation. On peut retrouver toute son actualité ici : http://florencehinckel.com

*****

Ce livre a une particularité pour moi. C’est en effet mon premier livre lu sur tablette !! Je n’avais jusque là jamais essayé, n’en possédant pas, mais n’était, de toute façon, pas fan de la lecture sur écran (l’ordi, au bout d’un moment, ça fait mal aux yeux !!).

Mais le Père Noël (je devrais plutôt dire « la Mère Noël« ) est passé par là et m’a fort gentiment apporté une tablette qui contient déjà… Un sacré paquet de bouquins ! Il fallait donc que j’essaie (tous ces livres a portée de main sans les lire ? Impossible !)

Et je dois dire que j’ai revu mon « avis » sur les tablettes. En fait, la luminosité est différente de l’écran d’ordinateur et ça ne fait donc pas mal aux yeux. En plus, l’avantage pour une bigleuse comme moi, c’est qu’on peut régler la taille de la police de caractère et même l’interlignage ou les marges. Et ça, c’est un vrai plus. Un autre avantage et qui est de taille : le poids ! C’est très léger, bien plus qu’un bouquin, ce qui, quand on vieillit, compte aussi. Un dernier truc sympa ? On peut lire sous la couette sans déranger son voisin !! Finalement, je crois que je vais peut-être bien devenir une adepte… SignatureNat

Nous suivre et partager :
0

Annelise Heurtier

Annelise Heurtier

♥♥♥

D’Annelise Heurtier, une auteure que j’apprécie beaucoup, je vous ai déjà présenté « Refuges » et « Sweet sixteen« .

Née en 1979, elle commence par faire des études de commerce avant de se tourner vers la littérature jeunesse. C’est au Rouergue, en 2007, qu’elle publie son 1er roman : Sidonie Quenouille. Depuis, elle a quand même écrit une vingtaine de romans…

Je vous dégoûte un petit peu : avec son compagnon et ses deux enfants, elle habite à… Tahiti ! Ne me dites pas que ça ne vous fait pas rêver !!  Son blog est ici.

♥♥♥

Le carnet rougeLe-carnet-rouge Annelise Heurtier

Casterman (2011)

Je m’appelle Marie et j’ai 16 ans. Si on s’était rencontrés la semaine dernière, je me serais présentée comme une lycéenne ordinaire, vivant avec sa mère dans la banlieue de Lille. Vous m’auriez alors demandé d’où me venaient ces cheveux et ces yeux si sombres. Je vous aurais répondu que j’avais du sang népalais. Vous auriez attendu la suite. Mais je ne sais rien de mes origines, ma mère a toujours refusé d’en parler. Aujourd’hui, tout a changé. Entre les pages d’un mystérieux carnet rouge, je viens de découvrir une vérité que je n’aurais jamais pu imaginer. 

Mon avis : Un roman très intéressant (j’ai appris plein de trucs !) et plein d’émotion. Un roman qui traite de la transmission familiale, de ce qui est dit ou caché (et du mal que peut faire ce qui est caché !). Quelque chose qui m’a touché (comme la jeune fille du roman, je ne connaissais pas mon « père » biologique, je l’ai rencontré à 40 ans).

On ne le dira jamais assez, parlez à vos enfants !! Ce qu’ils ne savent pas, ils l’imaginent et ils imaginent toujours des choses pires que la vérité… 

Bref, on apprend beaucoup de choses sur le Népal (une petite pensée pour mon oncle, décédé là-bas il y a quelques années), sur les traditions et les Kumari. Une dizaine de pages à la fin du roman forment une petite partie documentaire très intéressante. Et puis, la couverture est superbe !

Un reportage intéressant sur les Kumari ici.

Pour aller plus loin, sur le site de France Népal des livres jeunesse ou non.

La_ou_naissent_les_nuages Annelise HeurtierLà où naissent les nuages

Casterman (2014)

Mon père m’a attrapée par les épaules.

– Viens avec moi. Un voyage humanitaire, c’est le genre d’expérience qui marque une vie entière.

Putain, il me faisait chier, avec sa Mongolie. Une voix a retenti, une voix de petite fille qui veut plaire à son père qui veut se prouver qu’elle n’est pas si nulle qu’elle ressemble un peu à sa mère un peu un tout petit peu :

– Pourquoi pas. Je ne pouvais pas y croire. Et pourtant si. C’est moi qui avais parlé.

Mon avis : Comme avec le précédent roman, « le carnet rouge », c’est un mélange habile de roman (l’histoire d’une jeune fille de bonne famille mal dans sa peau qui mange pour oublier et qui va se retrouver dans un monde totalement différent du sien) et de documentaire, parce qu’on apprend vraiment des choses sur la Mongolie et la culture Mongole.

Plus important encore à mes yeux, Annelise Heurtier titille notre curiosité et nous donne envie (à moi en tous cas !) d’aller plus loin une fois ses romans refermés… Suite à ma lecture du carnet rouge, je n’ai pu m’empêcher d’aller voir des photos du Népal, de voir si la coutume des Kumari existait toujours (c’est le cas !)…

Ici aussi, j’ai eu envie d’aller plus loin, de voir ces paysages sauvage de Mongolie, de voir la statue géante de Gengis Khan (40m de haut tout de même !), l’intérieur des yourtes, les costumes traditionnels… Sur votre moteur de recherche, tapez juste « mongolie » et vous allez voyager très loin…

Il est certain que je lirai les prochains livres d’Annelise Heurtier. J’ai trouvé vraiment très bien les 4 romans que j’ai lu d’elle.

On se cultive tout en se distrayant, que demander de plus ??

Une bibliographie sur la Mongolie proposée par le bullutin de Marmousse

SignatureNat

 

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Nous suivre et partager :
0