La folle rencontre de Flora et Max

la folle rencontre de Flora et MaxRoman pour adolescents

La folle rencontre de Flora et Max

de Martin Page et Coline Pierré

Ecole des Loisirs, 2015
9782211223942, 14,50€
208 pages

La folle rencontre de Flora et Max est un roman épistolaire surprenant et touchant. Deux adolescents enfermés qui s’évadent grâce à leurs échanges de lettres. Flora est en prison, pour avoir violemment frappé une camarade. Max a quitté le lycée après une crise d’angoisse et vit depuis retranché chez lui. Ils ne se connaissent pas, ne se sont pas vus « IRL », mais Max décide un jour d’envoyer une lettre à Flora.

A travers les lettres de ces deux adolescents, on découvre leur vie, mais surtout, en apprenant à les connaître, on comprend ce qui les a conduit à leur situation d‘enfermement. Pas d’apitoiement ou si peu, ils mettent en avant les petits bonheurs, les détails lumineux de la vie, pour s’aider mutuellement à avancer.

Dès la prise de contact entre Max et Flora, on devine deux personnalités magnifiques coincées entre des murs. Difficile pour Flora, en prison, de s’accrocher. Difficile pour Max, qui refuse de sortir, de continuer à vivre. Tous deux sont touchants de peurs, de mal-être, et étrangement d’humour. Étrangement, on passe beaucoup de temps à sourire dans ce livre !

Le coeur du problème, harcèlement, regard des autres, acceptation de soi, est finalement assez peu évoqué pour s’attacher à l’essentiel, le présent, le futur ! Car nos deux héros sont plein de ressources et de projets utopiques, des projets qui donnent envie de croire en l’avenir.

Flora et Max sont fragiles, sensibles, touchants, on les accompagne en douceur, au fil des lettres. Des lettres qui racontent le quotidien. La prison d’un côté, d’un point de vue posé, et la famille recomposé et la peur de l’extérieur de l’autre.

Martin Page et Coline Pierré nous offrent des personnages hauts en couleur, des êtres abîmés mais plein d’une rage de vivre; des adolescents, simplement, mais que leur rencontre transcende. Ces deux auteurs ont réellement échangé des lettres, pendant plusieurs mois, chacun dans la peau d’un personnage. « Une expérience passionnante et très fertile », qui se ressent à la lecture, créant un roman qui sonne juste dans la découverte de l’autre. Le ton, l’écriture, l’histoire, tout est lumineux et offre au lecteur une expérience particulière. 

Une folle rencontre, une aventure sentimentale, un récit stimulant !

~

D’autres romans sur le harcèlement scolaire :
* du même auteur *
Les petites reinesjohnny-martine-pouchain.gifTreize raisonsM comme...banzaisakura

Et des mangas autour du harcèlement et de l’acceptation de soi :
a silent voiceKasane

+ Le site de Martin Page

+ Découvrez Monstrograph, un petit atelier de sérigraphie en désordre bricolé par Martin Page et Coline Pierré.

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

Les petites reines

♥ Les petites reines ♥

Clémentine Beauvais

Éditions Sarbacane (2015)

****

L’histoiLes petites reinesre : Cette année, Mireille Laplanche n’est « que » Boudin de Bronze sur la page Facebook tenue par un ancien ami à elle. Elle était « Boudin d’or » depuis 2 ans mais vient d’être détrônée par deux nouvelles venues… Mireille, Astrid et Hakima, les trois « boudins » vont se rencontrer et s’entraider.

****

Clémentine Beauvais a une écriture à la fois légère et pleine de pep’s ! J’ai dévoré ce roman d’une traite ce matin au réveil et je dois dire qu’il m’a mis de bonne humeur pour la journée.

C’est un roman à la fois cruel et drôle qui non seulement m’a fait sourire mais également éclater de rire par moments (et ça ne m’arrive pas souvent de rire en lisant !). La cruauté du départ (le concours) laisse vite place à l’amitié des trois jeunes filles et à une folle aventure à vélo. Un roman avec des passages tristes, émouvants mais aussi d’autres très amusants. On s’attache vite à ces trois filles !

****

Un petit extrait ? « Ça y est, les résultats sont tombés sur Facebook : je suis Boudin de Bronze. Perplexité. Après 2 ans à être élue Boudin d’Or, moi qui me croyais indéboulonnable,  j’avais tort. J’ai regardé qui a remporté le titre suprême. C’est une nouvelle, en seconde B ; je ne la connais pas. Elle s’appelle Astrid Blomvall. Elle a des cheveux blonds, beaucoup de boutons, elle louche tellement qu’une seule moitié de sa pupille gauche est visible, le reste se cache en permanence dans la paupière. On comprend tout à fait le choix du jury. Le Boudin d’Argent a été décerné à une petite de 5ème, Hakima Idriss. C’est vrai qu’elle est bien laide aussi, avec sa moustache noire et son triple menton ; on dirait un brochet. »

Le froid et la grisaille vous dépriment ? Lisez « Les petites reines » !!

Si je ne vous ai pas convaincu, je vous invite à aller voir sur le site de l’auteur, les nombreux prix qu’a eu ce roman ainsi que les critiques plus qu’élogieuses des blogs !

Kasane, la voleuse de visage

KasaneKasane_La_voleuse_de_visage_T2 Kasane

Kasane, la voleuse de visage

Daruma Matsuura

éditions Ki-oon (2016)

˜˜˜˜˜

Une jeune fille, Kasane, orpheline, constamment repoussée par les autres à cause de sa laideur et qui en souffre bien sûr énormément, se souvient des paroles de sa mère : « Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres avec ce rouge à lèvres, approche l’objet de ta convoitise et embrasse-le ».

Désespérée, Kasane le fait et se retrouve avec le visage d’une autre, dans la peau d’une fille belle, sûre d’elle-même et débarrassée de ses doutes…

˜˜˜˜˜

Autant le dire tout de suite, je ne suis vraiment pas fan de manga. D’abord je n’aime vraiment pas ce style de dessin, et en plus, depuis plus de 40 ans que je lis de gauche à droite, il faut vraiment que je me fasse violence pour lire dans l’autre sens !! (et je me plante régulièrement bien sûr en tournant les pages…)

Bref, si je me suis « forcée » au départ à lire ce manga, c’est que j’avais lu de très bonnes critiques, mais que personne ne semblait d’accord pour dire à partir de quel âge le lire, et que, travaillant en bibli, en charge du secteur jeunesse, je ne voulais pas faire n’importe quoi ! Il fait en effet parti de la collection « Seinen » dont j’ai lu la définition suivante sur le site Manga Sanctuary « Les Seinen (« jeune homme » en japonais) sont des mangas destinés à un public d’adultes et jeunes adultes de sexe masculin de par les sujets abordés et l’approche qui en est faite.« 

Après lecture du tome 1, je ne vois pas très bien pourquoi il est classé dans ce genre là, il va donc falloir que j’attende de lire le tome 2 ! En effet, pour le moment, c’est en bd ado (à partir de 12/13 ans) que je le mettrais… (si vous l’avez lu, votre avis m’intéresse !! N’hésitez pas à mettre un commentaire)

Mais je dois dire que cette lecture a été une bonne surprise : Malgré le fait que je n’apprécie pas outre mesure les illustrations, l’histoire est intéressante, prenante et on ne s’ennuie absolument pas. Je dirais même plus, on en redemande !

Une histoire qui revisite le mythe de Faust ou le portrait de Dorian Gray mais avec un bâton de rouge à lèvres en lieu et place du Diable…

En conclusion, après avoir dit et répété que je n’aimais pas les mangas, j’avoue que je lirai volontiers la suite de celui-ci ! (Il paraît qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis…) ;)

˜˜˜˜˜

Série en cours, le tome 1 est sorti en janvier, le tome 2 en mars et le tome 3 arrive fin mai 2016 (sur 7 tomes au total).

La bd de la semaineCette semaine, c’est chez Stephie

Les lecteurs sont arrivés en cherchant :

A Silent Voice 1

a silent voiceManga Jeunesse – Handicap / Harcèlement

A Silent Voice 1

de Yoshitoki OIMA

Ki-oon, Shonen, 2015

Shoya est en CM2, et pour que la vie ne soit pas ennuyeuse, il passe son temps à lancer des défis à ses copains. Sauter dans la rivière du haut d’un pont, ou d’un balcon, est sa principale occupation. Quand Shoko arrive dans sa classe, il la prend pour un extraterrestre et ne sait pas trop comment agir avec elle. Shoko est sourde de naissance, et communique avec les autres grâce à un cahier. Une situation difficile, que tout le monde a du mal à gérer.

A Silent Voice commence 6 ans plus tard, alors que Shoya est au lycée. On le voit qui retrouve Shoko, laquelle s’enfuit en courant. Que c’est il passé en CM2 ? Ce premier tome est une introduction qui permet uniquement de connaître le CM2, le tome se finissant de nouveau sur la scène du départ. Une longue introduction donc, mais totalement nécessaire car elle met en avant, grâce au récit de Shoya, de nombreuses thématiques.

Chaque jour était une nouvelle bataille dans ma guerre contre la morosité…

Un manga qui traite donc du handicap, de la LSF aussi un peu, mais surtout de la manière dont cette jeune fille, sourde, est intégrée dans la classe. Le regard des autres, les brimades, les difficultés de communication, l’incompréhension mutuelle, l’indifférence aussi; c’est tout cela que l’on voit dans les illustrations notamment, et qui nous permet de mieux appréhender les problèmes de Shoko.

S’il est question de harcèlement dans ce manga, c’est surtout la façon dont l’ensemble se met en place, ainsi que les répercutions qui sont réellement intéressantes. Contrairement aux protagonistes de l’histoire, on a accès aux pensées de Shoya, et on comprend qu’il est avant tout désarçonné, inquiet et en recherche de reconnaissance. L’attitude du professeur est aussi un point important, pas souvent traité, qui permet une vision d’ensemble de la situation.

Le premier tome de A Silent Voice nous laisse sur notre faim mais qui met en exergue une situation de handicap vue sous un angle différent. Intéressant, intriguant… à partager !

silent voice trailer

Cette série est terminée au Japon, et compte 7 tomes. En France, le 6ème tome vient de paraître.
Une version long-métrage est prévue pour cet automne au Japon.

+ Voir le Trailer de la série

+ Les avis de Bouma et Liyah sur le tome  1

+ Une série bien adaptée au collège, qui est en plus bouclée en 7 tomes !